Eglise - vue extérieure
Église paroissiale Saint-Étienne - Eglise - vue extérieure
Localisation Commune : Verdenal
Adresse : rue de la Cure
Auteur(s) France-Lanord et Bichaton
France-Lanord et Bichaton

En 1865, deux maçons créent à Nancy l'entreprise Perrin & Bichaton, ils sont rejoints vers 1870 par un tailleur de pierre, Jean-Baptiste France Lanord. A partir de 1886, après le retrait de Pierre-Eusèbe Perrin, l'entreprise qui a pris le nom de France-Lanord et Bichaton, œuvre sur les nombreux chantiers industriels et privés de Nancy, participe aux ouvrages de fortifications Séré de Rivière ; dès 1895, concessionnaire du système Hennebique, elle emploie le béton armé, et accompagne le mouvement Art nouveau. Les chantiers de la Première Reconstruction donnent une impulsion nouvelle à celle qui est déjà l'une des grandes entreprises de bâtiments et travaux publics de la région. La période de l'entre-deux-guerres correspond à l'apogée de l'entreprise qui compte plusieurs milliers d'ouvriers, une sablière, une carrière, des installations de dragage et de transport fluvial, un parc impressionnant d'engins de chantier, ses réalisations comptent la brasserie de Sain-Nicolas-de-Port, le grand séminaire de l'Asnée à Villers-lès-Nancy, le siège de l'Est républicain, des maisons de ville, des lotissements, ainsi celui du Placieux à Villers-lès-Nancy. La crise qui touche le secteur du bâtiment dans les années soixante-dix, ne l'épargne pas. L'activité de menuiserie se développe et la branche maçonnerie s'oriente vers des domaines spécifiques, restauration de monuments historiques, ravalement, taille et sculpture de pierre, où sa compétence reconnue lui confère une forte identité patrimoniale.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Goeury Adolphe
Adolphe Goeury (24:08/1826 - 22/09/1903)

Né à Orschwihr (Haut-Rhin) dans une famille de tailleur de pierre, celui qui se définit comme sculpteur, travaille le grès et le calcaire qu'il achète auprès de carriers. Il pratique la sculpture en bas et haut-relief, la ronde-bosse; spécialisé dans la production de monuments funéraires, de croix, il recourt aussi à l'ébénisterie pour du mobilier religieux (revêtement du chœur de l'église de Cirey, 1876 ; chaire de l'église de Verdenal, 1885, IA54030105). A la suite de son mariage, en 1860, à Cirey, avec Anne-Eléonore Storhay, il ajoute à sa signature le nom de jeune fille de sa femme : "A Goeury-Storhay", "Goeury-Storhay". Ce qui lui permet de se distinguer de son frère aîné, Jean-Baptiste, qui avait installé un atelier à Blâmont au milieu du 19e siècle. Toutefois, quelques œuvres réalisées avec ce frère aîné portent la marque "Goeury Frères". Après le 26 avril 1870, jour où le premier train arrive à Blâmont, il signe "A. Goeury près la gare à Blâmont", son atelier était situé au 2 ou 4 rue de la Gare. Sur sa tombe, dans le cimetière communal de Blâmont, l'inscription mentionne qu'il est "l’auteur du chemin de la croix" [de l'église Saint-Maurice].


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
dossier.copyrights (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
(c) Région Grand-Est - Inventaire général