Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Languimberg.

Dossier IA57030334 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'études Réchicourt-le-Château
Adresse Commune : Languimberg

Vestiges gallo-romains lieu-dit Vielle Tour. Languimberg dépendait de la châtellenie de Fribourg, le pied terrier de 1605 détaille les biens de l’évêque de Metz : « Ladite châtellenie consiste au château et bourg de Fribourg et les villages de Languimberg, Rhodes et Azoudange, Desseling, Maitrequin, Bisping, Binsing...". Ancienne possession des évêques de Metz, village d'origine médiévale détruit au 17e siècle pendant la guerre de Trente ans. Reconstruit au 18e siècle. En 1838, il y avait 789 habitants et137 habitation. Languimberg possédait une carrière de plâtre au 19e siècle, un télégraphe situé au haut du clocher de l'église. En 1940, nombreux dégâts liés àl'incendie du village par les allemands, une partie du village est détruite et reçoit un plan d'aménagement et de reconstruction. Rapport d'enquête en 1946 : la commune comptant en 1939, 268 habitants en 80 familles; actuellement il y a 221 habitants en 74 familles. État démographique très déficient par suite du manque de successions ; il y avait 380 habitants en 1914 et 800 il y a 75 ans. En 1939 il y avait 106 immeubles, en 1945, 54 sont détruits entre 75 et 100%, 1 entre 50 % et 70%, 40 entre 10 et 50% et 11 sont intacts. La maison d'école a brûlé, l'église est endommagée, le presbytère également. Les puits sont à curer, les caniveaux en mauvais état, l'électricité fonctionne, déminage effectué quelques munitions restent encore par endroits. Déblaiement fait par les Allemand. Baraquements nécessaires : habitations, 7 demandés en juin ainsi que 7 granges et écuries. M. Veber, architecte à Sarrebourg connait les demandes exactes. Zones d'implantation : à l'entrée du village. Pays d’élevage (lait) terres limoneuses et argileuses profondes; propices pour les prairies. Cheptel : 1939 bovins 350, chevaux 100 porcs 250, en 1945 respectivement 70, 37 et 37. Vie économique : artisans : 2 forgerons, 1 tailleur, 3 charrons, ouvriers : 3 travaillent à Hellocourt chez Bata, commerçants, 2 aubergistes et 1 boulanger à réinstaller, agriculteurs, 53 exploitants, propriétés : 3 de 50 à 100ha, 25 de 10 à 50ha. Données historiques et observations : Villages en partie brûlé par les allemands à leur arrivée le 17 juin 1940, par représailles (alors qu'ils occupaient le pays depuis le matin), 5 personnes ont été brûlées. De plus tous les habitants ont été expulsés le 13 novembre 1940 sauf 5 familles. La libération n'a pas donné lieu à des destructions supplémentaires. Les habitants sont rentrés trop tard pour effectuer des semailles, et n'ont retrouvés ni biens mobiliers, ni cheptel. Un plan d'urbanisme est nécessaire pour décentraliser et dégrouper les maisons qui étaient serrées les unes contre les autres le long de la route. De plus, une rectification du tracé de cette route en plein centre du village sera facilitée du fait de la destruction complète des maisons à cet endroit. Vu le Maire M. Stempheur (boulanger) Metz 6 février 1946 (AN 198110181/35). Deux fermes héréditaires sur le territoire de Languimberg.

Il y a deux maisons forestières sur le territoire.

Une ancienne métairie est mentionnée en 1717 dans les archives notariales( 3E) en 171 : " bail de la mettairie des neuves maisons (hautes maisons ) consistant en corps de logis, cuisine, poêle, chambre, cave,

grenier, grange, engrangement cour devant, et écurie, jardin potager et verger et chènevière que le preneur sera obligé d’enclore et fermer (…)." Il y a encore aujourd'hui des bâtiments à son emplacement.

Languimberg est un village-rue. Le village appartient à l'arrondissement de Sarrebourg, il fait partie de la communauté de communes Sarrebourg Moselle sud. L'altitude moyenne est de 280 mètres environ. Sa superficie est de 18.38 km². En 2016, il y avait 171 habitants, 96 logements dont 74 résidences principales, 10 secondaires et 12 logements vacants. 21,9% sont construites avant 1919 (16), 5?5% entre 1919 et 1945 (4), 37% entre 1946 et 1970 (27), 11% entre 1971 et 1990 (8), 21,9% entre 1991 et 2005 (16) et 2,7 % entre 2006 et 2013 (2). En 1946, le village est décrit ainsi : pays à sous-sol très imperméable, argileux sans calcaire. L'étang de Gondrexange occupe une partie de la commune dont le ban est de 1838ha. Il y a 700 ha de forêts de chênes, hêtres et bouleaux (chasses à sanglier et à chevreuil). (AN 198110181/35). Périmètre de reconstruction approuvé le 9 octobre 1947. Le village est composé d'un bâti ancien des 18e et 19e siècle dans la première partie du village, rue Principale et rue Brûlée, le reste est composé de fermes et maisons reconstruites après 1946 dans le périmètre du plan d'aménagement et de reconstruction.Au 19e siècle, le cimetière était autour de l'église (réf. cadastre ancien). Il y avait un relais de poste aux chevaux au 19e siècle. Un moulin à vent est cité sur le territoire en 1723. À Languimberg, une fonderie de cloche est également citée en 1830 dans l’Annuaire de Michel : « elle occupe deux ouvriers et consomme quinze stères de bois. Elle achète hors de France, pour deux mille francs de métal et ne suffit pas au besoin de l’arrondissement. »

En 1837, une fonderie de cloches est mentionnée à Languimberg (Almanach du commerce de Paris…, 1837)

Il subsiste plusieurs fontaines composées d'une auge en grès et d'une pompe en fonte. il reste de nombreux modèles de ces pompes attestant d’un travail soigné. Elles sont parfois fabriquées par le mécanicien du village.

Il y a deux maisons forestières sur le territoire de la commune.

L'ensemble mairie école a été édifié après 1945.

Les grands usoirs rue Principale ne sont pas cadastrés sur le cadastre ancien.

Références documentaires

Bibliographie
  • Aux sources de la Seille et de la Sarre / ill. Pierre Chenu, réd. Jean Barthelémy. - Châlon-sur-Saône : P. Chenu, 1973. - 54 p. : ill. ; 23 cm.

    Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : D57
  • KUCHLY, Louis. @L'expérience révolutionnaire de la zone témoin agricole de la Moselle : son histoire de sa création à sa disparition@. Sarrebourg : Société d'Histoire et d'Archéologie de Lorraine. Section de Sarrebourg, 2011. 51 p., ill., plans, carte. (Conférences).

    Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : C ASS
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Zeller-Belville Catherine
Catherine Zeller-Belville , né(e) Belville (14 07 70 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Zeller-Belville Catherine
Catherine Zeller-Belville , né(e) Belville (14 07 70 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.