Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

couvent de soeurs de la Sainte-Enfance de Marie puis de de soeurs de l'Alliance ; école ménagère et établissement de bienfaisance puis école professionnelle et hôpital dit clinique du Montet actuellement foyer, immeuble à logements et école catholique de l'Alliance puis école Claude Daunot

Dossier IA54002433 réalisé en 2007
Genre de soeurs de la Sainte-Enfance de Marie, de soeurs de l'Alliance
Appellations école de l'Alliance puis Claude Daunot, clinique du Montet
Destinations école ménagère et établissement de bienfaisance puis école professionnelle et hôpital dit clinique du Montet actuellement foyer, immeuble à logements et école Claude Daunot
Parties constituantes non étudiées jardin
Dénominations couvent, école, hôpital
Aire d'étude et canton Nancy
Adresse Commune : Nancy
Adresse : 10 boulevard Georges Clémenceau , 4 chemin Prébois , 83, 85, 87, 89 avenue Général Leclerc , Jeanne d'Arc
Cadastre : 1972 BN 254, 141, 143, 161 ; 2007 BN 141, 143, 311 à 314, 316, 317, 324, 327

La congrégation des soeurs de la Sainte-Enfance de Marie est fondée par l'Abbé Claude Daunot (1785-1866) en 1823 dans le village de Dommartin-la-Chaussée (54 canton de Thiaucourt-Regniéville). En 1870 cette congrégation hospitalière et enseignante achète une petite propriété à Nancy dans le quartier dit du Montet : il s'agit probablement de la partie gauche du corps principal de bâtiment donnant sur l'avenue du général Leclerc (actuel n°87). Des travaux importants ont lieu : le bâtiment existant est surélevé d'un étage, prolongé à gauche par une chapelle (IA54002434) élevée en 1875, puis, à droite, par 9 travées et un corps en retour élevés en 1890 occupés par l'établissement de bienfaisance devenu la clinique du Montet, tenue par les soeurs de la congrégation. De la même période datent deux bâtiments annexes : il s'agit de deux maisons dont l'une dénommée Saint-André (85, avenue du Général Leclerc) loge un prêtre et l'autre dénommée Sainte-Odile (83, avenue du général Leclerc) est utilisée par la clinique pour des soins spécialisés et aujourd'hui destinée aux hôtes de passage. En 1914, un bâtiment à destination scolaire (IA54002437) est construit par l'architecte nancéien Jules Criqui (1883-1951), il est occupé par l'école ménagère devenue école primaire et lycée professionnel. 1951 : adjonction par l'architecte Criqui de 2 corps de bâtiments sur l'avenue du général Leclerc pour les besoins de la clinique. 1964 : construction d'un gymnase pour le lycée. La chapelle est désacralisée en 1993 pour être mise à la disposition du lycée : le choeur est utilisé comme CDI (centre de documentation et d'information), la nef, divisée en deux dans la hauteur, en salles de classe (partie basse) et salle polyvalente (partie haute). Une nouvelle chapelle est construite en 1992 (IA54002435) ainsi qu'un bâtiment pour loger les soeurs (accès par le chemin de Prébois) en remplacement du bâtiment de l'avenue du général Leclerc vendu pour devenir un foyer d'accueil et de réinsertion ; la clinique est également vendue à un propriétaire privé qui la transforme en logements locatifs. En 2002 (décret romain du 1er novembre 2002 validé par décret français du 13 mars 2006) la congrégation des soeurs de la Sainte-Enfance de Marie est réunie à six autres congrégations à vocation hospitalière et enseignante disséminées sur le territoire national pour former la congrégation de l'Alliance : soeurs de Notre-Dame du Fief, Cassel (59) ; soeurs de l'Immaculée Conception, Chambéry (73) ; soeurs Notre-Dame Auxiliatrice, Montpellier (34) ; soeurs de la présentation de Marie, Châtel-de-Joux (39) ; soeurs de Saint-Roch, Viviers (07) ; soeurs de la Compassion, Villersexel (70). En 1991 l'école de l'Alliance devient école Claude Daunot (lycée professionnel) en souvenir du fondateur de la congrégation de Nancy ; elle fait partie de l'ensemble scolaire catholique de l'Alliance qui réunit à Nancy, l'école élémentaire Notre-Dame-de-Lourdes, le collège et le lycée Claude Daunot.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle
Dates 1870, daté par travaux historiques, daté par source
1890, daté par travaux historiques
1914, daté par travaux historiques
1951, daté par travaux historiques, daté par source
1959, daté par travaux historiques
1964, daté par source, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Criqui Jules,
Jules Criqui (1883 - 1951)

Jules Criqui, né en 1883 et décédé en 1951, est architecte diplômé de l'École des Beaux-Arts de Nancy et de l'École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'ensemble comporte 5 bâtiments : un bâtiment à fonction d'enseignement (école étudiée IA54002437) ; un grand bâtiment en T, qui renferme l'ancien couvent proprement dit, actuellement foyer, l'ancienne chapelle (IA54003434), l'établissement de bienfaisance devenu clinique du Montet, actuellement logements locatifs ; deux maisons dites Sainte-Odile et Saint-André ; le couvent et la chapelle (IA54002435) actuels. Bâtiment renfermant l'ancien couvent actuellement foyer : élévation ordonnancée à 3 niveaux marquée dans sa partie centrale par un large fronton orné d'un décor sculpté portant le monogramme AM encadré de deux branches de lys noués et d'une couronne surmontée de l'inscription "O Marie conçue sans péché P.P.N" (priez pour nous) et d'une croix latine. Maison dite Saint André : élévation à 2 niveaux et 3 travées de baies à arcs segmentaires, étage de comble percé de baies modernes sur la façade postérieure. Maison dite Sainte-Odile : élévation à 3 niveaux et 5 travées de baies à linteaux droits.

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit tuile mécanique
Étages sous-sol, comble à surcroît, 2 étages carrés, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
demi-croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour
escalier de distribution extérieur : escalier droit
Techniques sculpture
Représentations monogramme croix caducée
Précision représentations

Un cartouche en pierre sculpté d'un caducée et du monogramme SEM (=Sainte-Enfance de Marie) est apposé sur le corps de bâtiment ayant servi de clinique (avenue du général Leclerc).

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • Abbé A Munier. Notice sur la congrégation des religieuses de la Sainte-Enfance de Marie. Nancy : Crépin-Leblond, 1912, p. 75.

(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Tronquart Martine
Martine Tronquart

Chercheur au Service Régional de l'Inventaire du Patrimoine Culturel, site de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.