Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 18 sur 18 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ensemble de trois bornes fontaines - abreuvoirs
    Ensemble de trois bornes fontaines - abreuvoirs Aroffe - rue de la Chalete rue des Prés rue Principale - en village
    Historique :
    Cadet et E. Guesnier (fabricant) et porte la signature "CADET GUESNIER SUCCr PARIS". suite du traité de gré à gré avec Ernest Gilbert, ferblantier à Favières (Meurthe-et-Moselle).(sources : AD88 - 2O17/13) La pompe correspond au modèle 971 ou 973 du catalogue de 1884 des ateliers Achille
    Représentations :
    feuilles d'eau et de fleurs. Le jet d'eau sort de la bouche d'un mufle de lion.
    Description :
    , placées sur un socle de pierre et déversent leur eau dans un bassin rectangulaire d'abreuvoir en pierre par un bac en ciment, et la fontaine de la rue principale a été couverte.
    Auteur :
    [fabricant] Achille Cadet et E. Guesnier (fabricant)
  • Ensemble de deux bornes fontaines
    Ensemble de deux bornes fontaines Raon-sur-Plaine - Aimé Le Bègue Grande Rue - en village
    Historique :
    - 2391/13) Les bornes-fontaines proviennent de Achille Cadet et E. Guesnier (fabriquant) selon la mention portée "Achille CADET / CONSTRUCTEUR / Bt SGDG / 69 r de la Roquette / PARIS". projet d'implantation de 6 nouvelles fontaines bornes d’après les devis de Viard, conducteur des ponts et
    Représentations :
    Les bornes-fontaines en fonte identiques sont ornées d'un écusson portant la signature du fabricant , surmonté d'une couronne-murale. Il est flanqué de consoles, qui forment la partie inférieure d'un homme et d'une femme. Nus, ils tiennent respectivement un roseau et une tige de blé dans une main, et une
    Description :
    bornes sont en fonte, placées sur un socle de grès rose et déversent leur eau dans un bassin
    Auteur :
    [fabricant] Achille Cadet et E. Guesnier (fabricant) [ingénieur des Ponts et Chaussées] Viard
  • borne fontaine - abreuvoir
    borne fontaine - abreuvoir Châtel-sur-Moselle - rue Aristide Briand rue du docteur Sayer - en village
    Historique :
    Vosges. La borne-fontaine porte la signature peu lisible "ACHILLE CADET / E. GUESNIER /[…] SGDG
    Représentations :
    L'écusson portant la signature du fabricant est surmonté d'une couronne-murale, et flanqué de consoles, qui forment la partie inférieure d'un homme et d'une femme, nus, tenant respectivement un roseau et une tige de blé. Le jet d'eau est orné d'un mufle de lion grimaçant.
    Description :
    portant la signature "VARIGNEY", alimentés en eau par une borne fontaine signée d'Achille Cadet et d'E . Guesnier (fabricants).
    Auteur :
    [fabricant] Achille Cadet et E. Guesnier (fabricant)
  • Les décors faisant références à l'antiquité et à la mythologie sur les édicules liés à l'eau dans les Vosges.
    Les décors faisant références à l'antiquité et à la mythologie sur les édicules liés à l'eau dans les Vosges.
