Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

synagogue de Nancy

Dossier IA54003058 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées bains rituels, cabane, salle
Dénominations synagogue
Aire d'étude et canton Lorraine
Adresse Commune : Nancy
Adresse : 19 boulevard Joffre
Cadastre : 1830 E 38-40 ; 2012 BX 230

Si la présence juive est attestée à Nancy au Moyen Age, elle reste très faible à l’époque moderne. Le duc Léopold autorisa la présence de quatre familles en 1721. En 1755, elles étaient au nombre de douze, quatre-vingt-dix à la veille de la Révolution et la communauté se développa rendant nécessaire la construction d’une synagogue. La construction est autorisée par lettres patentes en 1784. Située dans le jardin de la maison de Michel Goudchaux où sans doute se trouvait déjà un premier oratoire, elle est construite par Miromesnil sur les plans de Charles Augustin Piroux et décrite par Lionnois.

Face à l’augmentation de la communauté, un agrandissement est envisagé dès 1827 mais les travaux ne furent réalisés qu’en 1834 par l’architecte Dosse. A partir des années 1840 plusieurs arguments furent mis en avant pour de nouvelles campagnes de travaux : le constat de désordres architecturaux, le manque de places lors des fêtes et la volonté de disposer d’un édifice offrant plus de dignité. En 1843, après le rejet d’un projet de l’ingénieur Léopold Marx, celui de N. Grillot est accepté et bénéficie d’une aide de l’Etat de 4 000 francs versés en 1845-1846. L’édifice est à la fois élargi par adjonction de bas-côtés et allongé avec des travées supplémentaires. Des bancs au centre du bâtiment remplacèrent les sièges sur le pourtour, augmentant la capacité de l’édifice. Il est pourvu d'une chaire à prêcher (après celles de Bordeaux en 1812, de Paris en 1822 et Strasbourg en 1834). Mellin procède à un nouvel agrandissement en 1861(Secours de l'Etat : 15 000 f par an 1861, 1862 et 1863). La même année, un orgue est installé (après Benfeld en 1846 et Paris en 1852). En 1874, Mellin construisit une salle d’attente servant aussi de « salle pour les feuillages » (Soukkah) et également pour les mariages.

En 1935, le percement du boulevard Joffre reconfigure le quartier et permet de repenser l'organisation de l'ensemble communautaire. Une nouvelle façade est érigée par l’architecte Thomas Alfred avec l’entrepreneur Chaize et le verrier et céramiste Lemoine. Elle s’inspire très largement de la synagogue de la rue de la Victoire à Paris (1874, Alfred Philibert Aldrophe, 1834-1895). Une petite cour devant la synagogue est aménagée. Le projet d’une liaison avec la rue de l’équitation est alors abandonné. A partir de 1956 (AC M : 352 Z 25), différents projets de construction d’un centre communautaire restent sans suite jusqu’à la destruction des annexes dans les années 1970 (dont la soukkah) et la réalisation de l’actuel centre communautaire par Henri Prouvé, également architecte des immeubles voisins (Tour Joffre-Saint-Thiébaut et collège Guyemer)

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle , daté par source, daté par travaux historiques
Principale : 2e quart 19e siècle , daté par source, daté par travaux historiques
Principale : 3e quart 19e siècle , daté par source, daté par travaux historiques
Principale : 2e quart 20e siècle , daté par source, daté par travaux historiques
Dates 1788, daté par source
1844, daté par source
1861, daté par source
1874, daté par source
1935, daté par source
Auteur(s) Auteur : Miromesnil, entrepreneur, attribution par source, signature
Auteur : Piroux Augustin-Charles,
Augustin-Charles Piroux (1749 - 1805)

Augustin-Charles Piroux est né à Lunéville en 1749. Orphelin à l’âge de six ans, il grandit chez son oncle Joseph George. Curieux de sciences et de lectures, il est pris comme commis d’architecte vers l’âge 18 ans, chez u n certain Joly à Lunéville puis est reçu par le corps des architectes de Nancy en 1776 à l’âge de 27 ans. Il suit également des cours de droit à Nancy et devient avocat en 1778. Collectionneur avisé, il s'est constitué une bibliothèque d'une grande richesse complétée par des dessins et des gravures. Il meurt à Epinal en 1805. Ses collections sont conservées à la médiathèque de Nancy, numérisées, elles sont accessibles en ligne. Son fils, Joseph Piroux (né à Hadigny-les-Verrières le 2 janvier 1800, mort à Nancy le 26 juillet 1884) est le fondateur de l'Institut des sourds et muets à Nancy en 1827.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Grillot Auguste, architecte, attribution par source
Auteur : Mellin Charles, architecte, attribution par source
Auteur : Thomas Alfred,
Alfred Thomas (1878 - 1950)

Formé à l'Ecole nationale des Beaux-Arts de Paris, architecte municipal de Nancy. Est aussi l'architecte du foyer protestant de Longwy. Moins connu pour son activité de peintre et d'aquarelliste.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Lemoine André,
André Lemoine (1889 - 1962)

Né à Lunéville en 1889 et décédé en 1962, dessinateur, peintre et verrier dont l'atelier était localisé rue Charles III à Nancy (54). Ancien directeur artistique des Verreries Delatte, il a imaginé un perfectionnement des vitraux blancs, à la mode depuis 1925, en utilisant des verres prismatiques dits "verres-soleil" qui réfractent les rayons incidents dans la direction convenable et qui sont disposés en éventail. Il est récompensé aux Expositions Universelles de 1925 et 1937 à Paris. Il a signé de nombreuses réalisations dont en 1931, les vitraux de l'église Saint-Nicolas de Giraumont, ceux de la chapelle du Groupement des étudiants catholiques (37 cours Léopold à Nancy), une partie des verrières du siège des Fonderies de Pont-à-Mousson, la grande galerie de Nancy-Thermal.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître verrier, attribution par source
Auteur : Chaize Victor,
Victor Chaize (1887 - 1968)

Victor Chaize (né en 1887), dont les ateliers et entrepôts sont rue Lothaire II, est originaire de la Creuse (comme d’autres importants entrepreneurs nancéiens). Vivant d’abord à Verdun, il s’installe à Nancy en 1911. Son ascension locale est alors assez rapide. S’ajoutant au succès de son entreprise de travaux publics, il devient en 1924 conseiller municipal. Au cours des années 1930, il est nommé grand commandeur de la Légion d’honneur. L’un de ses chantiers les plus importants, en regard de l’histoire de l’architecture nancéienne, est la maison d’Émile Bachelet en 1925 (Henri Antoine arch) rare et précoce exemple du Mouvement moderne à Nancy).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur de maçonnerie, attribution par source

La synagogue est construite en moellon de calcaire enduit à l'exception de la façade en pierre de taille. De plan rectangulaire complété à l'est par l'abside de l'arche sainte, elle est couverte d'un toit à longs pans et demie-croupe d'ardoise. Son volume intérieur se compose de trois vaisseaux permettant la présence de tribunes spacieuses pour les femmes au-dessus des bas-côtés.

La façade, percée de 5 portes, s'organise sur deux registres dont le supérieur s'achève par un vaste fronton amorti par les tables de la loi et orné d'une inscription : [français] : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même" ; Intérieur : au sommet de l'arc triomphal : (hébreu, abréviations) : sheviti " tu garderas toujours le Seigneur devant toi " (Ps, 16-8) / Arc triomphal (hébreu) : " Crains Dieu et observes ses commandements car c'est tout l'homme " (Eccl, 12-13 ) / A gauche (hébreu et français) : " Tu aimeras ton prochain comme toi-même " (Lév, 19-18) / A droite (hébreu et français) : " Tu aimeras l'Eternel de tout ton coeur " (Deut, 6-5).

Le volume intérieur développe un vocabulaire décoratif néo-classique avec ordre toscan et motifs de caisson rehaussés par des dorures

Murs calcaire pierre de taille
calcaire moellon enduit
Toit ardoise
Étages 3 vaisseaux
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans demi-croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre
Techniques sculpture
vitrail
Représentations ornement végétal tables de la Loi ornement architectural, colonne, denticule, ordre toscan, rosace
Précision représentations

Façade : ornement végétal (frises de fleurs de style art déco) et tables de la Loi

Statut de la propriété propriété privée
Protections inscrit MH, 1984/07/11

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales, Nancy, série 352 Z 24

    Plan Archives municipales, Nancy : 352 Z 24
  • Archives municipales, Nancy, série 352 Z 26 Document imprimé avec mentions manuscrites

    Archives municipales, Nancy : 352 Z 26
  • Archives municipales, Nancy, série 352 Z 35 Encre sur papier

    Archives municipales, Nancy : 352 Z 35
  • Archives municipales, Nancy, série 352 Z 26 Document imprimé avec mentions manuscrites

    Archives municipales, Nancy : 352 Z 26
  • Archives nationales de France, Pierrefitte-sur-Seine : F19/11107
  • Bibliothèque municipale, Nancy : Fonds, Piroux
Documents figurés
  • collection particulière, photographie ancienne

    collection particulière
  • Carte postale ancienne

    collection particulière
Bibliographie
  • JARRASSE, Dominique. Une histoire des synagogues françaises : Entre Occident et Orient. Paris : Actes Sud, 1997, 416 p.

  • SCHUMANN, Henry. Mémoire des communautés juives de Meurthe-et-Moselle, Meuse, Vosges. Metz : Éditions Serpenoise, 2003, 79 p.

  • JOB, Françoise. ''Les Juifs de Nancy du XIIe au XXe siècle''. Nancy : Presses universitaires de Nancy, 1991. 172 p., ill. (Les Juifs de Lorraine).

    Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : L HIST REL
  • [Exposition. Nancy, Musée lorrain. 2009]. Les Juifs et la Lorraine, un millénaire d'histoire partagée : catalogue / dir. Claire Decomps, Eric Moinet. Paris : Somogy. Nancy : Musée lorrain, 2009. 368 p.

    p. 199, 289-290 Région Grand Est, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Decomps Claire
Claire Decomps

conservateur en chef du patrimoine, chercheur en Lorraine de 1994 à 2018 puis responsable de la conservation du musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Bouvet Mireille-Bénédicte
Mireille-Bénédicte Bouvet

Conservateur régional à l'Inventaire général Lorraine depuis 1995, Grand Est depuis 2018


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.