Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Gorhey

Dossier IA88031890 réalisé en 2019

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'études Dompaire
Adresse Commune : Gorhey

La carte archéologique mentionne la présence d’une voie pavée vue en 1825 entre le Bois Lassel et le Bois de Darnieulles, qui pourrait être mérovingienne. Il existerait « une station romaine » entre Gorhey et Darnieulles, en lien avec les éléments découverts au lieu-dit Les Curtillottes (débris de tegulae, carreaux rayés, tessons du 2e/3e siècle apr. J.-C., fer de lance romain à douille). Des fragments de céramiques gallo-romaines ont également été identifiés dans l’église, et dans un pré au sud de celle-ci. La toponymie de Bocquegney (-acum) évoque en effet une occupation dès la période gallo-romaine.

Le nom du village est attesté dès 1144, sous le nom de Guoherei, comme appartenant entièrement au chapitre de Remiremont (Fournier. 1899). L’abbesse de Remiremont y avait ainsi droit de haute, moyenne et basse justice. Gorhey faisait partie en 1594 du bailliage des Vosges, prévôté de Dompaire et de Valfroicourt, et à partir de 1751 du bailliage et maîtrise de Darney, coutume de Lorraine. Au spirituel, Gorhey fait partie du doyenné de Jorxey, du diocèse de Toul et de l’évêché de Saint-Dié (Lepage et Charton. 1945).

Son église dédiée à saint Paul, construite vraisemblablement au 12e siècle, fut presque entièrement remaniée vers 1766. Des sépultures antérieures à la construction de l’abside sont également mentionnées dans la carte archéologique. En 1792, les habitants ont planté sur la place au-devant un arbre de la Liberté, un chêne (Pierfitte. Gorhey à la veille de la Révolution de 1789. (1889) (AD88 - 11T21/156).

La population du village atteint son maximum en 1831 avec 202 habitants. Puis elle chute progressivement pendant le siècle et demi suivant en raison de l’exode rural (105 habitants en 1975). Avant l’installation du système d’adduction d’eau, le village est alimenté par un ensemble de puits, ainsi que des fontaines et des lavoirs aménagés en 1710 (fontaine près du moulin), entre 1813 et 1826 (Grande Fontaine) et dans les années 1880. L’électrification des bâtiments publics se fait à partir de 1925.

Gorhey est situé au sud-est de Dompaire dans la vallée de la Gitte, affluant du Madon. Les constructions sont mitoyennes 2 à 2 ou non mitoyennes. Elles sont groupées autour de l’Église entourée de son cimetière. C’est près de ce centre que sont situés le chêne de la Liberté, le monument aux morts, la mairie et de l’école. Les usoirs sont généralement cadastrés au profit de la ferme. Les autres bâtiments sont implantés le long des routes principales, vers le Moulin d'en Bas au nord, vers la route principale à l’est, et vers le sud le long de la Gitte. Le quartier qui s’est développé près du Moulin d’en Haut et du pont était principalement composé de maison de manouvriers qui ont été remplacées par des habitations de la seconde moitié du 20e siècle. Des lotissements récents sont édifiés en périphérie Sud et Est, le long de la route départementale n°39 allant vers Girancourt et Hennecourt. La ferme isolée de La Voivre (rue Pied de Cheval) signalée sur le cadastre de 1842, est abandonnée vers 1910, puis tombée en ruines. Le moulin de Gorhey (Moulin d'en Bas), mentionné sur la carte de Cassini (milieu 18e siècle), accueille actuellement une scierie se situant partiellement sur la commune d’Hennecourt.

Les exploitations agricoles contemporaines ont de grands hangars à l’arrière des anciennes fermes (rue de la Gitte, rue de la Voivre) ou en périphérie du village à l’Est et au Nord.

Le fond de vallée entourant le village était pâturé tandis que le parcellaire conserve la mémoire de culture en lanières autour, sur un sol calcaire. Aujourd’hui, le territoire est principalement mis en culture avec des céréales et quelques parcelles de fourrage, de maïs et de blé (sources : Registre parcellaire graphique 2018 – IGN). Le Bois de la Voivre et le Bois Bonnot sont situés en bordure Est du ban communal, tandis que le Bois du Behey s’étend au sud-ouest du village entouré de taillis éparses (Vieille Croix, Fouchichamp).

La commune a fait l’objet d’un traitement de l’architecture rurale à travers une étude thématique en 2019, qui a repéré 24 bâtiments et en a étudié 3.

(c) Région Grand-Est - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa