Église paroissiale de Moussey, élévation latérale droite, ensemble trois quart droit.
Église Paroissiale Saint-Nicolas de Moussey - Église paroissiale de Moussey, élévation latérale droite, ensemble trois quart droit.
Localisation Commune : Moussey
Adresse : rue de Bourdonay
Cadastre : 2015 38
Auteur(s) Denny Joseph
Joseph Denny

Architecte de la reconstruction et de la modernisation des Trente Glorieuses installé à la frontière de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle, à Moussey puis à Avricourt, Joseph Denny (1911-1976) a déployé une activité intense dans les arrondissements mosellans

de Château-Salins et de Sarrebourg pendant un tiers de siècle (1944-1976).

Après deux ans de stage chez l’architecte strasbourgeois A. Mossler (1925-1927), Joseph Denny effectua un stage pratique dans l’entreprise Steinbach Frères à Strasbourg puis suivit quatre semestres de cours à l’école nationale technique de la même ville

(1929-1930) et le cours d’ingénieur-architecte de l’école des travaux publics de Paris (1931-1932). Patenté comme architecte, il est reçu comme membre de la Société des architectes en 1934.

De 1932 à 1934 il a réalisé 23 pavillons dans la cité Noeppel de Lingolsheim et Ostwald puis 11 autres ainsi que deux immeubles de rapport à la cité Kreutzmatt d’Eckbolsheim (1936). Il est aussi actif dans différents quartiers de Strasbourg, où il construit de

nombreuses maisons de rapport (à Meinau, Robertsau, Neudorf, Cronenbourg ; 1933-1936). En 1939, les usines Bata de Moussey font appel à lui et il réalise la cité-jardin de Moussey. L’entreprise s’étant d’abord repliée dans l’Eure, il s’installe à Saint-Marcel, près de Vernon, et y œuvre à la reconstruction des usines Steiner et pour les Manufactures de Saint-Marcel, filiale de Bata (1940-1944), dressant le plan de la nouvelle cité et reconstruisant les ateliers de fabrication de caoutchouc et bonneterie. Il y réalise notamment une

salle des fêtes à décor alsacien !

De retour à Moussey après la guerre, il reconstruit les fermes Jung (première stabulation libre en France) et Marchal (1945) puis est employé continûment à Avricourt, où il s’installe en 1949, Moussey, Azoudange, Réchicourt-le-Château et Diane-Capelle. Dans le cadre

de l’application de la législation sur la modernisation de l’habitat rural, il expérimente à Desseling et à Assenoncourt la suppression des tas de fumier sur l’usoir en construisant des fosses à purin à l’arrière des bâtiments agricoles.

Il construit aussi de nombreuses écoles dans les arrondissements de Château-Salins et de Sarrebourg, l’hôpital de Château-Salins, la maison de retraite de Vic-sur-Seille etc.

sources introduction du répertoire numérique du fonds privé de l'architecte AD57


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Leidig
Leidig

Architecte communal à Sarrebourg dans la seconde moitié du 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Ott Frères
Frères Ott

La maison Ott est créée à Strasbourg (1 quai des bateliers) en 1852 et s'étend dans ce quartier vers la cour du corbeau. l'entreprise faisait travailler plus de 30 personne entre les deux guerres.

Deux générations s'y sont succédées : Joseph-Hippolyte Ott (1825-1893) et Antoine-Jérôme-Isidore Ott (1834-1908) puis Léon-Théodore Ott (1865-1917) et Henri-Isidore Ott (1874-1945) tous deux fils d'Antoine Jérôme Isidore Ott.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Jaeg Valentin
Valentin Jaeg (1902 - 1977)

Atelier d'art, ameublement d'église, pierre, marbre, bois , bronzes, monument, statue. 47 rue du Neufeld Strasbourg. Valentin Jaeg* (1902-1977), sculpteur et menuisier travaille avec son frère Raymond (1895-1976).

Valentin Jaeg (1902-1977) : Sculpteur et artiste peintre (Lixheim 1902,Strasbourg 1977) Après des études secondaires à Sarrebourg, il suivit les cours de sculpture et de peinture à l’école des Arts décoratifs à Strasbourg de 1920 à 1925. Parla suite il travailla avec son frère Raymond(1895-1976) dans l’atelier de leur père àS trasbourg-Neudorf. Il s’occupe de 1941à 1944 de travaux d’orthopédie (jambes et mains appareillées). Il réalise entre autres l’autel de l’église du Saint Sacrement à Metz,la statue du Galz à Trois-Epis et est l’auteur d’une quinzaine de monuments aux morts en Alsace. Avec son frère il exécute des travaux de restauration après 1945 dans de nombreuses églises d’Alsace et de Moselle.François Joseph Fuchs, dans Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne,Strasbourg. t.4, p. 1779.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
dossier.copyrights (c) Région Grand-Est - Inventaire général