Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Martin

Dossier IA54030092 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Saint-Martin
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Meurthe-et-Moselle - Lunéville Nord
Adresse Commune : Maixe
Adresse : rue de l'Église

La présence d'un édifice au Moyen Age est attestée par la tour romane toujours en place puis par la mention d'une cure en 1420, document cité par Henri Lepage. Du bâtiment du 16e siècle subsistent quelques éléments dont une armoire eucharistique avec son encadrement sculpté et l'oculus ouvrant sur l'extérieur, une piscine liturgique, les fonts baptismaux, un bénitier portant les armes de Pierre Petit, seigneur de Maixe-lès-Einville et la date de 1598.

L'autel latéral nord, dédié à l'Immaculée Conception, et son retable ont été exécutés vers 1720-1730 et l'autel latéral sud, dédié à saint Nicolas, et son retable, vers 1760-1770.

En 1825, des travaux ont été effectués par l'architecte lunévillois Jandel. Le maître-autel a été érigé à la suite, en souvenir de Charles-Dominique Gazin, curé de Maixe (1er janvier 1831- 28 décembre 1866). En 1853, l'architecte lunévillois Antoine se vit confier des travaux de réparation de la façade sud-ouest de la tour du clocher qui menaçait de s'effondrer. A la fin du 19e siècle, le conseil municipal décida d'agrandir la nef; la première pierre fut posée le 3 juin 1896. Lors des travaux de démolition de la nef, le choeur subit des dégâts et fut reconstruit partiellement. Le projet fut confié à Rougieux, un architecte formé à l'École nationale des beaux-arts. L'église fut bénite par l'évêque de Nancy et de Toul, monseigneur Turinaz le 12 mai 1898.

Lors des premiers jours de la Grande Guerre, la toiture et la voûte s'effondrèrent. La reconstruction fut confiée en 1920 à Pieron & Fils de Nancy, les vitraux commandés en 1923 à Jean Gaudin, peintre-verrier parisien. Une maison, accolée à la tour-porche, avait nécessité anciennement le percement du rez-de-chaussée de ladite tour, pour assurer l'accès au portail; elle fut démolie lors du conflit, ce qui permit le dégagement de la façade.

Les fonts baptismaux furent entourés d'une clôture en fer forgé, ornée de symboles lotharingiens (chardons et croix de Lorraine), portant la date de 1934. Pierre-Dié Mallet y exécuta une peinture murale : le Baptême du Christ par saint Jean-Baptiste dans un cadre en trompe-l’œil, de style gothique flamboyant entre deux anges.

La Seconde Guerre mondiale nécessita des réparations sur la toiture de l'église en septembre 1945. La tempête du 26 décembre 1999 endommagea la charpente du clocher qui fut rétablie.

Période(s) Principale : 12e siècle, 16e siècle, 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle
Dates 1598, porte la date
1898, daté par source
1934, porte la date
Auteur(s) Auteur : Mallet Pierre-Dié,
Pierre-Dié Mallet (1895 - 1976)

Pierre-Dié Mallet est un sculpteur, peintre, graveur, enlumineur et héraldiste.

L'artiste lorrain est né à Rambervillers (Vosges) le 31 décembre 1895. Élève de Victor Prouvé, il s'affranchit des canons de l'époque. Passionné d'histoire Lorraine, il réalise de nombreuses compositions religieuses. Il décède à Nancy, le 5 décembre 1976.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, signature

La tour-porche en semi hors-oeuvre permet l'accès à l'église-halle. La nef de cinq travées, voutée sur croisées d'ogives, s'ouvre sur le choeur polygonal.

Toit ardoise, tuile
Plans plan allongé
Techniques ferronnerie
peinture
sculpture
vitrail
Représentations Vierge, saint Martin, saint Paul, sainte Jeanne d'Arc, sainte Marguerite-Marie Alacocque, Cène, saint Jean-baptiste, Annonciation, Assomption, saint Paul
Précision représentations

Au centre de l'abside, une armoire eucharistique, éclairée par un oculus ouvrant sur l'extérieur, fermée par une grille récente, est encadrée de pilastres surmontés de pinacles à crochets, réunis par un gâble en forme d'arc brisé décoré de feuilles de chou et sommé d'un fleuron. Une statuette du Christ Roi, assis sur un trône, tient un globe terrestre de la main droite; elle est située au-dessus de la grille.

Une piscine liturgique, avec une moulure à redents, décorée d'une marguerite et de deux fleurs de lys, est encastrée dans le mur sud de l'abside.

La clôture des fonts baptismaux, fer forgé peint, est constituée de barreaux parallèles, torsadés et droits, sommés d'un bandeau à deux registres ajourés, ornés de motifs (remplages, quadrilobes et croix de Lorraine) et par deux fois de la date 1934. Au centre, le bandeau porte l'inscription " Fons regenerationis". Sur la face principale, à chaque angle se dresse un imposant pique-cierge au décor de feuilles de chardons.

Sur le mur ouest, une peinture de Pierre-Dié Mallet complète l'identification de cet espace : le baptême du Christ par saint Jean-Baptiste, dans un cadre architectural gothique, se déroule entre deux anges tenant l'un une couronne de laurier, et l'autre une couronne en or, au-dessus d'une tenture en trompe-l’œil, aux motifs d'arabesque, développés autour d'une fleur de lys. Deux enfants de Maixe auraient posé pour les visages des anges (témoignage oral).

Le Christ en croix, suspendu à l'arc triomphal, a été repeint par Pierre-Dié Mallet (témoignage oral).

Sur le mur du bas-côté sud, est érigé un monument aux morts de la Première Guerre mondiale : une Pietà, haut-relief en pierre polychrome, entre deux plaques de marbre gravé avec les noms des soldats morts et la liste des victimes civiles. Une inscription précise "Mater Dolorosa" sous la sculpture signée V. Huel pour Victor Huel fils (1875-1953), lequel s'est inspiré de la statuaire des 15e et 16e siècles.

Les vitraux sont signés Jean Gaudin, Paris, 1923. Dans le choeur, sont représentées les deux charités de saint Martin et l'apparition du Sacré-Coeur à sainte Marguerite-Marie Alacoque. Dans la nef figurent la Cène, l'Annonciation, l'Assomption, la conversion de saint Paul, la Sainte Famille et sainte Jeanne d'Arc.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections
Précisions sur la protection

L'autel latéral nord, le retable, bois repeint et doré, vers 1720-1730, ainsi que la toile de l'Immaculée Conception,19e siècle, ont été inscrits au titre des monuments historiques le 14/01/1980. L'autel latéral sud, le retable, bois repeint et doré, vers 1760-1770, ainsi que la toile de saint Nicolas, 19e siècle, ont été inscrits au titre des monuments historiques le 14/01/1980.

Le bénitier, aux armes de Pierre Petit, seigneur de Maixe, calcaire sculpté, daté 1598, a été classé au titre des monuments historiques le 30/12/1991.

Les fonts baptismaux, calcaire sculpté, fin du 15e siècle, couvercle en bois du 19e siècle, ont été classés au titre des monuments historiques le 30/12/1991.

Deux bas-reliefs en bois sculpté polychrome, figurant les apôtres, le Christ et la Vierge, datés du 17e siècle, ont été classés au titre des monuments historiques le 30/12/1991.

(c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle ; (c) Région Grand-Est - Inventaire général - Chrétien Anne - Laumon Annette - Gottscheck Mary
Mary Gottscheck

Prestataire au Service Régional de l'Inventaire de Nancy


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Sonrier Marie-Agnès