Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Saint-Vallier

Dossier IA88031756 réalisé en 2018

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Aires d'études Dompaire
Adresse Commune : Saint-Vallier

Saint-Vallier est situé au nord-est de Dompaire, au sommet d’un coteau dominant la vallée de la Moselle, à la limite Est de la région appelée la « Petite Sibérie ». Ce plateau (400 m d’altitude) exposé aux vents se caractérise par un microclimat à tendance continentale. Les masses d’air froides peuvent stagner dans le fond de vallée en forme de cuvette ce qui se traduit par des risques de sécheresse en été et des gelées tardives et prononcées.

Le village s’étire le long de deux rues parallèles (Grande Rue et Rue de l’Église) entre lesquels sont placés l’Église et le cimetière. Les constructions mitoyennes forment un front de rue irrégulier d’un seul côté, les façades antérieures tournées vers la place publique. Les usoirs sont cadastrés au profit des propriétaires des fermes. Les plus anciennes constructions au centre sont complétées par de nouvelles implantées au fur et à mesure du temps aux extrémités (route d’Hennecourt, chemin de la Goulotte). La construction de la R.D. n°36 vers 1880 a modifié l’accès sud du village, contournant le chemin de la Goulotte, et créant une nouvelle entrée plus centrale.

Les habitations récentes forment un nouveau quartier au nord s’agrandissant depuis une vingtaine d’année. Les exploitations agricoles contemporaines ont implanté leurs grands hangars à l’arrière des anciennes fermes en périphérie sud, ou de manière isolée en dehors du village.

Le ban communal est essentiellement composé de pâturages et de quelques parcelles de cultures variées : légumineuses fourragères, blé, maïs, colza, pois, tournesol, triticale, vigne et arbres fruitiers (sources : Registre parcellaire graphique 2017 – IGN). En plus de petits bosquets, les forêts sont situées à l’Est (L’Exploit du Chanot, Les Camenailles). Elles abritent notamment la source d’eau minérale de la Fontaine Valère, reconnue pour ses propriétés purgatives et dissolvantes, dont l’eau ressemble à celle de Contrexeville par la grande proportion de sulfate de chaux mais sans carbonate de fer. Des travaux sont exécutés en 1832 pour éviter que ces eaux ne se mélangent avec celles du ruisseau du Poinçot (Lepage et Charton. 1845).

La commune a fait l’objet d’un traitement de l’architecture rurale à travers une étude thématique en 2018, qui a repéré 15 bâtiments et en a étudié 3.

Références documentaires

Bibliographie
  • Lepage, Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy : Berger-Levrault 1978, réimpression de l'ouvrage paru en 1845.

    Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
(c) Région Grand-Est - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa