Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien château de Guermange et ses dépendances agricoles puis ensemble agricole du Domaine de Lindre.

Dossier IA57030304 réalisé en 2013

AD54, 1Q315 /2. Biens à Guermange Ventilation des biens provenant de Custine fils condamné.

Nous, Joseph Olivier architecte à la commune de Dieuze…Dominique Petitjean cultivateur à Guermange…pour faite l’évaluation et la ventilation des tous les biens appartenant ci devant à Custine fils afin de regler les causes qui arrivent à la nation ainsi qu’à la commune réintégrée. En premier ferme tenue par le citoyen Arnette laissée à bail le 23 juin 1785 pour 9 ans.

Chap 1er

Ancienne maison nommée château. Ce bâtiment est placé au milieu d’une place au bas d’une butte il est formé par un parallélogramme. Au couchant et joignant le mur d’enceinte est adossé un autre bâtiment de 57 pieds de long sur 20 de largeur composé au rdc d’une cuisine cabinet ensuite et petite écurie, un 1er et second étage de trois chambres à chacun grenier au-dessus. Les murs des deux bâtiments sont très anciens encore en état en raison de leur grande épaisseur toutes les autres parties sont en mauvais état. La charpente est en chêne, la couverture en tuiles plates. Prévoit la destruction des tourelles et murs d’enceinte.

Vu la pénurie de bâtiment à Guermange on pourrait sans inconvénient former deux toises du bâtiment ci-dessus. Le premier comprendrait toute la masse avec terrain au nord et levant et partie au midi jusqu’au prolongement de la ligne à

ce bâtiment adossé au couchant. Les portes et jours qui communiquent de au bâtiment ajouté seront bouchées il sera avant à démolir deux tourelles et trois du mur d’enceinte. Art 3 Le second lot comprendra le bâtiment ajouté à celui-ci-dessus au couchant dont le pignon entre les deux sera mitoyen les portes de communication de ce lot au premier seront bouchées la porte et croisée donnant sur la cour au levant seront également bouchées .

Chap 2 bâtiment neuf

Ce bâtiment est formé par un parallélogramme de 102 pieds de long sur 44 de large non compris les deux pièces ajoutées saillant de 22 pieds de largeur il est formé au rdc de 7 chambres, 5 cabinets séparés l’un de l’autre par une cloison en madriers. Il n’y a qu’un mur de refends dans le milieu dans toute la longueur du bâtiment où sont adossées les cheminées et ne s’élève que jusqu’au plancher inférieur du premier étage. Les petits bâtiments ajoutés à chaque extrémité de celui-ci sont composés au rdc de chacun deux chambres et cabinet ensuite le premier étage ne forme que les greniers. Tous les pourtours des murs de ces bâtiments sont en maçonnerie de brique, les châssis des portes et croisées en charpente de chêne, la couverture au-dessus du grand bâtiment est en ardoises au levant et au couchant en essins et celles des ajoutés en tuiles creuses. Au-dessous du grand bâtiment est 4 caves voutées séparées dans le milieu par un passage aussi vouté. Toutes les parties qui composent ce bâtiment sont en bon état. Le long de la face au couchant est un grand hangars sous lequel est placé la terrasse et descente de cave.

Chap 3 Bâtiment servant ci devant de remise bergerie et écurie. Ce bâtiment est placé au midi de celui-ci-dessus 20 toises, 4 pieds de long sur 8 toises quatre de largeur, composée d’une bergerie au couchant de 4 écuries de toute la largeur, une grange dans le milieu et à l’extrémité au couchant est un petit logement de berger de 14 pieds de long sur 12 pieds de large. Le long et la face nord règne un hangar de 14 pieds de largeur sur toute la longueur supporté par 16 poteaux. Au levant est un hangar de 48 pieds de long sur 19 de large sous lequel est un puits et un réduit à porcs. Tous les murs sont construits en maçonnerie de brique, les châssis des croisées et porte sont en charpente de chêne, la couverture est en essins le tout bâti solidement et en bon état.

