Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • ligne Toul-Chaligny-Pont-Saint-Vincent-Blainville-Damelevières (ligne 27).
    ligne Toul-Chaligny-Pont-Saint-Vincent-Blainville-Damelevières (ligne 27). Toul - bâti dense
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine ferroviaire de la Région Grand-Est
    Historique :
    de développement variable) sont effectués par les entreprises Hachette et Driout, S.A. des Forges de Franche-Comté, Nouguier-Kessler et Cie. Les bâtiments des stations, dont les plans sont dus à Adrien Gouny à Epinal (88), par Mirecourt, largement conditionnée par des impératifs de nature militaire. La ultérieur, à partir de Neuves-Maisons, vers Blainville, selon des modalités de réalisation inconnues. D'une mise en service (dénommée ligne 27, dans la nomenclature de l'ensemble des lignes ferroviaires du réseau Est). Son tracé obéit aux contraintes relatives au S.M.C.F. (Service Militaire des Chemins de Fer raisons financières, dés 1893. Les travaux d'infrastructures sont effectués en 2 lots : de la gare de des signaux avancés des gares (disques mécaniques avec feux de nuit). Dès 1898, la presse régionale de inférieur à 500 m). Les conditions géologiques incertaines (terrains instables des versants de la rive paires, des voies de même sens de circulation, de la ligne Paris-Strasbourg entre Blainville et
    Référence documentaire :
    générale des chemins de fer. mai 1933, p. 479. Revue générale des chemins de fer. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, cote 5 S 65 Archives départementales de Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, cot5 S 208e Archives départementales de Ligne de Toul à Nancy par Pont-Saint-Vincent Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, cote 5 S 195 Archives départementales de Ligne Toul-Blainville, affaire no. 12762 : pont sur le canal de l'Est (1929-1930). Fonds du bureau
    Statut :
    propriété d'un établissement public de l'Etat propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille granite pierre de taille
    Description :
    (reconstruites après 1944), dernière remise en peinture des parties métalliques de l'ouvrage effectuée en 1984 Pont sur le canal de la Marne-au-Rhin (Toul) : culées en pierre de taille calcaire et de granite , moellon de calcaire, tablier an acier avec éléments en fer (?) puddlé ; pont sur la Moselle (Toul et Dommartin-les-Toul) : 5 arches, piles à avants-becs en pierre de taille calcaire, culées de facture . Plateforme de la ligne entre Toul-Chaligny et Pont-Saint-Vincent partiellement envahie par la végétation . Importants ouvrages de soutènements entre Villey-le-Sec et Maron en moellon de calcaire, en mauvais état.
    Auteur :
    [entrepreneur] S.A. des Forges de Franche-Comté
    Localisation :
    Saint-Nicolas-de-Port - bâti lâche
    Illustration :
    des pignons avec tracé des conduits de fumée, de ventilation et de chute, détails relatifs au cadran arabes), indications des rayons de courbes et emplacement des stations, 1/80.000e, Janvier-Avril 1889 Ligne de Toul à Nancy par Pont-Saint-Vincent, enquete sur l'emplacement des stations et des haltes Ligne de Toul à Pont-Saint-Vincent (...), stations de Pierre-la-Treiche, Chaudeney, Maron et Chaligny, abris-voyageurs, Paris, 26 mars 1895 (portefeuille de plans). IVR41_20195410222NUC4A Ligne (...), ensemble des abris-voyageurs (type no. 2), plans, élévation, coupe au 1/50e, cotés, 26 Ligne de Toul à Nancy par Pont-Saint-Vincent, abris-voyageurs au 1/50e, 10 Octobre 1894 (portefeuille de plans). IVR41_20195410224NUC4A de l'horloge, 1/50e, cotés, 10 Octobre 1894. IVR41_20195410227NUC4A Ligne de Toul à Nancy par Pont-Saint-Vincent, enquête (...), chemise de la carte générale du tracé
  • Moissonneuse-batteuse Massey-Ferguson
    Moissonneuse-batteuse Massey-Ferguson Toul - bâti isolé - Cadastre : 2012 AZ 293
    Inscriptions & marques :
    signalétique (rapportée, rivée, vissée) : MASSEY-FERGUSON S.A. FRANCE, MACHINE RECEPTIONNE PAR LE SERVICE DES numéro de série gravé sur partie rapportée MINES DE PARIS SOUS LE NO [ ] LE : [ ] ; inscription technique et numéro de série (rapportée, rivée
    Historique :
    . Inutilisée depuis les années 1990. La diffusion de matériel agricole fabriqué aux Etats-Unis s'inscrit dans
    Stade de création :
    oeuvre de série
    Description :
    l'arrière. L’entraînement des différends organes de la machine s'effectue par courroies (sous capots blé, puis sa séparation de la paille qui est conditionnée sous la forme de bottes rectangulaires ficelées sortant à l'arrière du véhicule en marche ; parallèlement les grains de blé sont éjectés latéralement, puis recueillis. Roues d’entraînement à l'avant, roues directionnelles, de diamètre moindre, à ). Commande directionnelle par volant manuel circulaire, commandes partielles ou totales des fonctions par circuit hydraulique. L'ensemble de la machine, capoté d'acier laminé peint en rouge, est resté dans son
    Illustration :
    Poste de conduite et de commande des fonctions combinées : volant directionnel, phare et manettes Elévation latérale (arrière), ensemble face, au dessus de l'essieu : orifice de sortie dfes bottes de paille. IVR41_20105410918NUC2A Elévation frontale, vue de face. IVR41_20105410919NUC2A
  • immeuble
    immeuble Toul - 4 rue Chanzy - en ville - Cadastre : 1820 L 1402 2010 AR 779
    Copyrights :
    (c) Ville de Toul
    Historique :
    de la Gendarmerie (1801), sénateur (1805), comte de l'Empire (1808) devint pair de France en 1814 Immeuble construit en 1750 par Jean-François Gouvion, avocat au bailliage et siège présidial de Toul et lieutenant criminel honoraire. Il est le père de Jean-Baptiste, de Louis et de Victor Gouvion qui vécurent dans cette maison. Le 1er (1747-1792), fut major général de la garde nationale de Paris (1789-1791), maréchal de camp (1791), député de Paris à la législative de 1791 et 1792. Le second (1749 -1790), capitaine du Génie, administrateur du département de la Meurthe (1790), fut mortellement blessé alors qu'il se trouvait à la tête de la garde nationale de Toul lors de la répression du soulèvement de la garnison de Nancy (1790). Le dernier, (1752-1823), général de division (1799), inspecteur général . Plus tard, Julien Cordier (1844-1919), député de 1885 à 1893 y naquît et y passa sa vie de même que son fils, maire de Toul. Les fenêtres de lucarne illustrent l'utilisation ancienne de l'étage en surcroît
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
    Description :
    surcroît. La taille des fenêtres diminue avec l'élévation. Le toit à longs pans est couvert de tuiles pierre de taille comportant un décrottoir. L'étagement se compose d'un sous-sol formant une cave, d'un rez-de-chaussée, d'un étage carré et d'un étage en surcroît. L'étagement est marqué par un bandeau placé sous les fenêtres de chaque niveau. La cave est enterrée avec accès extérieur par une entrée à linteau droit percée, tous comme les soupiraux, à la base de l'élévation antérieure. Voûtée en berceau pendeloque est surmonté d'une imposte en petit bois. Les fenêtres du rez-de-chaussée et du 1er étage sont à linteau en arc segmentaire délardé et feuillures, de même que les fenêtres de lucarne de l'étage en escalier en équerre en maçonnerie avec rampe en fer forgé à motif d'enroulements et de feuilles stylisées dans le goût de Jean Lamour.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Elévation antérieure, entrée de cave, vue d'ensemble IVR41_20115430460NUC1A
1