Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les fermes et les maisons de la commune de Réchicourt-le-Château.

Dossier IA57030354 réalisé en 2013

29J383

1820, projet de reconstruction de la maison d’école de Réchicourt Plan le logis avec cuisine, four dans cheminée et chambre et à coté une grande salle pour la salle de classe. Reconstruction école de filles, école de garçon.

Description de la maison qui est achetée pour construire l’école des garçons : 1848 Vente d’une maison située au centre de Réchicourt au nord rue Haute, chambre à l’est rue dite chemin d’Azoudange au midi grande rue. Cadastrée 90. Composée d’un rdc avec caves en dessous un 1er étage et grenier dessus, une grange écuries et greniers à fourrage. Le rdc comprend une salle cabinet à coté une cuisine dans laquelle il existe une pompe et un escalier qui conduit au 1er étage. Une petite chambre à coté et au midi de la dite cuisine. Une cave non voutée sous la cuisine cave voutée dessous la salle et le cabinet. Une grange au midi passage derrière cette grange écurie entre ce passage est la maison du sieur Callot. Un jardin situé à l’est de cette maison de l’autre côté de la rue dite chemin d’Azoudange de deux ares 80 centiares section K 158 et qui le sépare d’avec la dite maison au midi par le hallier du bâtiment. La maçonnerie des murs de face et de refend est en moellon avec mortier de chaux et sable. Les baies des portes et croisées dans les murs de face ont leur châssis en pierre de taille. Toutes les croisées sont garnies de menuiseries à glace et petits bois et ferrées au rdc et 1er étage. Les croisées du rdc et chambres salles cabinets au 1er sont garnies à l’extérieur de contrevents en sapin ferrés avec gonds. La cuisine est pavée de dalle en pierre de taille le four est maçonné de brique ainsi que la cheminée. L’aire de la grange et écurie est en terre battue.

29J693

Deux écoles, séparation des sexes, un instituteur et un sous maître, deux sœurs de la doctrine chrétienne, logement séparé, mélange d’enseignement simultané et mutuel , nombre moyen d’élève pour l’hiver 80 en été 30. L’école de garçon est au nord de l’église et à la même distance que la maison de cure. L’école des filles également au nord de l’église est éloignée de l’école de garçon comme celle-ci l’est de l’église.

J6321

Ascensements

Doit cens sur une maisonnette dans l’enclos du château, sur un corps de maison proche le pressoir, la maison de Nicolas Masson où était l’ancienne huilerie avec le jardin sur le fossé , sur une maison attenante à l’ancienne huilerie sur le revers des fossés avec un petit jardin près du pont de pierre, Jean-Pierre Chevalier pour les fossés de derrière sa maison depuis celle de Thiebaut en tournant joindant les anciennes murailles jusque près du château, pour une maison avec les jardins derrière située grande rue, pour un jardin près du pont de pierre, pour sa maison qui prend jour sur les fossés, sur un jardin au bout de la grande rue, plusieurs maisons situées en la Grande rue.

Ferme du Lansquenette proche Hellaucourt située ban de Réchicourt laquelle consiste en une maison, grange, écurie, jardin, usuaire chènevière terre dans un même continent, les bois du comté au levant et les terres labourables d'autres.

Aires d'études Réchicourt-le-Château
Dénominations ferme, maison
Adresse Commune : Réchicourt-le-Château

Le patrimoine bâti de la commune de Réchicourt-le-château est composé de maisons et de fermes édifiées aux 18e et 19e siècle, de fermes et maisons reconstruites après 1945 suite aux bombardements d'artillerie de 1944 dont l'ensemble mairie et école, par l’architecte d ela seconde Reconstruction Joseph Denny. Le presbytère est construit entre 1885-1886 par l’architecte J. Ernst.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 2e moitié 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Denny Joseph
Joseph Denny

Architecte de la reconstruction et de la modernisation des Trente Glorieuses installé à la frontière de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle, à Moussey puis à Avricourt, Joseph Denny (1911-1976) a déployé une activité intense dans les arrondissements mosellans

de Château-Salins et de Sarrebourg pendant un tiers de siècle (1944-1976).

Après deux ans de stage chez l’architecte strasbourgeois A. Mossler (1925-1927), Joseph Denny effectua un stage pratique dans l’entreprise Steinbach Frères à Strasbourg puis suivit quatre semestres de cours à l’école nationale technique de la même ville

(1929-1930) et le cours d’ingénieur-architecte de l’école des travaux publics de Paris (1931-1932). Patenté comme architecte, il est reçu comme membre de la Société des architectes en 1934.

De 1932 à 1934 il a réalisé 23 pavillons dans la cité Noeppel de Lingolsheim et Ostwald puis 11 autres ainsi que deux immeubles de rapport à la cité Kreutzmatt d’Eckbolsheim (1936). Il est aussi actif dans différents quartiers de Strasbourg, où il construit de

nombreuses maisons de rapport (à Meinau, Robertsau, Neudorf, Cronenbourg ; 1933-1936). En 1939, les usines Bata de Moussey font appel à lui et il réalise la cité-jardin de Moussey. L’entreprise s’étant d’abord repliée dans l’Eure, il s’installe à Saint-Marcel, près de Vernon, et y œuvre à la reconstruction des usines Steiner et pour les Manufactures de Saint-Marcel, filiale de Bata (1940-1944), dressant le plan de la nouvelle cité et reconstruisant les ateliers de fabrication de caoutchouc et bonneterie. Il y réalise notamment une

salle des fêtes à décor alsacien !

De retour à Moussey après la guerre, il reconstruit les fermes Jung (première stabulation libre en France) et Marchal (1945) puis est employé continûment à Avricourt, où il s’installe en 1949, Moussey, Azoudange, Réchicourt-le-Château et Diane-Capelle. Dans le cadre

de l’application de la législation sur la modernisation de l’habitat rural, il expérimente à Desseling et à Assenoncourt la suppression des tas de fumier sur l’usoir en construisant des fosses à purin à l’arrière des bâtiments agricoles.

Il construit aussi de nombreuses écoles dans les arrondissements de Château-Salins et de Sarrebourg, l’hôpital de Château-Salins, la maison de retraite de Vic-sur-Seille etc.

sources introduction du répertoire numérique du fonds privé de l'architecte AD57


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Ernst Joseph
Joseph Ernst

Architecte de l'arrondissement de Sarrebourg de 1887 à 1918, auteur des temples de Sarrebourg en 1890, d'Abreschviller en 1901, Dieuze en 1903-1904.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Les fermes et maisons de la commune de Réchicourt sont en moellons calcaire et grès, en brique et en parpaing béton. Les encadrements sont en bois, en grès et en ciment. Les toits sont couverts de tuile mécanique, tuile plate et de tôle ondulée, à l'origine ils étaient couverts de bardeaux de bois.

Les fermes, mitoyennes sont à deux ou trois travées de plan. Le logis a deux ou trois pièces en profondeur, le poêle ou la cuisine sont en façade. Un couloir traversant permet l'accès au logis par une porte latérale percée pour donner accès à la cuisine centrale. Les exploitations sont à une ou deux travées de plan, dans les fermes plus petites l'écurie est placée derrière la grange. Du coté gauche de la Grande rue, des fermes ont des structures différentes, travées parallèles horizontales avec l'exploitation à l'arrière rue de la Haute Chambre et le logis placé à l'avant avec un accès par la Grande Rue, ou un grand logis sur trois niveau et une grange traversante avec accès du côté de chaque rue (voir ferme 23 Grande rue). Des maisons et fermes plus grandes, anciennes auberges et commerce se situent dans la rue Maculée, certaines ont été détruites pendant la Seconde guerre mondiale. Il subsiste des maisons de manouvriers route de Foulcrey. Le presbytère fait partie des bâtiments reconstruit pendant la première annexion. Rue Maculée, il existe aussi un habitat plus « urbain » composé de maisons à vocation commerciale. Il s’agit d’anciens hôtels de voyageurs, d’auberges ou de boutiques. La composition de la façade est soignée, avec une corniche moulurée et un bandeau séparant les deux niveaux d’habitation. Les petites baies en demi-lune du niveau supérieur se retrouvent sur quelques bâtiments du XIXe siècle dans la commune.

Typologies ferme à cour fermée, ferme de la seconde reconstruction, ferme à double logis
Murs calcaire moellon
grès moyen appareil
brique
ciment parpaing de béton

Décompte des œuvres repéré 69
étudiées 7
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Zeller-Belville Catherine
Catherine Zeller-Belville , né(e) Belville (14 07 70 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.