    Référence documentaire :
    Lavoirs et fontaines : les catégories et les ornementations. Connaissance de la Meuse BOCCIARELLI , Marie. Lavoirs et fontaines : les catégories et les ornementations. Connaissance de la Meuse, octobre Les lavoirs meusiens, entre éclectisme et architecture savante. Le pays lorrain : L'eau en Lorraine WIECZOREK, Jean-Pierre. Les lavoirs meusiens, entre éclectisme et architecture savante. Le pays lorrain
    Titre courant :
    Les décors faisant références à l'antiquité et à la mythologie sur les édicules liés à l'eau dans
    Texte libre :
    . Ainsi, la borne-fontaine fabriquée par Achille Cadet et E. Guesnier est ornée d'un relief figurant un Sur les plus de 2200 fontaines, puits et lavoirs relevés dans les Vosges, environ 27 % portent avait bien davantage à l'origine, car nombre de ces décors étaient rapportés (mascarons…) et ont disparu Varigney en 1873, et qui est orné d'un motif symétrique de palmettes et volutes. En plus de l'intérêt dans la plaine et le piémont, (rarement dans la montagne), 80% (483/600) des fontaines et lavoirs référence à l'antiquité est omniprésente dans les formes et décors des édicules liés à l'eau. Indirectement représentent le fleuron technique des civilisations. Ce type de grand projet entre une source et le centre du par des ornements qui leur confèrent l'apparence de petits temples dédiés à l'eau, l'hygiène et fontaine et le lavoir sont placés à l'autre extrémité de la conduite souterraine et sont au minimum garnis de Pierrefitte et Hennecourt. Les mairies-lavoirs et les lavoirs ouverts sur un coté sont
    Illustration :
    fontaine et amas d'eau au-dessus de la route des Sauniers à Trémonzey, vue d'ensemble de trois Fontaine de Bazoilles-sur-Meuse, vue de détail du bassin central, signé et daté
  • Maitre-autel
    Maitre-autel Vexaincourt
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le fabricant sur l'oeuvre Marbrerie E. Wucher, Lunéville, 1928.
    Historique :
    L'autel, le retable et le btabernacle, réalisés par la marbrerie E. Wucher de Lunéville en 1928
    Description :
    Autel, retable à gradins et tabernacle de style Art déco en pierre blanche incrustée de carreaux de faïence émaillés et de mosaïques bleu et or.
    Auteur :
    [marbrier] Wucher E.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Marbrerie E. Wucher Lunéville
  • Ensemble n°2 de 4 reliquaires de style néo-gothique
    Ensemble n°2 de 4 reliquaires de style néo-gothique Sommerviller - rue de Lorraine
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Inscriptions & marques :
    transcription : ORNEMENTS D'ÉGLISE / E. VOLFROM / RUE ST. DIZIER 117 À NANCY ; peint au pochoir au
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale orfèvrerie religieuse et mobilier religieux des églises de Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    portent la marque du fabricant nancéien E. Volfrom. reliquaires abritent les reliques corporelles, non insignes, de saint Justin et sainte Aprône. Les sceaux de
    Description :
    architecture avec fronton triangulaire, percé de remplages, au bord souligné de crochets et sommé d'une fleur encadrée de colonnes et de pinacles. La relique est enchâssée dans un reliquaire portatif, fixé sur un velours grenat et entouré d'un décor moulé doré. Le reliquaire portatif ovale possède un cadre de
    Auteur :
    [fabricant marchand] Volfrom E.
    Aires d'études :
    Meurthe-et-Moselle
  • Coeur de dévotion
    Coeur de dévotion Sommerviller - rue de Lorraine
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Inscriptions & marques :
    consacrée à votre Saint et Immaculé Cœur. Nous nous confessons à votre maternelle miséricorde et nous avons
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale orfèvrerie religieuse et mobilier religieux des églises de Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    Paris de 1865 à 1901. Il est donc possible que cet objet ait été réalisé par le même fabricant. A Sommerviller, le 7 mai 1882, jour de la fête du Saint Cœur de Marie, l'abbé Achille Perrin, curé de la paroisse , coiffa la statue de la Vierge d'une couronne en bronze doré avec incrustation de perles de verre et
    Description :
    Cœur de dévotion en laiton doré, nacre et verroteries transparentes montées sur griffes. La partie
    Auteur :
    [] Perrin Achille
    Aires d'études :
    Meurthe-et-Moselle
  • Lavoir - remise de matériel d'incendie
    Lavoir - remise de matériel d'incendie Médonville - route d'Urville rue de la Terrasse - en village - Cadastre : 2015 D 511
    Historique :
    plan rectangulaire à la place de la fontaine actuelle. En 1886, le projet est relancé et de nouveaux plans sont réalisés par Joseph Michaux, architecte à Sartes. Il prévoit le déplacement du lavoir et du local pour les pompes à incendie dans la rue de la Terrasse, et la construction d'une fontaine de fonte francs. (sources : AD88 - E dpt 301/1O7 ; 2O308/10). Le lavoir est couvert de tuile provenant de la
    Description :
    , ce lavoir clos avec portes et fenêtres est couvert d'un toit à longs pans avec croupe, couvert de tuiles mécaniques. Les murs sont en moellons enduits, hormis les encadrements des ouvertures et la façade antérieure qui sont en pierre de taille (grès et calcaire). Les deux colonnes d'alimentation prévues sur les grand bassin rectangulaire de lavage. Le sol est pavé, et des bancs de bois sont placés contre les murs . Le lavoir est munis de deux portes, l'une vers la rue et une seconde sur l'arrière s'ouvre sur une . Ce local abrite encore une ancienne pompe à incendie à bras et les grandes échelles. Des tuyaux de céramique et des tuiles sont déposés le long du pignon.
    Auteur :
    [fabricant] tuilerie de La-Neuveville-sous-Châtenois
    Typologies :
    lavoir clos avec portes et fenetres
    Illustration :
    Fontaine Jeanne d'Arc et lavoir de la rue de la Terrasse à Médonville, plans, coupes et élévations lavoir de la rue de la Terrasse à Médonville, plans, coupes et élévations dressés par Michaux Lavoir - remise de matériel d'incendie à Médonville, vue de détail de tuyaux et tuiles déposés
  • Bornes fontaines des Vosges
    Bornes fontaines des Vosges
    Texte libre :
    , parmi les plus anciennes (entre 1848 et 1877), ont été produites par l'entreprise d'Achille Cadet, qui et R M E, probablement les initiales des commanditaires (rue de la Glaçotte à Villers). Celle qui est s'associe avec E. Guesnier, constructeurs hydrauliciens à Paris. Ils sont spécialisés dans les fournitures les dimensions réduites de la colonne d'alimentation et sa silhouette en forme de borne, le sommet fontaine en fonte à un lavoir préexistant (Attigny, Harol et Romont), soit à la transformation de bornes extrémités Ouest et Est, et dans le centre le long de la Moselle. Quelques unes se situent aussi entre Bains -les-Bains et Plombières-les-Bains. Elles ont principalement été établies au cours du 19e siècle, les , et sont employées de manière traditionnelle pour permettre un accès à l'eau de manière sobre et économique. Elles constituent des fontaines modestes par leur dimension et leur décor, associées à un -fontaines est d'extraction locale. Ainsi, celles de la plaine sont réalisées en calcaire, et celles de la
    Illustration :
    Borne-fontaine de Blée à Gendreville, plans, coupes et élévations de La borne-fontaine établis par Borne-fontaine de Bains-les-Bains, plan et élévation dressés par Gahon, architecte en 1838 (AD88 Graphique représentant le nombre de bornes-fontaines en fonte et pierre datées relevées dans les
  • Les décors signifiants sur les édicules liés à l'eau dans les Vosges
    Les décors signifiants sur les édicules liés à l'eau dans les Vosges
    Texte libre :
    de vie végétale et animale, à l'exemple de la borne-fontaine du fabricant Achille Cadet et E du catalogue de 1911, produit par E. Capitain Gény et Cie (fondeur). Ils peuvent aussi être un Sur les plus de 2200 fontaines, puits et lavoirs relevés dans les Vosges, environ 27 % (610 sites ) portent encore aujourd'hui un décor en relief, dont 462 fontaines-abreuvoirs, 123 lavoirs, 14 puits et 1 …) et ont disparu au fil du temps. Ce sont soit des ornements architecturaux magnifiant les façades de : Les décors liés à l'eau réalisés en pierre sont au nombre de 15, situés dans la plaine et dans les les quartiers canoniaux d'Epinal et de Saint-Dié avec des motifs renaissants de cariatides, grotesques , coquilles (16e siècle), et les fontaines d'Amphitrite et Neptune à Remiremont et Bruyères (18e siècle ). Cette dernière est notamment ornée d'une chute d'objets marins avec trident, filets, poissons, nasse et personnifications de cours d'eau sous la forme d'une femme : La Mortagne à Rambervillers, et la Meurthe à Saint-Dié
  • Église Paroissiale Saint-Pierre à Guermange
    Église Paroissiale Saint-Pierre à Guermange Guermange - rue de l'église
    Historique :
