Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Immeuble de notaire dite Maison Houot

Dossier IA54000028 réalisé en 1975

Fiche

  • Ensemble.
    Ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • cour
Genre de notaire
Appellations dite Maison Houot
Destinations banque
Parties constituantes non étudiées cour
Dénominations immeuble
Aire d'étude et canton Nancy et périurbain
Adresse Commune : Nancy
Adresse : 7 rue Chanzy
Cadastre : 1972 BY 278

Immeuble construit de 1905 à 1907, daté par source et travaux historiques, pour Philippe Houot, notaire à Nancy, par Joseph Hornecker (1873-1942) architecte à Nancy, attribution par signature et source.

Planchers en béton armé exécutés par l'entreprise France Lanord et Bichaton, concessionnaire du système Hennebique, également auteur du gros-œuvre, attribution par travaux historiques. Sculpture réalisée par Émile Surmély, sculpteur et stucateur à Nancy, attribution par signature. Ferronnerie d'Edgar Brandt, ferronnier à Paris, attributions par source et travaux historiques.

Les premiers projets de cet immeuble sont réalisés en association par Joseph Hornecker et Henri Gutton (1851-1933) ingénieur polytechnicien à Nancy. Joseph Hornecker qui lui succède à la fin de l'année 1906 signera seul cet immeuble. Le gros-œuvre est achevé en 1906 et l'aménagement de l'étude au rez-de-chaussée et du logement de Mme Houot au deuxième étage et dans le 1er étage de comble interviennent en 1907. Le premier étage est occupé en 1910 et le second étage de comble n'est définitivement achevé qu'en 1914.

La décoration intérieure est confiée à Louis Majorelle et Joseph Hornecker ; elle disparaît presque en totalité lors de l'installation de bureaux vers 1960.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle , daté par tradition orale
Dates 1907, porte la date, daté par source, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Hornecker Joseph,
Joseph Hornecker (12 octobre 1873 - 21 octobre 1942)

Né à Strasbourg Neudorf, il effectue ses études au sein de l'atelier Pascal à l’École des Beaux-Arts de Paris. Diplômé en 1899, il s'installe à Nancy et s'associe avec l'architecte et polytechnicien Henri Gutton. Puis il ouvre en 1907 son agence d'où sont sortis, en autres, les plans de la reconstruction du Grand Théâtre de Nancy, 1907-1919, de villas et de la mairie à Étain (Meuse) dont il est nommé architecte municipal en 1918, la cité ouvrière de Mancieulles. Il établit en 1923 le plan d'alignement et de nivellement du village de Leintrey, entièrement détruit et dresse les plans de l'église.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, signature, attribution par source, attribution par travaux historiques
Auteur : Gutton Henri,
Henri Gutton (1851 - 1933)

Né à Passy en 1851. Étudie à l'école Polytechnique et à l'école des Beaux-Arts de Paris. Ouvre son agence d'architecture à Nancy en 1876 au 42 rue Gambetta. S'associe à l'architecte Joseph Hornecker en 1903. Cesse son activité d'architecte en 1907.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur civil, attribution par source
Auteur : Surmély Emile,
Emile Surmély

sculpteur vosgien, travaille à Nancy de 1896 à 1900 puis de 1903 à 1911 avant de partir pour Saint-Dié


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source
Auteur : Brandt Edgar, ferronnier, attribution par source
Auteur : France-Lanord et Bichaton,
France-Lanord et Bichaton

En 1865, deux maçons créent à Nancy l'entreprise Perrin & Bichaton, ils sont rejoints vers 1870 par un tailleur de pierre, Jean-Baptiste France Lanord. A partir de 1886, après le retrait de Pierre-Eusèbe Perrin, l'entreprise qui a pris le nom de France-Lanord et Bichaton, œuvre sur les nombreux chantiers industriels et privés de Nancy, participe aux ouvrages de fortifications Séré de Rivière ; dès 1895, concessionnaire du système Hennebique, elle emploie le béton armé, et accompagne le mouvement Art nouveau. Les chantiers de la Première Reconstruction donnent une impulsion nouvelle à celle qui est déjà l'une des grandes entreprises de bâtiments et travaux publics de la région. La période de l'entre-deux-guerres correspond à l'apogée de l'entreprise qui compte plusieurs milliers d'ouvriers, une sablière, une carrière, des installations de dragage et de transport fluvial, un parc impressionnant d'engins de chantier, ses réalisations comptent la brasserie de Sain-Nicolas-de-Port, le grand séminaire de l'Asnée à Villers-lès-Nancy, le siège de l'Est républicain, des maisons de ville, des lotissements, ainsi celui du Placieux à Villers-lès-Nancy. La crise qui touche le secteur du bâtiment dans les années soixante-dix, ne l'épargne pas. L'activité de menuiserie se développe et la branche maçonnerie s'oriente vers des domaines spécifiques, restauration de monuments historiques, ravalement, taille et sculpture de pierre, où sa compétence reconnue lui confère une forte identité patrimoniale.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Majorelle Louis,
Louis Majorelle (1859 - 1926)

L'entreprise Majorelle trouve son origine en 1858 avec Auguste Majorelle. Louis Majorelle en reprend les rennes à la mort de son père en 1879. Sa production éclectique et bientôt Art nouveau est distinguée lors des expositions universelles parisiennes de 1889 et 1900. En 1901, il devient l'un des vice-présidents de l'École de Nancy (association loi 1901). En 1913, l'entreprise fait construire une succursale par l'architecte Henri Sauvage à Paris. Le magasin nancéien bombardé pendant la Première Guerre mondiale est reconstruit en 1921. Jules Majorelle prend la succession de son frère à la mort de celui-ci en 1926. Alfred Levy assure la direction artistique de l'entreprise qui s'oriente résolument vers la mode Art déco. Les ateliers participent à l'équipement du paquebot Normandie au milieu des années 1930. ils disparaissent au début des années 1950.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
décorateur, attribution par source

L'immeuble est construit sur une parcelle irrégulière et soigneusement aligné sur les maisons mitoyennes. L'élévation en pierre de taille reprend un vocabulaire très classique avec un léger avant corps décentré sur la gauche et un étage noble (celui de l'appartement du propriétaire) placé au 2 étage, ce qui est plutôt atypique. Ce dernier est souligné par la présence des balcons. L'influence de l'Art nouveau ne se fait sentir que dans le décor végétal tant en sculpture qu'en ferronnerie.

Murs calcaire pierre de taille
calcaire moyen appareil
Toit ardoise, zinc en couverture, tuile mécanique
Étages sous-sol, 2 étages carrés, 2 étages de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans brisés
Escaliers escalier dans-oeuvre
escalier tournant à retours avec jour
en maçonnerie
Techniques sculpture
ferronnerie
Représentations ornement végétal pomme de pin
Précision représentations

sujet : pommes de pin, support : porte, balcons, garde-corps, bandeau, corniche, cartouche, lucarnes, souche de cheminée ; sujet : gingko biloba, support : rampe d' escalier

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit au titre immeuble partiellement, 1976/12/31
Précisions sur la protection

façade sur rue ; toiture sur rue

Références documentaires

Documents d'archives
  • Fonds Joseph Hornecker

Bibliographie
  • Archives Modernes de l'Architecture Lorraine. Joseph Hornecker, architecte à Nancy, 1871-1942. Nancy : Presses Universitaires de Nancy, 1989. 80 p. ISBN 2-86480-378-X

    p. 20-23 ; 61
  • ROUSSEL Francis, Nancy, architecture 1900, Nancy, éd. Serpenoise, 1992

    T. 1, p. 46-49 Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Roussel Francis