Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maisons, fermes de la commune de Saint-Georges

Dossier IA57030365 réalisé en 2013

AD54 3E2248

Devis pour la construction d'une maison neuve à Saint-Georges (sans date, 18e siècle).

Devis des ouvrages que seront à faire pour la construction d'une maison neuve à Saint-Georges sur une place masure appartenant à Mr le marquis de Bissy (jacques de Thiard de Bissy, marquis de Bissy, 1648-1744, marié à Bonne-Marguerite d'Haraucourt, fille de Charles, marquis d'Harancourt et de Faulquemont, baron de Lorquin, maréchal de Lorraine, général ...réf. https://gw.geneanet.org) le tout suivant le plan que sera agrée et qu'il sera expliqué cy après.

Sera faite toutes les fouilles et vendanges de terres et décombres des fondations des murs dudit bâtiment comme aussy la vendange du sellier qui est du coté du jardin le tout d'une profondeur nécessaire (...)ensuite sera faite la maçonnerie desdits murs suivant ledit plan qui auront deux pieds et demi d'épaississeur jusqu'au rez-de-chaussée et après seront fait les exhaussement desdits murs tant de face que de refends et ceux de pignon. Lesquels murs de face et pignon auront deux pieds d'épaisseur et ceux de refends auront 18 pouces d'épaisseur, qui seront élevés à la hauteur savoir pour les chambres, poile , cuisine et sellier seront élevés de 9 pieds sous les poutres et ensuite sera fit un grenier au-dessus de la chambre poille et allée qui ouvre de 7 pieds 1/2. On observera dans tous les dits murs les portes et croisées marquées par ledit plan et pareillement les cheminées et tacqs que les deux portes d'entrée et celle de la grange seront de pierre de taille que l'on emploie ordinairement sur les lieux, comme aussi la cheminée de la chambre sur le devant (...) tout le restant des portes et croisées de même que la cheminée de la cuisine qui sera faite en cul de hotte sera de bois de chêne faisant perpin des murs.

Les gouterots seront élevés de 30 pieds depuis le rez-de-chaussée avec élévation des pointes des pignons qui aura 17 pieds de hauteur à la pointe depuis la rase dudit bâtiment qui est de 30 pied. Toutes les maçonneries seront faites en mortier de bonne terre lesquelles seront bien crépies dans tout les dehors et dedans avec bonne chaux et sable bien composé à la réserve des chambres, poille et cuisine qui seront bien enduits et blanchis seulement. Dans la cuisine y sera observé un four et une pierre d'eau marqués par le plan.

Charpente

Sera faite une traverse sur la chambre poille et cuisine et sellier (...) Sera faite une traverse au-dessus des écuries et vacherie toute brute (...) Il sera fait plancher double au-dessus des chambres, poille, cuisine et sellier, les premières planches seront blanchies par le dessus (...). Il sera fait un escalier en charpente le tout en bois de chêne pour monter au grenier et une rampe pour monter du faux grenier. Serz faite la charpente de la toiture dudit bâtiment composé de trois chevrons de reings avec tous leurs assemblages nécessaires. Sera posé des pannes au-dessus desdits chevrons (...) les chevrons seront brochés ou chevillés, garnis de planches de gouttières et lattes nécessaires le tout bien cloué sur lesdits chevrons. Ensuite sera faite la toiture au dessus dessendres bien posées et bien recouverts l'un sur l'autre. Sera faite une grande porte et deux ventaux bois de chêne et rabelle de planches de sapin (...) Seront faites 4 portes de bois de chêne, les autres portes ne sapin. Seront faites les mangeoires des écuries des chevaux avec leurs râteliers et un landrage pour enfermer les chevaux. Seront faites des bar auges à l'écurie des vaches suivant qu'il est marqué par le plan et plancher de bois de chêne s'il est nécessaire. Il sera aussi observé trois coulisses dans le mur qui sépare la grange dans l'écurie.

Serrurerie

Sera posé des barreaux de fer à toutes les fenêtres et croisées dudit bâtiment au rez de chambre seulement. Comme aussi sera faite toutes les serrures des portes, volets et vitres avec les serrures verrou à clefs à tous les endroits nécessaires. Il sera fait 5 croisées de menuiserie pour la chambre, poille et cuisine avec leur châssis dormant et 4 châssis à terre à chacun des dits dormants, lesquelles croisées seront garnies de verges plomb et verges nécessaires. A l'égard du plancher par terre de l'allée dudit bâtiment sera pavé de pierres brutes ou planché de planches. Si m le marquis le juge à propos sera fait un petit poulailler fermé de planches . Sera faite des rangs de porcs au dehors du corps de logis et le plus commode d'une grandeur et largeur nécessaire avec une toiture au-dessus et les auges convenables.

Les ouvrages seront à faire par des gens experts à la connaissance. (voir le plan dessiné qui est attaché à ce devis photo réf.: IVR41_20205730088NUC2A)

Aires d'études Réchicourt-le-Château
Dénominations ferme, maison
Adresse Commune : Saint-Georges

Le patrimoine bâti de la commune de Saint-Georges est composé de fermes des 18e et 19e siècles et de fermes de la Seconde reconstruction édifiées sur les crédits des dommages de guerre à neuf ou restaurées en gardant parfois la distribution ancienne. Une maison appelée "château" est attribuable au début du 18e siècle. Il subsiste des éléments architecturaux des 16e et 17e siècles.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 2e moitié 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Denny Joseph
Joseph Denny

Architecte de la reconstruction et de la modernisation des Trente Glorieuses installé à la frontière de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle, à Moussey puis à Avricourt, Joseph Denny (1911-1976) a déployé une activité intense dans les arrondissements mosellans

de Château-Salins et de Sarrebourg pendant un tiers de siècle (1944-1976).

Après deux ans de stage chez l’architecte strasbourgeois A. Mossler (1925-1927), Joseph Denny effectua un stage pratique dans l’entreprise Steinbach Frères à Strasbourg puis suivit quatre semestres de cours à l’école nationale technique de la même ville

(1929-1930) et le cours d’ingénieur-architecte de l’école des travaux publics de Paris (1931-1932). Patenté comme architecte, il est reçu comme membre de la Société des architectes en 1934.

De 1932 à 1934 il a réalisé 23 pavillons dans la cité Noeppel de Lingolsheim et Ostwald puis 11 autres ainsi que deux immeubles de rapport à la cité Kreutzmatt d’Eckbolsheim (1936). Il est aussi actif dans différents quartiers de Strasbourg, où il construit de

nombreuses maisons de rapport (à Meinau, Robertsau, Neudorf, Cronenbourg ; 1933-1936). En 1939, les usines Bata de Moussey font appel à lui et il réalise la cité-jardin de Moussey. L’entreprise s’étant d’abord repliée dans l’Eure, il s’installe à Saint-Marcel, près de Vernon, et y œuvre à la reconstruction des usines Steiner et pour les Manufactures de Saint-Marcel, filiale de Bata (1940-1944), dressant le plan de la nouvelle cité et reconstruisant les ateliers de fabrication de caoutchouc et bonneterie. Il y réalise notamment une

salle des fêtes à décor alsacien !

De retour à Moussey après la guerre, il reconstruit les fermes Jung (première stabulation libre en France) et Marchal (1945) puis est employé continûment à Avricourt, où il s’installe en 1949, Moussey, Azoudange, Réchicourt-le-Château et Diane-Capelle. Dans le cadre

de l’application de la législation sur la modernisation de l’habitat rural, il expérimente à Desseling et à Assenoncourt la suppression des tas de fumier sur l’usoir en construisant des fosses à purin à l’arrière des bâtiments agricoles.

Il construit aussi de nombreuses écoles dans les arrondissements de Château-Salins et de Sarrebourg, l’hôpital de Château-Salins, la maison de retraite de Vic-sur-Seille etc.

sources introduction du répertoire numérique du fonds privé de l'architecte AD57


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Les fermes et maisons de Saint-Georges sont situées de part et d'autre de la Grande rue dans la partie basse du village, et de la rue Haute des Écoles dans la partie haute, correspondant à deux périodes de développement du village, une plus ancienne autour de l'église avec notamment une ferme ayant des éléments du 16e siècle et un second le long de la Grande rue avec des fermes des 18e et 19e siècles. L'habitat est complété dans trois petites rues perpendiculaire. La Grande rue se poursuit par la rue de France à l'extrémité de laquelle s'est développé un quartier de maisons de manouvriers. Les fermes anciennes sont à deux, trois et quatre travées de plan. Le logis est composé, en général de trois pièces en profondeur et deux en façade ou une seule (éclairée par deux fenêtres qui peuvent avoir un montant commun), une chambre et le poêle, la cuisine est centrale. La porte piétonne ouvre sur un couloir traversant servant d'espace de distribution de l’exploitation et du logis. Le long de la Grande rue il y a alternance de fermes à trois ou quatre travées de plan, du 18e siècle, avec des linteaux de portes sculptés et datés, sommé de niche à coquilles, les portes de l'étable-écurie sont pour la plupart cintrées. Elles alternent avec des fermes plus modestes voire des maisons de manouvriers du 19e siècle, une grande partie des fermes de cette rue a été reconstruite avec les crédits de dommages de guerre après 1945 en gardant souvent les proportions initiales des bâtiments. Il y a plusieurs fermes de la Seconde reconstruction reconstruites complétement (3), les autres sont restaurées et conservent le plan initial. Les usoirs sont larges, parfois encore dallés, non cadastrés sur le cadastre ancien. Les maisons et fermes sont parallèle à la voirie excepté une ferme et l'ancienne auberge à coté du "château", cet espace semble être sur le cadastre ancien des anciennes dépendances de la maison appelée château (réf. :).

Les toits sont couverts de tuiles mécanique, tôle ondulée, tuile plate. Ils étaient couvert d'essis à l'origine (voir texte complémentaire description complète d'un devis de construction d'une ferme au 18e siècle,et plan IVR41_20205730088NUC2A ).

Typologies ferme de la Seconde reconstruction
Murs calcaire moellon
grès moyen appareil
brique
ciment parpaing de béton

Décompte des œuvres repéré 29
étudiées 5
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Zeller-Belville Catherine
Catherine Zeller-Belville , né(e) Belville (14 07 70 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.