    le mur extérieur du chœur indique la pose et bénédiction d’une pierre en 1729, date de la reconstruction de l’église, "IC pyr pierre de cet église a été bénite par M.Bellon cure de ce lieu et pose par les sieurs Ancel et Jeanjean...amodiateurs de Guermange en l'an 1729". En 1787, le curé M. Richard 1882 et 1905 dont la pose d'un pavé neuf en "brique de céramique" de Mettlach en 1883 "à la place des grandes dalles de la nef et du chœur" (archives paroissiale, registre du conseil de Fabrique 1883). Le curé Weylang achète en 1893, le pressoir devant l'église pour pouvoir le détruire et agrandir l'église . L'entrée actuelle est alors aménagée et les travaux de reconstruction dont le clocher peuvent commencer d’une tourelle d’accès à la tribune et au clocher. Bénédiction de la nouvelle église de Guermange le 9 juillet 1906 "l'église nouvellement reconstruite a été bénite par M. l'abbé E. Bayard le dimanche 13 réparée pour ne plus toucher le verre (ref; Registre du conseil de fabrique). Entre 1918 et 1928, l’abbé
    Description :
    avec meneau prismatique et tympan à mouchettes irrégulières. Le pavement est composé de carreaux de céramique Villeroy et Boch de Mettlach. Pour la construction de 1905 qui comprend l'élévation des murs de la
    Auteur :
    [fabricant] Villeroy et Boch à Mettlach
    Texte libre :
    somme de 200 mark tel qu'il est et à mon compte (signé Weyland curé de Guermange). Le 19 mars 1893 le conseil municipal s'est réuni et a décidé de faire venir un architecte pour voir les réparations à un plan et devis de réparation à l'église; il n'est pas encore venu. Certains individus travaillent hors de l'église, fenêtres neuves avec vitraux peints, rehaussement de la nef et plafond neuf à caissons, entrée vis à vis la porte de l'église et suppression des deux autres portes qui ramènent trop de les 4 évangélistes, 2 statues sur l'autel St Pierre et St Paul. . Une crèche complète neuve achetée en enfants de chœur ou au diacre et ss diacre. Un fauteuil pour le célébrant. Un prie dieu large. Un toile se trouvant dans le chœur et dont 1 ancien, les 3 autres ayant été peints par l'abbé Abbé. 2 croix . Croix payée par les conseillers de fabriques. Un encensoir avec navette. 2 sonnettes dont 1 simple et . Épitaphe de Jean de Guermange L'an 1543 après la naissance du Seigneur, le noble et vaillant Jean de
  • Bandelette de Torah (mappah) n° 3
    Bandelette de Torah (mappah) n° 3 Sarrebourg - 12 rue du Sauvage - Cadastre :
    Inscriptions & marques :
    Inscription en hébreu : « Mickael fils de Moïse, né S[ous une] B[onne] E[toile], le 24 Tevet 660 [1900], qu'il grandisse pour la Torah, la Houppah et les bonnes actions, amen » / sur la Torah : « la ). Inscription en français : « Achilles Freund ».
    Historique :
    Cette mappah a été réalisée pour un enfant né le 26 décembre 1899, dont le nom civil, "Achilles Freund" (né à Sarrebourg et enterré au cimetière de la ville en 1982) est mentionné en français sous
    Représentations :
    Torah surmontée de sa couronne, symbolisant l'étude et la pratique religieuse ; dais de mariage
    Illustration :
    Détail du rouleau de la Torah et de la houppah. IVR41_20075730092NUC2A
  • Usine de tissés métalliques Gantois
    Usine de tissés métalliques Gantois Saint-Dié-des-Vosges - 25 rue des Quatre Frères Mougeotte - en ville - Cadastre : 2012 AS 91, 94, 113, 225 2012 AT 212 Outre la parcelle 212, l'emprise originelle comportait les parcelles suivantes : 61 à 63, 211, 453, 454.
