Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 548 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • ensemble de 2 niches à fourneau
    ensemble de 2 niches à fourneau Nancy - 8 rue Montesquieu 21 bis rue Saint-Julien
    Copyrights :
    (c) Ville de Nancy
    Historique :
    des Produits Céramiques de Rambervillers) fut fondée en 1885 et, sous la direction d'Alphonse Cythère flammés de Rambervillers (88) ; cette entreprise connue sous le nom légal de S A P C R (Société Anonyme de Nancy. Le modèle des carreaux de la niche n° 1 évoquant des algues est présent dans le catalogue du 1er quart du 20e siècle, par leur ornementation spécifique provenant de la fabrique de grès , elle se spécialise, à partir de 1900, dans les grès décoratifs proches du style Art Nouveau de l'Ecole de l'entreprise daté 1905, dans la rubrique "Articles pour le bâtiment" page 5 (fig. 59).
    Matériaux :
    grès céramique moulé pressé décor en relief décor dans la masse glaçure
    Description :
    ) et bleu nuit (niche n° 1, au rez-de-chaussée) à reflets métalliques. La partie basse des piédroits se compose d'une colonnette se terminant par un motif floral évoquant des tulipes et reposant sur une base à griffes, un carreau orné d'une coquille en relief orne la partie haute, et une frise de quatre carreaux est disposée sur le trumeau orné de pommes (niche n° 2) et d'algues (niche n° 1).
    Auteur :
    [atelier] Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Rambervillers
    Emplacement dans l'édifice :
    corps principal : rez-de-chaussée, 1er étage
    Titre courant :
    ensemble de 2 niches à fourneau
    Catégories :
    céramique
  • cheminée et glace n° 2
    cheminée et glace n° 2 Nancy - boulevard Charles V rue des Glacis - en ville
    Historique :
    directeur à la Compagnie générale électrique (Nancy), ils pourraient provenir de la Société anonyme des produits céramiques de Rambervillers (Vosges), un modèle très proche figure en effet au catalogue de cette Des exemplaires similaires aux carreaux employés ici se retrouvent dans la cheminée du bureau de la société en 1904 (numéro 7)
    Matériaux :
    grès céramique moulé décor en relief décor dans la masse glaçure
    Protections :
    classé au titre des immeubles 1996/06/03
    Description :
    Le manteau de la cheminée et l'encadrement de la glace sont en carreaux de grès céramique.
    Auteur :
    [céramiste] Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers
    Localisation :
    Nancy - boulevard Charles V rue des Glacis - en ville
    Dimension :
    299 H ; 135,5 La ; 62 Pr ; dimension totale ; dimension de la cheminée : 103 H ; 135 LA ; 62 PR ; dimension de la glace : 196 H ; 105 LA
    Catégories :
    céramique
  • Garde-corps de balcon
    Garde-corps de balcon Nancy - boulevard Charles V rue des Glacis - en ville
    Historique :
    Majorelle, ce modèle est le numéro 54 du Catalogue de la Société anonyme des produits céramiques de décoratif" organisé en 1904 par la société des Amis des Arts à la salle Poirel (Nancy). Dessiné par Louis Ce revêtement mural été vraisemblablement créé pour l'exposition "École de Nancy, exposition d'art Rambervillers (1905).
    Matériaux :
    grès céramique moulé pressé décor en relief décor dans la masse glaçure coulures
    Référence documentaire :
    54 Catalogue de la Société anonyme des produits céramiques de Rambervillers (1905) n° 54 Catalogue de la Société anonyme des produits céramiques de Rambervillers (1905)
    Dénominations :
    garde-corps de balcon
    Emplacement dans l'édifice :
    garde corps de la terrasse
    Catégories :
    céramique
    Protections :
    classé au titre des immeubles 1996/04/12
    Auteur :
    [atelier] Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers
    Description :
    Le garde-corps de la terrasse est orné d'une frise composée d'éléments de céramique en mauvais état au moment de l'étude.
    Localisation :
    Nancy - boulevard Charles V rue des Glacis - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d’exécution Rambervillers
    États conservations :
    altération de l'épaisseur de la matière
    Titre courant :
    Garde-corps de balcon
  • cheminée
    cheminée 39 rue de la Ravinelle - en ville
    Historique :
    Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers (SAPCR, 88) spécialisée dans la production Cheminée datant du 1er quart 20e siècle dont les carreaux de céramique furent réalisés par la -1941) ; céramiste et directeur de l'entreprise, Alphonse Cytère était proche des artistes de l'Ecole de d'objets (vases, lampes, jardinières...) et décor d'architecture (cheminée, balustre...) en grès flammé de Nancy, dont certains (tels Gruber et Majorelle) lui fournirent des modèles.
    Matériaux :
    grès céramique moulé pressé glaçure
    Description :
    au décor de chardon ; dalle de foyer et rétrécissement composés de carreaux de grès flammé vert
    Auteur :
    [atelier] Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers
    Localisation :
    39 rue de la Ravinelle - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Lorraine, 88, Rambervillers Rambervillers
    Emplacement dans l'édifice :
    rez-de-chaussée actuel bureau des bibliothécaires
    Catégories :
    céramique
  • ensemble cheminée et 2 armoires-bibliothèques
    ensemble cheminée et 2 armoires-bibliothèques Nancy - 45 cours Léopold - en ville
    Historique :
    rétrécissement furent réalisés par la Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers (SAPCR, 88) dont années 1910, et attribué à l'atelier Louis Majorelle de Nancy. Les carreaux de céramique du le directeur, Alphonse Cytère (1861-1941), travaillait en collaboration avec certains artistes de l'Ecole de Nancy. L'ensemble est proche (à l’'exclusion du décor de roseaux) de celui réalisé pour le cabinet de travail du notaire Houot (7 rue Chanzy à Nancy, IA54000028), daté 1909 (décor aujourd'hui
    Matériaux :
    céramique réfractaire
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Cheminée surmontée d’une glace de trumeau biseautée ; rétrécissement : carreaux de grès flammé hexagonaux à décor de pommes de pin. Cheminée accostée de 2 armoires bibliothèques (1 corps) à 3 battants vitrés, cheminée et armoires étant séparées par d'étroites parcloses sculptées de roseaux.
    Auteur :
    [] Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Rambervillers
    Emplacement dans l'édifice :
    rez-de-chaussée, pièce 0.4
    Catégories :
    céramique
    Illustration :
    Détail du rétrécissement de la cheminée. IVR41_20145410462NUC4A Détail de la poignée du rideau de cheminée. IVR41_20145410463NUC4A
  • ensemble cheminée- buffets
    ensemble cheminée- buffets Nancy - 45 cours Léopold - en ville
    Historique :
    , 1991, p. 185). Les carreaux de céramique du rétrécissement furent réalisés par la Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers (SAPCR, 88) dont le directeur, Alphonse Cytère (1861-1941), était proche des artistes de l'Ecole de Nancy. années 1910, et attribué à l'atelier Louis Majorelle de Nancy. La structure de l'ensemble est très proche
    Matériaux :
    céramique réfractaire moulé décor en relief décor dans la masse glaçure
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    battant vitré) ; rétrécissement en carreaux de céramique en forme d'écailles de pommes de pin de couleur Cheminée accostée de 2 buffets identiques (1 corps à 1 seul battant surmonté d'une étagère à beige ; trumeau composé d'une glace biseautée et d'une imposte marquetée au décor de clématites.
    Auteur :
    [atelier] Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Rambervillers
    Emplacement dans l'édifice :
    rez-de-chaussée, pièce 0.3
    Catégories :
    céramique
    Illustration :
    Buffet de droite. IVR41_20145410488NUC4A Buffet de droite, détail du décor. IVR41_20145410489NUC4A Buffet de droite, détail de la vitre. IVR41_20145410490NUC4A
  • Cheminée et glace n° 1
    Cheminée et glace n° 1 Nancy - boulevard Charles V rue des Glacis - en ville
    Historique :
    anonyme des produits céramiques de Rambervillers et commercialisée au prix de 300 francs. Quant à la glace 1904 par la société des Amis des Arts à la salle Poirel (Nancy). Elle est produite pas la Société Modèle de cheminée créé pour l'exposition "École de Nancy, exposition d'art décoratif" organisé en
    Matériaux :
    grès céramique moulé décor en relief décor dans la masse glaçure
    Protections :
    classé au titre des immeubles 1996/06/03
    Description :
    Cheminée composée de deux éléments de céramique cuits à part, chacun composé de plusieurs pièces . De part et d'autre de l'âtre, un creux du pied droit fait fonction de porte-instruments d'âtre.
    Auteur :
    [céramiste] Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers
    Localisation :
    Nancy - boulevard Charles V rue des Glacis - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d’exécution Rambervillers
    Catégories :
    céramique
  • bassin - pédiluve à chevaux
    bassin - pédiluve à chevaux Ortoncourt - rue Marronniers (des) - en village
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    cantonal à Rambervillers, en remplacement de l'ancien égayoir devant être bouché car trop proche de l’école les tuyaux de Rambervillers. (source : AD88 - 2O352/9) Il est aujourd’hui comblé. C'est le pédiluve Le pédiluve à chevaux d'Ortoncourt est construit en 1905 selon les plans de Boitard, agent voyer et insalubre. Le projet précise que la pierre de taille et les moellons proviennent de Brû ; le sable de Roville (lieu dit Rosat), la chaux de Heuilley ; le ciment de portland de Boulogne sur Mer ; et relevé qui a été bâti le plus récemment dans les Vosges. Il marque l'extrémité Est de l'aire de ce type de constructions.
    Canton :
    Rambervillers
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    Rambervillers. L’évacuation des eaux du pédiluve s’effectue par une conduite rejoignant le ruisseau de la Nauve. débarrasser des parasites après leur labeur dans les champs. Il servait aussi de réserve d’eau en cas pédiluve est incliné, sur des fondations de béton. L'alimentation se fait par des tuyaux de grès de Les chevaux pénétraient entièrement dans l'eau du pédiluve afin de se rafraîchir et de se d’incendie. L'égayoir est composé d'un bassin en forme de fer à cheval de 10 mètres de long, 8 mètres de large et 4 mètres de rayon. Les parements sont en pierre de taille et en moellons de grès. Le sol du
    Auteur :
    [fabricant] Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers
    Localisation :
    Ortoncourt - rue Marronniers (des) - en village
    Illustration :
    Pédiluve d'Ortoncourt, plan de la parcelle à construire, dressé par Boitard (agent voyer) en 1905 Pédiluve d'Ortoncourt, détail du plan de la parcelle à construire, dressé par Boitard (agent voyer Pédiluve d'Ortoncourt, vue d'ensemble de l'égayoir. IVR41_20168834123NUC2A Pédiluve d'Ortoncourt, vue d'ensemble de l'égayoir. IVR41_20168834124NUC2A
  • Immeuble d'artiste dite aussi maison Weissenburger
    Immeuble d'artiste dite aussi maison Weissenburger Nancy - 1 boulevard Charles V Glacis - en ville - Cadastre : 1972 AL 291
    Historique :
    terrasse sur rue sont exécutées par la Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers (88) : pour ). Les garages sur la rue des Glacis sont construits aux dépens du jardin et ouvert dans le mur de Immeuble construit de 1903 à 1905 (daté par source et travaux historiques) par Lucien Weissenburger l'entreprise nancéienne Louis Majorelle. La cheminée d'une chambre du premier étage et la frise du bahut de la la cheminée d'après un projet d'Eugène Vallin (1856-1922), pour la frise d'après un projet de Louis
    Référence documentaire :
    Les Nouvelles constructions de Nancy, 1908 Les Nouvelles constructions de Nancy, 1908
    Précisions sur la protection :
    classé : façades sur rue ; toitures sur rues ; verrière de Gruber ; inscrit : tout ce qui n' est
    Représentations :
    croix de Lorraine symbole régional sujet : crabes, support : plafond des salles à manger ; sujet : algues, support : baies, porte , bahut de la terrasse sur rue sujet : ornement géométrique, support : garde-corps de la terrasse sur rue , départ de la rampe d'escalier ; porte ; sujet : croix de Lorraine : remplage de la baie de comble de la 5e travée, rue des glacis
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Le bâtiment est situé sur une parcelle irrégulière à l'angle de la rue des Glacis et du boulevard Charles V, exposé plein sud. Composé de quatre corps dont trois sur le boulevard, il s'articule autour à la tradition classique. En revanche, le devant de lucarne dont le fronton s'achève en souche de cheminée est original tout comme la grande lucarne à traverse et meneau en forme de croix de Lorraine. La décoration est abondante et se concentre sur les baies. Les façades visibles sont en pierre de taille.
    Auteur :
    [] Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers
    Techniques :
    céramique (étudié)
    Illustration :
    Elévation rue des Glacis. D'après les Nouvelles constructions de Nancy, 1908. IVR41_19755410396Z Elévation rue des Glacis, lucarne de la 5e travée. IVR41_19725401894X Elévation rue des Glacis, lucarne de la 5e travée. IVR41_19725402053Z Angle de la rue des Glacis et du boulevard Charles V, lucarnes. IVR41_19795409005ZA 1er étage, corps latéral gauche, salon à l'angle de la rue des Glacis et du Boulevard Charles V 1er étage, corps latéral gauche, salon à l'angle de la rue des Glacis et du Boulevard Charles V 1er étage, corps latéral gauche, salon à l'angle de la rue des Glacis et du Boulevard Charles V Elévation rue des Glacis. IVR41_19755409249V Elévation rue des Glacis et boulevard Charles V. IVR41_19725401803V Elévation rue des Glacis, ensemble. IVR41_19725401800V
  • fontaine - lavoir - abreuvoir
    fontaine - lavoir - abreuvoir Clézentaine - rue de la Grande Fontaine - en village - Cadastre : 2016 AA 16
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    l’extrémité des auges de pierres, qui proviennent des carrières de Rambervillers. En 1863, la Grande . Cette halle est parallèle au chemin. Les 16 poteaux de chêne reposent sur des dés en pierre, et Rambervillers. (sources : AD88 - série 2O114/9). Les auges et la borne en fonte proviennent probablement de Maisons Paysannes des Vosges sous la direction de Hervé Nicolas. (Sources : Maisons Paysannes des Vosges entrepris en 1836, selon le devis de Charles Beaurain, architecte à Epinal, par Jean Joseph Bayard soutiennent la charpente de chêne, couverte d’un lattis en planches de rebuts de sapin, puis de tuiles creuses fabriquées à Saint-Genest. Le sol est pavé avec des rigoles. Les anciennes auges en bois sont remplacées par 4 auges en pierre. Deux des anciennes auges en bois, en meilleur état, sont remployées et placés à Fontaine est réparée selon les plans de Victor Adam, architecte à Epinal, par Victor Rol, entrepreneur de refait. La pierre de taille vient de Domptail, les moellons de Clézentaine, et les tuiles mécaniques de
    Canton :
    Rambervillers
    Représentations :
    La borne-fontaine en fonte est ornée d'un mascaron à décor de feuillage.
    Murs :
    grès pierre de taille bois pan de bois
    Description :
    La Grande Fontaine de Clézentaine est située au nord du village, en bordure de la rue et du ruisseau du Ménil. L'eau est apportée par une chambre de source (puisard) de grande dimension couverte par un édicule en pierre de taille. L'eau est acheminée par deux conduites aux deux bornes fontaines en fonte (celle au sud a disparu) placées aux extrémités de 6 bassins rectangulaires en pierre. Le puisard alimente également 6 bassins en fonte, placés de part et d'autres et adossés au muret de soutènement séparant la fontaine de la rue. L'ensemble est couvert d'un toit à longs pans avec croupes reposant sur 11 poteaux de bois isolés du sol par un en pierre, et sur la chambre de source. Le sol est pavé. Le lavage du linge devait se faire sur des planches ou des pierres à laver (disparues).
