Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

villa

Dossier IA55031959 réalisé en 2015

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • jardin

Villa étudiée avant sa démolition en 2015 à la suggestion des services de la ville de Verdun, en raison de son caractère représentatif des demeures construites à la fin des années 1950. L'édifice avait conservé l'essentiel de ses dispositions intérieures.

Parties constituantes non étudiées jardin
Dénominations villa
Aire d'étude et canton Verdun
Hydrographies canal du Puty
Adresse Commune : Verdun
Adresse : 28 avenue de Douaumont , 3 rue du 8 mai 1945
Cadastre : 2015 AN 22
Précisions

Demeure construite vers 1954, date à la quelle elle apparait en chantier sur une prise de vue aérienne. Abandonnée au début du 21e siècle, elle est détruite en 2015. Commanditaire et architecte non identifiés lors de l'étude.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle

Villa construite à l'est de la ville, entre le parc Japiot au nord, le parc de Londres au nord et un ancien fossé au sud dont la trace subsiste dans le parcellaire (cf. parcelle 21) et mur de fonds de parcelle.

La demeure est construite au centre de la parcelle, celle-ci étant ceinte côté rue d'un mur bahut surmonté d'une claustra en briques de terre rouge disposées de manière à dessiner une résille de losanges quadrilobés. Le motif est repris par le balcon filant du rez-de-chaussée surélevé ce qui accroit l'horizontalité du propos architectural. De plan grossièrement rectangle, l'édifice en maçonnerie couverte d'enduit granuleux à la tyrolienne de couleur blanche, s'achève par un demi hémicycle dont l'arrondi est souligné par des pilastres composés de boules superposées encadrant une grande baie en triplet. Les murs sont percés de baies à linteau droit ou en plein cintre animant avec une certaine diversité les façades sur rue et sur jardin.

La demeure est construite au centre de la parcelle, celle-ci étant ceinte côté rue d'un mur bahut surmonté d'une claustra en briques de terre rouge disposées de manière à dessiner une résille de losanges quadrilobés. Le motif est repris par le balcon filant du rez-de-chaussée surélevé ce qui accroit l'horizontalité du propos architectural. De plan grossièrement rectangle, l'édifice en maçonnerie couverte d'enduit granuleux à la tyrolienne de couleur blanche, s'achève par un demi hémicycle dont l'arrondi est souligné par des pilastres composés de boules superposées encadrant une grande baie en triplet. Les murs sont percés de baies à linteau droit ou en plein cintre animant avec une certaine diversité les façades sur rue et sur jardin. L'ensemble est couvert d'une toiture en terrasse.

L'entrée se fait à l'étage par un escalier hors-oeuvre à deux volées, situé à l'arrière. Les gardes corps en maçonneries sont contrastés : à droite en doucine évoquant l'arrondi de la façade antérieure, à gauche en degrés soulignant la montée des marches. Les marches sont carrelées avec des motifs en triangles et losanges, blanc, gris, noir rouge. deux mosaïques ornent les palier : un oiseau (un coq qui annonce la venue du visiteur?) au palier inférieur, deux chiens de garde au palier supérieur. La porte est protégée par une avancée en casquette et un cours vestibule est éclairée par une fenêtre en plein cintre protégée par une grille losangée.

Le volume intérieur est composé d'un sous-sol abritant un garage, une buanderie et des pièces de service (éclairage naturel par des oculi ovales) et d'un rez-de- chaussée surélevé. L'intérieur de ce dernier est coloré en ocre jaune et rouge pour les circulations. Une première pièce pourvue d'une baie intérieure protégée par une grille losange a du faire fonction de bureau ou de guichet.

la salle de séjour éclairée par le triplet de baies à linteau droit est peinte également en ocre rouge et ocre jaune, de part et d''une cheminée en hotte blanche ornée d'une niche. le s'ouvre sur la cuisine par un buffet passe-plat dont les portes à glissière en haut et à battant en bas dissimulent l'ouverture de service. La cloison est en matériau synthétique orange translucide. Une baie en plein cintre éclaire la cuisine.

Murs pierre maçonnerie
brique
Toit ciment en couverture
Étages rez-de-chaussée surélevé, sous-sol
Couvrements
Couvertures terrasse
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier en équerre, en maçonnerie
Jardins arbre isolé, parterre de gazon
États conservations détruit après inventaire
Techniques maçonnerie
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Bouvet Mireille-Bénédicte
Mireille-Bénédicte Bouvet

Conservateur régional à l'Inventaire général Lorraine depuis 1995, Grand Est depuis 2018


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.