Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • ligne Toul-Chaligny-Pont-Saint-Vincent-Blainville-Damelevières (ligne 27).
    ligne Toul-Chaligny-Pont-Saint-Vincent-Blainville-Damelevières (ligne 27). Toul - bâti dense
    Historique :
    raisons financières, dés 1893. Les travaux d'infrastructures sont effectués en 2 lots : de la gare de 10+756 au PK 23+218 aux entrepreneurs Léon Carny, Gelly et Thomas. Les travaux métalliques (9 ponts de développement variable) sont effectués par les entreprises Hachette et Driout, S.A. des Forges de Franche-Comté, Nouguier-Kessler et Cie. Les bâtiments des stations, dont les plans sont dus à Adrien Gouny la fourniture du ballast de la totalité de la ligne. Les rails en acier, de profil Vignole, sont fournis, tout au moins en partie, par les Ets de Wendel (usine de Joeuf, 54), certains, laminés en 1892 inférieur à 500 m). Les conditions géologiques incertaines (terrains instables des versants de la rive les signaux-y compris signaux de cantonnement-sont pourvus de feux de franchissement de couleur
    Description :
    Dommartin-les-Toul) : 5 arches, piles à avants-becs en pierre de taille calcaire, culées de facture identique à l'ouvrage précédent, les 2 arches côté sont dotées d'une tablier totalement construit en acier
    Localisation :
    Dommartin-lès-Toul - bâti dense
    Illustration :
    Ligne (...), détail : tracé compris entre les raccordements en projets entre la ligne nouvelle vers les points kilomètriques sont représentés en chiffres romains), 1/10.000e, Janvier-Avril 1889 Vézelise et Mirecourt) et Jarville et pour la ligne projetée entre les points kilomètriques 29 et 38
  • ceinture de forts, place à forts détachés de Toul
    ceinture de forts, place à forts détachés de Toul Toul - bâti isolé
    Historique :
    édifiée au 18e siècle. Le tracé général du polygone fortifié et les plans de détails des ouvrages sont dus 1875 et 1883, de locaux casematés (entre les bastions 43 et 38). La ceinture de forts est constituée en , dont les trois angles saillants sont organisés en forts d'arrêt (sur plan carré) avec batteries annexes Bruley (réduit maçonné et batteries annexes) ; les premiers renforcements "actifs" (par usage du béton 1890), deux tourelles à éclipse pour canons de 57 mm sont établies en 1891-1892 dans les ouvrages
    Observation :
    , documents divers ; GABER (Stéphane), Les forts de Toul : histoire d'un camp retranché, 1874-1914, Edit
    Référence documentaire :
    Les forts de Toul, histoire d'un camp retranché 1874-1914 Metz, Edit. Serpenoise, 2003, 179 p., ill
    Illustration :
    Sud-Est (communes de Toul, Gondreville, Dommartin les Toul, Chaudeney, Villey le Sec, Pierre la de Chaudeney, Villey le Sec, Toul, Ecrouves, Dommartin les Toul, Villey le Sec, Gondreville, Villey
  • caisse d'épargne
    caisse d'épargne Toul - 1 place de la République 3 rue de la République - en ville - Cadastre : 1820 L 646 2010 AR 386
    Historique :
    , Angoulême, Ambert, Langres, Remiremont, Saint-Loup-sur-Semouse, Pont-à-Mousson, Jonzac, Brive, Issoudun , Versailles, Aubusson... Détruit en 1940, le dôme nervuré n'est pas restitué après-guerre. Dans les années 1950, la Caisse d'épargne ayant déménagée, l'endroit abrite les locaux de la société Pétrolessence
    Description :
    les communs mais avec enduit d'imitation. L'étagement se compose d'un sous-sol formant une cave avec deux corps, d'un rez-de-chaussée, d'un étage carré et d'un étage de comble. Les élévations des corps 1 (5 travées) et 2 (4 travées) sont ordonnancées. Les portes piétonnes sont décentrées à droite (corps panneaux moulurés, les fenêtres du rez-de-chaussée sont à piédroits avec congés, arc surbaissé mouluré et . Surmontant un cordon, munies d'un appui-corps et d'un garde-corps en ferronnerie, les fenêtres du 1er étage piédroits et arc surbaissé moulurés avec vantail en ferronnerie. Les fenêtres du rez-de-chaussée, avec d'une pointe de diamant. Les travées 1 et 3 possède un appui-corps ; garde-corps en ferronnerie à motifs d'enroulement et la travée 2 un balcon en pierre et ferronnerie. Les fenêtres du 2e étage sont à piédroits avec congés et arc en plein cintre. Les élévations postérieures sont à 5 travées ordonnancées (corps 1) et à 2 travées (corps2). Les fenêtres du rez-de-chaussée, surmontées d'un cordon, sont à piédroits et linteau de
1