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [fabricant] Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers [fabricant] Tuilerie de Saint-Genest [fabricant] Tuilerie de Lantenne-Vertière
    Localisation :
    Clézentaine - rue de la Grande Fontaine - en village - Cadastre : 2016 AA 16
    Dimension :
    Selon le devis de 1836, le lavoir mesurait hors œuvre 30,4 m de long par 7,9m de large, 2,41m de haut sur le gouttereau (coté chemin) et 3,01m du coté opposé ; Les dés en pierre sous les poteaux : l
    Illustration :
    Grande Fontaine de Clézentaine, vue intérieure du puisard et des bassins en pierre Grande Fontaine de Clézentaine, vue intérieure des bassins IVR41_20168834121NUC2A Grande Fontaine de Clézentaine, plan, coupe et élévation dressés par Victor Adam (architecte) en Grande Fontaine de Clézentaine, plan, coupe et élévation dressés en 1992 (sources : Le charri n°4 Grande Fontaine de Clézentaine, vue d'ensemble de trois quarts gauche de la facade antérieure Grande Fontaine de Clézentaine, vue d'ensemble de face de la facade latérale gauche Grande Fontaine de Clézentaine, vue d'ensemble de trois quarts droit de la facade postérieure Grande Fontaine de Clézentaine, vue de détail de l'angle gauche de la facade antérieure Grande Fontaine de Clézentaine, vue intérieure du puisard IVR41_20168834119NUC2A Grande Fontaine de Clézentaine, vue intérieure de la borne-fontaine en fonte IVR41_20168834120NUC2A
  • lavoir - bassin
    lavoir - bassin Haillainville - rue derrière l'Eglise - en village - Cadastre : 2016 AB 134 près du ruisseau
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    de fonte avec des regards tous les 100 mètres, selon les plans établis par Louis Gahon, architecte de vannage est défectueux. Les eaux du lavoir alimentent ensuite un baignoir pour le bétail et des remplacer et doivent être alimentées par des tuyaux de plomb avec un robinet régulateur. L’aire du lavoir et déposer les baquets et autres objets à l’usage des lavandières. L'abri à deux versants est à couvrir de des fours de Charmes, le sable de la Moselle, la pierre de taille de Bazien, Bru ou Damas-aus-Bois, le ciment de Vassy ou de Portland et les tuiles mécaniques de Rambervillers (1er Choix). (sources : AD88 entrepreneur de bâtiment à Damas-aux-Bois. Il s'agit alors d'un bassin de 8 pieds de large, 7 toises de long , avec des arbalétriers pour supporter la toiture. Un plan du lavoir actuel est établi au milieu du 19e siècle (non daté, signature illisible). En 1849, la conduite d’eau en bois est remplacé par des tuyaux fonte est fournie par Dormoy d’Attignéville et Patrey de Varigney, maîtres de forge pour 4850 francs
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    construit en moellons et en pierres de taille pour les encadrements des baies. Il est ouvert sur un coté dans un canal. Son niveau est réglé par une vanne à coulisse de bois. Au centre du canal, des supports de fer avec boulons soutenaient des planches de bois (disparues) qui reposaient aussi sur la margelle crantée de pierre. Le lavage se faisait à genoux. Le sol est dallé et des bancs de pierre sont placés sur Le lavoir est situé en contrebas de l’église non loin du ruisseau, en retrait de la rue. Ce lavoir la particularité de ne pas être composé de bassins, le lavage se faisant au fil de l'eau. En effet . Le sol était probablement pavé et remonte en pente douce vers la route. L'évacuation de l'eau se fait par une rigole qui passe sous la route à l'ouest de l'entrée de l'égayoir.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [fabricant] Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers [fondeur] Fonderie de Varigney
    Typologies :
    lavoir au fil de l'eau
    Illustration :
    Lavoir de Hallainville, vue intérieure, vue de détail des supports des planches à laver au centre Lavoir de Hallainville, vue intérieure, vue de détail des bancs IVR41_20168833677NUC2A Lavoir de Hallainville, vue intérieure, vue de détail des supports des planches à laver et du Lavoir de Hallainville, vue de détail d'un des piliers soutenant la toiture. IVR41_20168833681NUC2A Lavoir-égayoir de Hallainville, plan et coupe du lavoir (non daté, signature illisible).(AD88 Lavoir-égayoir de Hallainville, coupe du lavoir (non daté, signature illisible)(AD88 - Edpt 232/1M1 Lavoir-égayoir de Hallainville, plans et coupes du lavoir dessiné par J. Macron en 1881. (AD88 Lavoir-égayoir de Hallainville, coupe du lavoir dessiné par J. Macron en 1881. (AD88 - Edpt 232/1M1 Lavoir-égayoir de Hallainville, élévation sud du lavoir dessiné par J. Macron en 1881. (AD88 - Edpt Lavoir-égayoir de Hallainville, coupe longitudinale du lavoir dessiné par J. Macron en 1881. (AD88
  • puits - fontaine - lavoir - abreuvoir
    puits - fontaine - lavoir - abreuvoir Romont - rue de la Grande Fontaine - en village - Cadastre : 2016 AA 180
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    pierre de taille provenant des carrières de Rambervillers. En 1808, le lavoir à côté de la Grande Fontaine est réparé selon les plans de Jean Dominique Georgé, architecte à Rambervillers. La halle de bois taille provient de Jeanménil, les tuiles de Rambervillers, le sable et les moellons de Romont. Une ." Des réparations sont effectuées selon les plans de Poix, ex-conducteurs des ponts et chaussées en l'enchambrement, le remplacement des conduites en fonte par des tuyaux en grès, l'établissement de 6 auges de la Le puits porte une pierre sculptée, datée de "1583" en remploi. Les archives témoignent d'une -Baptiste Ricard, entrepreneurs à Domèvre-sur-Durbion. Il est fait mention de 2 auges et d'un lavoir en est alors reconstruite avec 4 poteaux de bois (4 x 1,2 mètres). Une autre rénovation a lieu en 1833 selon les plans de François Grillot, architecte à Epinal par François Frénot, entrepreneur de travaux publics à Romont et Nicolas Voirin, entrepreneur à Nomexy. Ils refont la maçonnerie, l'enchambrement de la
    Hydrographies :
    ruisseau de la Prairie
    Canton :
    Rambervillers
    Représentations :
    La pierre sculptée en remploi porte la date 1583 gravée de part et d'autre d'une tête ange
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    enduits, 4 piliers métalliques et 2 poteaux de bois isolés du sol par des dés de pierre. Un banc a été Le puits-fontaine-lavoir est situé dans le centre du village de Romont, à coté du ruisseau de la Prairie. L'élément le plus ancien est le puits de forme circulaire dont la margelle en pierre de taille (grès rose) s’élève pour le couvrir. Le linteau de la porte d'accès en bois est composée d'une pierre en fonte (signé) par l'intermédiaire de deux bornes-fontaines en fonte. D'autre part, l'eau est acheminée dans un bassin circulaire en fonte (signé et daté) qui était muni de planches à laver. Le puits
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [fabricant] Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers [architecte, ingénieur des Ponts et Chaussées] Poix
    Localisation :
    Romont - rue de la Grande Fontaine - en village - Cadastre : 2016 AA 180
    Illustration :
    Grand Fontaine de Romont, vue intérieure du lavoir et des abreuvoirs IVR41_20168834128NUC2A Grand Fontaine de Romont, vue d'ensemble de trois quarts gauche de la facade antérieure Grand Fontaine de Romont, vue d'ensemble de trois quarts droit de la facade postérieure Grand Fontaine de Romont, vue d'ensemble de trois quarts droit de la facade antérieure Grand Fontaine de Romont, vue intérieure du lavoir et du puits IVR41_20168834129NUC2A Grand Fontaine de Romont, vue intérieure du lavoir et du puits IVR41_20168834130NUC2A Grand Fontaine de Romont, vue intérieure du puits IVR41_20168834131NUC2A Grand Fontaine de Romont, vue intérieure du linteau sculpté et daté du puits IVR41_20168834132NUC2A Grand Fontaine de Romont, vue de détail de la signature sur un abreuvoir IVR41_20168834133NUC2A Grand Fontaine de Romont, vue de détail de la daté et de la signature portées sur le bassin de
  • Cheminée et glace n° 3
    Cheminée et glace n° 3 Nancy - boulevard Charles V rue des Glacis - en ville
    Historique :
    très proches des productions de la Société anonyme des produits céramiques de Rambervillers (Vosges Cette cheminée appartient à une série de structure identique. Les carreaux en grès céramique sont
    Matériaux :
    grès céramique glaçure moulé
    Représentations :
    représentation végétale pomme de pin Feuilles d'acanthe stylisée (montant) ; pommes de pin stylisées (carreaux).
    Protections :
    classé au titre des immeubles 1996/06/03
    Description :
    piédroits de la cheminée formant en élévation un H. Le décor du manteau est en carreaux de grès céramique. La glace est située en fond d'une niche délimitée par des montants qui se confondent avec les
    Localisation :
    Nancy - boulevard Charles V rue des Glacis - en ville
    Emplacement dans l'édifice :
    salle à manger du rez-de-chaussée
    Dimension :
    299 H ; 135,5 La ; 62 Pr ; dimension totale ; dimension de la cheminée : 103 H ; 135 LA ; 62 PR ; dimension de la glace : 196 H ; 105 LA
    Catégories :
    céramique
  • Usine de la
    Usine de la "S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe", puis de Saint-Gobain, actuellement zone artisanale et lotissement concerté. Varangéville - rue d' Alsace - bâti lâche - Cadastre : 2016 AK 300, 303, 304, 306 2016 AL 67, 181
    Historique :
    La "S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe" est formée à Nancy le 18 juin 1891 à de Saint-Gobain absorbe la "S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe". La Première l'instigation d'Edmond Guérin (1844-1932), administrateur des faïenceries de Lunéville, et d'un groupe procédé Solvay à l'ammoniac et de dérivés sodiques. L'édification de la plupart des bâtiments intervient traitement gravitaire des produits. Un embranchement particulier à la ligne Paris-Avricourt est établi en la fabrication d'engrais, au détriment des dérivés sodiques à usage de la chimie et de l'industrie d'industriels verriers du Nord-Est de la France. Elle a pour principal objet la fabrication de soude à l'aide du entre janvier 1892 et mars 1893 sous la direction de Paul Reclus (1858-1941), ingénieur de l'entreprise ; elle comporte une première cité ouvrière, composée de 4 barres de maisons jointives orientées Sud-Ouest -Nord-Est (rue et impasse Pierre-Brossolette). L'ensemble de la fabrication s'articule autour d'un plan
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de réparation logement de contremaître
    Référence documentaire :
    17-01-1901, p.1 [projet de fusion entre la société de Saint-Gobain et la S.A. des Soudières de la bombardements (1914-1922) ; acquisitions de terrains et d'emprises diverses par la société de Saint-Gobain à Varangéville (1901-1908). Dommages de guerre : société de Saint-Gobain 7-02-1909, p. 325 [fusion avec la société de Saint-Gobain]. L'immeuble et la construction dans no. 8681, 16-12-1893 [Paul Reclus, ingénieur, direction des travaux d'édification de la Soudière de création, machines à vapeur, agrandissements (1891-1893) Soudière de la Meurthe plan d'ensemble de l'usine au 1/1000e ; ensemble de clichés relatifs aux bâtiments avariés par par ordre alphabétique des demandeurs). plan relatif à l'établissement d'une voie ferrée au dessus du canal (1894). Soudière de la Meurthe établissement de 3 sondages supplémentaires, plan, 23-08-1923. Concession salifère d'Art-sur
    Canton :
    Saint-Nicolas-de-Port
    Dénominations :
    usine de produits chimiques