    Historique :
    papetière) à Saint-Dié date de 1872. Originaire de Liepvre (68), Camille Henry (1851-1899), fabricant de tamis et de grillage, s'installe à Saint-Dié en 1877 ; il s'associe en 1894 avec Joseph Gantois (1865 suite du décès de Camille Henry, J. Gantois s'assure le concours de Just Beucher et fonde une nouvelle société : Joseph Gantois et Cie. Une nouvelle usine est édifiée à partir de 1900, sur 2 emprises séparées AS du cadastre), correspondant au site actuellement en activité et constitué en plusieurs étapes lampes antidéflagrantes pour mines de houille type Davy) et de grillage pour clôture, s'ajoute la fabrication de tôle étamée et perforée. En 1902, l'augmentation du capital de la société conduit à -1923) et Brueder ; un atelier d'étamage en 1907 par l'entrepreneur François Chéry (1859-1934), entré commercial : "Ma corne s'y brise". En juin 1911, l'entreprise en commandite J. Gantois et Cie se transforme société devient devient S.A. des Etablissements J. Beucher et J. Gantois Réunis, avec transfert du siège
    Référence documentaire :
    COLIN (Philippe), Origine et développement d'une entreprise déodatienne : les établissements Gantois, 121e année, 1995-96, vol. XCVIII, p. 133-155 [Développement économique et industrialisation dans et Brueder). Le béton armé. Organe des Concessionnaires et Agents du Système Hennebique. Editeur : le : Chéry). Le béton armé. Organe des Concessionnaires et Agents du Système Hennebique. Editeur : le béton de l'Ifa. Cité de l'architecture et du patrimoine. caserne Chérin-kellermann, dont "hangar"). L'immeuble et la construction dans l'Est.
    Précisions sur la protection :
    l'exclusion de l'extension) : les façades et toitures ; l'entrée et le vestibule ; la cage d'escalier avec
    Description :
    murs Nord et Ouest) ; atelier de fabrication A (0993588;6805552) : enduit, bardage partiel en matériau fabrication B (0993704;6805576) : enduit, bardage en métal et matériaux synthétique translucide sur façade (restauré) ; bureau, remise et conciergerie F (0993665;6805486) : calcaire, pan de béton armé enduit, sous , élévation à travées avec encorbellement partiel du 2e étage côté Nord et Est, escalier de distribution bâtiment originel et réduction probable du nombre des travures, brique silico-calcaire à pan de fer cornières et fers plats rivetés, avec boulonnage sur fermes en partie haute, toit à longs pans en tuiles mécaniques (détruit après inventaire) ; hangar E (0993627;6805478) : enduit, mur-pignon Est à gradins, toit à ) : brique et brique silico-calcaire enduite, toit à longs pans en tôle ondulée (détruit après inventaire).
    Appellations :
    manufacture Lorraine de Tissus Métalliques J. Gantois et Cie, puis S.A. des Ets. Joseph Gantois , puis J. gantois et J. Beucher réunis, puis Société des Ets. Gantois, actuellements Ets. Gantois
    Texte libre :
    particulier. Sa structure modulable, par travures, facilitait une réaffectation à d'autres usages et des modification de sa longueur originelle. Sa largeur originelle (18 à 20,00m) et l'entraxe des travées de fermes origine une caserne de Lunéville. Edifiées pour l'essentiel entre 1882 et 1885 les casernes Stainville (infanterie), Diettmann (cavalerie) et Treuille de Beaulieu (artillerie à cheval) offrent des dispositions Barollière (cavalerie), principalement édifié dans la seconde moitié du 18e siècle et agrandi entre 1894 et Chérin-kellermann (infanterie), partiellement désaffectée en 1926 et dont la vente des matériaux (dont un consacrées aux Dommages de Guerre 1914-1918, au bénéfice des Ets. Trimbach et/ou Blech et Trimbach de Saint
