Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

ensemble canonial du chapitre des dames nobles de Poussay

Dossier IA88032022

Fiche

Le chapitre des dames nobles de Poussay est moins étudié que ceux de Remiremont et d’Epinal et la destruction de l’église abbatiale en 1793 a entrainé un certain déficit d’intérêt nonobstant une étude très documentée portant sur sa disparition par Léon Schwab dans la revue « La Révolution dans les Vosges » en 1910. Un important projet de construction d’une mairie-école en 1980 à l’emplacement même de l’ancienne église abbatiale suscita d’une part une surveillance archéologique, d’autre part une opération d’urgence sur bâti canonial réalisée par l’Inventaire général du patrimoine culturel en août 1980 (Jacques Guillaume, Bruno Malinverno) documentée par des recherches en archives et des photographies de chercheurs. La rédaction de la synthèse de cette opération (sans reprise sur le terrain) est faite en 2020 en parallèle à l’étude de quartier canonial de Remiremont. Le puits quant à lui a été étudié au cours de l’opération portant sur les édicules des eaux des Vosges en 2016.

Genre de chanoinesses
Précision dénomination quartier canonial
Dénominations ensemble canonial
Aire d'étude et canton Vosges - Rambervillers
Adresse Commune : Poussay
Adresse : Rue des Halles , rue de l' Abbaye , rue du cloître , ruelle Montaigne , place du puits
Cadastre : 2020 AB 10 à 26

L’abbaye féminine de Poussay fut créée, selon la règle bénédictine, en 1018 par l'évêque Berthold de Toul (995-1018), et consacrée le 15 mai 1026 par Bruno Eguisheim-Dabo (qui deviendra pape sous le nom de Léon IX). Cette communauté religieuse adopta une règle de vie identique à celle des chanoinesses de Remiremont et d'Epinal à une date précise inconnue mais au court du XVe siècle d'après l'histoire de Lorraine de Dom Calmet. Si l’origine du quartier canonial n’est pas datée avec précision, les plus anciens vestiges témoignent de la construction de demeures dès la fin du XVe siècle (cf. arc en accolade dans maisons situées parcelle 1980 B 1133 et 537, baies jumelles en accolade dans maison située parcelle 1980 B 538; linteau avec armoirie, cheminée avec les mêmes armoiries en remploi dans l’ancien presbytère ; il pourrait s’agir des armes de la famille de Rainville) ce qui est cohérent avec l’indication donnée par Dom Calmet. De vastes cheminées de cuisine sont caractéristiques de celles érigées au tournant des XVIe et XVIIe siècles (ex. maison située parcelle 1980 B 538). La fin du 1er quart du XVIIIe siècle est marqué par une vague de travaux : le cloître en 1724 (cf. inscription « ce cloistre a été reparay en l’an 1724 par le chapitre de Poussay » en remploi dans le mur d’un hangar agricole), l’église connait des travaux d’une ampleur mal identifiée en 1735 (date sur la clef de voûte en remploi dans une ferme, cité par Léon Schwab). Les dames avaient modernisé leur demeure : 1720 (parcelle 1980 B 1094), 1723 (parcelle 1980 B 537), 1738 (parcelle 2020 AB 17), 1759 (achat d’une maison rue de la halle par Anne de Constable qui l’agrandie par échange avec un voisin en 1772, cf AD 88 G 2687) … En 1790, il y avait 15 dames, 4 chanoines, 1 sacristain prêtre, un sous-sacristain, un organiste, des officiers et une domesticité (deux chambres par demeure). Certaines dames habitaient ensemble comme Anne-Gabrielle et Jeanne-Charlotte de Mitry, il est vrai de la même famille et dans une maison hors du « cloître ». En février 1792, le procès-verbal de visite pour la prisée de ce bien national de première origine décrit un quartier en état médiocre en particulier le « cloître » pourvu de trois galeries servant au stockage du bois. Il mentionne un rare témoignage des portes qui fermaient à l’origine le quartier « l’on communique depuis la rue par une porte à deux battans sans serrure ny clef …/…. . Il se trouve à chaque bout dudit collatéral dans le mur du côté du cloître une porte à deux battans dont l’une les vollants sont sur place et l’autres ils sont déposé dans l’église ». Précis, le document signale une pièce où les dames se mettaient en tenue de chœur « la chambre des manteaux » située entre l’église et le « cloître », une sacristie construite assez récemment, une pièce dédiée aux archives et dont les issues sont solidement gardées par des barreaux, un cimetière entouré d’un mur et pourvue d’une croix en bois, d’un clocher hors œuvre. Il existait aussi un hôtel abbatial en ruine petit bâtiment de trois travées en façade construit en rez-de-chaussée et étage de comble (cf. Léon Schwab, p. 108). Aucune mention de salle capitulaire n’a été retrouvée. Les ventes des biens nationaux ont entraîné la démolition de l’église abbatiale dont les vestiges sont rares (cf. IA88032023, des galeries du cloître et des équipements divers qui y étaient attenant, de l’hôtel abbatial … Ruines et maisons canoniales ont été le plus souvent acquises par des bourgeois de Mirecourt, en particulier Etienne Mougenot. Les allées d'arbres signalées par les procès-verbaux de la période révolutionnaire avaient déjà disparu dans le cadastre de 1834. vCertaines maisons furent détruites au cours du XIXe siècle, d'autres modifiés (en 1875 pour la maison édifiée en 172O parcelle 1980 B 1094). Lors du recensement de 1980, 9 maisons ont été identifiées avec plus ou moins de certitude. L'année 1980 a été marqué par d'importants travaux sur l'espace autrefois occupée par l'église abbatiale.

