Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme n°32

Dossier IA88032043 réalisé en 2020
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Dompaire - Dompaire
Adresse Commune : Bainville-aux-Saules
Lieu-dit : Petit Ménil
Adresse : 154 rue du Petit Ménil
Cadastre : 2020 ZA 165

La ferme n°32 de Bainville-aux-Saules possède une structure qui a probablement été établie au milieu du 18e siècle, selon les dates portées (1745) sur les agrafes au-dessus des portes piétonne et charretière. Le grand-père de l'actuel propriétaire l'a acquise en 1918. Des modifications postérieures ont été réalisées. La toiture a été refaite en 1978 (cf. photo).

Dans les années 1980, l'exploitation comptaient une douzaine de vaches, une vingtaine d'hectares, une dizaine de truies qui étaient vendues à la coopérative de Ville-sur-Illon.

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle , porte la date
Secondaire : 2e moitié 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1745, porte la date

La ferme n°32 de Bainville-aux-Saules est située dans la périphérie sud-ouest du village. Mitoyenne au nord, elle est composée de trois travées de plan, avec d'un logis de part et d'autre de la grange. Le logis sud est en profondeur avec la cuisine s’ouvrant sur la rue, équipée d’une pierre à eau sous la baie et d’une cheminée dans l’angle dont le four à pain était saillant dans le pignon sud (détruit). On y trouve également un escalier droit en bois donnant accès à une chambre à l’étage. Derrière la cuisine, le poêle est muni d’un placard-chauffant avec une taque (disparue), complété par un lambris incluant une horloge (disparue). Une armoire, un buffet et une maie (dénaturée) y sont conservés. Cette pièce permet d’accéder par une porte remployée de vantaux d’armoire (18e siècle), à une cave semi-enterrée située dans une annexe accolée au pignon sud. Cette cave est surmontée d'un hallier : structure en bois servant notamment de bûcher, accessible grâce à la dénivellation du terrain. Le logis nord comprend une chambre à four, dont la sole est saillante dans l'étable (détruite). La "chambre à donner" (pour les invités) est installée au-dessus.

La grange possède un charri : une avant-grange délimitée par deux portes charretières cintrées qui sert notamment d'aire de battage et d'espace de distribution des logis, de l’étable, de l’écurie et de la « chambre à donner ». L’accès au logis principal se fait habituellement en passant par la porte charretière en façade antérieure. Toutefois, les habitants employaient la porte piétonne qui permet de traverser le charri, les dimanches, les jours de fêtes et avec les invités. Cette porte a été murée pour permettre l’installation d’une salle de bain à coté de la cuisine (dans la partie droite du charri).

L’écurie se situe à l'arrière du logis principal, et l’étable derrière la chambre à four. L’ensemble est couvert de greniers éclairés par des oculi en façade antérieure.

Le bâtiment est construit avec des moellons de grès local enduits. Les encadrements des ouvertures à linteaux segmentaires sont en pierre de taille de grès rouge badigeonné de blanc, extrait de la carrière proche de Bonfays.

Le piédroit gauche de la porte charretière a conservé un anneau pour attacher une longe. Un banc constitué de deux pierres et d’une planche, ainsi que deux auges sont visibles sur l’usoir. Le jardin potager et le pâturage s’étendent à l’arrière, à l’ouest.

Murs grès moellon enduit
grès pierre de taille
bois essentage de planches
Toit tuile mécanique
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 1 étage carré, sous-sol
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
appentis
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier droit, en charpente
Typologies Ferme à double logis, Ferme à charri
Techniques sculpture
Représentations ornement architectural, fleur, Vierge
Précision représentations

La façade antérieure est soulignée par de fausses chaînes d'angle peintes. L’encadrement des ouvertures du rez-de-chaussée, dont les barreaux de fer ont disparu, sont ornées d'une agrafe. Celle de la porte piétonne est datée et sculptée d'un médaillon avec une fleurette. Une niche abritant une statuette de la Vierge de Lourdes est placée au-dessus de la porte piétonne. L’agrafe de la porte charretière est également datée.

(c) Région Grand-Est - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa