Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Rémi

Dossier IA57000451 réalisé en 1999
Vocables Saint-Rémi
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Vic-sur-Seille - Vic-sur-Seille
Adresse Commune : Lezey
Adresse : rue Principale
Cadastre : 1828 F 66 ; 1988 2 10

L'église actuelle, qui dépendait jusqu'à la Révolution de l'abbaye de Salival, remplace un édifice plus ancien et se compose d'éléments hétéroclites. Les quatre petites fenêtres de la nef semblent dater de la période romane. La porte en plein cintre percée dans le mur nord, également romane, est datée des environs de 1200 par H. Collin. Au début du 16e siècle, une grosse campagne de réaménagement de l'édifice conduit à reconstruire le choeur et une partie de la nef, ce dont témoignent les 5 baies gothiques (des vestiges des verrières de cette époque subsistaient encore à la fin du 19e siècle (cf Kraus) et à ouvrir une nouvelle porte, datée 1527, à droite de la précédente. Un motif de crosse (illisible aujourd'hui), reste du blason effacé de l'abbaye de Salival, était placé entre les chiffres du millésime (cf A. Benoit). La base de la tour-porche remonte vraisemblablement au 16e siècle, mais l'ensemble a été fortement remanié par la suite. La porte à fronton en arc brisé a été remplacé par une porte moderne mais on remarque encore, au-dessus, une croix datée 1502, en remploi dans la maçonnerie, vraisemblablement placée à l'origine en antéfixe de la toiture. La porte d'accès intérieur à la nef depuis la tour semble également dater du 16e siècle. La tour, reconstruite au 18e siècle, est dotée d'une flèche polygonale en ardoise (cf photographies anciennes). Fortement endommagé en 1944, l'édifice est restauré en 1957-1958. A cette occasion, plusieurs éléments anciens sont mis à jour sous les enduits (dont les deux portes du côté nord) mais la flèche est remplacée par une simple toiture et les murs de la tour couverts d'un essentage d'ardoise, ce qui modifie fortement l'aspect visuel de l'édifice.

Période(s) Principale : 12e siècle , daté par travaux historiques
Principale : 2e quart 16e siècle , daté par travaux historiques
Principale : 3e quart 18e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1502, porte la date
1527, daté par source

Eglise grange comportant une tour porche hors-oeuvre, flanquée de deux contreforts massifs, et un chevet plat dont la voûte est épaulée par deux contreforts. L'un d'entre eux est à présent englobé à l'intérieur de la sacristie édifiée au 19e siècle. L'édifice est construit en grès enduit avec des chaînes et des encadrements en pierre de taille, la partie supérieure du clocher étant essentée d'ardoise. La nef et le choeur sont couverts d'une toiture à longs pans et croupes en tuile mécanique et le clocher d'un toit en pavillon en ardoise (en remplacement de l'ancienne toiture à bulbe du 18e siècle détruite en 1944). Le mur nord comporte 2 portes murées, l'une romane, en plein cintre avec deux chapiteaux à décor végétal et un tympan gravé d'une croix, l'autre de style gothique avec un linteau en accolade (datée 1527). La nef, ouverte vers la tour par une porte dont l'encadrement mouluré rappelle l'architecture du 16e siècle, est couverte d'un plafond à poutres apparentes et éclairée par quatre petites ouvertures en plein cintre sans doute romanes et par deux grandes baies gothiques à remplage de part et d'autres de l'arc triomphal. Le choeur est voûté d'ogives avec une clef ornée d'un blason et des arcs retombant directement sur les murs et éclairé par 3 grandes baies à remplage, contemporaines de celles de la nef. Dans le choeur se trouvent une armoire eucharistique surmontée d'un arc en accolade trilobé et de deux trilobes en écoinçons, un lavabo dont le linteau est décoré d'un arc trilobé et chanfreiné, et un placard.

Murs grès moellon enduit
essentage d'ardoise
Toit ardoise, tuile mécanique
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte d'ogives
Couvertures toit à longs pans croupe
toit en pavillon
Typologies église grange, tour-porche hors-oeuvre, chevet plat
Techniques maçonnerie
sculpture
Représentations croix crosse
Précision représentations

le portail roman a des chapiteaux à ornement végétal et un tympan gravé d'une croix ; la clef de voûte du choeur porte un blason non identifié ; les 5 baies gothiques, la porte datée 1527 avec un motif de crosse, l'armoire eucharistique et le lavabo portent un décor gothique tardif

A_GESTION

GESTION {import cindoc=NAT2}{lot=0056}{publication MCC=versé 2016/02/09 EP}{Illustration=Pas de photo numérique trouvée}
Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Bibliographie
  • Les églises romanes de Lorraine : tome III - dictionnaire des édifices. Igney à Rupt-aux-Nonnains / Hubert Collin. - Nancy : Société d'archéologie lorraine, 1984. - 216 p. : ill., plans ; 23 cm. - (Les Guides du Pays lorrain).

    p. 30
  • DECOMPS (Claire) et GLOC (Marie), Le canton de Vic-sur-Seille, entre Seille et Madon, Images du Patrimoine n°269, Paris, 2011, Somogy

    p. 82-83 Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
Périodiques
  • BENOIT, Louis. Répertoire archéologique de l'arrondissement de Sarrebourg. Mémoires de la société d'archéologie lorraine, 1862, 52 p. Index p. 51-52. Site Internet = gallica.bnf.fr

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : D57
(c) Région Grand-Est - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Moselle - Decomps Claire
Claire Decomps

conservateur en chef du patrimoine, chercheur en Lorraine de 1994 à 2018 puis responsable de la conservation du musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Gloc Marie