Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Clément

Dossier IA54030120 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Vocables saint Clément
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Meurthe-et-Moselle - Blâmont
Adresse Commune : Amenoncourt
Adresse : Grande Rue

La première mention de l'église qui relevait alors du diocèse de Metz, date de 1206. La tour-porche d'origine a conservé le rez de chaussée et le 1er étage du 12e siècle; elle devint tour-clocher lors du changement d'orientation de l'édifice à une date non connue. En l'absence d’archives, la datation des autres parties repose sur des critères stylistiques : le chœur, dont les baies ont été remaniées postérieurement, est de style gothique et la nef du 18e siècle.

Après la Première Guerre mondiale, l'architecte Lucien Lavocat a évalué les dégâts concernant l'édifice; il assura la maîtrise d’œuvre des travaux (ou André Hornet?). La partie supérieure du clocher, dépourvue de décoration sculptée, a été réalisée au 20e siècle par l'entreprise France-Lanord et Bichaton; elle semble avoir été faite en moellons ou en béton enduit.

Période(s) Principale : 12e siècle, 15e siècle, 18e siècle, 20e siècle , daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Gross Georges,
Georges Gross

Atelier de vitraux d'art de Georges Gross ancien atelier G. Janin, 12 rue Lionnois à Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier, signature
Auteur : Lavocat Lucien,
Lucien Lavocat

Architecte à Nancy, 17 faubourg Saint-Jean, il a travaillé dans quatre communes voisines les unes des autres. On lui doit le constat de dommages de l'église de Blâmont, le plan d'aménagement et le constant des dommages de l'église d'Amenoncourt, Autrepierre et Igney. Il a constitué avec Jules Criqui et M. Philippon, une commission d'experts chargée de réviser les constats de l'architecte Lafarge, notamment ceux des églises de Lagney et Lucey.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : France-Lanord et Bichaton
France-Lanord et Bichaton

En 1865, deux maçons créent à Nancy l'entreprise Perrin & Bichaton, ils sont rejoints vers 1870 par un tailleur de pierre, Jean-Baptiste France Lanord. A partir de 1886, après le retrait de Pierre-Eusèbe Perrin, l'entreprise qui a pris le nom de France-Lanord et Bichaton, œuvre sur les nombreux chantiers industriels et privés de Nancy, participe aux ouvrages de fortifications Séré de Rivière ; dès 1895, concessionnaire du système Hennebique, elle emploie le béton armé, et accompagne le mouvement Art nouveau. Les chantiers de la Première Reconstruction donnent une impulsion nouvelle à celle qui est déjà l'une des grandes entreprises de bâtiments et travaux publics de la région. La période de l'entre-deux-guerres correspond à l'apogée de l'entreprise qui compte plusieurs milliers d'ouvriers, une sablière, une carrière, des installations de dragage et de transport fluvial, un parc impressionnant d'engins de chantier, ses réalisations comptent la brasserie de Sain-Nicolas-de-Port, le grand séminaire de l'Asnée à Villers-lès-Nancy, le siège de l'Est républicain, des maisons de ville, des lotissements, ainsi celui du Placieux à Villers-lès-Nancy. La crise qui touche le secteur du bâtiment dans les années soixante-dix, ne l'épargne pas. L'activité de menuiserie se développe et la branche maçonnerie s'oriente vers des domaines spécifiques, restauration de monuments historiques, ravalement, taille et sculpture de pierre, où sa compétence reconnue lui confère une forte identité patrimoniale.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

La tour, à trois niveaux, flanque le chœur à chevet plat, de deux travées voûtées sur croisées d’ogive; les ogives retombent sur des colonnes engagées, composites, surmontées de chapiteaux. Le chœur est éclairé par une baie centrale à trois lancettes et deux baies latérales opposées à la tour. Les lambris qui courent sur les murs, sont interrompus par une piscine liturgique encastrée. Cette église-grange présente une nef de trois travées avec six baies.

Les autels latéraux ont été supprimés et remplacés par un massif de béton, surmonté d'une niche avec une statue. La chaire à prêcher, en bois, fut tronçonnée et transformée en ambon.

Murs grès pierre de taille
grès moellon enduit
Toit tuile, ardoise
Plans plan allongé
Techniques vitrail
Représentations Christ, Cène, saint Michel, saint Joseph, sainte Cécile, Vierge, sainte Jeanne d'Arc, Annonciation
Précision représentations

Les verrières ont été réalisées par Georges Gross, Nancy, 1954. Dans le chœur : le Sacré-Coeur entouré d'un côté du général Foch, de soldats et d'une femme couronnée, de l'autre des villageois; la Sainte Cène, le Curé d'Ars. Dans la nef : la Bonne Mort, saint Clément, Jeanne d'Arc et saint Michel, sainte Cécile, Notre-Dame de Lourdes et l'Annonciation.

Statut de la propriété propriété de la commune
(c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle ; (c) Région Grand-Est - Inventaire général - Chrétien Anne - Laumon Annette - Mazerand Michel
Michel Mazerand

Enquêteur du pré-inventaire à l'Inventaire général de Lorraine.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Sonrier Marie-Agnès