Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Médaille commémorative du 3e jubilé de la Réforme protestante
    Médaille commémorative du 3e jubilé de la Réforme protestante Nancy - 149, 155 rue Saint-Dizier 40, 42, 44 rue Charles III
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le titre en relief sur l'oeuvre ] ; sur le revers : TROISIEME JULBILE DE LA REFORMATION / CELEBRE A PARIS/ MDCCCXVII [=1817]
    Historique :
    Médaille frappée d'après une matrice d'Alexis-Joseph Depaulis (1790-1867) pour commémorer le 3e thèses par Martin Luther à la porte de l'église du château de Wittenberg, événement à l'origine de la
    Représentations :
    sur l'avers : portait en buste de profil droit de Martin Luther ; sur le revers : allégorie à côté
  • anciens communs de la maison Warren, actuellement immeuble
    anciens communs de la maison Warren, actuellement immeuble Nancy - 4 rue de la Salpêtrière - en ville - Cadastre : 1830 D 154 1865 D 718, 719 1972 BW 204 2008 BW 204
    Historique :
    sur l'arrondissement de Château-Salins [s.n], [s.d.]. Manuscrit : le garde-corps aurait été transféré de Lorraine, chargé par le duc Léopold de créer une salpêtrière à Nancy en 1703. Le bâtiment est Révolution (le marquis de Custine), il est vendu comme bien national en 1795, tout comme le corps de logis principal (IA54003423). Dans le troisième quart du 19e siècle, l'architecte nancéien Léon Vautrin (1820-1884 ) le transforme en immeuble de rapport, où il habite à partir de 1873 : suppression des allèges de fenêtres du premier étage, création d'un balcon au-dessus de la porte cochère dont le garde-corps durant la Révolution dans l'église paroissiale de Château-Salins, et vendu vers 1871 à Vautrin
    Référence documentaire :
    Notes historiques sur l'arrondissement de Château-Salins HADOT, E. Notes historiques sur l'arrondissement de Château-Salins. [S.l] : [s.n], [s.d]. 103 p., ill. Manuscrit
  • porte
    porte Nancy - 163 rue Saint-Dizier Fabriques
    Historique :
    tardive et dater du début 19e siècle. Ce type de porte coupe-feu existe dès le début du 18e siècle , plusieurs d'entre-elles sont toujours en place au château de Lunnéville (IM54007533) où leur existence est
  • Église Paroissiale Saint-Mansuy
    Église Paroissiale Saint-Mansuy Nancy - 243 avenue de la Libération - en ville - Cadastre : 1972 CM 30
    Historique :
    église sur la route de Toul (aujourd'hui avenue de la Libération). Le terrain est acheté en partie grâce au don de la famille Jacquemin. Les travaux commencent le 25 août 1878, réalisés par les frères soit conforme aux plans de son père, Claude Jacquemin. Le 16 octobre 1881, l'église est bénie par Mgr Foulon, évêque de Nancy bien qu'elle soit inachevée (encore aujourd'hui d'ailleurs) : il manque le choeur , le transept et la flèche de la tour. Mgr Trouillet dote l'église d'un orgue de 20 jeux à buffet de , saint Gerard, saint Pierre et saint Paul. Le maitre autel de style renaissance provient de l'église de réalisés en Allemagne (Atelier A. D. ISSI de Munich). En 1891, un calorifère est installé derrière le impressionnante, représentant un château fort. La table d'autel est décorée d'une sculpture de Canaux représentant le sacrifice d'Abraham, Moïse et le rocher d'eau vive. Ce maitre autel est à son tour démoli en 1954
    Description :
    L'église Saint-Mansuy est construite en moellons et pierres de taille. Les façades latérales et le ont un toit en appentis couvert de tuiles mécaniques. Le chevet possède un toit polygonal d'ardoises
    Illustration :
    Vue intérieure vers le choeur. IVR41_20075410436NUC2A Vue intérieure vers le choeur. IVR41_20075410437NUC2A
  • ancienne gendarmerie aujourd'hui établissement administratif : institut national de formation des personnels du ministère de l'Agriculture, puis services administratifs de la ville de Nancy
    ancienne gendarmerie aujourd'hui établissement administratif : institut national de formation des personnels du ministère de l'Agriculture, puis services administratifs de la ville de Nancy Nancy - 7 rue des Cordeliers - en ville - Cadastre : 1972 AL 72 2006 AL 350
    Historique :
    liaison entre le corps principal et les ailes (cf. château d'Haroué, hôtel des Loups à Nancy). Reçu en L'emplacement de l'ancienne gendarmerie fut successivement occupé par le jardin du couvent des cordeliers (16e siècle) puis l'opéra construit par Bibiena pour le duc Léopold (1715), transformé en salle de comédie sous le règne de Stanislas puis en caserne (1758) dite "le quartier-neuf" puis caserne de la Pépinière ; cette dernière est détruite en 1818. La gendarmerie était alors installée dans le Palais ducal mars 1881, le bâtiment donne des signes de fragilité dès juillet en raison de la faiblesse des du Général Leclerc. A partir de 1977, le bâtiment abrite l'Institut de formation des personnels du
    Référence documentaire :
    , croquis de l’ancienne gendarmerie incendié le 16 et 17 juillet 1871 (rez-de-chaussée, 1er étage, 2nd étage
    Précisions sur la protection :
    édifices proches du Musée lorrain dans le cadre du projet de rénovation).
    Description :
    courtes ailes qui portent aussi un décor sculpté inscrit dans le pignon (IM54007522). Seuls deux petits corps de liaison de plan triangulaire, placés entre le corps principal et les ailes, animent la façade
  • hôtel d'André Vallet actuellement immeuble
    hôtel d'André Vallet actuellement immeuble Nancy - 10 rue des Tiercelins - en ville - Cadastre : 1830 A5 653, 654 1865 A5 1150, 1151, 1152, 1153, 1154 1972 BC 256 2008 BC 256 2012 BC 584
    Historique :
    -le-Château). porte cochère. Le bâtiment initial ne comprend que les cinq travées de gauche. Joseph Margo, son dans la cour possède une cuve qui pourrait dater du 18e siècle, alors que le mascaron a été posé au 19e
    Description :
    cuve cylindrique semble plus ancienne que le corps contre lequel elle prend appui, présence d'un mascaron en fonte encadrant le cor d'écoulement.
  • Cité Jardin du Parc de Saurupt
    Cité Jardin du Parc de Saurupt Nancy - Parc de Saurupt - 1, 2, 5, 6 rue des Brice 1 boulevard Georges Clémenceau 3 rue du Colonel Renard - en ville - Cadastre : 1972 BM 208, 210, BN 9, 15, 26, 27
    Historique :
    Jules Villard qui décide en 1901 de lotir la majeure partie du domaine dont il conserve le château. Par Le parc de Saurupt est une partie du domaine de Saurupt qui depuis le 15e siècle est un lieu de arrêté du 22 mai 1901 le conseil municipal établit une liaison directe avec les quartiers de la gare, le tramway dessert le futur parc dès 1901. Le plan du lotissement, daté du 1er août 1901 sur une surface de Philippe Houot. Le cahier des charges fixe les règles d'occupation du terrain et préfigure le parti architectural des demeures, de véritables prescriptions déterminent le statut social du lotissement qui est celui d'une cité jardin privée, destinée à une riche clientèle. Le prix du m² de terrain, fixé entre 20 2100 m², entraîne une mise de fonds initiale conséquente. Le succès escompté ne vient pas et en 1906, 8 rues, puis le classement comme voies publiques des quatre rues particulières ouvertes entre 1901 et Général Leclerc et du boulevard Georges Clemenceau conservant le parcellaire primitif. En revanche, la
    Référence documentaire :
    BADEL Émile, Le Parc de Saurupt hier, aujourd'hui et demain, Nancy, établissement Royer, 1906 , BADEL Émile, Le Parc de Saurupt hier, aujourd'hui et demain, Nancy, établissement Royer, 1906, 36 p. Bradel (Vincent) et Roussel (Francis, Nancy, le parc de Saurupt, Nancy-Metz, 1998 BRADEL Vincent et ROUSSEL Francis, Nancy, le parc de Saurupt, Nancy-Metz, éditions Serpenoise, (Itinéraires du patrimoine
    Description :
    Le Parc de Saurupt est délimité par le boulevard Georges Clemenceau à l'ouest, l'avenue du Général Leclerc au nord, le quai de la Bataille à l'est, la rue de Nabécor et la rue du Maréchal Oudinot au sud partie nord, et les lotissements Art déco entre le rond point Marguerite de Lorraine et la rue du
    Illustration :
    Affiche anonçant le projet (1901) IVR41_19915402757PA
  • place dite nouvelle place de Grève, puis place de la Liberté, place de Grève, place de l'Académie, actuellement place Carnot
    place dite nouvelle place de Grève, puis place de la Liberté, place de Grève, place de l'Académie, actuellement place Carnot Nancy - place Carnot - en ville - Cadastre : non cadastré
    Historique :