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé
    Hydrographies :
    canal de la Marne-au-Rhin
    Précision dénomination :
    usine de soude usine de carbonate de soude
    Énergies :
    énergie thermique produite sur place énergie électrique produite sur place
    Auteur :
    [ingénieur civil, ingénieur de l'entreprise] Reclus Paul
    Description :
    saillie pour les fenêtres, filets de séparation des niveaux en brique, toit à longs pans et appentis Bureau central et infirmerie : en rez de chaussée surélevé, encadrements de baies en béton armé surmontés de cintres en brique, enduit, croupe ; atelier de réparation et magasin industriel : brique peinte incendie ; cantine, puis bains-douches : baies avec écoinçons, harpes et appuis en pierre de taille calcaire, toit à longs pans, restauré ; bureau : chaînes et encadrements de baies jumelées en brique peinte : maisons jointives, soubassement en moellon de calcaire ébousiné sans chaîne en pierre de taille, chaînes en brique, encadrements de baies cintrées en brique avec appuis en pierre de taille calcaire, enduit
    Titre courant :
    Usine de la "S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe", puis de Saint-Gobain
    Appellations :
    S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe, puis de Saint-Gobain
    Illustration :
    Ensemble des vestiges depuis le Sud-Ouest : le canal (au premier plan), cantine, puis bains-douches (0945182 ; 6842032), bureau de direction et infirmerie (0945244 ; 6842020) ; au second plan, à gauche Cantine, puis bains-douches (0945182 ; 6842032), élévation Sud-Ouest, vue de face Atelier de réparation et magasin industriel (0945333 ; 6842000), élévation Sud-Ouest, ensemble Atelier de réparation et magasin industriel (0945333 ; 6842000), élévation Sud-Ouest, ensemble Atelier de réparation et magasin industriel (0945333 ; 6842000), élévation Sud-Ouest, ensemble Bureau (0945339 ; 6841979), vue de situation depuis le Sud. IVR41_20185403137NUC2A Bureau central ei infirmerie (0945244 ; 6842020), vue de situation depuis le Sud-Ouest Limite Est de l'emprise de l'usine et canal, au premier plan, vue en direction de l'Ouest Le canal, vue vers l'Est : élargissement (au fond, à gauche) de la berge Nord formant port
  • Usine de produits chimiques et saline Solvay
    Usine de produits chimiques et saline Solvay Dombasle-sur-Meurthe - 2 rue Gabriel Péri - en ville - Cadastre : 2019 A 15, 1699 Bordure Nord canal : réservoirs et fours à chaux. 2019 F 1246, 1252, 1526, 1528, 1529, 1801 à 1804 Bordure Sud canal : soudière et saline.
    Historique :
    La société Solvay de Couillet (Belgique) forme, dans les premiers mois de l'année 1872, le projet procédé de fabrication de la soude à partir de l'ammoniaque. P Hanrez assurera la direction des même année. Des agrandissements sont opérés en 1882, un bâtiment à usage de bureaux d'entreprise est de la plus grande partie des bâtiments encore visible actuellement, entre la voie ferrée et la , dans une première version, des fours annulaires, probablement de type Hoffmann. Des douches sont de la société le 17-05-1886, une demande d'extension est formulée le 10-10-1904, en 1922 72 sondages décret du 23-06-1962 a institué, au profit de la même société, une troisième concession : Cerceuil d'installer une usine à Varangéville-Dombasle. Son édification débute en juin 1873, sous la direction de établissements de Dombasle jusqu'en 1899 (?). Achevée en 1874, l'usine commence sa production en octobre de la édifié en 1883, sur les plans de l'architecte nancéien Ferdinand Genay (1846-1909). Une importante
    Référence documentaire :
    Autorisations de voirie bordure R.N. 4 : Solvay et Cie, plan des bâtiments en cours d'édification concessions de Haraucourt et Flainval : état des sondages en 1922 avec date de leur mise en service dans la concession de Flainval (1901-1903). Sondages de la société Solvay. établissement d'une conduite pour l'alimentation des sondages de la concession de Flainval (31-08 demande formulée par Hanrez, directeur, pour construction de l'usine, avec descriptif sommaire des 9-09-1894, p. 2028 [charpente métallique construite par les Ets. Perbal]. Echo des mines et de la 5-12-1904, p. 1447 [demande d'extension de la concession de Haraucourt]. Echo des mines et de la 1-11-1928 (concessions inexploitées : (...) Flainval (...)]. Echo des mines et de la métallurgie. 12-1905 (construction de douches, H. Masson, entrepreneur). Le béton armé. Organe des 22e année, no. 15, 10-04-1909, p. 114 [nécrologie de l'architecte F. Genay : attribution des
    Précision dénomination :
    usine de dérivés sodiques
    Dénominations :
    usine de produits chimiques
    Statut :
    propriété d'une société privée
    Description :
    Site industriel desservi par embranchements ferroviaires à la ligne Paris-Strasbourg et canal de la
    Auteur :
    [ingénieur de l'entreprise, ingénieur civil] Hanrez Prosper, Auguste [entrepreneur] Lefevre Frères (entreprise de sondage)
    Localisation :
    , 156 Partie Nord-Ouest de l'usine (saline et soudière), de part et d'autre de la voie ferrée Paris à 93 Partie Sud-Est de l'usine (saline et partie de la soudière), de part et d'autre de la voie
    Titre courant :
    Usine de produits chimiques et saline Solvay
    Aires d'études :
    Saint-Nicolas-de-Port
  • Tombeau anonyme
    Tombeau anonyme Laumesfeld - 1er tombeau anonyme - en village
    Référence documentaire :
    Le Pays de Bitche (Moselle) Le Pays de Bitche (Moselle) / Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Région Lorraine ; réd. Marie-France Jacops, Jacques Guillaume, Didier p. : ill., plans, carte ; 26 cm. Chronologie des constructions p. 230-231. Bibliographie p. 232-233 . Index des acteurs p. 234-235.
