Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Présentation de l'opération architecture rurale des Hautes-Vosges - Version provisoire
    Présentation de l'opération architecture rurale des Hautes-Vosges - Version provisoire Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale architecture rurale des Hautes-Vosges
    Référence documentaire :
    Vosges lorraines", in Actes du Colloque de Nancy des 22-24 octobre 1981 sur les Villages et maisons de méthodologique de l'architecture rurale: repérage, sélection", in Actes du Colloque de Nancy des 22-24 octobre l'habitat rural de type lorrain", in Compte-rendu du Congrès lorrain des Sociétés Savantes de l'Est de la , ancien régime, faculté des lettes, Université de Nancy 2, 1982, 398 p. l'étude de l'évolution du village de type lorrain, MM, Faculté des Lettres et Sciences humaines, Nancy ] CETE de l'Est, Statuts et règles d'usages des espaces publics, les usoirs locaux, Metz, janvier 1978 Principes d'une typologie de l'habitat rural lorrain TROCHET Jean-René, "Principes d'une typologie de l'habitat rural lorrain", in Etudes rurales, oct-déc., n°84, pp.49-85 pp.77-104. Villages et maisons des Vosges lorraines SAVOURET Georges, "Villages et maisons des Lorraine, Presses Universitaires de Nancy-Editions Serpenoise, Metz, 1982, pp.77-104.
    Titre courant :
    Présentation de l'opération architecture rurale des Hautes-Vosges - Version provisoire
    Texte libre :
    Franche-Comté et de l'Alsace, soit 109 communes. Le corpus de plus de deux milles fermes repérées a donné participation financière du département des Vosges. Elle a concerné initialement onze cantons limitrophes de la L'opération "architecture rurale de la montagne vosgienne" a été initiée de 1993 à 1998 avec la lieu à une sélection de 303 édifices dont les notices sont versées dans la base Mérimée depuis 2004 spécifique sur l'architecture des "marcairies" versée en 2006(Jean-Yves Henry) suivi d'une étude dédiée à la petite industrie(scieries, féculeries ....par Jean-Yves Henry), puis par l'étude de l'architecture rurale de la première et de la seconde reconstruction menée entre 2012 et 2014 et versée en 2017 (Jean-Yves Henry) Elle est reprise en 2017 sur un territoire agrandi de deux cantons limitrophes (Bruyères et Raon -l'Etape) afin d'établir une synthèse spacio-temporelle de sa typologie et de son décor.
    Illustration :
    Ferme de Colroy-la-Grande IVR41_20178835771NUC2A
  • Architecture rurale du canton de Dompaire
    Architecture rurale du canton de Dompaire Vosges
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Historique :
    , bailliage des Vosges et à la prévôté de Dompaire, sauf Gugney-aux-Aulx et Bettegney-Saint-Brice qui chauffage domestique et pour l’industrie (charbon de bois pour les forges, tuileries…). Le commerce de grain tannage des peaux (Bouyer, Mathias. La prévôté de Dompaire à la fin du 15e siècle : Aspects administratifs famille des Porcelets remployées dans la ferme de Chenimont. La présence des armées française et suédoise communautés se reconstituent ensuite assez rapidement au début du 18e siècle, au vu des dénombrements de vingtaine d’entre elles portent des dates des années 1720 évoquant cette période de reconstruction soutenue , permettait aux habitants de posséder des bêtes blanches (ovins, caprins, porcins) et des bêtes rouges (bovins , vergers, voire dans les bois) sans qu'ils y fassent de dégâts. La gestion commune des cultures nécessite de l’ex-canton de Dompaire, pour l’essentielle mise en fermage à des cultivateurs locaux. Cette des fermes. La population du village continue d’augmenter jusqu’à plus de 12 800 personnes en 1846
    Référence documentaire :
    société d'émulation du département des Vosges, 1912, p. 1-234 Idoux, M.-C. Les ravages de la guerre de Trente Ans dans les Vosges : 2e fascicule. Annales de la société d'émulation du département des Vosges Histoires de fermes. Architecture rurale des Vosges méridionales : catalogue / Exposition. Epinal , 2007. - 152 p. Histoires de fermes. Architecture rurale des Vosges méridionales : catalogue 14e des Cahiers de Construction Traditionnelle. Edition Créer. Nonette. 1990 Le Pays de Dompaire - JEV 2011 Fédération des Sociétés Savantes de Vosges. Association Culturelle Histoire et Patrimoine de Ville-sur-Illon. Le Pays de Dompaire. Actes des 13eme Journées d'Etudes Lepage, Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy : Berger-Levrault 1978, réimpression de l'ouvrage paru en 1845. Lepage, Henri et Charton , Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy : Berger-Levrault
    Murs :
    grès pierre de taille badigeon bois essentage de planches ciment parpaing de béton
    Description :
    1. L'organisation des fermes au sein du village Les villages l’ex-canton de Dompaire, les plus anciens possèdent des maisons regroupées autour de l'église et/ou du château. Ce type de village-tas représente un tiers des agglomérations de l’ex-canton Dompaire. Toutefois, ils ont souvent été modifiés et agrandis par l’implantation de bâtiments mitoyens s’étirant le long de la rue principale, sur le modèle des d’établissement des quartiers : - Usoirs non cadastrés : Ahéville, Bettegney-Saint-Brice (sauf partie ouest de progressifs des rues ou la création de stationnements ont parfois entraîné la disparition de cet espace. Les , les destructions récentes de fermes forment des "dents creuses" dans les alignements des villages-rues d’une vingtaine de cuisines borgnes identifiées, et autant de probables non vues (soit environ 4.5% des cessation de l’activité agricole ou des remembrements ces dernières décennies. 2. La typologie des fermes 2.1. L'organisation interne des fermes en travées L’architecture rurale de l’ex-canton de Dompaire se
    Typologies :
    Maison de manouvriers Ferme à plusieurs corps de batiment
    Titre courant :
    Architecture rurale du canton de Dompaire
    Annexe :
    ou de Franche-Comté, elles sont moins employées à la fin du 19e siècle. A cette époque, les lorraine, permettent une organisation communautaire des cultures et de l’élevage. Assolement triennale betteraves, des pommes de terre, du seigle, de l’orge, des pois ou du trèfle. La jachère est aussi complétée par des plantes sarclées (pommes de terre, betteraves…), des légumineuses (trèfle, minette, pois…) ou possède des parcelles dans les trois saisons, qui sont de forme allongée pour faciliter le labour en implique une gestion commune des circulations par la mise en place de bans pour les moissons notamment. De matérialisées par des pierriers linéaires en bordure de parcelles, créés par l’épierrement continue des champs de parcelles. Amendements des terrains Pour améliorer la production agricole, les pailles qui sont la jachère. Elles sont complétées par les boues des villes (curage des fontaines…). Si les tas de ), ils sont importants sur les usoirs des villages et pas toujours très soignés : En l’absence de fosse à
    Texte libre :
    Cette étude porte sur le territoire de l'ex-canton de Dompaire (en vigueur jusqu'en 2014), à savoir les 30 communes de : Ahéville, Bainville-aux-Saules, Bazegney, Begnécourt, Bettegney-Saint-Brice la partie centrale, puis s'est achevée en 2020 par la partie sud. 919 anciennes fermes, maisons de manouvriers et annexes y ont été repérées et 142 étudiées (soit une part de 15.4%) dans le cadre de l'étude thématique de l'architecturale rurale du Xaintois.
    Illustration :
    Répartition des terres agricoles dans l'ex-canton de Dompaire vers 1900 (sources : Lafite Liste des maisons de pâtre communal identifiées sur l'ex-canton de Dompaire IVR41_20218830017NUDA Evolution des répartition des types d'élevages dans l'ex-canton de Dompaire entre 1835 et 1936 Carte de répartition des villages-rue et des villages-tas dans l’ex-canton de Dompaire Superposition d’une photo aérienne de Begnécourt prise au milieu du 20e siècle et des limites du Répartition de la mitoyenneté des fermes de l’ex-canton de Dompaire IVR41_20218830019NUDA Gelvécourt-et-Adompt, Adompt, Rue de Railly, vue des murets de cloture de jardin en pierre sèche Carte de répartition des fermes selon le nombre de travées dans l’ex-canton de Dompaire Dénombrement des principaux types de plan observés pour les fermes de l'ex-canton de Dompaire Carte de répartition des fermes à double logis dans l’ex-canton de Dompaire IVR41_20208810439NUDA
  • Dossier de synthèse d'aire d'étude de l'opération thématique régionale de l'ancienne métallurgie vosgienne
    Dossier de synthèse d'aire d'étude de l'opération thématique régionale de l'ancienne métallurgie vosgienne Vosges
    Historique :
    tréfileries et aciéries alimentées par des fontes venues de Comté. Les maîtres de forge, lorrains, franc zone douanière particulière "à l'instar de l' étranger effectif", les forges achetaient fort cher la fonte de Comté et à moindre titre de Champagne et vendaient plus facilement leurs productions en Desgouttes (en 1802) voire des auteurs aux oeuvres plus touristiques (Dom Tailly). Dès la fin de l'ancien adopter de nouvelles techniques, disparurent. Quelques familles de maîtres de forges pratiquèrent une politique de regroupement vertical ou horizontal des usines et eurent outre un rôle économique et social , des activités politiques : Muel, Colombier, Falatieu, Doublat, Chavanne, de Pruines... Aucun d' entre eux néanmoins ne sut faire face à la concurrence des nouvelles régions métallurgiques du nord de la Historique : Le travail du fer est attesté dans les Vosges dès l'Antiquité. A la fin du Moyen Age , les conditions naturelles et la politique ducale favorisèrent l' essor des industries qui exploitèrent
    Description :
    matériaux de toiture dans le bassin de la Semouse), et d'autre part fait référence à des modèles plus type avec galerie en façade. L' ensemble des maisons de maîtres est hétérogène, les plus modestes originale qui puise ses sources dans le milieu rural où elle est implantée (usage de « laves » de grès en savants. Les ateliers sont d' une grande simplicité ; on retiendra l'impressionnant volume des halles du pays de Neufchâteau et la qualité exceptionnelle de celle de Ruaux. Les logements ouvriers sont relativement biens conservés, les plus anciens (18e siècle) étant ceux de la manufacture de Bains-les-Bains qui présente une série qui va jusqu'à la fin du 19e siècle, ceux du Blanc-Murger et de la Pipée développant un ressemblant à un presbytère de campagne (Uzemain), les plus importantes étant de véritables "châteaux" comme à
    Titre courant :
    Dossier de synthèse d'aire d'étude de l'opération thématique régionale de l'ancienne métallurgie
    Illustration :
    Carte de synthèse IVR41_20078810540NUDA Vue d'ensemble du site de la Manufacture de Bains-les-Bains (état en 1982) IVR41_19828800692VA Xertigny, vue d'ensemble du chau de Pruines ou de la Semouse IVR41_19878801149VA
1