    Illustration :
    Bâtiment E ( à gauche) et F, vue depuis le Sud-Ouest. IVR41_20128812388NUC2A Bâtiments A (à gauche), F (au fond) E et K (à droite), vue depuis l'Ouest. IVR41_20128812322NUC2A Atelier de fabrication B, vue intérieure : revêtement de sol en pavés composites alliant ciment et droite), oeuvre contemporaine formée de métal perforé et de fils métalliques. IVR41_20128812366NUC2A Bâtiment F (conciergerie et entrée de l'usine), élévation Sud, vue de face. IVR41_20128812386NUC2A : couloir et décor mural en plâtre (?) moulé. IVR41_20128812236NUC2A vers le vestibule Nord et l'escalier de distribution intérieur. IVR41_20128812239NUC2A Bâtiment F, vestibule Nord, escalier en demi-hors-oeuvre : première volée et garde-corps portes, détail : hublot de la cellule photo-électrique et plaque du constructeur avec logotype Bâtiment F, vue intérieure du premier étage : bureau de direction, le mur Ouest et porte (à droite
  • Présentation du mobilier de la synagogue d'Hayange
    Présentation du mobilier de la synagogue d'Hayange Hayange
    Historique :
    synagogue correspond-t-il à un modèle également rencontré à Thionville et à Grosbliederstroff. D'autres
    Auteur :
    [fabricant d'instruments de musique] Prestel Antoine-Joseph fils
    Texte libre :
    , pupitre de Torah, chandelier de Hanoukhah, bancs et luminaires) Mat : Contreplaqué, laiton, granite 3e trouvaient à Thionville et Grosbliederstroff Petite arche sainte de l’Oratoire Armoire transformée avec Mat : Argent Décor : vigne, étoile de David Insc (français) : « Don de Madame et Monsieur Lucien Lazar à l’occasion e leur premier voyage en Israël ; septembre 1967. En souvenir de leur mère Lina Levy » Israël, 3e quart 20e siècle Couronne de Torah n° 2 Mat : métal argenté Décor : lion, cerf et aigle cf le Torah, Tables de la Loi sur un nuage, étoiles à cinq branches Insc (français) : « Don de Mr et Mme Samuel Levy 5683 [1923] / (hébreu) « C[ouronne de la] T[orah] » et lettres symbolisant les Dix Décor : ornement végétal et géométrique, rosaces Insc (français) : « Don de Mme Bodenheimer en souvenir de son regretté mari » / (hébreu) « saint l’E[ternel], en l’honneur de la Torah » Dims : h = 77, la = 50 1ère moitié 20e siècle Manteau de Torah à la forme et au décor caractéristique d’Afrique du Nord
    Illustration :
    Arche sainte, pupitre de lecture, bancs et luminaires. IVR41_20185703004NUC2A
  • présentation de la commune de Saint-Georges.
    présentation de la commune de Saint-Georges. Saint-Georges
    Historique :
    16e siècle. En 1599, François de Lorraine acquit la seigneurie et en fit une baronnie. Occupée par la cependant gardé sa physionomie des 18e et 19e siècles avec la présence des usoirs le long de la Grande rue . Le lavoir et l'égayoir reconstruits en 1877, situés dans cette même rue sont détruits aujourd'hui. En
    Référence documentaire :
    Aux sources de la Seille et de la Sarre Aux sources de la Seille et de la Sarre / ill. Pierre Chenu
    Description :
    Etang et de Boule. Il y a plusieurs étangs sur sont territoire : le Neuf Étang, la Petite Frade et la long de cette route Paris-Strasbourg alors qu’un premier noyau autour de l’église paraît plus ancien et agricoles se développe avec des fermes. Il existait aussi des auberges et commerces le log de la route. Le la rue derrière l’église et à l’extrémité du village se construisent les maisons de manouvriers guerre. Le patrimoine de la commune comprend les fermes et maisons de manouvriers des 18e et 19e siècles 1965, une église paroissiale et un presbytère et un cimetière autour de l'église.
    Texte libre :
    travaux seront faits en chaux et sable et solidement. Presbytère 1874-1910. Mémoire des travaux exécutés et des matériaux fournis pour les réparations faites au presbytère de la commune de Saint-Georges le 25 mai 1875 . 35 m de maçonnerie, avoir posé et fourni 1 ½ m3 de pierre de taille, avoir fourni et une surface de 15m2. Construction d’un aiguayoir et d’un lavoir publics 1877. On a remplacé pour la conduite des eaux d’écoulement de l’egayoir et du lavoir les anciens cors en bois jugés d’un diamètre trop petit par un aqueduc en maçonnerie et en partie par des tuyaux en grès. On a exécté 166,02m2 de pavés d’air. Règlement de la place publique autour de l’aigayoir et du lavoir. Fourniture et pose d’une grille . Charpente en chêne et sapin. Pour régler la place publique autour des nouvelles constructions l’entrepreneur a fourni sur les lieux 24 m3 de pierres calcaire, pierre casser et nivellement. Récapitulatif des d’après les conditions du devis et cahier des charges, entreteneur Buillet Jean demeurant à Aspach. Wilms
    Illustration :
    Carte intitulée : « Partie méridionale du temporel de l’évêque de Metz et parties des bailliages de Nancy et allemands dans le duché de Lorraine, divisées par châtellenies, offices, prévôtés, par le sr Cadastre ancien de la commune de Saint-Georges, section E, 1814, AD57 35P612 IVR41_20205730051NUC2A Vue du haut de la rue de France, maisons de manouvriers et fermes. IVR41_20205730058NUC2A Projet de construction d'un aigayoir et d'un lavoir public dans la commune de Saint-Georges, AD 57 Projet de construction d'un aigayoir et d'un lavoir public dans la commune de Saint-Georges, plan Projet de construction d'un aigayoir et d'un lavoir public dans la commune de Saint-Georges, plan Mairie et école à l'arrière, 62 rue Haute des Écoles, élévation antérieure. IVR41_20205730059NUC2A Plan du projet d'aménagement des locaux scolaires et du logement de service à Saint-Georges, 1965 Plan du projet d'aménagement des locaux scolaires et du logement de service à Saint-Georges, 1965
  • Ensemble de livres
    Ensemble de livres Nancy
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le fabricant
    Historique :
    après la guerre un certain nombre d'ouvrages en français et en hébreu, dispersés par les pillages nazis et au moment de la destruction des anciens bâtiments annexes de la synagogue consistoriale dans les
    Description :
    Tissot, Meyer et Isaac, moeurs juives, Paris, 1888... ) portant pour certains le cachet de "la Société israélite de Conférences et de Lecture", il s'agit essentiellement d'ouvrages religieux d'origines très diverses (Metz, Lunéville, Paris, Allemagne, Pays-Bas, Italie, Etats-Unis mais surtout Pologne, Ukraine et nombreux diagrammes et une version du Yosippon de Joseph Ben Gorion en judéo-allemand (Dyhernfurth, 1799 proviennent de la synagogue d'Epinal (Vosges) et portent la mention "sauvé de la synagogue d'Epinal".
    Illustration :
    Tissot (Victor), Meyer et Isaac, moeurs juives, d'après E. Orzeszko, édition illutrée de 26 grandes compositions d'Andriolli, Paris, E Dentu Editeur, 1888, page de titre et gravure : "Michel Senior Livre de prières pour les fêtes (Mahzor) : Yom Kippour, Offenbach, Tsevi Hirsh et son fils Abraham Segal Spitz, 563 [1803, chronogramme], page de titre avec frontispice gravé signé "Moses del et fec" et , polonais, de Bohême et Moravie, Fürth, en caractères d'AMSTERDAM, Itsaq ben Lev [Buchbinder], 528 [1768 nuits de Shavouot et d'Hoshanah rabba], Francfort-sur-le-Main, Johann Kelner, en caractères d'AMSTERDAM Weill (Emmaunel), Le yiddish Alsacien-Lorrain : recueil de mots et locutions hébrao-araméens employés dans le dialecte des israélites d'Alsace et de Lorraine, Paris, Durlacher, 1930, fin de l'avant -propos et première partie.. IVR41_20095410432NUC2A Livre (?) avec étiquette "A Metz, chez Louis Louis, Libraire et relieur, rue Fournirue, n° 2937
  • Ensemble des trois cloches de l'église paroissiale d'Assenoncourt
    Ensemble des trois cloches de l'église paroissiale d'Assenoncourt Assenoncourt - rue principale - en village - Cadastre : 2017 40 1814 68
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le fabricant sur l'oeuvre M.M. Paccard d'Annecy le Vieux m'ont fondue sous le pontificat de Benoit XV et l’Épiscopat de MGR Pelt. M.M.FR. Pierron et J.Maire étant maires Mr E.Richard président de fabrique. Mr L. Greff curé de
    Historique :
    en place jusque 1920. La cloche n°3 a été commandée par un maire et réceptionnée par un second c'est
    Référence documentaire :
    d'Histoire et d'Archéologie de Lorraine. Section de Sarrebourg, 2004. - 458 p. : ill., plans, cartes ; 30 cm
    Description :
    kg sonne le si se situe au 2 et 3 e niveaux. m'appelle Paul Maris, j'ai pour parrain Mr P. Remillon et pour marraine Melle Simerman. Je publie la . Elle pèse 745kg et sonne le fa#, située au 1er niveau du beffroi en bois. La seconde, J'honore ST Edmond et la B.V. Marie Mr E.Dumont est mon parrain et Mme Just Hoffmannma marraine Je remplace une sœur Elle pèse 456kg et sonne le la, située au 1er niveau du beffroi en bois. Une rareté image d'un "poilu sont mes patrons, je suis la filleule de Mr TH.Maire et Mme J.Maire je sonne les joies du baptême et la pontificat de Benoit XV et l’Épiscopat de MGR Pelt. M.M.FR. Pierron et J.Maire étant maires Mr E.Richard
  • Hôpital Jeanne d'Arc
    Hôpital Jeanne d'Arc Dommartin-lès-Toul - route départementale 400 - bâti lâche - Cadastre : 2010 ZC 111, 112 parcelle 112 nouvellement lotie pour établissement psychiatrique non étudié, comporte l'assiette du corps de garde (non représenté) de l'édifice étudié
    Historique :
    réalisés de 1953 à 1957 par l'entreprise E. Chambert de Nancy, pour le gros-oeuvre et la Compagnie Edifice logistique associant caserne, école primaire et hôpital établi pour le compte des troupes américains Ferris, Hurley, Hughes et Ammann et Whitney, à Léon-Emile Bazin (1900-1976), architecte et à un ensemble de 22 bâtiments principaux, orientés Nord-Sud dans leur longueur et reliés par une ., l'édifice passe aux mains du C.H.U. de Nancy et devient un hôpital à part entière. Progressivement
    Description :
    Edifice de plan symétrique et de type pavillonnaire à peigne ; corps de garde : terrasse en béton ; 20 bâtiments de malades et 2 écoles primaires : parpaing de béton enduit, pan de béton armé, sous-sol pans et appentis en métal ; caserne d'infirmières : toit à longs pans en métal ; transformateur : pan de béton armé, tour sur plan carré, terrasse béton armé à débords à doucine ; chapelle et atelier
    Illustration :
    Bâtiment E, vuen intérieure au rez-de-chaussée, détail : revêtement mural en carreaux de faIence et Vue partielle depuis le Nord-Est entre les bâtiments LL (à gauche) et FF (à droite Bâtiment E, vue de situation depuis le Sud-Ouest. IVR41_20175411228NUC2A Bâtiment E, corps médian, saillie Sud formant entrée principale de l'établissement, élévation Bâtiments G et H, élévations Sud, vue de trois quarts droit. IVR41_20175411231NUC2A Bordure Est de l'emprise, vue prise vers le Sud : château d'eau N et vues partielles des bâtiments J et M. IVR41_20175411236NUC2A Bâtiments I et J (de gauche à droite), extrémités Sud, vue vers l'Est. IVR41_20175411232NUC2A ) et le bâtiment EE (au fond). IVR41_20175411243NUC2A Bâtiments CC et BB (de gauche à droite), élévations Nord, vue de trois quarts droit
1