Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Architecture rurale de la commune de Médonville

Dossier IA88030862 réalisé en 2014

Fiche

Voir

Aires d'études Bulgnéville
Dénominations ferme, maison
Adresse Commune : Médonville

La carte archéologique mentionne la présence d'un tertre de la période de Hallstatt, dans le "Grand Bois". Le passage d'une voie romaine sur la commune est attesté, et plusieurs éléments de la période gallo-romaine ont été retrouvés (monnaies, dalles, fibule, couteau, anneau, amulette…). Le toponyme en -villa, indique que le village de Médonville s'est certainement formé lors de la vague de peuplement entre le 7e et le 9e siècle ap. J.-C. La première mention remonte à 1044. Le village est incendié en 1684, au moment du siège de La Mothe. Ce qui implique qu'il n'existe quasiment pas d'élément architectural antérieur au 17e siècle visible. Les bâtiments datés ont été construits aux 18e et 19e siècles (1790, 1822, 1824, 1894). Les autres fermes sont datables des mêmes siècles (critères morphologiques et architecturaux, cadastre ancien).

Au 18e siècle, la fabrication de tissus est un important complément à l'activité agricole : on relève en 1789, 46 tisserands, 1 teinturier et 14 fileuses, pour 23 cultivateurs (cf. Charles Hocquard, Médonville, état d'une communauté rurale à la veille de la Révolution de 1789. 1889). Tandis que lors du recensement de 1896, seuls 4 habitants se déclarent tisserand, tailleurs d'habit ou couturière, pour 22 cultivateurs et vignerons. (source AD88 - 6M855)

Période(s) Principale : 18e siècle, 19e siècle , porte la date, daté par travaux historiques

Médonville comprend 58 bâtiments (source INSEE), dont 42 repérés et 9 étudiés.

Les fermes sont construites en moellons de grès. Les encadrements sont en grès, voire en briques de laitier ; ceux des maisons de manouvriers sont fréquemment en bois. Elles sont le plus souvent couvertes d'une charpente à longs pans sur laquelle reposent des tuiles mécaniques. Dans cette commune, le patrimoine bâti est majoritairement composé de fermes à deux ou trois travées de plan (86%). Les autres fermes en ont 4 ou plus (9%) ou une seule travée (5%). Onze fermes ont un plan en forme de L, et deux en forme de U, dix fermes sont à double logis et sept fermes sont à pavillon. Deux maisons de manouvriers ont été repérées. Toutes les fermes sont parallèles à la voie sauf une, et sont généralement mitoyennes (78%). Dans la rue du Pont, l'usoir privé (appelé localement « Le cour ») est souvent délimité par un muret en pierre, parfois surmonté d'une grille en fer donnant un caractère bourgeois à la ferme.

On pénètre dans le logis par une porte piétonne sauf dans un, où l'on entre par la porte charretière. 62% des logis ont une seule pièce en façade et sont plus profonds que larges. Leurs cuisines s'ouvrent alors sur la rue, et le poêle sur le jardin à l'arrière. Dans le cas d'une maison à plan en L, c'est le poêle qui est bâti en avant sur l'usoir. Un petit jour (rectangulaire ou oculus) au-dessus de la pierre à eau est observable dans 9% des cuisines.

Le bâti conserve des éléments de décors (niches, statues, chaînes d'angle, bandeaux, agrafes, ferronneries…), mais peu de baies anciennes : 1 linteau en accolade en remploi et 3 encadrements de portes charretières chanfreinés. Plus de la moitié des portes piétonnes possèdent un encadrement mouluré surmonté d'une corniche, et certaines ont conservé leur imposte vitrée et des menuiseries intéressantes. 22% des fermes présentent des chaînes d'angles en pierre de taille, ou peintes sur l'enduit, ce qui indiquent un effort d'ornement des habitations. 2 bâtiments présentent même une façade antérieure en pierres de taille régulières et apparentes.

Typologies ferme à double logis, ferme à plan en L, ferme à plan en U, ferme à pavillon, maison de manouvrier
Toits tuile mécanique, tuile creuse, tôle ondulée, ciment amiante en couverture
Murs grès moellon enduit
Décompte des œuvres nombre d'oeuvres reperées 42
nombre d'oeuvres étudiées 9
nombre des immeubles au dernier recensement de l'INSEE 58
(c) Région Grand-Est - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa