Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fort de Lucey ou du Plessis-Praslin

Dossier IA54030238 réalisé en 2002

Fiche

Précision dénomination fort de ceniture
fort d'arrêt
réduit
Appellations fort de Lucey ou du Plessis-Praslin
Parties constituantes non étudiées batterie
Dénominations fort
Aire d'étude et canton aire d'étude du département 54 - Toul
Adresse Commune : Lucey
Lieu-dit : Adresse :
Cadastre : 2010 F 529 Emprise non délimitée

Ouvrage faisant partie de l'ensemble fortifié dit ceinture de forts détachés de Toul (étudié : IA54003430) et desservi par le réseau ferroviaire de 0,60 m (étudié : IA54003431) de cette place forte. Etabli entre les cotes 379-381 (fossés) et 395 (massif de la tourelle Mougin). Edifié principalement entre le 3-07-1875 et le 31-12-1878 par l'entrepreneur François Dourlet, l'ouvrage alors isolé (le fort de Bruley situé à 3500 m au Sud-Est n'est pas construit) est organisé en fort d'arrêt (sur plan carré) ; assurant la liaison entre les forts de Toul et le rideau fortifié de la Meuse, il est pourvu au même moment d'une batterie annexe (actuel fort de Trondes) située à 2200 m en bordure Ouest du plateau de Lucey. L'achèvement de sa construction intervient entre 1879 et 1882 avec la mise en place de la tourelle, en fonte dure, système Mougin (tourelle "F", marché Châtillon-Commentry en 1878) pour 2 canons de 155 mm, placée au centre de l'ouvrage 50908025 ; 6850956) ; la réalisation de son massif comporte le coulage de 86 m3 de béton. L'ensemble des matériaux employés à la réalisation du chantier est apporté à pied d’œuvre par le biais d'une voie ferrée de circonstance (gabarit : 1, 067 m) établie depuis Ecrouves, entre le canal de la Marne-au-Rhin, la voie ferrée Paris-Avricourt et le pied de versant Est du plateau. Un plan incliné en poursuit l'acheminement sur le sommet du plateau. Cette importante réalisation annexe, qui ne semble pas avoir laissé de vestige perceptible, commune, sur une partie de son tracé, aux travaux d'édification du fort Saint-Michel à Toul, a facilité l'emploi de pierre d'Euville ou de Lérouville (55) en parement (revêtement des fossés et des façades des casernements) dont la qualité explique le bon état de conservation actuel des ouvrages maçonnés. Dans son état originel, le fort de Lucey présente un flanquement des fossés par caponnière double à orillons (saillant Nord) et 2 ailerons à orillons (saillants Sud-Ouest et Sud-Est), l'ensemble des casernements et magasins divers s'organise autour de la tourelle centrale. Dotation en 1880, outre pièces sous tourelle : 11 pièces de rempart, 4 mortiers pour la défense rapprochée et 8 pièces de flanquement des fossés. Les casernes sont susceptibles de renfermer 633 hommes ; l'ouvrage dispose de 2 fours à pain et de 3 citernes à eau totalisant 600 m3. L'accès à l'ouvrage s'effectue par un pont escamotable dans le fossé, à double bascule, système Ardagh-Pilter, introduit à Toul par le colonel Peaucellier (1832-1919), concepteur des premiers forts de Toul. Les importantes manœuvres de forteresse effectuées en 1883 (dues à l'évolution de la situation internationale, avec la constitution de la Triplice en 1882) conduisent à l'occupation du plateau de Bruley (réduit avec batteries annexes) et à la nécessité de renforcer les défenses du plateau de Lucey ; elles ont 2 conséquences : l'inclusion du fort de Lucey au polygone fortifié de Toul et sa constitution en réduit défensif pour l'ensemble du plateau de Lucey, desservi, dés octobre 1887, au réseau ferré de 0, 60 m en voie de réalisation. Ouvrage dénommé du Plessis-Praslin après 1887, en souvenir du maréchal (1598-1675) de Louis XIV. Une campagne de renforcement intervient entre mars 1903 et 1908, les travaux de maçonnerie (béton armé) sont confiés à l'entrepreneur Benoît Estrade (montant total : 750.000 f.). Ils consistent en l'établissement de 2 tourelles à éclipse pour 2 canons de 75 mm (n0. 11 au saillant Nord, marché Marine-Homécourt du 11-06-1902, [0908028 ; 6851012] no. 12 au saillant Sud, marché identique [0908023 ; 6850902]) et de 5 observatoires cuirassés fixes (no. 32, 33, 51, 112, 127), l'établissement d'un coffre de contrescarpe double au saillant Nord, d'un coffre simple au saillant Sud-Ouest et le renforcement du ciel de l'aileron Sud. Une caserne en béton armé (avec refends intérieurs en maçonnerie de calcaire) est établie entre la tourelle Mougin, elle même renforcée avant décembre 1909, et le front Sud-Est de l'ouvrage. Une entrée de guerre, desservant cette caserne, est édifiée au même moment dans le fossé au Sud de l'entrée principale. Une batterie extérieure (non étudiée) pour 2 tourelles à éclipse à 1 canon de 155 mm est construite entre 1907 et 1909 sur le glacis, en avant du saillant Ouest. Formant l'un des ouvrages principaux de la défense de Toul, le fort de Lucey reçoit des visiteurs illustres : le président Sadi Carnot en 1892, le tsar Nicolas II en 1901 et le grand duc Nicolas, ministre de le guerre de Russie, en 1912. Entretenu par l'autorité militaire jusqu'en 1940, le fort de Lucey connaît un début de dégradation en 1943-1944 avec le prélèvement, par l'occupant allemand, des éléments cuirassés (tourelles, observatoires, portes métalliques, pont). Devenu sans objet pour le défense nationale à la suite de ces prélèvements, il est déclassé avant 1960, mais maintenu dans le domaine militaire.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates 1875, daté par source
1876, daté par source
1877, daté par source
1878, daté par source
1879, daté par source
1880, daté par source
1881, daté par source
1882, daté par source
1904, daté par source
1905, daté par source
1906, daté par source
1907, daté par source
1908, daté par source
1909, daté par source
Auteur(s) Auteur : Dourlet François,
François Dourlet (1819 (?) - 1877)

