Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 14 sur 14 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • tombeau à stèle de la famille Bourgeois Mangin
    tombeau à stèle de la famille Bourgeois Mangin Réchicourt-le-Château - Ratzelach
    Canton :
    Réchicourt-le-Château
    Représentations :
    Un chêne est sculpté en bas-relief. Le socle imite un amas de rocher sculpté en fort relief.
    Description :
    Tombeau à stèle à l'imitation de la nature. Le socle imite un amas de rocher. Un chêne se déploie sur toute la hauteur de la stèle, de la base où sont sculptés le tronc et les racines à la corniche
    Localisation :
    Réchicourt-le-Château - Ratzelach
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
  • Magasin et ferme, site d'écluse n°7
    Magasin et ferme, site d'écluse n°7 Réchicourt-le-Château
    Historique :
    Cet ensemble a été construit à la fin du 19e siècle. Le café, épicerie, mercerie existent avant la est construite en même temps que le canal. La forge sert après l'arrêt du halage de guinguette pour
    Description :
    Cet ensemble est composé de trois corps de bâtiments disposés autour d'une cour. Le bâtiment principal, parallèle au canal est l'ancienne épicerie et le café, il porte encore l'enseigne. C'est un greniers sur la façade postérieure. Un petit atelier en brique est perpendiculaire à ce bâtiment. Le second
    Localisation :
    Réchicourt-le-Château
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Carte postale ancienne, titre-restaurant, écluse n°7 à Réchicourt-le-Château
  • Lambris de revêtement et stalle
    Lambris de revêtement et stalle Gondrexange
    Historique :
    Boiseries et stalles datent du 4e quarts du 18e siècle. Le devant des stalles est posé après 1945
    Canton :
    Réchicourt-le-Château
    Description :
    cannelés à chapiteaux. Les lambris de revêtement couvrent tout le tour du chœur elles sont formées de
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Boiserie et stalles situées à droite dans le chœur, vue trois quarts droit. IVR41_20155730169NUC4A Boiserie et stalles situées à droite dans le chœur, vue trois quarts droit. IVR41_20155710426NUC4A
  • croix de cimetière ; monument aux morts
    croix de cimetière ; monument aux morts Foulcrey - rue d'Avricourt - en village - Cadastre : 2014 345 dans le cimetière
    Référence documentaire :
    Croix et calvaires. Canton de Rechicourt-le-Château Daniel Bollinger, Danièle Gérard, Didier Thiry . Croix et calvaires. Canton de Rechicourt-le-Château. dir. Albert Schoeb. [Sarrebourg] : Société
    Description :
    relief sur le croisillon. Le socle porte une plaque de marbre blanc sur laquelle est sculptée l'épitaphe.
    Localisation :
    Foulcrey - rue d'Avricourt - en village - Cadastre : 2014 345 dans le cimetière
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
  • croix de chemin
    croix de chemin Foulcrey - rue de Cogney - en village - Cadastre : 2014 360 près de la chapelle St Joseph
    Référence documentaire :
    Croix et calvaires. Canton de Rechicourt-le-Château Daniel Bollinger, Danièle Gérard, Didier Thiry . Croix et calvaires. Canton de Rechicourt-le-Château. dir. Albert Schoeb. [Sarrebourg] : Société
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
  • croix de cimetière
    croix de cimetière Fribourg - route de Languimberg - en village - Cadastre : 2014 32 dans le cimetière
    Référence documentaire :
    Croix et calvaires. Canton de Rechicourt-le-Château Daniel Bollinger, Danièle Gérard, Didier Thiry . Croix et calvaires. Canton de Rechicourt-le-Château. dir. Albert Schoeb. [Sarrebourg] : Société
    Représentations :
    Une couronne de laurier et un parchemin ornent le socle. Le croisillon est décoré à sa base d'une
    Description :
    sur un socle accosté de volutes. Le socle est décoré d'une guirlande de laurier et d'un parchemin sculptés en bas-relief. Le socle de la croix est orné d'une couronne d'épines en bas-relief.
    Localisation :
    Fribourg - route de Languimberg - en village - Cadastre : 2014 32 dans le cimetière
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
  • Château de Romécourt
    Château de Romécourt Azoudange - Romécourt - isolé
    Historique :
    A l'origine du château de Romécourt il y a un fief noble érigé par le cardinal de Lorraine en 1564 le château pendant le conflit. Cette maison nécessite l’enlèvement de la toiture et de la charpente porte de France renferment encore un four à pain. Devant le château il y avait un guéoir comblé forte avec quatre tours d'angle ainsi que les dépendances, le domaine s'appelle alors "Kinthaus". En 1850, le comte Felix de Martimprey reconstruit un bâtiment au nord de la porte d'Allemagne et fait d'essences forestières En 1867, le colombier octogonal qui se situait au centre de la cour est renversé. La façade ouest reçoit ses percements en 1909. En 1914, le comte Edouard de Martimprey transforme l'aile ainsi qu'un hangar pour abriter les récoltes non battues. Le couloir de la chapelle qui débouchait dans le chœur est déplacé pour déboucher dans la nef. Le dossier des dommages de guerre de 1919 indique le même documents (ref. documentaires, AD57, 10RP111) un nombre important de réparations sont
    Référence documentaire :
    Restauration du corps de logis du château de Romécourt à Azoudange (Moselle) : étude préalable Restauration du corps de logis du château de Romécourt à Azoudange (Moselle) : étude préalable/ Jacques Fabbri Evaluation des dommages de guerre aux bâtiments du château de Romécourt
    Précisions sur la protection :
    Façades y compris le puits qui y est adossé et toitures, à l'exception de celles des bâtiments
    Précision dénomination :
    château de Romécourt
    Description :
    Le château est composé de plusieurs corps de bâtiments sur une cour carrée fermée et accosté de 4 couvert de tuile plate. Le château se compose, au sud, d'un corps de logis principal prolongé par une tours d'angle dont une forme la chapelle fortifiée (ref. plan scanné). C'est un château fortifié dont il . Le plan rectangulaire est resté le même depuis le 17e siècle même si plusieurs bâtiments ont été sur 50 m de large. En 1976, les façades y compris le puits qui y est adossé, les toitures, à loges, ateliers et fours...qui cantonnent les portes d'accès au château à l'Est la porte d'Allemagne et tuiles plates, le reste des couverture autrefois en tuile creuses sont aujourd'hui en tuile mécanique. La aujourd'hui et la toiture est abaissée. Le puits qui faisait aussi office d'abreuvoir est adossé à cette aile Sud-ouest (ref. IM57030128). Le bâtiment d'exploitation, à coté du logis principal a été refait en partie après 1945. Le mur postérieur est resté en brique et conserve son épaisseur initiale, la toiture
    Titre courant :
    Château de Romécourt
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Château de Romécourt, vue sur le couloir traversant du corps de logis, ensemble face Château de Romécourt, détail de l'encadrement d'une porte du logis donnant sur le coulair, ensemble Château de Romécourt, vue du couloir traversant dans le logis, détail d'un arc sur consoles Château de Romécourt, vue du couloir traversant dans le logis, arcade cintrée ouvert donnant accès Château de Romécourt, vue de l'escalier de distribution depuis le rez-de-chaussée, ensemble face. e Château de Romécourt, vue de l'escalier de distribution depuis le couloir, ensemble trois quarts Château de Romécourt, aile ouest, ancien commun, baie ayant perdue le décor du fronton, ensemble Château de Romécourt, vue de l'aile ouest depuis le parc, ensemble trois quarts droit Château de Romécourt, vue de l'aile Ouest depuis le parc, ensemble face. IVR41_20155711067NUC4A Château de Romécourt, vue de l'aile Ouest depuis le parc, ensemble face. IVR41_20155711068NUC4A
  • Ostensoir n°2
    Ostensoir n°2 Gondrexange - - en village - Cadastre :
    Historique :
    Fabre qui insculpent un poinçon de maître entre novembre et décembre 1901. Ce poinçon est biffé le 18 janvier 1973.au le ciboire sort très certainement du même atelier.
