Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

synagogue consistoriale de Metz

Dossier IA57030451 réalisé en 2008

Fiche

Appellations synagogue consistoriale
Dénominations synagogue
Aire d'étude et canton Lorraine - Metz-Ville
Adresse Commune : Metz
Adresse : 39 rue Rabbin Elie Bloch (du)
Cadastre : 2020 23 134

En 1842 en raison de son état, la grande synagogue fut fermée par décision municipale. Elle ne suffisait plus par ailleurs pour accueillir les membres d’une communauté grandissante. S’il fut un temps question de la reconstruire à un nouvel emplacement (quai Félix Maréchal) il fut décidé de conserver l’emplacement mais d’acquérir des parcelles pour en augmenter la surface. Il fallut donc détruire deux maisons. La ville de Metz participa à hauteur de 36 000 francs et le ministère des cultes à hauteur de 20 000 francs, le tout fut complété par des dons.

Le projet architectural fut l’occasion d’un important débat stylistique : le premier projet dessiné en mars 1844 par l’architecte départemental Nicolas-Marie Derobe (1792-1888) prévoit un édifice de 1400 places inspiré de "l'architecture égyptienne", en fait surtout mauresque. Ce faisant, il répond à la demande du consistoire de Metz qui souhaite affirmer la judéité de l’édifice par une référence orientale. L’architecte puise son inspiration dans les ouvrages de Léon de Laborde (1807-1869) sur l’Orient. Il prévoit dès ce moment deux rangs de tribunes pour les femmes tandis que deux pavillons devaient accueillir des écoles. Ce parti pris est contesté par le Conseil des Bâtiments civils. Le Conseil départemental des bâtiments civils impose le style roman réputé moins coûteux et plus convenable à un usage religieux. La façade est alors redessinée avec la coopération de l’architecte Charles Gautiez (1809-1856).

Par son plan rectangulaire cantonné de massifs d’angle, le nouveau projet s’inspire du descriptif du Temple de Jérusalem. Les travaux furent adjugés en 1847 pour la construction d’une synagogue avec écoles pour les garçons et les filles et salles de réunion et d’asile. Les entreprises retenues, messines, furent : Pierre Barthelemy pour la maçonnerie, Antoine Framery pour la charpente, Joseph Muscal pour la couverture, Élie Dennery maître-menuisier pour la menuiserie, Félix François pour la plâtrerie, Jean-Baptiste Quentin pour la serrurerie, Édouard Parant pour la ferblanterie, Joseph Masson pour la vitrerie et enfin Abraham Grodvolle pour la peinture.

La première pierre fut posée le 20 septembre 1848 et l’inauguration le 30 août 1850. L’édifice est pourvu d’une chaire à prêcher dès l’origine (après Strasbourg en 1834, Nancy en 1843) puis d’un orgue en 1896 (après Benfeld en 1846, Nancy en 1861, Sarreguemines en 1867, Sélestat en 1890 et Mulhouse en 1891).

A partir de 1901, le Consistoire envisage son déplacement car le quartier a mauvaise réputation, des hypothèses se succèdent, rue Marchand, face à l’ancienne gare, place Gallieni près de la porte Serpenoise mais aucun ne connait de suite. Durant la Seconde guerre mondiale elle est utilisé comme entrepôt par les nazis et son intérieur est saccagé mais l’édifice est préservé. Il est aujourd’hui complété par des écoles et un home pour les personnes âgées.

Période(s) Principale : milieu 19e siècle , daté par source
Dates 1850, daté par source
Auteur(s) Auteur : Derobe Nicolas-Maurice,
Nicolas-Maurice Derobe (1792 - 1880)

Formé à l'école des Beaux-Arts de Paris, nommé architecte départemental en 1824, nommé architecte diocésain en 1852. Retraite en 1853.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte départemental, attribution par source
Auteur : Gautiez Charles,
Charles Gautiez (1809 - 1856)

architecte diocésain


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte diocésain, attribution par travaux historiques
Auteur : Barthelémy Pierre,
Pierre Barthelémy

entrepreneur de maçonnerie à Metz milieu XIXe siècle


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur de maçonnerie, attribution par travaux historiques
Auteur : Framery Antoine,
Antoine Framery

entrepreneur en charpente à Metz, milieu XIXe siècle


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
charpentier, attribution par travaux historiques
Auteur : Muscal Josep,
Josep Muscal

Joseph Muscal couvreur à Metz au milieu du XIXe siècle


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par travaux historiques
Auteur : Dennery Elie,
Elie Dennery

Élie Dennery maître-menuisier à Metz milieu XIXe siècle


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
menuisier, attribution par travaux historiques

La synagogue est construite en calcaire de Jaumont sur un plan rectangulaire marqué par des pavillons à chaque angle. L’ensemble est couvert d’une toiture en ardoises (longs pans et croupe sur le corps principal, en pavillon pour les quatre pavillons). La façade extérieure était percée de cinq portails en plein cintre s'inscrivant dans des arcades qui englobaient autant de fenêtres au premier étage. Une série de fenêtres hautes géminées (corps principal) ou en triplet (pavillons d’angle) perçaient la partie supérieure de la façade.

L'intérieur était constitué d'une grande nef centrale avec un plafond en bois flanquée de bas-côtés surmontés de deux étages de galeries et trois au -dessus du porche, destinées aux femmes. L'Aron Ha Kodech est intégré dans un décor néo-roman simulant un portail d'édifice amorti d'un fronton élevé supportant les tables de la Loi.

Murs calcaire moellon enduit
Toit ardoise
Plans plan rectangulaire symétrique
Étages 3 vaisseaux
Couvrements
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit en pavillon
toit à longs pans croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre
Techniques sculpture
Représentations ordre composite ornement architectural, colonne, fronton ornement végétal étoile de David, tables de la Loi
Précision représentations

L'extérieur de la synagogue porte un décor architectural simple (chapiteaux à crochet, moulures). A l'intérieur l'important décor sculpté est d'inspiration végétale rehaussée par des inscriptions en caractères hébraïques dorées, les tables de la Loi (au-dessus de l'arche sainte) et des étoiles de David)

Mesures l : 40.0 m
la : 20.0 m
Statut de la propriété
propriété d'un établissement public
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1984/12/06

Annexes

  • Description de la synagogue dans l'annuaire de la Moselle, 1850-1851

    Le temple a 40 mètres de longueur sur 20 mètres de largeur; il est élevé du sol de six marches, et se compose d'une nef et de bas-côtés précédés d'un porche avec trois doubles portes servant d'entrée aux hommes. Au-dessus des bas-côtés il y a deux rangs de galeries et trois au-dessus du porche, destinées aux femmes, avec deux entrées particulières sur la face.

    La nef (...) a 13 mètres, 85 centimètres de hauteur sous le lambris en bois et à compartiments.(...) La façade principale offre cinq grandes arcades avec pilastres, mais peu saillants (...)dans les trois arcades du milieu sont les portes d'entrée destinées aux hommes, dans les deux arcades des avant-corps sont les entrées particulières des femmes.(...)

    Au-dessus des cinq portes cinq grandes croisées avec colonnettes; puis une corniche intermédiaire, trois double-croisées entre les avant-corps et sur chacun de ces derniers une triple croisée. Les façades latérales sont du même style (...).

    Une tribune où se tiennent les chantres est placée vers le milieu de la nef, élevée du sol de deux marches et entourée d'une grille en fonte ouvragée.(...) L'arche sainte au centre engagée dans le mur du fond élevée de trois marches, présente quatre colonnes supportant un cintre en renfoncement décoré de colonnes et d'une voûte magnifiquement sculptée, le tout terminé par un fronton décoré. Les portes de l'arche sainte sont recouvertes d'une tenture en velours rouge, d'une magnifique broderie en or remarquable par son dessin et son exécution . Les portes de l'arche sainte, intérieurement et extérieurement, sont décorées d'une peinture rehaussée d'or d'un fort bon goût et d'un très bon effet (...)

    Une chaire à prêcher très bien sculptée est placée contre l'un des piliers de la nef.

    L'intérieur de ce monument est éclairé par 400 becs de gaz posés sur des candélabres et sur des lustres en cuivre byzantin; l'effet de ces lumières est magique.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Coupe et élévation la synagogue de la ville de Metz à construire sur l'emplacement de l'ancienne, 27 mars 1844, encre sur papier

    Archives départementales de Moselle, Saint-Julien-lès-Metz : 1 V 156
  • Plan de la synagogue de la ville de Metz à reconstruire à l'emplacement de l'ancienne, 27 mars 1844, encre sur papier

    Archives départementales de Moselle, Saint-Julien-lès-Metz : 1 V 156
  • Affiche annonçant la reconstruction de la synagogue de Metz y compris les salles d'école et d'asie pour les enfants des deux sexes sur l'emplacement des deux synagogues actuelles et de la maison Brisac, 24 avril 1845, impression sur papier

    Archives départementales de Moselle, Saint-Julien-lès-Metz : 1V 156
  • Projet d'aménagement du quartier de l'arsenal, aquarelle sur papier, 1951

    Archives municipales, Metz
Bibliographie
  • JARRASSE, Dominique. Une histoire des synagogues françaises : Entre Occident et Orient. Paris : Actes Sud, 1997, 416 p.

    p. 141-149
  • SCHUMANN, Henry. Mémoire des communautés juives de Moselle. Metz : Éditions Serpenoise, 2003, 88 p.

    Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
  • [Exposition. Nancy, Musée lorrain. 2009]. Les Juifs et la Lorraine, un millénaire d'histoire partagée : catalogue / dir. Claire Decomps, Eric Moinet. Paris : Somogy. Nancy : Musée lorrain, 2009. 368 p.

    p. 292-293 Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
Périodiques
  • DALTROFF Jean, La synagogue consistoriale de Metz : construction, inauguration et rayonnement spirituel (1848- 1850) dans Les Cahiers lorrains, n°2, 2001, p.157-190

    157-190 Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Decomps Claire
Claire Decomps

conservateur en chef du patrimoine, chercheur en Lorraine de 1994 à 2018 puis responsable de la conservation du musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Schumann Henry
Henry Schumann

Henry SCHUMANN1947, membre du Consistoire israélite de la Moselle, chargé du patrimoine depuis 2007, afin de lui remettre la médaille de la Ville de Metz, auteur de trois livres sur la Mémoire des communautés juives de Moselle (l999), de Meurthe-et-Moselle, Meuse et Vosges (2003) et de Champagne-Ardenne (2005).

A participé de manière très active à l'étude du patrimoine juif en Lorraine


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Bouvet Mireille-Bénédicte
Mireille-Bénédicte Bouvet

Conservateur régional à l'Inventaire général Lorraine depuis 1995, Grand Est depuis 2018


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.