Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 1 sur 1 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Architecture rurale de la commune de Bouxières-aux-Bois
    Architecture rurale de la commune de Bouxières-aux-Bois Bouxières-aux-Bois
    Historique :
    -il découvertes au lieu-dit « Sous les loges » au 19e siècle, qui laisse à penser à une présence » (Idoux. Les ravages de la guerre de Trente ans dans les Vosges.1912). Aussi, très peu de fermes présentent aujourd’hui d’éléments architecturaux visibles anciens. Les bâtiments datés par une pierre gravée Remiremont possédait deux fermes sur le territoire de Bouxières dont la vente a été ordonnée suite à la , charron, cordonnier et maçon). Un berger communal est également employé jusque dans les années 1930. La agricole de la commune de Bouxières-aux-Bois réalisée en 1899 par l’instituteur communal Guyot apporte les précisions suivantes sur les modes de vies et les pratiques dans le village au cours du 19e siècle (sources , n’est pas très fertile, surtout les années pluvieuses, le sous-sol étant trop imperméable. On y pratique l’assolement triennal, la vaine pâture et les affouages. Entre 1830 et 1870, l’agriculture est florissante. Les qu’une faucheuse-moissonneuse. Les habitants préfèrent pour la moisson le travail des ouvriers qui ne
    Référence documentaire :
    Michler, Mathieu. Les Vosges 88 . Paris : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2004. - 426 p. : ill., croquis, plans, cartes ; 30 cm. (Carte archéologique de la Gaule) Michler, Mathieu. Les Idoux, M.-C. Les ravages de la guerre de Trente Ans dans les Vosges : 2e fascicule. Annales de la société d'émulation du département des Vosges, 1912, p. 1-234 Idoux, M.-C. Les ravages de la guerre de Trente Ans dans les Vosges : 2e fascicule. Annales de la société d'émulation du département des Vosges
    Description :
    plan, avec la grange séparant le logis de l’étable (92% du corpus). Les autres fermes sont de grande aussi été identifiées, toutefois il en existe peut-être une demi-douzaine d’autres (non vues). Tous les dans l'habitation par la porte charretière. Tous les logis identifiés sont en profondeur, avec une sur le tout. Les fermes de Bouxières-aux-Bois sont construites en moellons de grès, avec quelques tuiles mécaniques. Les encadrements des ouvertures sont majoritairement en grès, avec un linteau droit (3 charri ou les greniers (1/3), dont certains prennent la forme d’un cœur ou d’une étoile. Les portes des habitations, complétées par les trois autres portant de fausses chaînes d'angle peintes sur est démolie en totalité et reconstruite sur les mêmes fondations en moellons locaux avec 4 portes pâtres se trouve une pierre d’évier avec rigole d’évacuation. Les trois chambres des pâtres, la cuisine
    Illustration :
    Carte figurant les édifices repérés et étudiés dans le cadre de l'étude de l'architecture rurale de
1