Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien oratoire de rite polonais, aujourd'hui Association culturelle juive

Dossier IA54030245 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominations synagogue
Aire d'étude et canton Lorraine
Adresse Commune : Nancy
Adresse : 55 rue des Ponts

Au début du 20e siècle, et surtout dans l’Entre-deux-guerres, de nombreux juifs originaires d'Europe centrale arrivent en Lorraine fuyant la misère et les pogroms. Ville universitaire, Nancy se distingue par l'accueil d'un très grand nombre d'étudiants frappés par les numérus clausus interdisant aux juifs la poursuite d'études dans leur pays d'origine.

Mal acceptés par leurs coreligionnaires qui craignent un sursaut d’antisémitisme, ces juifs étrangers, repérables à leur accent yiddish, ne se reconnaissent pas dans le rite "israélite français". Une vie communautaire spécifique s'organise donc rapidement autour de l'Association cultuelle juive de rite polonais (ACI), créée en 1924. Initialement localisée rue de la Vigerie, elle est transférée en 1931 au 55 rue des Ponts, à proximité du marché, au cœur du quartier où logent la plupart des nouveaux arrivants. Outre l'oratoire, la maison abrite une école pour l'instruction religieuse des enfants et une bibliothèque yiddish, sa cour servant de remise aux charrettes des marchands forains. Le "55", nom qui lui est resté jusqu'à nos jours, sert aussi de siège à de nombreuses associations (regroupements professionnels, caisses d'entraide, clubs sportifs, mouvements de jeunesse..).

Après la Shoah, qui a fait un nombre de victimes particulièrement élevé parmi les juifs étrangers, le lieu abrite aussi les associations d'anciens déportés. Un monument à la mémoire des victimes, comportant plus de 700 noms est installé dans le hall d'entrée.

La dimension associative et culturelle du lieu étant de plus en plus développée, il est renommé en 1967 "Association culturelle et culturelle israélite" (ACII). En 1989, il devient "Association culturelle juive" (ACJ) abandonnant définitivement toute vocation religieuse.

Édifice très modeste, de surcroît l'objet de nombreuses transformations, le "55" représente un des rares sites de ce type conservé à ce jour, tant en Lorraine (juste un oratoire polonais à Metz) qu'en France. Son intérêt patrimonial réside essentiellement dans ses peintures murales réalisées en 1946 par Mané Katz et son mobilier (un tableau du même artiste sur l'insurrection du ghetto de Varsovie, son ancienne arche sainte et sa bibliothèque yiddish).

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1931, daté par source

Objet de transformations successives, la maison a perdu l'essentiel de ses caractéristiques d'origine.

Références documentaires

Documents figurés
  • Photographie ancienne

    collection particulière
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Decomps Claire
Claire Decomps

conservateur en chef du patrimoine, chercheur en Lorraine de 1994 à 2018 puis responsable de la conservation du musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.