Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Hennecourt

Dossier IA88031892 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Aires d'études Dompaire
Adresse Commune : Hennecourt

La carte archéologique mentionne que des ruines de constructions gallo-romaines se trouveraient sur les rives de la Gitte et du Rupt Julot.

Attestée à partir de 1109 sous le nom de Hennoniscurtis. Le village faisait partie en 1594 du bailliage des Vosges, prévôté de Dompaire et de Valfroicourt et du Ban de Bouxières, et à partir de 1637 du marquisat de Ville-sur-Illon, puis de 1751 du bailliage et maitrise de Darney, coutume de Lorraine. Au spirituel, Hennecourt est une annexe de Gorhey qui fait partie du doyenné de Jorxey, du diocèse de Toul puis de l’évêché de Saint-Dié (Lepage et Charton. 1845).

Comme les villages alentours, Hennecourt a beaucoup souffert lors de la guerre de Trente ans et de l’épidémie de peste en 1629 (Idoux. Les ravages de la guerre de Trente ans dans les Vosges.1912). De 88 habitants en 1710 (Lepage et Charton. 1845), Hennecourt atteint 348 habitants en 1836. Le village agricole est effet prospère aux 18e et 19e siècles, du fait de sa situation en bordure de l’ancienne Route Royale n°66 entre Bar-le-Duc et Bâle, entre Epinal et Dompaire. Il bénéficie aussi de l’établissement de la voie ferrée Epinal-Neufchâteau en 1878, passant entre les deux hameaux. Celle-ci est partiellement fermée en 1989.

Hennecourt comptait sur son territoire un relais de poste à Maisons Rouges qui est une ancienne cense (Lepage et Charton. 1845), et deux moulins au sud-ouest du village, figurés sur la carte de Cassini, l’un sur le Rupt Julot appelé Le Moulin Vaxerot (détruit), et l’autre sur la Gitte dénommé Moulin d’en Bas et correspondant actuellement au Moulin de Gorhey.

La population se maintient autour de 300 personnes jusque vers 1900, puis elle chute rapidement pendant les trois premiers quarts du 20e siècle en raison de l’exode rural (172 habitants en 1962). A partir des années 1980, le nombre d’habitants est en croissance rapide atteignant 361 personnes en 2017 en lien avec la construction de nouvelles habitations à proximité de la R.D.166 et de l’attractivité d’Epinal.

Avant la mise en place de l’adduction d’eau dans les années 1950, les habitants se procuraient de l’eau aux fontaines, puits et lavoirs publiques dont trois sont préexistants à 1792 (sources : AD88 – 11T21/174). L’électricité est progressivement installée à partir de 1925 (sources : AD88 –2O247/10). La tornade du 11 juillet 1984 a provoqué d’importants dégâts dans le village, anéantissant les cultures, les vergers et les forêts, arrachant la plupart des toitures, et engendrant la ruine de plusieurs anciennes fermes.

Hennecourt est aussi le village de naissance du Jean-Joseph Thorelle (1806-1889), peintre et graveur de tableaux de genre et de fins dessins à la plume, ainsi que professeur de dessin au collège de La Malgrange à Jarville (sources : E. Larguillon, « J.-J. Thorelle, peintre lorrain (1806-1887) », in Revue historique de la Lorraine, 1889, vol. 38, p. 195-198).

Hennecourt est placé sur le versant d’un coteau dominant l’Est le Rupt Julot. Celui-ci rejoint la Gitte, un affluant du Madon. Son territoire s’étend sur 7.17 km², entre 304 m et 419 m d’altitude.

Le village possède une structure lâche, composée de bâtiments rarement mitoyens, qui se répartissent le long de deux grandes rues parallèles : la rue de la Gare à l’Est, et la rue Voye de Châtel à l’Ouest longeant le Rupt Julot. Quatre rues transversales les relient, formant des îlots quadrangulaires. Les bâtiments s’y sont implantés au fils du temps entre les édifices existants, tandis que d’autres ont disparu. Chaque usoir est généralement cadastré au profit de la ferme attenante. L’Église entourée de son cimetière et la mairie-école sont élevées au centre de la rue principale, à l’Est.

Deux moulins ont été établis au sud-ouest du village, Le Moulin Vaxerot sur le Rupt Julot (détruit), et Le Moulin d’en Bas sur la Gitte (actuellement Moulin de Gorhey). A proximité de l’ancienne Route Royale n°66 entre Bar-le-Duc et Bâle (actuellement R.D. n°166), la cense Maisons Rouges servait de relais de poste, entre Epinal et Dompaire. Un quartier d’habitation s’est progressivement développé près de la gare, la voie de chemin de fer bordant cette route.

De nombreuses maisons d’habitation y ont été construites au cours des dernières décennies formant un important quartier entre le village ancien et la R.D. n°166. D’autres pavillons récents ont été bâtis dans l’îlot entre la rue de la Vieille Haie et la ruelle Dandin, et aux entrées Ouest et Sud du village. Les bâtiments de services publics (école primaire de la P’tite Prêle, centre départemental Incendie et Secours) ont été placées récemment au Sud-Est du village.

Les exploitations agricoles contemporaines ont implanté leurs grands hangars à l’extrémité Nord et Sud du village. La confluence des deux ruisseaux est propice au pâturage. Ainsi le territoire est aujourd’hui principalement composé de prairies, complétées par des parcelles mises en culture de maïs et de blé ainsi que d’orge, de sorgho et de colza (sources : Registre parcellaire graphique 2018 – IGN). Les vergers entourant les villages ont disparu, et quelques arbres fruitiers sont encore visibles sur le coteau du Poirier. Le remembrement des parcelles agricoles a été finalisé en 2008. Le Grand et le Petit Bois Lasselle sont situés en bordure Est du ban communal, tandis que le Bois de Nobehaye s’étend au Nord.

La commune a fait l’objet d’un traitement de l’architecture rurale à travers une étude thématique en 2019, qui a repéré 34 bâtiments et en a étudié 4.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Georgin, A. État de la commune de Hennecourt à la veille de la Révolution de 1789. 1889.

    Archives départementales des Vosges, Épinal : 11T21/174
Bibliographie
  • Idoux, M.-C. Les ravages de la guerre de Trente Ans dans les Vosges : 2e fascicule. Annales de la société d'émulation du département des Vosges, 1912, p. 1-234

    Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
  • Lepage, Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy : Berger-Levrault 1978, réimpression de l'ouvrage paru en 1845.

    Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
Périodiques
  • E. Larguillon, « J.-J. Thorelle, peintre lorrain (1806-1887) », in Revue historique de la Lorraine, 1889, vol. 38, p. 195-198

(c) Région Grand-Est - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa