Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maisons, fermes de la commune de Moussey

Dossier IA57030347 réalisé en 2013

AD54 1Q594

An 6, vente d’un bâtiment dit de la bergerie situé à l’extrémité orientale de la commune de Moussey entre le chemin de Réchicourt au midi d’une part Germain Vautrin et la veuve Thiry d’autre part, ensemble un jardin verger et potager de la consistance de 15 ares 93 centiares. Le domaine provenant de l’émigré Richelieu Chinon fils de Richelieu Fronsac.

Description du bâtiment

Ce bâtiment situé à l’extrémité orientale de la commune de Moussey entre le chemin de Réchicourt au midi d’une part a 22m2 de profondeur sur 17m18 de face sur l’avant ; derrière ce bâtiment est une cour de même largeur sur une profondeur réduite de 9m25c. La distribution de ce bâtiment consiste en un logement de berger composé d’une allée qui perce de la rue sur la cour et par laquelle on communique à une cuisine prenant jour sur le chemin de Réchicourt, un poêle sur la rue et deux petites chambres sur le derrière. Au-dessus sont des greniers et faux-greniers. Le surplus dudit bâtiment consiste en une vaste bergerie et une place de grange au-dessus sont les greniers à foin. Ce bâtiment y compris la cour derrière icelui contient 5 ares 52 c. Le jardin, verger, potager ensuite de la dite cour contient 15 ares 93 cent.

AD54 1Q579/2

An 4. Maison curiale de Moussey. La maison de cure de Moussey comprenant un corps de logis, des écuries, engrangements, un jardin ensuite de la cour de la contenance de deux ommées. La maison composée ainsi qu’il en suit : La face de la dite maison consiste généralement en tuile ayant 22 pieds de hauteur sur 45 de large et un cabinet à côté de 16 pieds de largeur ladite maison et dépendances entre le cimetière à l’orient et la grande rue au midi et les jardins. La maison composée d’une porte de cave, de 5 degrés de marche pour l’entrée principale. D’une porte cochère la grange engrangement et grenier à foin à côté de la grange, une grande écurie ensuite deux autres écuries qui règnent au bout de la grange. D’une porte qui conduit aux écuries D’une chambre à droite plafonnée avec une croisée prenant jour sur la rue dans laquelle il y a une armoire incrustée ladite chambre suivant l’allée principale de la dite maison. D’une autre chambre aussi plafonnée à côté dicelle précédente prenant jour sur la rue. En continuant l’allée principale. Il existe une chambre à feu prenant jour sur la rue au levant la croisée garnie de barreaux de fer. En continuant l’allée. Une cuisine à grande cheminée pavée de pierre de taille prenant jour sur l’église au levant et une pierre d’eau la croisée également garnie de barreaux de fer. D’un garde-manger à côté qui prend jour par une petite vitre au levant ensuite une cave voutée qui règne sous les chambre du levant et midi. Un salon prenant jour sur l’église au levant avec un poêle de fer battis et d’une armoire bois chêne incrustée dans le mur au dessus. A gauche du dit salon. Une petite chambre à cheminée prenant jour sur la cour au septentrion. La face de la maison au derrière sur le septentrion est de 45 pieds ½ de largeur. Il existe une cour au derrière de 35 pieds de largeur sur 45 ½ de longueur. Dans la cour, il y a deux réduits à porcs, des latrines, d'une porte pour entrer dans les écuries d’une autre pour aller au jardinet enfin une 4e pour sortir sur le cimetière. Une allée règne le long de la maison qui par une porte communique aux écuries. Dans l’allée il existe une porte pour conduire aux greniers au-dessus des escaliers. Un jardin ensuite de la dite cour de la consistance de 7 toises 2 pieds de longueur ledit jardin entouré de murs.

Aires d'études Réchicourt-le-Château
Dénominations ferme, maison, école
Adresse Commune : Moussey

Le patrimoine bâti de la commune de Moussey est composé de fermes des 18e et 19e siècles et de maisons et fermes de la Seconde reconstruction construites par l'architecte Joseph Denny. Le bâti modifié ou édifié entre 1870 et 1914 est réalisé par l'architecte d’arrondissement J. Ernst, essentiellement pour les édifices publiques.

Il y avait une bergerie qui appartenant à la famille Richelieu Chinon, elle est vendu en 1798 comme bien national voir (texte libre).

Dates portées : 1818,

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 2e moitié 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Denny Joseph
Joseph Denny

Architecte de la reconstruction et de la modernisation des Trente Glorieuses installé à la frontière de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle, à Moussey puis à Avricourt, Joseph Denny (1911-1976) a déployé une activité intense dans les arrondissements mosellans

de Château-Salins et de Sarrebourg pendant un tiers de siècle (1944-1976).

Après deux ans de stage chez l’architecte strasbourgeois A. Mossler (1925-1927), Joseph Denny effectua un stage pratique dans l’entreprise Steinbach Frères à Strasbourg puis suivit quatre semestres de cours à l’école nationale technique de la même ville

(1929-1930) et le cours d’ingénieur-architecte de l’école des travaux publics de Paris (1931-1932). Patenté comme architecte, il est reçu comme membre de la Société des architectes en 1934.

De 1932 à 1934 il a réalisé 23 pavillons dans la cité Noeppel de Lingolsheim et Ostwald puis 11 autres ainsi que deux immeubles de rapport à la cité Kreutzmatt d’Eckbolsheim (1936). Il est aussi actif dans différents quartiers de Strasbourg, où il construit de

nombreuses maisons de rapport (à Meinau, Robertsau, Neudorf, Cronenbourg ; 1933-1936). En 1939, les usines Bata de Moussey font appel à lui et il réalise la cité-jardin de Moussey. L’entreprise s’étant d’abord repliée dans l’Eure, il s’installe à Saint-Marcel, près de Vernon, et y œuvre à la reconstruction des usines Steiner et pour les Manufactures de Saint-Marcel, filiale de Bata (1940-1944), dressant le plan de la nouvelle cité et reconstruisant les ateliers de fabrication de caoutchouc et bonneterie. Il y réalise notamment une

salle des fêtes à décor alsacien !

De retour à Moussey après la guerre, il reconstruit les fermes Jung (première stabulation libre en France) et Marchal (1945) puis est employé continûment à Avricourt, où il s’installe en 1949, Moussey, Azoudange, Réchicourt-le-Château et Diane-Capelle. Dans le cadre

de l’application de la législation sur la modernisation de l’habitat rural, il expérimente à Desseling et à Assenoncourt la suppression des tas de fumier sur l’usoir en construisant des fosses à purin à l’arrière des bâtiments agricoles.

Il construit aussi de nombreuses écoles dans les arrondissements de Château-Salins et de Sarrebourg, l’hôpital de Château-Salins, la maison de retraite de Vic-sur-Seille etc.

sources introduction du répertoire numérique du fonds privé de l'architecte AD57


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Ernst Joseph
Joseph Ernst

Architecte de l'arrondissement de Sarrebourg de 1887 à 1918, auteur des temples de Sarrebourg en 1890, d'Abreschviller en 1901, Dieuze en 1903-1904.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Les fermes et maisons de la commune de Moussey sont composées de fermes des 18e et 19e siècles, d'une école primaire construite pendant la première annexion, de fermes et de maisons de la seconde reconstruction. Ces dernières sont soit édifiées en utilisant les matériaux réutilisables dans les ruines et sur des plans reprenant une partie du bâti qui n'est pas totalement détruit, soit de fermes et de maisons reconstruites à neuf sur des parcelles situées à l'extérieur du centre du village. Ce sont des fermes à plusieurs corps de bâtiments avec une cour centrale. Ces fermes fermes sont reconstruites par l’architecte de la seconde Reconstruction Joseph Denny, qui est installé à Moussey.

Les fermes des 18e et 19e siècles sont à deux ou trois travées de plan. Le logis à deux ou trois pièces en profondeur avec une cuisine centrale. La porte piétonne ouvre sur un couloir traversant. Le poêle, sur rue, est parfois éclairé par deux fenêtres. L'exploitation est composée en générale d'une grange et d'une étable-écurie en travées parallèles, dans les plus petites fermes, l'écurie se situe derrière la grange. Une porcherie et une chambre à four existent souvent en bâtiment annexe, à l'arrière du bâtiment. Il y avait, avant 1944, des fermes à doubles logis (voir les plans anciens des fermes avant destruction dans le fonds J. Denny). Sur le cadastre ancien, un grand nombre de fermes ont des cours cadastrées à l'arrière du bâtiment. Les usoirs, rue de Bourdonnay ne sont pas cadastrés.

Le patrimoine bâti de Moussey comprends également une ferme de la seconde Reconstruction associée au site d'écluse n°9 (réf.IA57030030) et les maisons de la cité de la chaussures de Bataville sur le territoire de Moussey (réf.IA57030346).

Typologies ferme de la seconde reconstruction, ferme à double logis
Murs calcaire moellon
grès moyen appareil
brique
ciment parpaing de béton

(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Zeller-Belville Catherine
Catherine Zeller-Belville , né(e) Belville (14 07 70 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.