Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église Paroissiale Saint-Nicolas de Moussey

Dossier IA57030043 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Registre de délibération du conseil de fabrique de Moussey 1850 à 1998 : reprises d'extraits

1867,érection du nouveau chemin de croix. 1874 dépenses pour un tableau (tableau de l’église). Achat d’un calice. 1877 Réparation de la toiture de l’église par Basile Grang maître charpentier à Moussey. Construction du plafond de la nef à la place des lambris. M. Bastien maitre plâtrier à Rixingen (Réchicourt). 1880, achat d’un maître autel en pierre blanche de Savonnière en remplacement de l’autel actuel en bois. Autel commandé à M Jacquemin architecte à Metz. Demande d’une porte en chêne à la tour de l’église. 1882, restauration de l’église par M Leidig architecte communal. Construction à neuf de l’escalier à cause de l’horloge,construction d’une petite sacristie, vitraux. 1882 achat de vitraux peins 6

vitraux à personnages fournis par la maison Champigneulle à Bar le Duc Salvanges pour 7 vitraux celui du chœur beaucoup plus riche sur fond coloré. La 3e fenêtre du chœur sera recouverte. On parle de sacristie à cette date dans laquelle est placé le tableau des fondations.

1883,factures payées à M Champigneulle de Bar-le-Duc pour les vitraux et la dorure des chandeliers. 1897 l’église contient 18 bancs de chaque côté de la grande allée, les bancs du côté de l’autel de la Ste Vierge sont destinés aux femmes, les premiers bans du côté de l’autel St Nicolas sont destinés aux hommes. Il y a 7 places dans chaque banc. 1907 visite canonique la fabrique doit entourer les fonds baptismaux d’une grille, remettre en état le calice et le ciboire qui ne sont plus assez convenables. 1910 Calice à redorer. Inventaire du clocher. Benie en 1780 sous l’invocation de St Elisabeth, parrain Jean Nicolas Petit curé de Moussey et maraine Elisabeth Boneval épouse du sieur François Germain maire de Moussey. J’ai été fondue à Lunéville par B.Fourno fondeur du feu roy de Pologne. Sur la cloche se trouvent les images de S Nicolas du Christ d’une Vierge Louis XV. La cloche mesure 83cm de diamètre et 73 cm de hauteur Elle donne la note LA. La moyenne cloche porte l’inscription suivante : l’an 181, j’ai été bénite sous l’invocation sous l’invocation de Ste MAdelaine par Mr Jean Claude Melle curé de Moussey. Parrain Jean Nicolas Louis cultivateur et maire de Moussey et marraine Madeleine Jacquel épouse de J Baptiste Poirel cultivateur à Moussey. Porte les images de St Nicolas, du Christ donne la note sib. Diametre 75 ht 70.Pierre

François garçon fondeur à Languimberg. La petite cloche, je m’appelle Marie Catherine Françoise Louise. J’ai été donnée à l’église, par le zèle et la générosité des fidèles sous l’administration de M Perrin Nicolas et Petit Alexis curé de la paroisse. Image du Christ et de la Vierge. Diam 70cm ht 65 donne le do. En ht de la cloche une frise gothique et les inscriptions :

Jacob, Mathies, Jacob min., Matthieu, Mathias, Bartelemy, Jacob maj, Thomas, Paul, Simon, Marc, Pierre, Jean, Philippe, fondeur Causard, Colmar, 1877.

Horloge 48kg

Visite de 1929, on a constaté que des réparations assez conséquentes ont été exécutées à l’église et autour de l’église (toiture de l’église, désaffection de l’ancien cimetière). Comme l’agrandissement de la sacristie est impossible, il faut en construire une autre du côté de l’évangile. Plus tard il faudra installer un nouveau baptistère, l’actuel est contre toutes les règles. Il trouvera place à l’endroit du confessionnal qui ne sert plus. 1931, constatation des travaux effectuée, construction d’un porche, recrépissage du clocher et comme pendant d’une dépendance, d’un nouveau baptistère. Question de la construction d’une nouvelle sacristie est toujours en suspens. 1935, constat que l’extérieur de l’église est en parfait état.

1938, un calice et un ciboire sont redorés. Aménagement de la nouvelle sacristie.1939 construction du nouveau jeu d’orgue. 1945 notre église et village ont subi les bombardements de l’automne 44. Notre église a été fort touchée par les obus. Nos orgues achetés en 1936 ont été fort abîmées également moins par les obus que par la pluie. 1947, depuis le mois de mai les travaux de restauration ont commencé dans l’église : charpente, toiture de l’église et du clocher et de la nef. Les travaux ont nécessités le démontage des deux autels latéraux qui quoique non endommagés par faits de guerre ont néanmoins besoin d’être réparés, grattage des 2 couches de peinture nécessaire tables d’autel en partie détruites, confection de tabernacles, réparation des menuiseries et sculptures endommagées, cirage. Ces autels ont été estimés par mr Jacq constructeur d’autel de Strasbourg. M Jacq présente un plan et dessin pour un banc en table de communion en marbre cadrant avec le futur maître autel qui sera en marbre aussi. En effet, le maître-autel détruit totalement. 1948, constats que la réfection des deux autels latéraux et la construction du banc de communion sont achevés. Achat d’un maître autel neuf et de bancs d’église détruits

partiellement. Plan du maître autel de M Jacq constructeur d’autel de Strasbourg, approuvé ; bancs d’église projets de M Jacq aussi. Banc en chêne avec tête sculptée et genouillères rabattables, 30 pièces. Projets adoptés pour les deux. Achat des lustres. 1949, érection du chemin de croix en la chapelle provisoire de la paroisse de Moussey. 1988, désignation de l’entreprise chargée de redorer les candélabres, le crucifix et les garnitures en bronze du maître autel. Il n’y a qu’une seule entreprise, établissements Lucien Pesce (Localisée à NEUWILLER LES SAVERNE (67330), 18 FAUBOURG DU MARECHAL CLARKE, la société PESCE GOETZMANN SARL est active depuis 19 ans. Cette société à responsabilité limitée a été créée le 5 mai 1995, elle est spécialisée dans le secteur d'activité du traitement et revêtement des métaux.)

Déplacement de l’ancien maître autel contre le mur du chœur en supprimant deux marches. Le maître autel provisoire sera remplacé par un neuf en marbre avec une partie des matériaux récupérés des marches de l’ancien autel et du banc de communion. L’entreprise fournira la table de communion et la quantité de marbre nécessaire. Devis de la marbrerie Piodi de Metz.

L’an de grâce 1990, …pour couronner la rénovation du chœur de l’église saint Nicolas de Moussey, Monseigneur Gilbert Duchêne évêque de Saint Claude, natif du village de Moussey, a consacré, sur les reliques de Saint François de Sales, de Sainte Jeanne de Chantal, de Saint Fabry martyre, le nouvel autel pour célébrer l’eucharistie conçu par M Marc Piodi sur les conseils de Théo Louis de la commission d’arts sacrés

1998, vente des vieilles statues mutilées et des vieux candélabres, des appliques murales. Durant l’année 1997, nous avons fait procéder au rafraîchissement des peintures des autels latéraux, intervention de Mr Aman. Il a été procédé à l’achat de sdeux nouveaux bénitiers à l’entrée de l’église.

Vocables saint Nicolas
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Réchicourt-le-Château
Adresse Commune : Moussey
Adresse : rue de Bourdonay
Cadastre : 2015 38

Première phase de construction certainement au 17e siècle puis reconstruite en partie au18e siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, le chœur est reconstruit, une partie du clocher et la sacristie nord. (ref. au texte libre retraçant les différentes phases de construction, restauration et reconstruction). En 1714, lors d'une visite canonique, on sait que les ornements nécessaires sont présents sauf une chasuble verte et une violette et que l'église est "passablement réparée". (ref BOUR, R. S. Une visite canonique de l'archiprêtré de Sarrebourg (1714). p10). Il n'y a alors qu'un autel collatéral "fort indécemment orné"et pas de sacristie. Au 19e siècle, le toit de l'église est refait, en 1877 on construit le plafond de la nef qui remplace les lambris. Un maître-autel construit par Jacquemin est installé en 1880. Des réparations sont entreprises par Leidig l'architecte d'arrondissement, en 1882, construction à neuf d'un escalier pour accueillir l'horloge, construction d'une sacristie. 7 vitraux sont achetés en 1882 à la maison Champigneulle de Bar-le-Duc. En 1929, construction d'un porche et d'un nouveau baptistère. Les orgues sont achetés en 1936. Une nouvelle sacristie est construite en 1938. En novembre 1944, l'église est touchée par des tirs d'obus, la sacristie ouest est détruite et une partie du chœur. "entre les 20 et 25 novembre 1944, bombardement d'artillerie ayant détruit la toiture au-dessus du chœur, 4 trous d'obus dans mur de façade ouest, toiture détruite côté ouest, découverte côté Est destruction de la sacristie vers la route de Bourdonnay" (AD57, 45J146). D'importants travaux de restaurations sont engagés à partir de 1946 par l'architecte de la reconstruction Joseph Denny. L'église ne voit cependant pas son plan changer, l'architecte restitue à l’identique. Ce sont les intérieurs qui seront changés. L'église reçoit un nouveau maître-autel édifié par le marbrier Jaeg. Les autels latéraux et statues sont restaurés. L’église est repeinte, le plafond refait ainsi qu'une partie du clocher. L'église reçoit de nouveaux vitaux à figure géométrique fabriqués par la maison OTT de Strasbourg. Les orgues achetées en 1936 sont réparées par la maison Koenig. Les cinq lustres sont fournis par la maison Brando de Metz en 1949. Certificat de fins de travaux de Joseph Denny, de 1951, pour les travaux de réfection de l'église de Moussey "réparation partielle en identique l'édifice correspondant exactement aux formes et dimensions telles qu'elles se comportaient avant le sinistre". Nouvelle horloge achetée à la maison Didelot de Sarrebourg et installée en 1951. Les escalier et perrons d'entrée en pierre de taille de l'église sont refaits en 1964, la rampe en fer de 86kg est fournie par le garage Feltin de Moussey.

Période(s) Principale : 18e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 4e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 2e moitié 19e siècle , daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Denny Joseph
Joseph Denny

Architecte de la reconstruction et de la modernisation des Trente Glorieuses installé à la frontière de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle, à Moussey puis à Avricourt, Joseph Denny (1911-1976) a déployé une activité intense dans les arrondissements mosellans

de Château-Salins et de Sarrebourg pendant un tiers de siècle (1944-1976).

Après deux ans de stage chez l’architecte strasbourgeois A. Mossler (1925-1927), Joseph Denny effectua un stage pratique dans l’entreprise Steinbach Frères à Strasbourg puis suivit quatre semestres de cours à l’école nationale technique de la même ville

(1929-1930) et le cours d’ingénieur-architecte de l’école des travaux publics de Paris (1931-1932). Patenté comme architecte, il est reçu comme membre de la Société des architectes en 1934.

De 1932 à 1934 il a réalisé 23 pavillons dans la cité Noeppel de Lingolsheim et Ostwald puis 11 autres ainsi que deux immeubles de rapport à la cité Kreutzmatt d’Eckbolsheim (1936). Il est aussi actif dans différents quartiers de Strasbourg, où il construit de

nombreuses maisons de rapport (à Meinau, Robertsau, Neudorf, Cronenbourg ; 1933-1936). En 1939, les usines Bata de Moussey font appel à lui et il réalise la cité-jardin de Moussey. L’entreprise s’étant d’abord repliée dans l’Eure, il s’installe à Saint-Marcel, près de Vernon, et y œuvre à la reconstruction des usines Steiner et pour les Manufactures de Saint-Marcel, filiale de Bata (1940-1944), dressant le plan de la nouvelle cité et reconstruisant les ateliers de fabrication de caoutchouc et bonneterie. Il y réalise notamment une

salle des fêtes à décor alsacien !