entrepreneur du fort de Lucey et de la batterie (actuel fort) de Trondes (A.D.M.M. : 2 R 78)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Estrade Benoît, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Peaucellier Charles,
Charles Peaucellier (1832 - 1919)

chef du génie à Toul (1874-1877), auteur du tracé du polygone fortifié et des premiers forts de ceinture, introducteur dans cette place des ponts escamotables à double bascule, système Pilter (constructeur à Paris)-Ardagh (ingénieur militaire anglais, 1840-1907, inventeur). Peaucellier, chargé de l'établissement d'une partie des premiers forts polygonaux de Paris, avait été vraisemblablement en contact avec Ardagh qui était en "stage" à Paris en 1871. (sources : Base Léonore et alli.)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur militaire, attribution par source

ravelin : entrée en moellon appareillé ; corps de garde extérieur : disparu ; 4 casernes sur cours intérieures : moellon, voûtes en berceau ; 1 caserne de temps de guerre : béton armé enduit, dalle de béton armé ; vestiges de la tourelle Mougin : coupole en maçonnerie, voûte annulaire supérieure en béton ; 3 casemates : béton armé, calcaire ; revêtements d'escarpes et de contrescarpes : moellon

Murs calcaire moellon
béton béton armé enduit
Toit terre en couverture
Couvrements dalle de béton
voûte en berceau
coupole
États conservations désaffecté, vestiges
Statut de la propriété propriété de l'Etat (?)

Références documentaires

Documents d'archives
  • monte-charge tourelle fonte dure (Mougin). Ministère de la Défense, service historique de la Défense, Vincennes : 2 V 305/49-81
  • rapport sur le fonctionnement de la tourelle fonte dure (Mougin), 1910. Ministère de la Défense, service historique de la Défense, Vincennes : 2 V 309/145-150
  • renforcements (tourelle fonte dure, tourelles de 75, observatoires cuirassés) Ministère de la Défense, service historique de la Défense, Vincennes : 2 V 354
  • fonctionnement du monte charge de la tourelle fonte dure (Mougin) Ministère de la Défense, service historique de la Défense, Vincennes : 2 V 355/1-113
  • projets d'améliorations Ministère de la Défense, service historique de la Défense, Vincennes : 2 V 74
  • renforcements Ministère de la Défense, service historique de la Défense, Vincennes : 2 V 98-99
  • Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : 2 R 78
  • fort de Lucey Ministère de la Défense, service historique de la Défense, Vincennes
Périodiques
  • 20-03-1904, p. 374 (adjudication à l'entrepreneur Estrade). Bibliothèque municipale, Nancy : 755027
  • 1887, p. 353-354. (travaux en béton, 1879) Bibliothèque municipale, Nancy
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Thiébaut Pascal
Pascal Thiébaut

Chercheur à l'Inventaire général du Patrimoine culturel à Nancy


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Garin Frédéric
Frédéric Garin

chercheur associé : architecture de l'industrie textile et architecture militaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Olier Virginie