    l'entrepreneur Nicolas Binard le 17 décembre 1774. La nouvelle place est reliée à la ville neuve par la rue de la 1772 au travers du même bastion, et à la vieille ville par le prolongement de la rue de la Monnaie et Sud par une brasserie (aménagée en 1769 par le brasseur Hoffmann sur des dépendances de l’ancien de schistes dite l'’ardoisière (dont la mise en oeuvre aurait commencée en 1764 d'après le journal de 1784 l’actuel cours Léopold dans le prolongement de la place). La place est nivelée entre 1781 et 1790 transféré à cet emplacement en 1778) pour les enfants trouvés. En 1792 elle prend le nom de place de la Liberté, avant de retrouver le nom de place de Grève dès 1794 puisque lieu des exécutions capitales. Elle le cadre de son projet général d'embellissement de Nancy. Une élévation de façade uniforme est imposée aux propriétaires des parcelles bordant la place. Sur la partie située dans le fossé, à la pointe du bastion, est bâtie une série de maisons basses à 1 étage, en bois, qualifiées de baraques. Le
    Description :
    La place Carnot est un vaste quadrilatère de 130 mètres sur 170 mètres, ouvert au nord sur le cours Léopold, dont elle constitue le prolongement. Elle est toutefois légèrement plus large que ce dernier, et fontaine. Le reste de l'espace central est recouvert d'un gravillonnage. Les faces est et sud sont occupées
    Illustration :
    Ecole primaire (située sur le côté Ouest de la place, disparue), projet : plan de masse. Encre et Ecole primaire (située sur le côté Ouest de la place, disparue), projet : élévations. Encre Ecole primaire (située sur le côté Ouest de la place, disparue), projet : plan du sous-sol, coupe Ecole primaire (située sur le côté Ouest de la place, disparue), plan du rez-de-chaussée et Ecole primaire (située sur le côté Ouest de la place, disparue), escalier : plans, coupe et profil La place vers le Nord-Ouest. IVR41_20165410274NUC4A Côté Ouest : le Palais de l'Académie, actuelle faculté de droit. IVR41_20165410272NUC4A Côté Ouest : le Palais de l'Académie, actuelle faculté de droit. IVR41_20165410271NUC4A Côté Est, vue vers le Nord : immeubles n° 6 à n° 28. IVR41_20145411012NUC2A Côté Est, vers le Sud : immeubles n° 6 à n° 18. IVR41_20145411621NUC4A
  • Ensemble de 71 médailles (médailles officielles civiles et militaires, médailles religieuses, médailles locales, médailles étrangères)
    Ensemble de 71 médailles (médailles officielles civiles et militaires, médailles religieuses, médailles locales, médailles étrangères) Nancy - 149, 155 rue Saint-Dizier 40, 42, 44 rue Charles III
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le titre en relief sur l'oeuvre allemand russe
    Historique :
    Adam, supérieure et directrice du pensionnat de Château-Salins (57) dont elle fut expulsée en 1940 ) dont on ne connaît pas le nom du récipiendaire, tout comme une médaille de l'ordre de la Santé publique monde du travail : elles sont signées Daniel Dupuis sur l'avers et H. Dubois sur le revers, l'une
    Description :
    . Eroux), cette médaille était décernée aux jeunes qui suivaient le catéchisme de persévérance après la chêne sur le revers ; 1 médaille en métal doré du ministère des Affaires sociales avec une effigie de la République sur l'avers et une représentation de caducée, flambeau et lierre sur le revers ; 3 médailles européen, de deux personnages masculins agenouillés et d'un personnage féminin debout, et sur le revers une
1