Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

fort Klein

Dossier IA54001439 réalisé en 2001

Fiche

Précision dénomination fort de ceinture
Appellations fort Klein
Destinations terrain de manoeuvre
Dénominations fort
Aire d'étude et canton Toul - Toul-Nord
Adresse Commune : Toul
Lieu-dit : Mont Saint Michel
Cadastre : 1986 B 118, 208, 209, 401, 421, 422, 720, C 100

Dominant la ville de Toul à 1800 m au nord-ouest, la position du Mont-Saint-Michel (cote du terrain naturel oscillant alors entre 365 et 375 m) fait l'objet d'un projet de fortification, de type bastionné, en 1868. Ajourné à la suite de la guerre franco-allemande de 1870, il est à nouveau étudié en 1873, sous la forme d'un premier projet constitué d'un fort sur plan carré, formant réduit, associé à un ouvrage périphérique ceinturant la bordure topographique de la butte. L'ouvrage actuel, dont le tracé définitif (?) intervient entre mars et juin 1874, se présente sous la forme d'un fort de ceinture avec batteries annexes, organisé en réduit central de défense. Il est édifié de 1874 à 1877 par les entrepreneurs de maçonnerie Anatole Lefrançois et Meunier. Le réduit, sur plan pentagonal, est flanqué par une caponnière double de gorge et 2 caponnières doubles à orillons (saillants nord-ouest et nord-est particulièrement exposés) ; il est entouré de 4 batteries annexes établies sur le pourtour de la butte et reliées entre elles par une enceinte continue formant enveloppe. Grand abri de contrescarpe sur front nord du réduit, petits abris sur front est. Une partie des casernes casematées est bétonnée entre août 1888 et 1889 par l'entrepreneur de maçonnerie Cook de Bourges (18). Une poudrière, destinée à la desserte de la batterie de Bruley, est édifiée en 1876 en retrait du front ouest ; une poudrière supplémentaire est construite en 1882 sous le parados est. Cet ouvrage, percé d'un passage charretier maçonné, est organisé en banquette d'infanterie de manière à couvrir, en cas d'invertissement par l'adversaire de l'enceinte-enveloppe, une retraite de la garnison vers l'intérieur du réduit. Tourelle Mougin (0912153;6847396) pour 2 pièces de 155mm à tubes saillants (dite tourelle du Camp de Châlons) et observatoire cuirassé à éclipse établis entre 1890 et 1892 (détruits). Le flanquement de l'enveloppe, très imparfait, est dévolu à 3 tours casematées, 2 tours non casematées et sans créneaux, un mur à la Carnot (batterie Est) et par les parapets (front pseudo-bastionné avec courtine brisée entre batterie de Bruley et de Pont à Mousson). Le réseau de fil de fer barbelé extérieur est établi en 1889, puis agrandi en 1903. L'origine des matériaux de construction est la suivante : carrières d'Euville (55) pour pierre de taille des tablettes de couronnement et des encadrements de baies ainsi que pour les moellons smilllés ; carrières de Liverdun (54) pour moellons ordinaires et smillés. L'extrados des voûtes de la caponnière de gorge du réduit est recouvert d'une couche de béton. La majorité des pavements de sols en grés cérames jaunes de 0, 20 X 0, 20 m vient de Sarreguemines. Dotation en 1880 : 68 pièces (y compris flanquement des fossés) dont une pièce de marine (batterie Sud) enfilant le défilé de Foug. Les batteries sud et est sont paradossées du côté du nord (plateau d'Ecrouves-Bruley), la batterie de Bruley est légèrement modernisée après 1885 : les plateformes de pièces sont reportées à environ 40 m en arrière de la position initiale et une vaste traverse est établie du côté de l'ouest. Pour remédier au flanquement défectueux de l' enceinte-enveloppe et à sa trop grande visibilité, un chemin couvert en béton surmonté d'une grille et pourvu d'abris d'escouades, est construit de 1901 à 1904 par les entrepreneurs de maçonnerie Léon Valet (Paris) et Ferdinand Augustin (Toul). Galeries souterraines établies en 1905 par l'entreprise Etienne et Ast de Paris, galerie entre tourelle et puits de monte-charge vers magasin à poudre extérieur par l'entrepreneur de maçonnerie Lemaigre de Foug (54) en 1907. L'ouvrage a fait l'objet d'un projet (définitivement ajourné) de modernisation en 1910 comportant l'établissement de 3 tourelles de 155 mm : 1 sur le réduit (flanc nord-est) et 2 entre ce dernier et la batterie de Bruley ; c'est probablement à ce moment-là que sont réalisées les 2 galeries de liaison entre les abris-cavernes de la contrescarpe du réduit et le front nord de l'enceinte-enveloppe (ouvrages non mentionnés sur les plans les plus récents du fort). Travaux de nature indéterminée en 1913. Poste optique (détruit) dans le réduit ; 2 citernes à eau (dont une située sous la parados de la batterie de Pont-à-Mousson) alimentées par conduite et station de pompage (disparue) à turbine hydraulique située au faubourg Saint-Mansuy à proximité du point de jonction de la branche sud du canal de l'Est et du canal de la Marne-au-Rhin. Dénommé Klein en 1887 (général d'Empire, 1761-1845). Reconverti en terrain de manoeuvres après 1945, zones de servitudes abandonnées en 1963, déclassement du domaine public intervenu en 1999. Le fort Klein, ainsi que les ouvrages annexes (magasins à poudre ; abris-cavernes extérieurs ; centrale électrique extérieure et entrepôt frigorifique ; chemin d'accès), sont aliénés en 2001, au profit d'un particulier pour la somme de 200.000 fr.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1874, daté par source, porte la date
1875, daté par source
1876, daté par source
1877, daté par source, porte la date
1882, porte la date
1888, daté par source
1889, daté par source
1890, daté par source
1891, daté par source
1892, daté par source
1901, daté par source
1902, daté par source
1903, daté par source
1904, daté par source
1905, daté par source
1907, daté par source
1913, daté par source
Auteur(s) Auteur : Lefrançois Anatole, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Meunier, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Valet Léon,
Léon Valet (1846 - 1937)

en 1900 : 92, boulevard de Port-Royal, Paris.

Réalisations connues : galeries "Guinot" de la citadelle de Verdun (1887-1891?) ; gare de Sedan (08) ; fonçage de souterrains pour le Métropolitain, Paris (1900?).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Augustin Ferdinand,
Ferdinand Augustin (1847 - 1908)

originaire de Gondreville, apparenté à l'entrepreneur Plongué, 1 fils, Charles (1876 - ?), entrepreneur à Toul ; adresse (domicile et chantier) : rue Liouville ; nombreux travaux publics (dont la restauration de la façade de la cathédrale de Toul en 1871 ; extension du collège en 1895) et particuliers ; emploi fréquemment dans ses réalisations des carreaux de pavement en terre cuite de Marseille (Ets. Coussinier et Rousseau, marque "Au taureau ailé") ; adjudicataire de travaux militaires : extension du parc d'artillerie de Toul (1880), achèvement du chemin couvert de l'enveloppe du fort Saint-Michel (1904)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Etienne, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Ast, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Lemaigre,
Lemaigre (1878 (?) - )

pourrait être l'entrepreneur Jean Lemaigre, né en 1878, actif à Toul en 1931 et résidant alors rue Général Foy (A.D.M.M. : 6 M 33/527, recensement de 1931).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Cook Arthur,
Arthur Cook (1844 - )

Joseph, Rémy, Arthur Cook, né 1-10-1844 à Nérac. Travaux : à Bourges (avant 1888), Frahier (Haute-Saône) en 1888. Travaux à Toul : bétonnages au fort Saint-Michel (casernes du réduit et de la batterie de Pont-à-Mousson) en 1888-1889, 3e bâtiment de bataillon à la caserne Lamarche et bâtimens Ouest pour 2 compagnies à la caserne Perrin-Brichambeau à Ecrouves (1891-1892), réservoir d'eau du Clos des Grèves à Toul (1908). En 1911, l'entreprise prend la désignation de "Cook et Fils". Résidence (entre 1906 et 1911) : 203, avenue Victor Hugo à Toul.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source

Réduit : 3 casemates de flanquement, 3 casernes casematées dont 2 bétonnées, 2 poudrières ; abris sous contrescarpes Sud et Est ; 4 batteries ; 4 organes de flanquement bas sur l'enveloppe combinés avec flanquement haut par crêtes de feu ; 2 poudrières hors du réduit.

Murs calcaire pierre de taille
béton béton armé
Couvrements voûte en berceau
États conservations désaffecté, envahi par la végétation, mauvais état

<import cindoc>Mil_Arch</import cindoc><lot>0047-3</lot> <publication MCC>à verser MCC</publication MCC><SELECTION>oui</SELECTION>

Statut de la propriété propriété publique
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives Etablissement du Génie, Nancy : E 21
  • Service Historique de la Défense, Vincennes. : 2 V 76
  • Service Historique de la Défense, Vincennes. : 2 V 98-100
  • Service Historique de la Défense, Vincennes. : 2 V 308, 1-18.
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Thiébaut Pascal
Pascal Thiébaut

Chercheur à l'Inventaire général du Patrimoine culturel à Nancy


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.