Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Architecture rurale du canton de Dompaire
    Architecture rurale du canton de Dompaire Vosges
    Historique :
    qui s’organisent au Haut-Moyen-âge. La structuration spirituelle se fait au Moyen-âge dans le cadre avec le Duc de Lorraine et les seigneurs locaux. Ces communautés appartiennent au Duché de Lorraine des seigneurs au 12e siècle, et devient un bourg médiéval protégé par une enceinte et un centre politique, juridique et économique important au début du 13e siècle. Le territoire qui en dépend à la fin du battant à écorces est aussi mentionné à Dompaire pour les broyer et en extraire le tan indispensable au fortifications sont proches de la ruine au 17e siècle, n’offrant pas de résistance pendant la guerre de Trente -Vallier. Les terres sont en friche et deux villages sont définitivement abandonnés : « Blaye » au nord de plus ancienne mention en place sur une ferme du territoire d’étude, date 1618, et a été relevée au nord communautés se reconstituent ensuite assez rapidement au début du 18e siècle, au vu des dénombrements de organisation est bouleversée par leur aliénation au profit de marchands urbains, de cultivateurs aisés, de
    Description :
    1. L'organisation des fermes au sein du village Les villages l’ex-canton de Dompaire, les plus manière générale, on trouve au centre du village, les maisons les plus anciennes et s’y intercalant les fermes construites au 18e siècle. Puis, au 19e siècle, les fermes de plus grande taille s'installent le extrémités, formant parfois de petits quartiers. Les rares fermes établies au 20e siècle, demandant de très l’usage réservés des riverains, sans toutefois faire obstacle au passage. A l'inverse, dans les Vosges méridionales, les usoirs sont en majorité cadastrés au 19e siècle et appropriés par les voisins. Dans le canton de Dompaire, les deux modèles se côtoient, parfois même au sein de la même commune, selon la période la Grande Rue), Bocquegney, Bouxières-aux-Bois, Bouzemont (hormis au sud de l’Église, et au nord , Maroncourt, Regney (hormis un ilot au centre), Saint-Vallier, Velotte-et-Tatignécourt. Les usoirs peuvent . Toutefois, cette mitoyenneté propre au modèle de la ferme de la Lorraine centrale a entrainé la présence
    Annexe :
    laissent toutefois plus de liberté aux cultivateurs. L’interdiction de clôture est également liée au droit fumiers sont interdits au 19e siècle dans les grandes rues des villes comme Dompaire (AD88 - 11T19/111 de facilité de transport. Ces dernières se contentent souvent de l’engrais au moment du pâturage du canton, aux endroits où les marnes irisées inférieures et moyennes affleurent. Au milieu du 19e agricoles dans la seconde moitié du 19e siècle et tout au long du 20e siècle. La surface de culture des . Celles de seigle est principalement destinée à la confection de liens, au liage de la vigne et à la . Autres cultures Houblon La production de malt est attestée à Ville-sur-Illon au 17e siècle, mais la à Begnécourt et Vaubexy, livrant leur production au magasin de Mirecourt. Lin, chanvre et graines , cameline) sont aussi abandonnées au milieu du 19e siècle. La laine locale est également utilisée pour l’habillement. Une mention de sériciculture inhabituelle est faite à Jorxey au 19e siècle (sources : Bernard
    Illustration :
    Superposition d’une photo aérienne de Begnécourt prise au milieu du 20e siècle et des limites du
  • Présentation de l'ex-canton de Dompaire
    Présentation de l'ex-canton de Dompaire Vosges
    Historique :
    , à l’époque celte, mais la présence des Leuque est peu documentée. Au contraire, le peuplement gallo -romain semble assez important sur ce territoire au vu des éléments mentionnés par la carte archéologique fondée en 1145 par Guillaume d’Arches. Au spirituel, les doyennés du diocèse de Toul organisent le Ville. JEV 2011). Dompaire se développe à partir de l’installation des seigneurs au 12e siècle, et important au début du 13e siècle, au détriment de Laviéville qui est la paroisse mère. Le territoire est -entretenues par la suite, les fortifications sont proches de la ruine au 17e siècle, n’offrant pas de , Gorhey, Gugney-aux-Aulx, Hennecourt, Hagécourt, Madegney, Ville-sur-Illon), du 1er juillet au 6 décembre 1650, les habitants se réfugiant en ville, au château de Darnieulles ou dans les forêts. Les villages définitivement abandonnés : « Blaye » au nord de Racécourt, et « La Rue-Devant-Dompaire » qui un hameau sur la ). Les communautés se reconstituent ensuite assez rapidement au début du 18e siècle, au vu des
    Description :
    compte trente communes situées au centre du département des Vosges, dans la plaine, à l’ouest de la L’aire d’étude correspond au territoire de l’ex-canton de Dompaire (en vigueur jusqu'en 2014) qui est aussi géologiquement divisé en deux parties distinctes : au nord d’une ligne Harol-Épinal, le sous l’Infra-Lias crée au nord-est de Dompaire un relief vallonné. Ces collines du Xaintois, appelées villages, séparés par des sommets boisés. Ils sont généralement implantés au pied d’un coteau, en bordure de la zone inondable. Les versants sont partagés entre prés et vergers qui ont remplacé les vignes au Keuper moyen sont aussi présentes sous forme de tache. Dans la partie sud de cette zone, au centre de arborés. Au sud de la ligne Harol-Épinal jusqu’à la Vôge, les paysages sont plus ouverts et enherbés. Cet grès bigarré ou rose en pierre de taille. Les terres acides sont moins propices aux cultures qu’au nord coule à l’ouest du canton et se jette plus au nord dans la Moselle. On peut également mettre en avant
1