Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Étienne

Dossier IA55000822 réalisé en 1986

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Saint-Étienne
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton aire d'étude du département 55 - Saint-Mihiel
Adresse Commune : Maizey
Adresse : rue Maumusson
Cadastre : 2012 AA 18

En 1706, la chapelle du château, qui appartient alors à Jean Darmur, fut reconstruite et devint l'église paroissiale de Maizey. Restaurée en 1753, elle fut presque entièrement détruite lors de la Première Guerre mondiale. Le projet fut approuvé le 31 octobre 1929, l'adjudication des travaux le 16 décembre 1929. Léon Chesnay fut l'architecte du premier projet et mais ce fut l'architecte A. Quilès qui réalisa le projet définitif. Les vitraux sont l'oeuvre de Georges Janin.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1706, daté par source
1929, daté par source
Auteur(s) Auteur : Chesnay Léon,
Léon Chesnay (1869 - 1962)

En 1889, il entre à l’École des Beaux-Arts de Paris où il est l’élève dans l’atelier de Gerhardt et de Redon. Il passe en première classe en 1894 et obtient son diplôme d'architecte en 1898. Entre 1894 et 1898, il assiste M. Millet et M. Laurent, qui explorent l'Attique et le Péloponnèse dans le cadre du programme des recherches byzantines de l’École Française d'Athènes, et réalise pour eux des relevés (peintures byzantines de deux églises de Mistra, la Péribleptos et la Pantanassa). Il s’installe comme architecte et participe à plusieurs concours publics, obtenant notamment le premier prix en 1900 pour les écoles à Maisons-Laffite. En 1907, il est architecte à Paris. Il se spécialise dans la construction d’immeubles de rapport. Après la Première Guerre mondiale, Léon Chesnay est membre de l'agence La Cité nouvelle, créée en janvier 1919 par les architectes Duval et Gonse pour intervenir dans les régions dévastées. Sa présence en Lorraine est attestée dès 1922, date à laquelle il participe au « concours » pour la réalisation d'un monument aux morts à Ligny-en-Barrois. Il est alors mentionné comme architecte du Ministère des colonies. De 1929à 1933, sa présence est attestée à Verdun. Dans la Meuse, il reconstruit l’église Saint-Martin de Bonzée en 1926. A Verdun, il construit l’Hôtel des postes et édifie, en collaboration avec Louis Berthemy, le monument à la Victoire qui est inauguré le 23 juin 1929. Travaillant pour la coopérative de reconstruction des écoles, il réalise en 1929 des travaux d'agrandissement des écoles du Faubourg Pavé et de Glorieux, en collaboration avec M. Charton. Il réalise l'église Saint-Sauveur de Verdun, inaugurée le 12 octobre 1930. Il construit l'école de filles de la Ville Haute de Verdun (6 place de la Libération) qui est inaugurée le 2 octobre 1932. Son activité d’architecte dans la Meuse ne l’empêche pas de participer à des concours parisiens. En1929, avec quatre autres architectes, Léon Chesnay donne ainsi des plans pour la construction de la Maison des nations américaines. Membre de la Société des Architectes Diplômés par le Gouvernement et de la Société des Artistes Français, il devient officier d'Académie en 1898 puis officier d'Instruction Publique en 1905. Enfin, il reçoit la Légion d'honneur en 1930.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Quilès Armand,
Armand Quilès

En 1929, il est installé à Saint-Mihiel. En 1933, reconstruction du presbytère de Maizey. En 1934, il supervise la construction d’une remise pour le presbytère et la réparation d’un immeuble à Lacroix-sur-Meuse.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Janin Georges,
Georges Janin (1884 - 1955)

Maitre verrier et peintre, il est né à Woippy (57) en 1884 et décède à Nancy en 1955. Sa famille rejoint Nancy après sa naissance. Dès 1905 il suit une formation auprès de l'École des beaux-arts de Nancy et de son père Joseph lui aussi Maître verrier.Après avoir travaillé dans l'atelier de son père, il ouvre le sien propre en 1909 et fournit de nombreux vitraux dans la ville de Nancy. Par ailleurs, il mène de front une activité de peintre et aquarelliste paysagiste. En 1912 Georges Janin s'associe à Joseph Benoît, ancien collaborateur de son père. L'association dure jusqu'en 1921. Les collaborations aboutissent à la création des vitraux de la Basilique Notre-Dame-de-Lourdes de Nancy et de la Basilique du Sacré-Cœur de Nancy. Georges Janin meurt à Nancy le 7 juillet 1955.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier, attribution par source, signature

L'édifice est composé d'une tour-clocher. La nef est à trois travées. Une verrière réalisée par Georges Janin en 1933 représente une femme implorant la Vierge et l'Enfant d'accueillir la dépouille d'un soldat mort. Elle est accompagnée d'une inscription rendant hommage à Robert Delavaux et aux héros de la Côte Sainte-Marie. Duilio Donzelli réalisa sur les murs et les voûtes des peintures.

Murs calcaire pierre de taille
calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
Toit ardoise, tuile mécanique
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 1 vaisseau
Couvertures toit à longs pans croupe
flèche polygonale
Techniques vitrail
peinture
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Bibliographie
  • Paris, 1999, 2 tomes.

    tome 2, p. 818
  • LURCON Pauline, Les églises de la Première Reconstruction dans le département de la Meuse, travail scientifique réalisé dans le cadre du stage de l'Institut national du patrimoine, 2013-2014, Paris, dactylogramme, 202 p

    p. 127 Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
(c) Région Grand-Est - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Meuse - Meraud Marion - Gottscheck Mary
Mary Gottscheck

Prestataire au Service Régional de l'Inventaire de Nancy


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Hervieux Pascal