Période(s) Principale : 1ère moitié 11e siècle , (détruit)
Principale : 15e siècle
Principale : 1er quart 18e siècle
Principale : 2e quart 18e siècle
Secondaire : 3e quart 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Dates 1018, daté par travaux historiques
1026, daté par travaux historiques
1720, porte la date
1723, porte la date
1724, porte la date
1735, porte la date
1738, porte la date
1759, daté par source
1772, daté par source
1793, daté par source
1875, porte la date
1980, daté par source

Les visites de terrain de 1980, les travaux de Léon Schwab et le descriptif de la maison de Mme de Fussey secrète du chapitre 4 Q 27) permettent de décrire à grands traits la maison canoniale de Poussay.

Elle est située, sauf exception « dans l’enceinte de celle qui enferme le cloître du ci-devant chapitre » (Mme de Fussey) et son accès se fait par le « cloître ». Le plus souvent elle comporte une cour « [où] se trouve un chemin pavé en pierre de taille, le reste de la cour est pavé en pavé de bout » (Mme de Fussey) voire une seconde plus petite faisant office de puits d’éclairage.

Généralement la maison canoniale s’élève sur deux niveaux d’élévation, plus rarement trois (1980 B 976), selon un plan massé (1980 B 1133), parfois en L (1980 B 527), l’aile courte pouvant abriter l’escalier à volée droite (1989 B 1093). Une ou plusieurs caves sont situées sur le corps principal avec accès intérieur ou extérieur. La façade sur le cloître est percée de travées régulières, exceptionnellement avec un parti de symétrie (1980 B 976). Les fenêtres sont fermées par des huisseries à petits bois, protégées parfois par des persiennes ou des barreaux (Mme de Fussey). Les linteaux sont segmentaires délardés sans décor, celui-ci n’étant présent que pour la porte piétonne : encadrement mouluré, linteaux à décor de palmettes (1989 B 1093), de cartouche (1980 B 527), gardant parfois la trace d’un badigeon blanc (1980 B 1093) ou encore amorti d’un fronton hémicirculaire (1980 B 537 et 575). L’ensemble est couvert d’une toiture plus élevée que celles des autres maisons, souvent à longs pans et croupe (1980 B 575, 961 détruite, 976, 984, 1133). Les matériaux de couverture sont diversifiés selon la pente et l’ancienneté : tuile plate, tuile creuse et lave de grès.

Autour de la maison peuvent se trouver un ou plusieurs jardins, dont un jardin potager (Mme de Lavaux) généralement clos de murs (Mme de Choiseul), des vignes (Mme de Choiseul)parfois aussi sur le devant mais ceci pourrait être une évolution du XIXe siècle. Deux terrasses sont signalées (Mme de Choiseul et Mme de Fussey). Les annexes sont nombreuses : latrines, poulailler, bûcherie, grenier à grain, auge pour la collecte des eaux pluviales (Mme de Fussey), puits (dans le jardin 1980 B 538) …

L’intérieur est distribué par un escalier à volée droite. Au rez-de-chaussée de trouvent

- la cuisine avec cheminée, fourneau, potager et pierre à évier (Mme de Fussey), parfois une petite cuisine complémentaire, le four à pain, une salle à manger (Mme de Bassompierre, Mme de Filcquelmont, Mme de Lavaux, Mme de Lussey) ;

- un grand salon (Mme de Fussey) ;

- un poêle comme dans toute maison lorraine à la campagne ;

- diverses chambres y compris pour domestiques, des garde-robes (Mme de Bassompierre, Mme de lavaux Mme de Fussey…)

A l’étage peuvent se trouver un autre salon (ce qui pourrait être l’indice d’un deuxième appartement comme à Remiremont), des gardes-robes, des chambres de domestiques parfois pourvues de lit clos (Mme de Fussey).

Les plafonds sont généralement en bois sauf pour les belles pièces où ils sont en plâtre (Mme de Fussey), le parquet à chevrons brisés (Mme de Fussey). Les pièces de réception sont pourvues de lambris de hauteur (1980 B 538 et Mme de Fussey) ou de lambris d’appui (Mme de Fussey). De nombreuses cheminées de pierre pourvues de leur plaque de fonte et parfois de placards chauffant assurent le chauffage des espaces intérieurs.

Murs calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
grès moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit tuile plate
Plans plan régulier en L
Étages 1 étage carré, 2 étages carrés
Couvrements
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans croupe
toit à longs pans
appentis
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours, en maçonnerie
Techniques menuiserie
sculpture
Représentations palme, armoiries, cartouche
Précision représentations

Linteau de portes : palme, cartouche

cheminée et linteau : armoiries de la famille de Raville (?)

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvre à signaler, à étudier
Éléments remarquables puits

Annexes

  • description de la maison de Mme de Fussey chanoinesse et secrète du chapitre des dames nobles de Poussay

    AD 88 4 Q 27

    Nous soussigné Philbert Gérard entrepreneur de bâtiment demeurant à Poussay expert nommé de la part de M.M. les administrateurs du directoire du district de Mirecourt pour procéder à l’estimation d’une maison et d’un jardin qu’occupoit Madame de Fussey [Thérèse Claudine Gabrielle de Fussey et Melay secrète en 1790] appartenante ci-devant au chapitre de Poussay, ladite maison située à Poussay dans l’enceinte de celle qui enforme le cloître du ci-devant chapitre dudit lieu. …. Me suis fait ouvrir les portes de tous les appartements pour en connoitre la distribution et la construction, cy reconnu ce qui suit:

    Article 1er : Rez de chaussée : la porte d’entrée de ladite maison donne sur le cloître, de cette porte on communique à un vestibule qui conduit à la cour ; dans cette cour se trouve un chemin pavé en pierre de taille, le reste de la cour est pavé en pavé de bout, dans cette même cour se trouve un auge de pierre d taille déjà encienne pour recevoir les eaux des corps pendant de la toiture.

    Article2e: à côté du vestibule en entrant, il se trouve une bûcherie son inférieur pavé de pierre de moellon posée de bout avec une travure dessus, ; du même vestibule l’on monte à un grenier qui est au-dessus de laditte bûcherie, propre à mettre du grain. Ledit grenier est éclairé par une croisée remplie d’une jalousie en bois avec ses pentures et ferments nécessaires.

    Article 3 : Sous les appartements du rez de chaussée sont construites deux caves de moyenne grandeur. On communique dans l’une par une porte qui donne sur la cour, et dans l’autre par une porte dans le vestibule.

    Article 4e : Rez-de-chaussée. Depuis la cour cy-devant ditte, l’on communique de la principal porte d’entrée à un vestibule dans lequel est construit un degré en pierre de tailla qui monte jusqu’au premier étage.

    Article 5e : Dudit vestibule l’on communique par une porte à deux battans dans un très grand salon dont son inférieure est en planche de sapin, son supérieur est un plafond en plâtre.

    Article 6 : Le même salon est boisée à hauteur depuis lequel est éclairé par deux croisée remplie de carreaux de vers (sic) à petit bois, fermé en dehors par chacune d’une paire de vollets en sapin garnie de leur ferment et penture nécessaires

    Article 7e : Ledit salon est échauffé par une cheminée en pierre de taille sous laquelle se trouve une tacq de fer de fonde

    Article 8e : Du même salon l’on communique à une chambre à couché (sic) son plafond supérieure est en planche de sapin, de même que celui inférieur. La ditte chambre est boisée à hauteur d’apuis, elle est éclairé par une croisée remplie de carreaux à petits bois garnie de vers.

    Article 9 : Laddite chambre est échauffé par une cheminée de pierre de taille, sous laquelle se trouve une taq de fer de fonde

    Article 10 : Au bout de cette chambre, se trouve un petit cabinet servant de garde robe, lequel est éclairé par une petite croisée remplis de chassis à petits bois garnis de vers, les planchés inférieur et celui supérieure en planche de sapin.

    Article 11 : De la chambre cy-devant ditte est une chambre servant de salle à mangé, le planché inférieur est fait en planche de sapin, de même que le plafon supérieure, ladite salle est boisée dans tout son contour et sur toute sa hauteur en sapin le tout ancien. Elle est éclairé d’une seul croisée et chauffé par la tacq de la chambre cy-devant ditte.

    Article12 : De cette sale se trouve une cuisine pavé en pierre de taille dans on inférieur, elle est éclairé par une croisée en état, en tout ce qui la concerne. Elle est échauffé par une cheminée en pierre de taille sous laquelle se trouve un fourneau dont l’entrée est garni d’un cercle de fer garnie de maçonnerie en brique et derrière ledit fourneau est une plaque de fers battue

    Article 13 : Dans cette cuisine se trouve construit un fourneaux pottagers de quatre réchaux fait en brique déjà ancien

    Article 14 : Ensuitte de la cuisine cy devant est un poelle, le planché inférieure et le plafond supérieure st en planche de sapin ; ledit poëlle est éclaré par une croisée en état deffendue en dehors par des barreaux en fers.

    Article 15 : De la cuisine cy-devant ditte l’on communique à une autre plus pettite cuisine servant de lavoir dans laquelle il n’y a point de cheminé, elle est pavé de pierre brutte. Dans laquelle est une pierre de lavier. Elle est éclairé par une croisée déjà encienne

    Article 16 : Ensuitte de cette cuisine est un petit chambre de domestique, son plancher supérieur et inférieur en sapin ; le tout encien ; laditte chambre est éclairé par une croisée prenant jour sur une pettite cour.

    Article 17 : A côté de laditte chambre se trouve une cambre à four sans laquelle se trouve un four construit en pierre de Miraucourt et l’âtre fait en brique en assez bon état. Laditte chambre à four est éclairé par une petite croisée qui donne sur la grande cour ; l’on sort de cette chambre à four par une porte qui donne sur la même cour.

    Article 18 : Au fond de la petite cour se trouve construit un petit poulallier en tout encien.

    Article 19 : Du vestibule en entrant a corps de logis ou est construit le grand degré, l’on communique ne montant le même degré dans un petit cabiner qui prend jour sur une terrasse au-dessus de la vigne de Madame de Choiseul. La croisée remplis de chassis dormant vollants ( ?) à petits bois garnie de vers, les planché supérieur et inférieur en planche de sapin.

    Article 20 : En remontant le même dégré l’on communique à une autre chambre au-dessus de la cuisine, son planché inférieure en planche de sapin de même que le plafond supérieur ; cette chambre est éclairé par une croisée qui prend jour sur un petit jardin potagé, cette même chambre est échauffé par une cheminée en pierre de taille construite dans l’encoignure, sous laquelle est une plaque de fer de fonde.

    Article 21 : Ensuitte de cette chambre se trouve un petit cabinet fermé par des cloisons en planche de sapin éclairé par une petite croisée, les planché comme ceux cy dessus.

    Article 22 : Dudit cabinet se trouve une chambre de domestique construite en losange, elle est éclairé par une croisée prenant jour sur le jardin, son plafond et le planché inférieur en planche d sapin le tout encien.