De retour à Moussey après la guerre, il reconstruit les fermes Jung (première stabulation libre en France) et Marchal (1945) puis est employé continûment à Avricourt, où il s’installe en 1949, Moussey, Azoudange, Réchicourt-le-Château et Diane-Capelle. Dans le cadre

de l’application de la législation sur la modernisation de l’habitat rural, il expérimente à Desseling et à Assenoncourt la suppression des tas de fumier sur l’usoir en construisant des fosses à purin à l’arrière des bâtiments agricoles.

Il construit aussi de nombreuses écoles dans les arrondissements de Château-Salins et de Sarrebourg, l’hôpital de Château-Salins, la maison de retraite de Vic-sur-Seille etc.

sources introduction du répertoire numérique du fonds privé de l'architecte AD57


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Leidig
Leidig

Architecte communal à Sarrebourg dans la seconde moitié du 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Atelier ou école : Ott Frères
Frères Ott

La maison Ott est créée à Strasbourg (1 quai des bateliers) en 1852 et s'étend dans ce quartier vers la cour du corbeau. l'entreprise faisait travailler plus de 30 personne entre les deux guerres.

Deux générations s'y sont succédées : Joseph-Hippolyte Ott (1825-1893) et Antoine-Jérôme-Isidore Ott (1834-1908) puis Léon-Théodore Ott (1865-1917) et Henri-Isidore Ott (1874-1945) tous deux fils d'Antoine Jérôme Isidore Ott.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Atelier ou école : Jaeg Valentin
Valentin Jaeg (1902 - 1977)

Atelier d'art, ameublement d'église, pierre, marbre, bois , bronzes, monument, statue. 47 rue du Neufeld Strasbourg. Valentin Jaeg* (1902-1977), sculpteur et menuisier travaille avec son frère Raymond (1895-1976).

Valentin Jaeg (1902-1977) : Sculpteur et artiste peintre (Lixheim 1902,Strasbourg 1977) Après des études secondaires à Sarrebourg, il suivit les cours de sculpture et de peinture à l’école des Arts décoratifs à Strasbourg de 1920 à 1925. Parla suite il travailla avec son frère Raymond(1895-1976) dans l’atelier de leur père àS trasbourg-Neudorf. Il s’occupe de 1941à 1944 de travaux d’orthopédie (jambes et mains appareillées). Il réalise entre autres l’autel de l’église du Saint Sacrement à Metz,la statue du Galz à Trois-Epis et est l’auteur d’une quinzaine de monuments aux morts en Alsace. Avec son frère il exécute des travaux de restauration après 1945 dans de nombreuses églises d’Alsace et de Moselle.François Joseph Fuchs, dans Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne,Strasbourg. t.4, p. 1779.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Église à vaisseau unique, avec tour clocher saillant accostée de deux porches en appentis abritant l'escalier menant à la tribune d'orgue à gauche et l'entrée de l'église à droite. Le toit à longs pans et demi-croupe, est couvert d'ardoises d'Angers. Il est à pignon couvert.La tour clocher a une flèche polygonale à égout retroussé en ardoises. La nef est à une seule travée à plafond plat et chevet polygonale. Elle contient deux sacristies, une petite et une plus grande. Les baies sont en plein cintre. Les travaux de maçonnerie après 1946 sont faits par l'entreprise Porté Frères de Moussey. Il y avait des éléments en staff qui ont été détruits lors des bombardements de 1944. La maçonnerie refaite après les bombardements, concerne surtout la sacristie ouest et les murs du chœur. Une partie des moellons est récupérée. Une partie des murs est en brique. L'ancienne sacristie est reconstruite en brique laitière. Dans le clocher, le plancher refait est en sapin et l'échelle de meunier en hêtre.

Murs calcaire moellon
grès pierre de taille
terre brique et brique crue

brique silico-calcaire
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte plate
Couvertures
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier droit
escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour
Autres organes de circulations rampe d'accès
Énergies
Typologies église
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Zeller-Belville Catherine
Catherine Zeller-Belville , né(e) Belville (14 07 70 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Zeller-Belville Catherine
Catherine Zeller-Belville , né(e) Belville (14 07 70 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.