Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Restaurant militaire dit Cercle-Mess des Officiers

Dossier IA54030364 réalisé en 2019

Fiche

Précision dénomination Restaurant militaire
Appellations Cercle-Mess des officiers
Parties constituantes non étudiées parc, parc de stationnement
Dénominations restaurant
Aire d'étude et canton Nancy et périurbain
Adresse Commune : Nancy
Adresse : avenue du Maréchal Juin
Cadastre : 2019 BD 875

Le Cercle-Mess des Officiers de Nancy est construit entre janvier 1974 et l'été 1975 en raison des capacités insuffisantes et inadaptées de l’ancien Cercle-Mess des Officiers situé dans un immeuble loué à la Caisse d’Epargne de Nancy depuis le 31 octobre 1928 (signature du bail).

L’administration militaire entreprend à partir de 1955 plusieurs études pour ouvrir un nouveau restaurant capable d’accueillir les Officiers de la garnison. En 1961, il est envisagé l’acquisition en copropriété de locaux situés dans l’immeuble Saint-Thiebaut à Nancy dont la construction est prévue dans le quartier Saint-Sébastien. Mais une décision ministérielle datée du 11 mai 1970 préconise d’abandonner le projet en raison de son coût trop élevé et prescrit la construction d’un bâtiment neuf sur le terrain du Parc des Subsistances et sur une partie de la caserne Donop (surface de 1,4ha) située près du parc Sainte-Marie.

L’idée première d’implanter le Mess-Cercle dans les bâtiments de la caserne et d’aménager le Parc des Subsistances en espaces verts et parc de stationnement est abandonnée. Plusieurs réunions de garnison se succèdent en 1967, puis en mai et août 1969 où les besoins sont définis. La garnison souhaite bâtir un bâtiment pouvant accueillir entre 300 et 400 personnes, avec 850m2 consacré au Mess et 1000m2 au Cercle, ainsi que 30 chambres dont trois de type grand confort.

Devant l’importance du projet le directeur des travaux sollicite la participation du S.T.B.F.T. (le Service technique des bâtiments, fortifications et travaux, organisme du ministère français de la défense) qui accepte en janvier 1971 d’assister tous les stades de l’étude. La décoration de l’ensemble est confiée à l’atelier Arts Décoratifs de la S.T.B.F.T. Une étroite collaboration s’instaure entre le S.T.B.F.T. et la direction des travaux et en avril 1971 un calendrier est avancé : l’ensemble doit se construire en trois ans, la fourniture de l’avant-projet est attendue pour septembre 1972 et la livraison du bâtiment en juin 1975.

L’environnement n’imposant aucune contrainte, les architectes de la S.T.B.F.T. donnent libre cours à leur imagination et trois projets sont finalement soumis à l’approbation du Général Commandant d’Arme. Deux projets sont écartés, le plus classique et le plus révolutionnaire. Le projet retenu est celui qui a la préférence du Chef de Bataillon Gruel, auteur du projet global, et des participants aux études. La construction du bâtiment nécessite la démolition d’anciens bâtiments militaires appartenant à la caserne Donop.

L’aménagement des abords et du parc de stationnement sont postérieurs à la construction du bâtiment. Le bâtiment est désaffecté depuis janvier 2017 et a été détruit en mars 2020.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source , (détruit)
Dates 1975, daté par source

Le Mess-Cercle des Officiers est implanté en bordure de l’avenue de la Garenne, sur un terrain de 3 hectares aménagé pour partie en espace vert et parc de stationnement.

De plan circulaire, le bâtiment comprend trois étages et un sous-sol. Il se présente comme une superposition de deux cylindres concentriques de diamètres différents (rez-de-chaussée en retrait formant soubassement et 1er étage) et de deux demi cylindres (2e et 3e étages). Par son plan et son élévation le bâtiment peut être rapproché de l'ancien mess de la base aérienne de Metz-Frescaty (57) réalisé en 1969. Le second cylindre (1er étage), en saillie, est le plus important, sa façade est rythmée de panneaux percés de baies carrées. Chaque panneau est encadré par une fine ouverture vitrée en continue du sol au plafond. Réalisés à partir de béton blanc, la couleur de ces panneaux contraste avec les façades grises du rez-de-chaussée et des étages supérieurs. Sur la façade Sud, la partie centrale du bâtiment est évidée au deux derniers niveaux. Les courbes du bâtiment sont interrompues sur la façade Nord par l’imposant bloc vertical de la cage d’escalier d’une hauteur de 17m environ.

Chaque niveau du bâtiment abrite des fonctions distinctes et séparées. L’entrée du côté Nord dessert un vestibule qui donne accès à l'espace d'accueil, aux vestiaires, à une cabine téléphonique et à un escalier à retour avec jour doublé d’un ascenseur. Après le vestibule d'accueil, on pénètre dans une vaste salle circulaire qui s'élève sur deux niveaux ; ce rez-de-chaussée est réservé aux officiers, pour des activités de détente, il contient un bar et diverses petites salles (salles de télévision, salle de lecture, bibliothèque, salon, bureau du gérant, chambre de sous-officier, logements du personnels et magasins). Cette salle contient un escalier suspendu, sans mur de cage, en acier qui mène à une galerie en mezzanine ouverte sur les salles à manger du 1er étage. Elle est soutenue par douze piliers entre lesquels sont placées au rez-de-chaussée et à l'étage des vitrines en verre surmontées de caissons en acier. Quatre autres vitrines de même conception se trouvent au-dessus du meuble-bar. L’aspect arrondi de la salle du bar est renforcé par la présence d'une galerie en mezzanine et par un faux-plafond couvert de lames rectangulaires qui rayonnent autour d'un oculus zénithal central. Le même effet rayonnant se retrouve dans la forme trapézoïdale du meuble du bar conçu sur mesure.

Les 2e et 3e étages sont destinés à des logements. Ils comprennent des chambres identiques avec cabinet de toilette et douche ainsi qu’une lingerie à chaque étage. Le 2e comporte en plus deux chambres de grand standing et une terrasse circulaire.

Au sous-sol se trouvent une salle de projection, un poste de transformation, une chaufferie, des caves et des magasins. L'ossature du bâtiment est en béton armé.

Les murs extérieurs sont réalisés à partir d’un béton d’argile expansé qui assure au bâtiment une bonne isolation thermique et un allègement de poids. Les façades du 1er étage sont réalisées en panneaux préfabriqués de béton blanc et d’aspect glacé. L’ensemble est couvert d'une toiture terrasse. La terrasse circulaire est couverte de dalles de béton posées à joints serrés sans mortier.

Une importante utilisation du métal est faite pour l’ornementation : de l’acier inoxydable couvre les caissons des vitrines, la partie supérieure du meuble du bar et le garde-corps de l’escalier spirale. De l’acier émaillé habille la cheminée (émail rouge) et le coffre à bois (émail orange) du salon. L’aluminium est utilisé pour les menuiseries extérieures, les piles et les traverses du garde-corps de la mezzanine et de l’escalier principal. Les faux-plafonds de la salle de bar et des couloirs des chambres sont des lames d’aluminium peintes en blanc et en couleur pour la salle à manger des Généraux (1er étage), le faux-plafond de la grande salle à manger est en aluminium blanc laqué.

Du verre sous différentes formes compose l’ensemble : glace réfléchissante, glace émaillée et glace filtrante trempée sont utilisées pour la grande verrière de la salle de bar. Le garde-corps de la mezzanine est composé de plaque de verre. Du verre teinté est également utilisé pour les baies de la cage d’escalier principal et son garde-corps.

Les architectes et les décorateurs ont cherché à cacher le bois en le couvrant de stratifié comme c’est le cas pour les portes intérieures, le mobilier du vestibule, du bar, la salle à manger des Généraux et la rampe de l’escalier principal, habillée d’un stratifié jaune.

Enfin, les sols sont revêtus de pierres diverses de qualité : comblanchien (vestibule, du bar et escalier), marbre rouge posées en chevron (salles à manger).

On note la présence dans la salle du rez-de-chaussée d'un tableau peint (daté de 1972) intitulé "Esquisse Bora Bora" et signé par l'atelier Arts Décoratifs de la S.T.B.F.T (nom de l'artiste illisible).

Murs béton
Plans plan centré
Étages sous-sol, 3 étages carrés
Couvertures terrasse
Escaliers escalier demi-hors-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier en vis avec jour, suspendu
Autres organes de circulations ascenseur
États conservations détruit après inventaire
(c) Région Grand-Est - Inventaire général ; (c) Ville de Nancy ; (c) Métropole du Grand Nancy - Nale Elise
Elise Nale

Chercheuse au service de l'Inventaire général du patrimoine, site de Nancy


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Tronquart Martine
Martine Tronquart

Chercheur au Service Régional de l'Inventaire du Patrimoine Culturel, site de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Thiébaut Pascal
Pascal Thiébaut

Chercheur à l'Inventaire général du Patrimoine culturel à Nancy


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.