    Article 23 : Sortant de cette chambre se trouve un petit pallier qui est au-dessus d’un escallier dérobé qui descend à la cuisine et du même pallier l’on communique à une chambre aussi de domestique très pettite dans laquelle se trouve une petite cheminée en pierre de taille et le tuiaux construits en brique, laditte chambre est éclairé par une croisée qui donne sur la grande cour

    Article 24 : A côté de cette chambre se trouve un petit cabinet servant de garde-robe enfermée par des apparrois en planches, éclairé par une croisée qui donne sur la grande cour, le tout encien

    Article 25 : Au-dessus du degré en pierre de taille, se trouve un pallier. De ce pallier l’on communique dans une chambre servant de salle à mangé son planché inférieur fait en planche de sapin et le plafond supérieur en plâtre, elle est éclairé par une croisée prenant jour sur la vigne. Cette chambre est échauffé par une cheminée en pierre de taille à coté de laquelle sont construit des armoires pour rendre la chambre plus quaré

    Article 26 : A coté de cette chambre se trouve un petit cabinet servant de garde-robe prenant jour sur le jardin. Il se trouve une enfonsure sous le degré qui montre au grenier propose à mettre un lit, fermé par deux vollet fait en chassis garnie de tapisserie de papier collé sur toille.

    Article 27 : De la chambre cy-devant ditte l’on communique au salon lequel est éclairé par deux croisées prenant jour sur la vigne de Madame de Choiseul et par une autre croisée prenant su la terrasse. Lesdites croisées sont remplis de leur dormants volants garnie de vers en bon état. Deffendue chacune en dehors par une paire de persienne. L’intérieur desdit salon est en parquet fait à chevron brisé en bois de chêne, le plafond supérieur en plâtre, le contour du même salon est boisée à hauteur d’apuis avec des ormoires (sic) dans le fond du côté du cabinet dont il sera parlé cy après le même salon est échauffé par une cheminée de pierre de Ste Menne, le tuiau monté en brique sous laquelle se trouve une tacq de fer de fonde

    Article 28 : A côté dudit salon i se trouve un petit cabinet servant à coucher un domestique lequel est éclairé par une croisée prenant jour sur la terrasse. Il est boisée dans son contour à hauteur d’apuis et échauffé par une petite cheminée de pierre de taille. L’on sort dudit cabinet sur le pallier du grand degré dont il est parlé cy-avant

    Article 29 [illisible]

    Article 30 : La toiture sur une partie du corps de logis est construite en pavillon recouverte de tuilles plates avec les chanlattes et corps pendants à reffaires. La toiture au-dessus de la cuisine, poëlle e chambre à four est fait en cul levé en [...] sont [...] recouverte partie el lave et l’autre en tuile très encien

    Article 31 : Le terrein qu’occupe ladittes maison y compris la cour contient en son rez de chaussée deux omées et un quart, encienne de mesure de la cy devant province de Lorraine

    Article 32 : Il se trouve un jardin pottager attachée à laditte maison avec une petite terrace qui conduit au latterine le tout ensemble contient deux omées six verge six pieds. La maison y attenante avec l’église du ci-devant chapitre de Poussay d’une part, le jardin de la cure avec celui de Jean Siret d’un bout et la vigne de madame de Choiseul [Anne Catherine Honorée de Choiseul abbesse depuis 87] d’autre part, ledit jardin est fermé par des murs

    Article 33 : Laditte maison est située entre l’église du ci-devant chapitre dudit lieu et la maison Eugénie Romaine de Lure Saluce et une terrace qui est au-dessus de la vigne d’Anne Catherine Honorée de Choiseul, des deux part le cloître d’un bout et la vigne de laditte Choiseul de l’autre.

    Article 34 : … évaluation à 3400 livres avec le jardin

    27 juillet 1792

  • Procès-verbal de la prisée des biens du chapitre de Poussay

    AD 88 4 Q 27 20 février 1793

    Employé 4 jours tant à l’estimation dont il s‘agit qu’à la rédaction des présentes

    Ce jourd’huy vingt février mil sept cent quatre-vingt-douze, l’an deuxième de la République française, nous soussigné Philbert Gérard entrepreneur de bâtiment demeurant à Poussay expert nommé de la part des citoyens administrateurs du directoire du district de Mirecourt pour procéder à l’estimation de l’église avec les collatérals, et sacristies de même que la tour du cloché et une partie du cloître, le tout provenant du ci devant chapitre de Poussay et scitué audit lieu avant de précéder à l’estimation dont s’agit, me suis transporté au domicille de Joseph Maniguet, prudhomme assesseur du juge de paix du canton de Mirecourt, demeurant à Poussay devant lequel j’ai prêté le serment de bien et fidèlement [illisible] la commission qui m’a été confiée, après me suis transporté dans laditte église et dans ses dépendances pour les examiner la scituation et en connoître la construction, après en avoir toisée et calculé toute l’étendue des chacuns desdits objets, au reconnu ce qui suit, scavoir

    Article 1 : La nef de laditte église y compris le cœur et le dessous de la tribune contient deux oméees cinq verges quatre pieds y compris les épesseurs des murs. La bâtisse de laditte église très encienne, le cœur est vouté avec des cordons fait en branche d’ogives et en pierre de taille. Il est éclairé de cinq vitraux dont les pierre de taille qui en forme (sic) les chassis ne sont pas de conséquence, lesquelles sont remplis de chassis en barre de fers remplie de ver jetté sur plomb, le tout ancien.

    Article 2 : Le contour des murs intérieurs du cœur est boisé d’une ancienne boisure faitte en bois de chênes distribué avec panneaux en monture avec pilastres est (sic) corniche sur l’ordre dorique. Cette boisure contient trente-six toise mesure de France [soit 70 m environ] de trente-six pied de France chacune, le surplus de l’avant cœur est ornée de chaque côté des stalles fait d’un encien goût aussi en bois de chêne mais de peut de valleur.

    Article 3 : Il se trouve dans l’intérieur du cœur de ditte église douze toises de parquet tant dans le devant des autelles que davant les stals cy-devant dit, ledit parquet est fait en bois de chênes dont une partie est déjà ancien.

    Article 4 : Il se rencontre deux tombeaux d’autel dans l’intérieur dudit cœur de l’église lesquelles sont construits d’un massif fait en maçonnerie ordinaire avec une pierre de taille sur chacune, pour l’establissement lesquels tombeaux sont garnie dans leur contour d’une boisurre faitte en bois de chêne avec leurs marchepieds en devant.

    Pas d’article 5

    Article 6 : Une partie de l’inférieur du cœur de laditte église se trouve pavé et carlé par seize tombe en pierre de taille et une en marbre, de chacune trois pieds de large sur six à sept pied de longueur.

    Article 7 : Le cœur de cette église est séparé par un murs qui monte jusqu’aux sommet de la voûte et du lambris de la nef dans lequel est construite une porte à deux battants et faitte en menuiserie bois chêne, assorties de tous se ferments nécessaires avec un attique au-dessus garnie en glace de vers fin posée et sertlés dans un chassis à pettis bois.

    Article 8 : De chaque côté de laditte porte sonts construite deux autels faitte en menuiserie et en bois de chênes avec chacune un retable d’autel remplie l’un de l’image de Ste Menne et l’autre de St Léon le tout encien.

    Article 9 : Agauche au-devant de l’autel de Ste Menne se trouve un coffre en menuiserie attaché ay mur avec plusieurs séparations dans l’intérieur, l’extérieur dudit coffre fait en bois de chêne et le dedant en sapin.

    Article 10 : Il se trouve deux chapelles dans laditte nef faitte en menuiserie et en bois de chêne décorée avec panneau et ornements sculptés dont le milieu de chaque retable desdits autels est un cadre doré remplie chacun d’un tableau représentant l’image de la Sainte Vierge, le tout en l’état, les deux tombeaux sont revettue en menuiserie.

    Article 11 : Il se trouve dans laditte neffe deux confessionnaux fait en bois de chene déjà encien.

    Article 12 : Il se trouve aussi une chène à prêché avec un pulpitre le tout encien.

    Article 13 : L’inférieur e cette neffe est pavé par vingt-quatre tombe en pierre de taillé et une en marbre de belle longueur et largeur, ensuite d’une chaine de pierre de taille de Poussay qui règne dans leurs pourtours ; il se trouve aussi un bénitier de marbre attaché au mur dans laddite nef.

    Article 14 : Le plafond suppérieur de cette nef est recouvert d’un lambris fait en planche de sapin attaché après les chevaux de reims déjà ancienne.

    Article 15 : La charpente qui supporte la couverture de laditte nef est construite avec des grosses pièces de bois que lesquelles sont assemblées les fermes avec chevaux de reims et tirans sur lesquelles sonts posées les pannes, chevrons, lattis recouverts en lave, cette couverture est la même sur le coeur.

    Article 16 : Laditte nef est éclairé par quatorze croisée qui prègnent jour sur les collatéraux lesquelles sont en mauvais état.

    Article 17 : A côté de laditte nef il se trouve un collatéral du côté du citoyen Jean Siret cultivateur audit lieu de Poussay, lequel contient dans toute sa longueur et largeur une demie omée de terrains, ce collatéral sert de bucherie actuellement, est au-dessus est construit un faux grenier ou on y communique par un degré en bois et une partie du même collatéral fait l’entrée du cloître du côté du village, d’ou l’on a communique depuis la rue par une porte à deux battans sans serrure ny clef dans lequel se trouve aussi construit un degré en bois qui conduit à la tribune ou est placée l’ôrgue. Ce même collatéralle est recouvert de tuille creuse supporté par des ponts ( ?) et chevaux de reims avec tiras, chevrons, lattis, le tout encien.

    Article 18 : Du côté du cloître se trouve un autre collatéral aussi servant de bûcherie avec grenier au-dessus, ensuitte une chambre appellé communément la chambre des manteaux dans lequel il se trouve à chaque bout un degré fait en bois pur communiquer au greniers. La toiture et la charpente recouverte et construits comme il est dit à l’article précédent. Il se trouve à chaque bout dudit collatéral dans le mur du côté du cloître une porte à deux battans dont l’une les vollants sont sur place et l’autres ils sont déposé dans l’église lequel collatéral contient une demie omée en tout.

    Article 19 : A côté de l’église du côté du jardin de la cure de Poussay se trouve construite une sacristie qui occupe un terrin de six verges en tout son contenu ; laditte sacristie est parquetté dans son inférieur et dans son supérieur est un plafond fait en plâtre. Laquelle est éclairé par deux grande croisée faitte en chassis de pierre de taille remplis de leurs dormans vollants à petit bois remplie de vers, deffendûes en dehors par neuf barreaux en fer chacune et deux traverses aussi en fer et intérieurement par chacune, une paire de guichet fait en menuiserie le tout en état.

    Article 20 : Le contour intérieur de laditte sacristie est bisée en menuiserie faitte en bois de chêne, en bon état il s’y trouve vingt-sept toises vingt-quatre pieds de boisure dans le contour de laditte sacristie dans la décoration de cette boisure il s’y rencontre onze armoire assorties de leurs ferments en état.

    Article 21 : Ensuitte de cette sacristie sonts construits des enciene archis qui occupe un quaré de terrin de six verges lesquelles archifs sont éclairé par deux croisées faittes en chassis de pierre de taille deffendue extérieurement chacune par sept barreaux en fer et deux traverses, les croisées faitte avec dormant et chassis jetté sur plomb, le planché inférieur fait en planche de sapin et le plafond suppérieur fait la vôute en pin rond, la couverture de la sacristie cy-devant ditte et celle desdittes archifs faitte en lave et supporté par des bois de charpente en l’état.

    Article 22 : Il se trouve un cimetière ensuitte de laditte sacristie qui contient six verges deux pieds en tout son quaré lequel est fermé d’un mur ; l’on y communique par une porte à deux battans assortie de ses ferments et un bras de fer pour arrêter l’un des vollants dans ledit cimetière se trouve aussi une croix faitte en bois.

    Article 23 : Ensuite dudit cimetière se trouve une aisance appartenant au ci-devant chapitre de Poussay cy-devant laquelle aisance contient une demie omées

    Article 24 : La tour du cloché occupe un terrin de la contenance de neuf verges, laquelle est batisse d’encienneté, son portail est en pierre de taille et le reste en gros libages ( ?) de pierre de roche burinée. Il se trouve une voutte faitte en bonnet de prêtre sous laditte tour. L’on communique au-dessus de laditte voute par un degré en pierre de taille du côté du cloître. La chambre du beffroy est éclairée par quatre croisée faitte en pierre de taille avec mignon ( ?) au milieu, il se trouve une travure. Dans l’intérieur de laditte tout pour supporté le beffroy laquelle est garnie d’un planché fait en planche de sapin, dans cette chambre se trouve un assemblages formant le beffroy fait en bois de chênes. L’on communique dans laditte chambre du beffroy par une vieille échelle en bois de sapin de peut de valleur ; au dessus de la voute cy devant ditte dans laditte tour se trouve un horloge fait en fers déjà encien et de peut de valleur pour son usages.

    Article 23 : Ensuite dudit cimetière se trouve une aisance appartenant au ci-devant chapitre de Poussay cy-devant laquelle aisance contient une demie omées.

    Article 24 : La tour du cloché occupe un terrin de la contenance de neuf verges, laquelle est batisse d’encienneté, son portail est en pierre de taille et le reste en gros libages ( ?) de pierre de roche burinée. Il se trouve une voutte faitte en bonnet de prêtre sous laditte tour. L’on communique au-dessus de laditte voute par un degré en pierre de taille du côté du cloître. La chambre du beffroy est éclairée par quatre croisée faitte en pierre de taille avec mignon ( ?) au milieu, il se trouve une travure. Dans l’intérieur de laditte tout pour supporté le beffroy laquelle est garnie d’un planché fait en planche de sapin, dans cette chambre se trouve un assemblages formant le beffroy fait en bois de chênes. L’on communique dans laditte chambre du beffroy par une vieille échelle en bois de sapin de peut de valleur ; au dessus de la voute cy devant ditte dans laditte tour se trouve un horloge fait en fers déjà encien et de peut de valleur pour son usages.

    Article 25 : L’allée du cloître du coté de l’église à dix verges quatre pieds de longueur sur une verge deux pieds six pouces de large, cette allée est éclairée par neuf jours fait en chassis de pierre de taille de chacun quatre pieds de large sur sept pied de hauteur dans œuvre.

    Article 26 : L’autre allée du côté des maison des citoyenne Fussey Saluce et Bassompierre à dix verges six pied de longueur sur une verge un pied et demie de large éclairé d’autant de jours que celle cy-dessus.

    Article 27 : La troisième allée du coté du jardin de la citoyenne Choiseul à neuf verges de longueur sur une verge et six pouces de largeur.

    Article 28 : Lesdittes allées formant les trois quart du cloître sont pavé inférieurement d’un pavé en pierre de Poussay, le plafond suppérieur fait en planche de spin déjà encien, la charpente qui en fait la couverture est construite par des chevaux de reims avec tirans pannes chevrons, lattie recouverts en tuille creuses.Lesdittes trois allées ne sont compris dans l’estimation dont s’agit que pour la démolition tant des pierres de taille formant les jours enoncées cy dessus que des murs entre chaque trumaux qui seront seulement démolie rase la terre du prez haut ainsi que la aisances et commodités aux maisons qui sont batisse dans le contour du cloître et le puis qui sera au milieu restera commun aux propriétaire desdittes maion et à celle du village qui sont à la portée du cloître.

    Article 29 : Nous ayant examiné le contenu de chacun des objets enoncé au présent procès-verbal tant de l’église collatéral sacristie, archif, cimetière, emplassement de la tour et cloché, le tout occupe un terrin de la contenance de quatre omée vingt verge un pied non compris les trois corridors du cloître qui ne sont pas compris dans la vente du fond mais compris dans le total général seulement pour ce qui proviendra de la démolition enoncé à l’article 28 du présent procés-verbalSoit … 4 447 livres cours de la République française non compris l’orgue

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales des Vosges, Épinal : vente d'une maison de chanoinesse

    Archives départementales des Vosges, Épinal : G 2687
  • Archives départementales des Vosges, Épinal : procès verbal pour la vente des biens nationaux;

    Archives départementales des Vosges, Épinal : 4 Q 27
Bibliographie
  • GASPARD Emile. Abbaye et chapitre de Poussay. impr. de G. Crépin-Leblond (Nancy) 1871. Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK7-15857 (mis en ligne : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30484532p)

    Bibliothèque Nationale de France : 8-LK7-15857
  • BENOIT Arthur, Iconographie lorraine. Sainte Menne. Les chanoinesses de Poussay dans Journal de la Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain, 1874, p. 87-92

    p. 87-92 Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
  • SCHWAB Léon, La fin du chapitre Sainte-Menne de Poussay dans La révolution dans les Vosges, revue d'histoire moderne 3e année, Epinal, Imprimerie nouvelle, 1910, p. 10

    p. 100-110 Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Guillaume Jacques
Jacques Guillaume

Ingénieur CNRS, chercheur à l'Inventaire Lorraine jusqu'en 2004.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Malinverno Bruno
Bruno Malinverno

chercheur à l'Inventaire général en Lorraine


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Bouvet Mireille-Bénédicte
Mireille-Bénédicte Bouvet

Conservateur régional à l'Inventaire général Lorraine depuis 1995, Grand Est depuis 2018


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.