    Localisation :
    Laumesfeld - 1er tombeau anonyme - en village
    Titre courant :
    Tombeau anonyme
    Appellations :
    Anonyme
  • Ancienne synagogue de Rambervillers (disparue)
    Ancienne synagogue de Rambervillers (disparue) Rambervillers - place Void-Regnier
    Historique :
    consistoire de Nancy de 1838 mentionne des offices dans une chambre d’une maison particulière, un ministre Une communauté juive est attestée à Rambervillers au début du 19e siècle (17 personnes en 1808, 37 en 1841). Elle se développe surtout après l’annexion de l’Alsace-Moselle par l’Allemagne en 1871 , accueillant de nombreux « optants » (106 personnes en 1892). L’enquête sur les synagogues dépendant du -officiant étant attesté en 1873. Ce lieu de culte est aussi fréquenté par les juifs de Bruyères avant l’inauguration de leur synagogue. L’inventaire de 1905 parle d’un local loué, situé au rez-de-chaussée d’une maison de la place Void-Regnier appartenant à La veuve Juvin. Disparu, son emplacement reste lisible aujourd’hui sur la façade de la maison où l’on distingue à gauche de la porte, la partie supérieure de quatre
    Référence documentaire :
    AN, F19/11101 : Situation des synagogues dépendant du consistoire de Nancy en 1838 AD88, 7V15 : culte israélite, achats, ventes, constructions (département des Vosges)
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    La synagogue se trouvait au rez-de-chaussée de la maison et comportait quatre baies en plein cintre
    Localisation :
    Rambervillers - place Void-Regnier
    Titre courant :
    Ancienne synagogue de Rambervillers (disparue)
  • Usine de matériel de brasserie dite Société Strasbourgeoise de Constructions Mécaniques
    Usine de matériel de brasserie dite Société Strasbourgeoise de Constructions Mécaniques Rehainviller - Chaufontaine - R.N.414 - en écart - Cadastre : 1989 A1 297 A 310
    Historique :
    Halle de fonderie, salle des machines et chaufferie, cheminée d'usine et château d'eau établis en 1901 par Fromont, architecte à Lunéville et Henri Masson, entrepreneur de maçonnerie, pour la Société Strasbourgeoise de Constructions Mécaniques. Remise à voitures, écurie et réfectoire, conciergerie, bureau et Bichaton. Halle de chaudronnerie, atelier de construction mécanique, menuiserie, magasin à modèles, atelier de réparation construits en 1903. Agrandissement de la halle de fonderie vers le Nord en 1917 , reconstruction du bureau en 1929. Cette usine a équipé de nombreuses brasseries en France et à l'étranger jusqu'à
    Parties constituantes non étudiées :
    salle des machines atelier de fabrication atelier de réparation
    Précision dénomination :
    usine de matériel de brasserie
    Dénominations :
    usine de matériel d'équipement industriel
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit essentage de tôle
    Énergies :
    produite sur place
    Description :
    brique et pierre de taille, croupe ; salle des machines, chaufferie, transformateur : toit en ciment amiante ; 4 ateliers de fabrication : brique, toit à longs pans en tuile mécanique, lanterneau en métal , écurie, cantine ; chaîne en brique et pierre de taille : atelier de réparation : shed ; conciergerie : essentage de tôle ; logement patronal : 1 étage carré ; latrines : appentis.
