Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

présentation de la commune de Fribourg

Dossier IA57030081 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'études Réchicourt-le-Château
Adresse Commune : Fribourg

Fibourg est une ancienne châtellenie qui appartenait aux évêques de Metz, bourg franc, d'origine médiévale. Le pied terrier de 1605 détaille les biens de l’évêque de Metz à Fribourg: « Ladite châtellenie consiste au château et bourg de Fribourg et les villages de Languimberg, Rhodes et Azoudange, Desseling, Maitrequin, Bisping, Binsing. Et en dépendent aussi les fiefs du Gaillard alias Milberg, Romecourt, Hellocourt alias Le Brock ensemble les tours, gagnages, maisons, moulins, bricquerie, estang, Albeschaux, d’Albinet Sainte-Croix avec leur dépendances ainsi qu’il en sera parlé cy après en détail (...) » (AD 57, G91). Voir carte de 1704 : IVR41_20175710832NUC4A. Un premier château est construit sur les « Talbours » au XIIe siècle, il est attribué aux évêques de Metz. Ces derniers sont désireux de protéger la voie saunière Marsal-Sarrebourg et leur territoire face à des voisins aussi belliqueux que les comtes de Réchicourt-le-Château. Ils octroient une charte de franchise aux habitants de Fribourg en 1241. À Fontaine-l’Évêque (nom initial de la commune), cette première motte castrale est sertie d’une enceinte au bas de laquelle se développe le premier noyau d’habitat. En 1340, Pierre de Beaufremont,vicaire général de l’évêché de Metz,fait construire un autre château à Fribourg (« vieux château » sur le plan cadastral) qui est détruit en 1747. La motte castrale à l’origine du village de Fribourg est encore visible sur la photographie aérienne (réf. IVR41_20125711230NUC4A), comme sur le cadastre de 1814 où elle est appelée « Les Talbours » (réf .IVR41_20195730494NUC2A ). Après la désertion des deux villages voisins de Mettrequin et Binsing, certainement avant la guerre de Trente ans, un second noyau se constitue autour de l’église et dans le village. Siège d’une châtellenie, Fribourg n’a pas de ban propre, mais s’étend sur le territoire des villages voisins de Mettrequin et de Binsing. En 1622, les églises paroissiales de ces deux villages sont détruites, leurs matériaux servent à la construction d’une nouvelle église à Fribourg. (AD 57, 35P242).

Le domaine d’Albin est donné à la chartreuse de Bosserville par l’abbaye de Vergaville. Sur les terres de Fribourg, à Albeschaux, où un pèlerinage dédié à sainte Anne et une foire annuelle existent depuis le Moyen Âge, un ermitage est créé et confié à un garde par les dames de Vergaville en 1633. La ferme attenante à l’ermitage abritait encore douze personnes au XIXe siècle. Fribourg doit une partie de son accroissement à l’installation de colons venus de Suisse, souvent des anabaptistes chassés de leurs provinces à cause de leur religion. Comme ce sont d’excellents agriculteurs, les seigneurs leur accordent des terres généralement à l’extérieur des villages. Il est intéressant de noter qu’il y avait à Fribourg une carrière de plâtre propre à l’engrais des prairies artificielles (H. Lepage) ; les anabaptistes, en Suisse, sont les précurseurs de ce type d’amendement, de la production d’une céréaliculture diversifiée et de l’introduction du trèfle dans la culture de prairie artificielle. Un cimetière anabaptiste est encore visible à Rhodes aujourd’hui.

A Fribourg, il y a trois foires annuelles et un marché hebdomadaire le mercredi

Fribourg est un village de la région Grand Est, arrondissement de Sarrebourg-Château-Salin. Il fait partie de la Communauté de Communes de Sarrebourg Moselle Sud depuis le 1er janvier 2019. En 2016, la population était de164 habitants. Nombre de résidences principales 66, 21 résidences secondaires et 8 logements vacants, 37% des résidences sont construites avant 1919, 10,4% entre 1919 et 1945, 10% entre 1946 et 1970 et 25% entre 1971 et 2013 (sources INSEE). Renseignements statistiques en 1842 : population avant 1620 était de 80 individus, en 1842, 530 catholiques, 5 luthériens et une calviniste, total de la population 536 (AD57 29J383). Il existait à Fribourg deux carrières de plâtre blanc et gris servant à la maçonnerie des maisons. Une autre servait à l’amendement des prairies artificielles. Un moulin existait à Fribourg, mentionné dès le XIVe siècle. Le travail de la broderie se développe vers 1820 améliorant les revenus des habitants, le commerce de la broderie et des entrepreneurs locaux permet au curé Valance (mort en 1839) de faire repeindre l’église et d’acheter trois autels neufs. l'activité principale de la population était la polyculture. Dans le cadre de l’application de la législation sur la modernisation de l’habitat rural, Joseph Denny, expérimente dans des zones témoins que sont Assenoncourt, Fribourg et Languimberg, la suppression des tas de fumier sur l’usoir en construisant des fosses à purin à l’arrière des bâtiments agricoles. La commune de Fribourg conserve un egayoir encore en bon état. Le bâti est composé de fermes des 18e, 19e et 20e siècles, une maison de maître du 17e siècle, un bâtiment appelé "château" édifié au 18e siècle, un ancien presbytère, une ancienne mairie-école, une église, des fontaines (3) édifiées sur les usoirs, elles étaient collectives, un domaine isolé Albing et la chapelle d'Albeschaux ancien écart.

Références documentaires

Bibliographie
  • Aux sources de la Seille et de la Sarre / ill. Pierre Chenu, réd. Jean Barthelémy. - Châlon-sur-Saône : P. Chenu, 1973. - 54 p. : ill. ; 23 cm.

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : D57
  • KUCHLY, Louis. @L'expérience révolutionnaire de la zone témoin agricole de la Moselle : son histoire de sa création à sa disparition@. Sarrebourg : Société d'Histoire et d'Archéologie de Lorraine. Section de Sarrebourg, 2011. 51 p., ill., plans, carte. (Conférences).

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : C ASS
  • LORRAIN-DISTEL, Bernadette. Fribourg l’Évêque, le village de mon enfance.Sarreguemines : Pierron, 2009.

    Bibliothèque municipale, Nancy
  • CALMET, Dom Augustin. Histoire de Lorraine, qui comprend ce qui s’est passé de plus mémorable dans l’archevêché de Trèves, et dans les évêchés de Metz, Toul et Verdun, depuis Jules César dans les Gaules, jusqu’à la cession de la Lorraine,arrivée en 1737, inclusivement. Nouv. éd.Nancy : A. Leseure, 1745-1757.

    Bibliothèque municipale, Nancy
  • GIULIATO, Gérard. Les résidences fortifiées des évêques de Metz en Lorraine au Moyen âge.In : Colloque international (6-8 octobre1994 ; Le Mans). Palais royaux et princiers au Moyen âge. Le Mans : Centre d’édition et de publication de l’Université du Maine, 1996,p. 117-132.

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
Périodiques
  • BENOIT, Arthur. Albecheau, la chapelle Sainte-Anne. Journal de la société d’archéologie lorraineet du comité du Musée lorrain, 1867, p. 21-25.

    Bibliothèque municipale, Nancy
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Zeller-Belville Catherine
Catherine Zeller-Belville , né(e) Belville (14 07 70 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Zeller-Belville Catherine
Catherine Zeller-Belville , né(e) Belville (14 07 70 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.