Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

ceinture de forts, place à forts détachés de Toul

Dossier IA54003430 réalisé en 2003

Fiche

Appellations place à forts détachés
Dénominations ceinture de forts
Aire d'étude et canton Toul - canton du département 54
Adresse Commune : Toul

Prévue dés 1872, la place à forts détachés de Toul est constituée à partir de 1874 sous la direction du général Adolphe Séré de Rivières (1815-1895) à partir de l'enceinte urbaine à tracé bastionné édifiée au 18e siècle. Le tracé général du polygone fortifié et les plans de détails des ouvrages sont dus au chef de bataillon Peauceliier (1832-1919), directeur du génie à Toul entre novembre 1873 et mai 1878, après un passage à la direction du génie de Paris en 1871. Il y introduit l'emploi des ponts-levis à double bascule (forts de Lucey, Saint-Michel et Villey-le-Sec) dits Pilter (du nom d'un constructeur de matériel agricole d'origine anglaise établi à Paris) dont l'invention est due à l'officier du génie anglais Ardagh (1840-1907), en stage à Paris en 1871. Sous sa direction l'enceinte urbaine est renforcée principalement sur son front E-N-E alors le plus exposé (le tracé du polygone extérieur passe à 3500 m de l'enceinte jusqu'en 1885, date d’achèvement du fort de Gondreville) par l’exécution, entre 1875 et 1883, de locaux casematés (entre les bastions 43 et 38). La ceinture de forts est constituée en deux phase principales : 1874-1881 (avec polygone "intérieur" formé de redoutes de la "panique", 1874, parfois ultérieurement complétées et renforcées) et 1883-1914 (pour un développement total de 44500 m, dont les trois angles saillants sont organisés en forts d'arrêt (sur plan carré) avec batteries annexes (Lucey au N-O, avec important ouvrage annexe dit ultérieurement fort de Trondes ; Blénod au S-O ; Villey-le-Sec au S-E) ; typologie des ouvrages principaux : plan pentagonal à gorge bastionnée (redoutes de la "panique" et batterie annexe de Trondes) selon un schéma utilisé à Verdun ; gorge brisée avec caponnière double médiane (ouvrages plus éloignés du noyau central et fort de Gondreville) ; l'ouvrage du Saint-Michel est organisé en réduit central de défense avec réduit de plan pentagonal pourvu de batteries annexes extérieures reliées par une enceinte-enveloppe, imparfaitement flanquée, qui court sur le bord du plateau) ; le contexte diplomatique international, plutôt favorable à l'Allemagne (Triplice de 1882), induit un timide renforcement (en 1883) de la position de Lucey-Trondes (première batteries et ouvrages semi-permanents en bordure du plateau, ultérieurement renforcés) et la création de la position de Bruley (réduit maçonné et batteries annexes) ; les premiers renforcements "actifs" (par usage du béton spécial) interviennent en 1888 (forts Saint-Michel et de Trondes), puis en 1890-1892 (Forts d'Ecrouves et de Villey-le-Sec), une seconde campagne intervient à partir de 1902 (organes de flanquement des fossés des ouvrages en béton armé et armement sous tourelles éclipsables en acier spécial) nonobstant quelques élément cuirassés antérieurement établis : tourelle tournante en fonte dure à Villey-le-Sec (1883) de type Mougin, modèle d'expériences destinés à des marches étrangers (Fort Saint-Michel y associant un observatoire à éclipse en 1891 et tourelle tournante dite "de Montluçon" au plateau de Lucey en 1890), deux tourelles à éclipse pour canons de 57 mm sont établies en 1891-1892 dans les ouvrages d'infanterie de Bouvron et Est du Vieux-Canton. Le fort du Vieux-canton (1906-1909) est l'ouvrage le plus moderne (escarpes en terre coulante, avec grille de fossé ; galerie de contrescarpe). L'ensemble du système fortifié est lui-même constitué de sous-ensembles étudiés : position du Saint-Michel (IA54001445), de Villey-le-Sec (IA54003432), casernes Thouvenot et Bautzen à Ecrouves (IA54001419) et d'autres ouvrages ou éléments logistiques : un arsenal (IA5403522), une caserne (IA54000002) un hôpital (IA54001415), 3 poudrières (IA54001422 ; IA54002153) dont une (IA54002870) comprise à l'intérieur de l'enceinte urbaine et un réseau de voie ferrée de 0, 60 m (IA54003431) destiné à la liaison entre le noyau central et l'ensemble des ouvrages extérieurs (forts, batteries annexes et d'intervalles, poudrières et magasins de munitions) formant l'ensemble des organes actifs du système.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Séré de Rivieres, Adolphe, ingénieur militaire, attribution par source, attribution par travaux historiques
Auteur : Peaucellier, Charles,
Charles Peaucellier, (1832 - 1919)