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Masson Henri
    Titre courant :
    Usine de matériel de brasserie dite Société Strasbourgeoise de Constructions Mécaniques
    Appellations :
    dite Société Strasbourgeoise de Constructions Mécaniques
  • Bains-douches des Vosges
    Bains-douches des Vosges
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Référence documentaire :
    Comment les bains-douches sont devenus municipaux dans "Histoire & Patrimoine du Pays de Mirecourt " Chiaravalli, Danièle. Comment les bains-douches sont devenus municipaux dans "Histoire & Patrimoine du Pays de Histoire de l’hygiène publique en France Mansotte, François. Histoire de l’hygiène publique en La piscine du Palais de Cristal à Metz : une apocalypse joyeuse Pignon-Feller Christiane. La piscine du Palais de Cristal à Metz : une apocalypse joyeuse. In: Livraisons d'histoire de l'architecture , n°14, 2e semestre 2007. Piscines, sous la direction de Marie Gloc. pp. 69-79 Bains et lavoirs publics. Commission instituée par ordre du Prince Président de la République Commission instituée par ordre du Prince Président de la République, Bains et lavoirs publics, Ed. Ministère de l'intérieur, de l'agriculture et du commerce, impr. lith. Bineteau (Paris). 1852. Folio. Pièce , avec pl. lithographiques. Conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Littérature et
    Dénominations :
    établissement de bains
    Murs :
    pierre de taille béton parpaing de béton enduit
    Titre courant :
    Bains-douches des Vosges
    Texte libre :
    mutualistes (Société des bains et bains douches populaires à bon marché de Rambervillers, La Retraite provenant du prélèvement sur le produit des jeux : - 91 000 francs pour des travaux de modernisation à prennent le relais. Quelques bains-douches des Vosges ont été établis à l'initiative de sociétés destination des classes populaires, comme la Maison du Peuple à Rambervillers ou la Rotonde de Thaon-les Près d'une trentaine de bains-douches ont été identifiés dans le département des Vosges (non siècle jusque dans les années 1970, où la majorité a fermé, suite à la généralisation des salles de bain privées. Le développement de l’hygiène populaire Le principe des bains-douches modernes est hérité des thermes antiques qui ont une importance particulière dans le département des Vosges, de par le nombre de développement de la salubrité et de la propreté à la fois des villes, des habitations, des vêtements et du corps orientaux, la France décide de soutenir politiquement le développement des bains publics, suite à la
    Illustration :
    Bains-douches de Saint-Dié-des-Vosges, carte postale vers 1920 IVR41_20178835521NUC1Y Tableau de recensement des bains-douches des Vosges IVR41_20178835523NUC4Y Carte de répartition des piscines existantes dans les Vosges IVR41_20178835524NUC2A Carte de répartition des établissements de bains-douches relevés dans les Vosges lavoir - établissement de bains du Bastard à Remiremont, carte postale vers 1905 Bains-douches de Gérardmer, carte postale vers 1925 IVR41_20178835520NUC1Y Bains-douches de Fraize, carte postale vers 1929 IVR41_20178835519NUC1Y Bains-douches de Mirecourt, carte postale vers 1932 IVR41_20178835518NUC1Y Bains-douches de Granges-sur-Vologne, plan du rez-de-chaussée dressé par Ch. Gillet, architecte en
  • Hôtel Lang ; Banque dite Société Nancéienne de Crédit Industriel et de Dépôts
    Hôtel Lang ; Banque dite Société Nancéienne de Crédit Industriel et de Dépôts Nancy - 4 place André Maginot Victor Poirel - en ville - Cadastre : 1972 BY 286
    Historique :
    particulier en 1887 (date portée par le corps de bâtiment sur la place Maginot), pour Raphaël Lang, filateur à de bâtiment sur la place Maginot et par travaux historiques). La ferronnerie de la rampe d'escalier est réalisée par Frédéric Schertzer (1845-1929), ingénieur civil et entrepreneur de charpente métallique à Nancy. Les verrières de la cage d'escalier sont de Victor Höner (1840-1896), maître-verrier à Nancy (attributions par sources et travaux historiques). Pour la deuxième campagne de 1906 (daté par . La date (1908) est portée par une base de pilastre du second niveau de la façade rue Victor Poirel , concessionnaire du système Hennebique, également auteur du gros-œuvre. Ces travaux concernent l'aménagement de la cour de l' hôtel qui reçoit les coffres et les guichets, les bureaux sont construits dans un corps de bâtiment réalisé dans le prolongement de celui existant rue Poirel. Les ferronneries sont du parisien Edgar Brandt (1880-1960), les verrières sont de Jacques Gruber, maître-verrier à Nancy, le mobilier est de
    Référence documentaire :
    p. 36-38 Joseph Hornecker, architecte à Nancy, 1871-1942 Archives Modernes de l'Architecture Lorraine. Joseph Hornecker, architecte à Nancy, 1871-1942. Nancy : Presses Universitaires de Nancy, 1989
    Précisions sur la protection :
    Grande salle des coffres (cad. BY 286) : inscription par arrêté du 4 mai 1994
    Représentations :
    Victor Poirel (2ème campagne) ; sujet : caducée, support : chapiteaux des campagnes de Joseph Hornecker ; sujet : pommes de pin, support : vantaux de la porte cochère, grilles des fenêtres du rez-de-chaussée de pomme de pin , support : corniche (2ème campagne) sujet : guirlandes de fleurs, support : extrémités de la façade rue ; sujet : feuillages et fleurs, support : baies ; sujet : chardon, support : vantaux de la porte cochère l'ancien hôtel et de la 2ème campagne ; sujet : ornement végétal, support : fenêtres et corniche de l'ancien hôtel Lang ; sujet : monogramme de Raphaël Lang, support : cartouche du linteau de la fenêtre située au 3e niveau de la 5e travée du corps de bâtiment sur la place Maginot
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    aménagé pour abriter la salle des coffres. L'intérieur en revanche reprend les codes décoratifs de L'extension de 1906-1909 est réalisée dans un style classique qui s'harmonise avec la partie la
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Hôtel Lang ; Banque dite Société Nancéienne de Crédit Industriel et de Dépôts
    Techniques :
    céramique (étudié)
    Appellations :
    Banque dite Société Nancéienne de Crédit Industriel et de Dépôts
    Illustration :
    La salle des guichets : vue depuis l'étage depuis le côté de la salle Poirel (vers 1920 la salle de coffres (en 1979) IVR41_19795402501V La salle des guichets : vue prise depuis l'étage vers la salle Poirel (vers 1920
1 2 3 4 28 Suivant