Chap 4 .Batiment servant de maison de ferme. Il est placé à peu de distance de celui dessus et sur la rue au levant. Il a 24 toises et 5 pieds de longueur sur huit toises trois pieds de largeur. Formé au midi d’un logement de fermier composé d’une cuisine, poêle, chambre de domestique sur le derrière et deux petits cabinets deux écuries de chevaux et vaches une grange et un banon ensuite de cette partie et au-devant une autre partie séparée par un mur de pignon formé de deux chambres de domestiques, une grande écurie de toute la largeur, deux remises et réduits à porcs, latrines et escaliers sur la face au nord. Tous les murs de pourtour et pignon de cette dernière partie sont en briques, les barges de porcs et croisées sont en charpente de chêne. La couverture en tuile creuse. Le tout en bon état. Les murs du pourtour et la première partie du logement du fermier écurie et grange sont en dâles (cloison) les séparations planchers et couvertures de vieille construction. Sur le derrière de ce bâtiment au couchant règne un grand hangar sous lequel est placé six réduits à porcs en mauvais état.

Ensuite des réduits est une cour ou usoir assez étendu

Chap 8 Jardin verger

Ces jardins sont placés au nord du ci-devant château aboutissant au levant au grand chemin de Zommange à Dieuze au couchant sur le ruisseau du réservoir allant au midi sur le pré du réservoir et sur le chemin qui sera formé pour communiquer aux dis jardins et prairies. Pour communiquer aux différentes partions (6) de jardins et prés il sera formé un chemin dont l’embranchement prendra sur celui ouvert par la commune au levant à 14 toises de l’angle et la palissade du pré au-devant du neuf bâtiment chapitre deux .

Jardin du château. Dans le jardin du château placé le long du chemin au midi.

Il se trouve une portion au levant et donnant sur la rue appartenant à la nation dans laquelle il se trouve deux loges en octogone de 10 pieds de diamètre construite en maçonnerie de chaux et sable avec porte, croisée, corniche en pierre de taille recouvertes en essins le tout en mauvais état.

Dénominations ferme, ensemble agricole, édifice agricole, pavillon de jardin
Aire d'étude et canton Réchicourt-le-Château
Adresse Commune : Guermange
Adresse : rue grande
Cadastre : 2019 246-249

Le château de Guermange est édifié au 12e siècle pour surveiller la cornée de l'étang de Lindre. Il est restauré et agrandi entre 1544 et 1547 par Hans de Guermange. L'étang de Lindre, fut propriété des ducs de Lorraine, du roi de France, puis de la famille de Custine, et devint bien national en 1790. Adam-Philippe, comte de Custine, né à Metz en 1742, meurt en 1793, condamné le 26 août 1793 à la peine de mort par le tribunal Révolutionnaire. Son patrimoine est vendu comme bien national, à partir de 1793. Les procès-verbaux des ventes de ses propriétés nous permettent de connaître une partie des possessions du comte de manière très détaillée (ref. texte libre). Le 1er septembre 1807, il est vendu à trois "capitalistes" associés de la région, Masson rachète par la suite la part des autres adjudicataires. Son fils, Antoine Achille, épouse Adélaïde Joséphine Bachasson de Montalivet, descendante d'un général d'Empire, et poursuit la politique d'acquisitions de son père autour de l'étang : achats en 1856 de la terre de Guermange de Théodore Davillier. L'ensemble est confié à des fermiers, sous la direction d'un régisseur-administrateur : Desfrères, sous le Second Empire, puis Bailly, à la fin du XIXe siècle, Barbier, jusqu'aux années 1920, et enfin la famille Mélard, Laurent jusqu'en 1958, puis son fils Jean, après cette date. En 1908, les quatre héritiers Masson de Montalivet décident de s'associer et constituent la Société des Domaines de Lindre, Guermange et Dordhal. En 1974, les héritiers Montalivet, décident de vendre l'ensemble des biens de Lindre. Le département de la Moselle achète les treize étangs des Domaines (930 hectares, dont 618 pour le seul étang de Lindre), le « château » et la « Maison franche » – cette dernière est revendue quelques années plus tard. Il en fait une réserve naturelle protégée, incluse dans le parc naturel régional de Lorraine. (AD57, 93J)

Le nouveau château est édifié au 18e siècle et reconstruit en partie au 19e siècle. Pendant la Seconde guerre mondiale il sert d'hôpital militaire allemand, de camp de jeunes filles allemandes. Pendant cette période il est restauré par les allemands (AM de Guremange). La ferme du château est édifiée au 18e siècle, et la grange-écurie au début du 19e siècle. La grange écurie a une date portée, 1803 sur le linteau de la porte charretière et AN XII sur la seconde porte de grange. ,

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 16e siècle
Dates 1803, porte la date

L'ancien château de Guremange se situe sur la cornée de l'étang de Lindre, il s'inscrit dans des murs comprenant un parc dans lequel il y avait outre les bâtiments agricoles, un pigeonnier. Derrière le parc, un jardin clos lui aussi de murs et dont il reste deux pavillons d'angle, de plan octogonale et sommées d'un toit à bulbe couvert d'ardoise. La façade et les toitures des deux pavillons d'angle sont inscrits MH depuis 1980.