Base Léonore (notice).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur militaire, attribution par source

Cet ensemble comporte : 16 forts, 11 batteries annexes de forts, 67 batteries d'intervalle, 6 batteries cuirassées, 18 ouvrages d'infanterie, 10 positions fortifiées en semi-permanent, 19 poudrières (dont 1 détruite et 2 inaccessibles), 21 magasins de munitions (dépôts intermédiaires te magasins de batteries), 2 postes optiques, 3 hangars aéronautiques (dont 2 détruits), 1 terrain d'aviation, 29 abris de combat (dont 10 abris-cavernes sur versants de plateaux), 2 abris de commandement de groupes d'artillerie, 2 arsenaux, 6 corps de garde, 9 réservoirs d'eau, 7 stations de pompage et de captage, 6 stands de tir, 1 polygone de tir, 7 terrains de manoeuvre, 1 centrale électrique, 2 usines frigorifiques, 1 abattoir et boucherie, 2 magasins de fourrages, 1 usine de produits alimentaires, 1 hôpital (détruit), 21 casernes, 1 quartier de cavalerie (détruit) ainsi que 2 vestiges de voie de 0, 60 m encore en place.

Murs brique
béton
calcaire moellon enduit
calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
béton armé
Toit terre en couverture, tuile mécanique

<import cindoc>Mil_Arch</import cindoc><lot>0047-3</lot> <publication MCC>versé MCC</publication MCC><BIBLIO>A.D. 54 : 2 R ; Service Historique de la Défense (S.H.D.), Vincennes : 2 V 186-187 ; A. Etablissement du génie de Nancy : anciens fonds des chefferie et direction de Toul (non classés), plans, documents divers ; GABER (Stéphane), Les forts de Toul : histoire d'un camp retranché, 1874-1914, Edit. Serpenoise, 2003 ; WERNET (Inge und Dieter), Toul die Geschichte einer französischen Lagerfestung, Hélios, Aachen, printed in Serbia, 2009, 397 p., pl, ill.</BIBLIO><SELECTION>attente MBB</SELECTION>

Statut de la propriété propriété publique
propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Ministère de la Défense, service historique de la Défense, Vincennes : 2 V 98-100
  • Ministère de la Défense, service historique de la Défense, Vincennes : 2 V 76
  • Établissement du Génie (Nancy), fonds de l'ancienne chefferie de Toul, document non coté, Plan d'ensemble de la place à forts dispersés et de la voie ferrée de Toul (54) au 1/40.000e, papier fort, couleurs avec représentation des réalisations projetées en jaune, par le capitaine du génie Henry, 1888.

    Etablissement du génie (Nancy) : fonds de l'ancienne chefferie de Toul, document non coté
Bibliographie
  • Hélios Verlags und buchvertriebsgesellschaft, 2009, 397 p., ill., pl., cartes.

  • Metz, Edit. Serpenoise, 2003, 179 p., ill, cartes.

(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Thiébaut Pascal
Pascal Thiébaut

Chercheur à l'Inventaire général du Patrimoine culturel à Nancy


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.