Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison canoniale de Madame la comtesse Messey de Vingle puis sous-préfecture aujourd'hui commissariat de police

Dossier IA88031972 réalisé en 2020

Fiche

Genre de chanoinesses
Précision dénomination canoniale
de prébende
bureaux des Forêts, du Percepteur, de l’Enregistrement et des Domaines et des Contributions directes
Destinations maison
Dénominations maison, sous-préfecture, commissariat de police, établissement administratif communal
Aire d'étude et canton Remiremont - canton du département 88
Adresse Commune : Remiremont
Adresse : 12 place Henri Utard
Cadastre : 2020 AB 231

Cette maison dont l’architecte demeure inconnu a été construite très probablement en 1783 pour la comtesse Marguerite de Messey de Vingle (entrée au chapitre en 1759, cf. Etat des cours de l'Europe et des provinces de France pour l'année 1785), dame censière du chapitre de Remiremont. La rampe d’escalier en fer forgé porte en effet le monogramme M.V (Messey de Vingle) ainsi que cette date de 1783. La maison, ses dépendances ainsi que son jardin ont été vendus aux enchères en tant que biens nationaux à Claude Guérin de Remiremont (un des plus importants acheteurs des biens du chapitre) pour 6564 livres le 27 juin 1796. Après la Révolution, la maison a été acquise par le département des Vosges pour y installer les services de la sous-préfecture jusqu'à sa suppression en septembre1926. Des aménagements intérieurs ont été réalisés en 1827 et les salons du rez-de-chaussée sont devenus des bureaux tandis que des glaces, des cheminées, un poêle étaient acquis (ADV 1 N 37). Elle a ensuite été cédée par un acte du 20 mai 1953, à la ville de Remiremont qui souhaitait y installer une cité administrative. le projet étant resté sans suite, la demeure héberge le commissariat de police. En 1914, la sous-préfecture semble se réaménager car elle vend une partie de son mobilier puis effectue des travaux au lendemain de la Première guerre mondiale (ADV 4 Z 35). A une date non identifié, les boiseries et cheminées ont été ôtés. Dans le dernier quart du XXe siècle, la construction d’un parking et de toilettes publiques a entraîné la disparition du jardin ainsi que la suppression de la balustrade.

Cette maison était considérée comme la plus importante maison canoniale de Remiremont.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle , porte la date
Dates 1783, porte la date

Auteur(s) Personnalité : Messey de Vingle Marguerite, commanditaire, signature

Cette maison de chanoinesse mitoyenne d’un côté est composé d'un bâtiment principal de plan rectangulaire donnant sur la place Henri Utard. Elle disposait au XVIIIe siècle d’un jardin et d’un corps de balustre en pierre de taille. Ces deux éléments ont été supprimés par la construction de toilettes publiques et de l’installation d’un parking (dernier quart XXe siècle). Plusieurs garages ont également été installés à l’arrière du bâtiment lors de la transformation en commissariat de police. Ceux-ci rremplacent une porte en bois avec heurtoir en bronze encore présent en 1969.

La maison est construite en grés et calcaire avec des chaînes d’angles et un sous bassement en pierre de taille. Elle est couverte d’un toit à longs pans en ardoise. Le corps de bâtiment principal se développe sur sept travées (chacune amortie par des lucarnes cintrées) percées de fenêtres à linteaux segmentaires ainsi que d’une porte piétonne centrée. Les niveaux sont surlignés par des bandeaux et une corniche sous toiture. L’édifice compte un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé et deux étages carrés. Les fenêtres du rez-de-chaussée ont été pourvues d'une grille en raison de la fonction administrative du bâtiment.

L'espace intérieur, double en profondeur, est organisé selon les usages fréquents au XVIIIe siècle : au rez-de-chaussée, espace de réception magnifié par l'escalier d'accès à double volée, les pièces de réception se distribuent entre elles. L'escalier dans oeuvre est rejeté dans la profondeur du corps principal et prend jour sur le jardin. Il est précédé d'un vestibule dallé (en 1969) de carreaux de calcaire blanc et de bouchons de pierre noire.

Murs grès moellon enduit
calcaire
Toit ardoise
Plans plan rectangulaire régulier
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 2 étages carrés
Couvrements
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
Techniques ferronnerie
sculpture
Représentations monogramme ordre toscan
Précision représentations

La porte d’entrée piétonne est centrée et était surmontée d’armoiries martelées à la Révolution. Son décor est inspiré par l’ordre toscan avec deux colonnes ainsi qu’un fronton brisé. Elle donne sur un perron auquel on accède par deux escaliers en pierre de huit marches chacun (avec rampe en fer forgé en X).

Présence d'un escalier intérieur en pierre avec un garde-corps en ferronnerie sur lequel figure un monogramme : MV (Messey de Vingle) et la date de construction de 1783. En 1969 se trouvaient également un dallage à carreaux blanc et noir et des éléments de lambris dans le hall de l’escalier.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Annexes

  • Inventaire du mobilier en 1828

    25 avril 1828 (ADV 1 N 37)

    Objets mobiliers acquis pour le compte de la sous-préfecture de Remiremont de la somme de 3949 francs ( ?) accordée par l’arrêté de Monsieur le Préfet des 16 janvier et 28 septembre 1827 :

    Dans la chambre au premier étage attenant au salon un fourneau avec des bouches de chaleur donnant dans le salon ;

    Dans la salle à manger un banc( ?) et un fourneau avec des bouches de chaleur, tuyaux de ces deux objets ont coûté port et posage 486 fr ;

    Au 1er étage dans le salon : une glace sur la cheminée en un seul morceau, baguette dorée parquet ; une glace entre les deux croisées en deux morceaux, baquette dorée et parquet ;

    Dans la pièce qui précède : une glace au-dessus d’une taque en fayence, banquette et parquet, ces trois objets ont couté (non compris la pose) 884, 85 fr

    Dans la même pièce une taque en fayence avec port en cuivre et deux bouches de chaleur 12 fr (?)

    Plus un dessus de marbre 38 fr

    Au même étage dans une chambre à coucher une cheminée en marbre, Idem dans une autre chambre à coucher y attenant également une cheminée en marbre

    Enfin dans une pièce au rez de chaussée servant de bureau du Sous-Préfet une autre cheminée en marbre.

    Ces trois objets ont coûté d’achat et de pose 222

    Une serrure en cuivre pour la porte du salon au 1er étage 40

    Au Poêle attenant à la cuisine une taque en tôle 62

    Total de 1857, 85 fr

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales de Remiremont. Série N, Biens communaux (1791-2005). Sous-Préfecture, puis Commissariat de police . Bâtiment du Conseil général : extrait du registre des délibérations du Conseil municipal, ordonnance royale, compte administratif, liste des objets mobiliers, acte de vente, arrêté préfectoral, plan, correspondance : 1826, 1952-1955. Cote : 1 N 37.

    Archives municipales de Remiremont : 1 N 37
Bibliographie
  • Joseph Jean-Pierre, dir, Remiremont, 620-1790, onze siècles d'histoire religieuse et communale [catalogue de l’exposition réalisée à l'occasion des Journées d'études vosgiennes, avril 1980], 1980.

    Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : C REM
  • BOQUILLON Françoise, Les chanoinesses de Remiremont (1566-1790) : contribution à l’histoire de la noblesse dans l’Église, Remiremont, Société d’histoire locale de Remiremont et de sa région, 2000.

    Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
  • MATHIEU Abel, Remiremont, cité abbatiale des origines à nos jours, Mairie de Remiremont.

    Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Noël Lara
Lara Noël (24/07/1997 - )

Stagiaire au SRI de Nancy du 10 février 2020 au 3 avril 2020.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Puton Françis - Heddar Samiha
Samiha Heddar

architecte du patrimoine (Alger), effectue un master 2 en droit et valorisation du patrimoine à l'université de Lorraine avec un stage à l'Inventaire général du patrimoine culturel-site de Nancy en mars-juillet 2020 (en grande partie période de confinement).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.