Le château de Guermange est composé de plusieurs bâtiments dont deux sont encore en élévation aujourd'hui par rapport au plan de 1793 et une grange-écurie édifiée sur les terres du Domaine de Lindre en 1803. Le vieux châteaux, détruit aujourd'hui est composé d'un donjon rectangulaire à quatre tours d'angle et entouré de fossés. l'accès se fait depuis un pont en bois. Au niveau inférieur, se situent une cuisine, une écurie et une cave.Le premier niveau est réservé à l’habitation avec deux chambres,une cuisine et un poêle. Une marcairie et une bergerie détruites aussi aujourd'hui mais dont nous avons conservé les plans (voir ill. IVR41_20175710753NUC4A et IVR41_20175710755NUC4A).

Le bâtiment neuf appelé le « nouveau château ». Dans cette demeure où sont aménagés deux cuisines et deux poêles, on remarque la présence de cours intérieures. Dans celle de gauche, un puits et une auge permettent l’accès à l’eau. Celle de droite dessert les latrines. Les chambres sont pourvues d’alcôves et l’une d’entre elles d’un cabinet de toilette. Le bâtiment existant aujourd'hui a été modifié au 19e siècle. C'est un bâtiment à trois travées de plan et 10 travées d'élévation. Deux des trois portes piétonnes de la façade antérieure ont gardé leur menuiserie d'origine. Les encadrements sont en grès, les murs en moellon calcaire et en brique. Le toit est couvert de tuile mécanique. Il était couvert à l'origine de bardeaux, tuiles creuse et ardoises.

Le bâtiment de l'ancienne ferme, a aussi un schéma de distribution dressé à l’occasion de la vente des biens nationaux en 1793. La plus grande surface est réservée aux animaux et aux espaces d’engrangement. Sous le même toit cohabitent chevaux, vaches et porcs. La partie habitation est réduite à une cuisine abritant une cheminée et un four, qui s’ouvre sur la grande salle, le « poel » chauffé par un poêle (chargé depuis la cheminée de la cuisine) d’où il tire son nom. Un cabinet et deux chambres de domestiques complètent cette partie habitable. Bien qu’ayant subi quelques transformations, la ferme garde son volume d’origine. Ses cloisons intérieures sont en pan de bois. Ses murs en brique et moellon calcaire. Le toit en tuile mécanique et tuile creuse. Sur la façade postérieure, sous les avancées de toit étaient aménagés des réduits à porcs. Devant cette ferme, une partie de l'usoir est pavé. (réf. voir texte livre description de chaque bâtiment à l'occasion de la vente en 1793).

Enfin, sur les terre du domaine, une grange-écurie édifiée en 1803, en partie en pan de bois. Bâtiment d'exploitation à 4 écuries et une grande grange. Trois écuries sont en travées parallèles, celle entre les deux portes charretière est perpendiculaire et ne se prolonge pas, la grange est à l'arrière (voir plan). Les deux linteaux en bois des portes charretières portent une date, An XII pour celle de gauche et 1803 sur la seconde. Bâtiment de 41,50m sur 15,50M, toit à croupe se prolongeant en appentis coté sud-est. Construit en pierre de taille et moellon et à l'extrémité nord-est en brique et pan de bois. Charpente à 5 fermes entre la demi-croupe et la croupe. La distribution : quatre écuries dont une plus petite, mangeoires en pierres, râteliers, rigoles pavées.(étude de J.M Pierron en 1979 en vue d'une inscription MH).

Murs calcaire moellon enduit
brique
grès pierre de taille
bois pan de bois
Toit tuile mécanique, tuile plate, ardoise, tuile creuse
Étages 1 étage carré
Couvrements
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à deux pans croupe
toit à longs pans demi-croupe
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Zeller-Belville Catherine
Catherine Zeller-Belville , né(e) Belville (14 07 70 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.