Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église Paroissiale Saint-Gérard

Dossier IA54030104 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Saint Gérard
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Meurthe-et-Moselle - Lunéville Nord
Adresse Commune : Sommerviller
Adresse : rue de Lorraine

Sommerviller relevait de deux paroisses, Crévic et Dombasle. Un oratoire devenu chapelle servit d'église dès 1715 lorsque l'évêque de Toul érigea Sommerviller en cure. Cet édifice fut démoli afin de laisser place à l'église actuelle, construite entre 1740 et 1742 sur les plans de l'architecte Jean-Nicolas Jennesson. La première pierre, posée sous le règne du roi Stanislas, a été bénite le 3 mai 1740. Le mobilier date du 18e siècle, le maître-autel est l’œuvre d'un sculpteur de la famille Gerdolle de Damas-aux-Bois. Partiellement payé par l'abbé Vanat, l'orgue a été posé par Charles Didier-Van Caster, facteur à Nancy, entre 1902 et 1904; le buffet aurait été fabriqué en Bretagne au 17e siècle.

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle
Dates 1740, daté par source
Auteur(s) Auteur : Jennesson Jean-Nicolas
Jean-Nicolas Jennesson (1686 - 1755)

Architecte lorrain de la 1ère moitié du 18e siècle, Jean-Nicolas Jennesson travaille en 1709 avec Betto et Guesnon sur le chantier de la primatiale de Nancy, puis à la chartreuse de Bosserville (1713) ; à Nancy où il construit sa propre maison (1731), il est l'architecte de l’église Saint-Sébastien (1720-1731). Il travaille sur le chantier du château de Lunéville,notamment pour la modification des toitures en 1730. On peut lui attribuer, selon des critères stylistiques semblables à Saint Sébastien de Nancy, l’abbatiale Saint-Remy de Lunéville (église Saint-Jacques actuelle, 1730-vers1737). En 1737, il est nommé premier ingénieur et architecte des bâtiments, jardins, parcs et jets d’eau du duc de Lorraine, en remplacement de Boffrand. Il semble avoir eu des différends avec Stanislas, qui le remplace par Emmanuel Héré en 1738 comme premier architecte du duc. On le retrouve au service des abbesses de Remiremont où il construit le palais abbatial (1752). Architecte peu et mal connu, en dépit de la bonne appréciation de Dom Calmet dans sa « Bibliothèque lorraine » (col. 543), Jennesson a essentiellement travaillé autour de Nancy et Lunéville, à l’exception de Remiremont où il est demandé par Anne-Charlotte de Lorraine,fille du duc Léopold.

(cf Isabelle Astic-Rechiniac, Jean-Nicolas Jennesson (1686-1755), un architecte dans son temps, mémoire de master 2, université de Nancy 2, 2007


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

L'église-grange présente une tour-porche, une nef à cinq travées, éclairée par quatre baies et un choeur polygonal. Dans la niche centrale de l'abside, une statue du Sacré-Coeur, sur des nuées, a été installée en 1871, elle bénéfice d'un éclairage naturel. Les bancs en chêne, vingt de chaque côté de l'allée centrale, possèdent encore leurs plaques ovales, émaillées, numérotées, fixées sur l'accoudoir; quelques initiales et noms, une seule date, 1851, sont profondément gravés sur certains accoudoirs. La tribune d'orgue est portée par deux colonnes cannelées, en bois. Le mobilier date du 18e siècle.

Sur les cinq médaillons du décor du plafond de la nef, sur toile marouflée, deux évoquent la vie de saint Gérard; le panneau au-dessus de la tribune, signé Édouard Wayer, peintre de Bar-le-Duc (1819-1888), est daté 1874. L'abbé Achille Perrin, curé de 1867 à 1898, entreprit le décor du choeur où le panneau central du plafond représente l'Ascension. L'abbé Prosper Vanat, curé de 1898 à 1905, conçut et fabriqua les pochoirs figurant les monogrammes du Christ, de la Vierge, de saint Gérard, de fleurs de lys, etc.. utilisés pour le décor peint sur les murs de la nef.

Le chemin de croix, complet des quatorze stations, est en tôle peinte dans un cadre quadrilobé en bronze.

Murs calcaire pierre de taille
moellon enduit
Toit ardoise, tuile
Plans plan allongé
Techniques peinture
vitrail
Représentations Vierge, saint Charles Borromée, saint Joseph, Immaculée Conception, saint Joseph
Précision représentations

Dans le choeur, les deux verrières, signées Höner Père et Fils Nancy, figurent l'une saint Charles Borromée à côté de saint Gérard et l'autre, l'Immaculée Conception accompagnant saint Joseph portant l'Enfant.

Dans la nef, la Seconde Guerre mondiale ayant endommagé les verrières, l'atelier de Charles Krieger, successeur de G. Janin, Nancy, réalisa durant l’hiver 1946-1947, quatre verrières représentant la Croix dans un décor géométrique.

Statut de la propriété propriété de la commune
Précisions sur la protection

Le maître-autel, les gradins, le tabernacle, en bois peint et doré, ont été classés au titre des monuments historiques (11/07/1978). La partie instrumentale de l'orgue, due à Charles Didier-Van Caster est inscrite au titre des monuments historiques (23/07/1990) et le buffet inscrit au titre des monuments historiques (14/12/1995).

(c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle ; (c) Région Grand-Est - Inventaire général - Chrétien Anne - Laumon Annette - Gottscheck Mary
Mary Gottscheck

Prestataire au Service Régional de l'Inventaire de Nancy


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Monin Jean-Claude
Jean-Claude Monin

bénévole au SRI


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.