    Description :
    rouges en cabochon sur le pied et le nœud digité, et translucide autour du verre.La lunule est en argent
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
  • Ciboire
    Ciboire Saint-Georges - rue de L’Église - Cadastre : 2019 1 75
    Historique :
    Ciboire réalisé par Paul Brunet, orfèvre parisien dont le poinçon fut insculpé le 1er octobre 1913 . Même modèle que le calice référence IM57030507].
    Description :
    Ciboire en argent doré, pied polylobé, sur le haut médaillon représentant le Père, Saint Joseph et médaillons en émaux en champlevé. Sur le couvercle, rinceau en filigrane moulés, rapportées, vissés
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
  • Ferme n°11 de la commune d'Assenoncourt
    Ferme n°11 de la commune d'Assenoncourt Assenoncourt - 58 rue prnicipale - en village - Cadastre : 2013 1 262 1814 161
    Historique :
    Ferme construite au début du 19e siècle (elle est présente sur le cadastre de 1814) et remaniée sur
    Description :
    à l'avant, d'une écurie derrière, à l'arrière de laquelle est un réduits à porcs. Dans le jardin, en plan en illustration). Le toit à long pan est couvert de tuile mécanique. Le linteau de la porte l'écurie en briques posées à plat hourdées au mortier de ciment). Dans le logis, le sol du couloir est rucher dans le jardin, reçoivent une nouvelle couverture en tuile creuse.
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Plan de la ferme pour le projet de la fosse à purin, AD57. IVR41_20135734658NUC2A
  • Ensemble : calice et patène n°4
    Ensemble : calice et patène n°4 Fribourg - rue principale - Cadastre : 2018 02 97
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur sur l'oeuvre initiales V.F. séparées par une croix dans un losange horizontal. Inscription sous le pied du calice : Dieuze à son curé 19 juillet 1916 gravé. Inscription concernant le marchand, sur une plaque V. SACKSTEDER
    Historique :
    biffé le 18 janvier 1973. L'ensemble, acheté auprès du marchand messin V. Sacksteder, a été offert au
    Représentations :
    Émaux à champlevé représentant sur 3 lobes des scènes de l'Ancien testament : sur le pied, Adam et Eve chassés du paradis, Moise frappant le rocher et le sacrifice d’Abraham, sur les trois autres lobes néogothique en bronze moulé. La patène, encadrement néo renaissant gravé, au centre le Christ et Saint Jean
    Description :
    testament : sur le pied Adam et Eve chassés du paradis, Moise frappant le rocher et le sacrifice d’Abraham renaissant gravé, au centre le Christ et saint Jean pendant la cène (émail peint).
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Calice n°4, marque de marchand sous le pied, V. Sacksteder, 1 bis rue Bonne Ruelle, Metz Calice n°4, inscription sous le pied : Dieuze à son curé 19 juillet 1916. IVR41_20175711028NUC4A
  • Ferme du site d'écluse n°9, dossier reconstruction LH851Z
    Ferme du site d'écluse n°9, dossier reconstruction LH851Z Moussey
    Historique :
    reconstruite, à partir de 1946, sur les crédits accordés par le MRU, par l'architecte agréé Joseph Denny. Le
    Description :
    Ferme à trois corps de bâtiment sur le même alignement, une maison d'habitation, une porcherie et et un garage à tracteur sont construits sur le coté droit de l’habitation. Le hangar-écurie est
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Reproduction d'une photographie ancienne, site d'écluse n°9 lorsque l'on utilisait le halage animal
  • Ancien séminaire, puis pensionnat des sœurs de la Providence de saint Jean-de-Bassel, à Fénétrange, puis atelier de fabrication des chaussure de l'usine Bata de Moussey, actuellement logement.
    Ancien séminaire, puis pensionnat des sœurs de la Providence de saint Jean-de-Bassel, à Fénétrange, puis atelier de fabrication des chaussure de l'usine Bata de Moussey, actuellement logement. Fénétrange - 15 rue du Vieux Pensionnat - en ville - Cadastre : 1813 G 597-598-599-540-541-542 2019 9 123-124-34
    Historique :
    parcelle occupée par le séminaire, il y a un château des comtes de Salm appelé l’altenbau que l’on peut voir sur le plan terrier de 1716, derrière les murs de la ville et le château il y avait des jardins Le premier pensionnat des sœurs de la divine Providence de Saint-Jean-de-Bassel, ouvre ses portes , en 1871, à Saint-Jean-de-Bassel. En 1894, le Pensionnat est transféré à Fénétrange dans un ancien d’une maison ancienne et de l’emplacement en mazure de l’ancien château de Salm. Ils y ont bâti des plans IVR41_20205730217NUC2). En 1825, le vicaire de Fénétrange rachète ces maisons avec écurie pour en de Nancy devenant en 1856 école secondaire ecclésiastique sous le titre de Petit Séminaire. L’école est agrandie et reconstruite pendant cette période, comme l'indique la date portée sur le linteau de louer le séminaire pour y transférer le pensionnat de jeunes filles. En 1936, elles en font construit, à partir de 1936, c’est le pensionnat Notre-Dame de la Providence, l’ancien pensionnat devient
    Description :
    Ensemble constitué de trois bâtiments sur le même alignement (A), d'un autre bâtiment en face de l'arrière (C). (voir plan). Le bâtiment B est le plus ancien, sur les plans du 18e siècle, il y a déjà un . historique). Il a été modifié dans les parties basses notamment, au 19e siècle quand sont aménagés le séminaire puis le pensionnat. A l'origine, l'ensemble des bâtiments s'inscrit dans un enclos, le bâtiment B y avait un cloître. Le bâtiment A est composé d’un corps central et de deux ailes, on y accède par acrotères. Le linteau porte l'inscription PETIT SÉMINAIRE et en dessous 1863. Il reste l'imposte vitrée de le carrelage en carreaux de céramique de Metlach ou Sarreguemines. Une autre porte au fond du avait 2 cloîtres dans cette cour et des W.C. Elle était fermée par des murs. Le bâtiment A est quatre étage pour le corps central et trois pour les deux ailes avec un sous sol abritant des caves, le rez-de -chaussée était composé de trois salles : réfectoire, cuisine et salle de classe distribuées depuis le
    Texte libre :
    château (...) Une maison, une grange, écurie et une masure dans l’Altenbau le tout voisin l’un de l’autre , fait don de la propriété au séminaire de Nancy en 1836 (date du décès de madame Dufournay). Le vont être agrandis, un nouveau bâtiment est inauguré en 1852. Le pensionnat va bénéficier d’autres en petit séminaire le 16 avril 1856. (Au Pays de Sarrebourg n°32, 2018, le Petit Séminaire de de SAS de Salm : Une maison , une grange, et écurie et une masure à L'alrenbaw le tout vis à vis de l'autre AD54, B 11766 Pied terrier de Fénétrange, 1719 A son altesse le prince de Salm (...) Un grand jusque sur le mur de la ville. AD54, B 11862, 1719, sentence d’allocation de l’arpentage et remembrement jouit par contrat d’acensement obtenu par la chambre des comptes de Lorraine le 19 juillet 1755, d’1/3 mazure de l'ancien château de Salm que sa majesté leur a accordé par arrêt en 1755 à titre d'acensement ville il faudra faire beaucoup de dépense pour le mettre en état, le surplus du terrain demandé est en
    Illustration :
    Photographie des élèves du Pensionnat prise dans le parc, année 1928. IVR41_20205710249NUC4A Photographie des élèves de l'ouvroir dans le vieux Pensionnat, année 1928. IVR41_20205710250NUC4A Cours d'art ménager dans le vieux Pensionnat, 1929 (date sur le tableau (15-3-1929 Bâtiment C du vieux pensionnat, vue depuis le parc. IVR41_20205730229NUC2A Bâtiment A du vieux pensionnat, vestibule, vue de l'escalier depuis le rez-de-chaussée
  • Production de fontaines-abreuvoirs par la fonderie de Varigney dans les Vosges
    Production de fontaines-abreuvoirs par la fonderie de Varigney dans les Vosges
    Texte libre :
    production (environ 13% du corpus relevé). La plupart est implantée dans le centre des Vosges, autour de grâce au canal des Vosges et surtout aux voies de chemin de fer qui le bordent. Ceci constitue un %) et dans le Nord-Est (15%) dans des zones où les communes ont massivement fait le choix d'utiliser la d'affirmer leur prospérité et leur modernité. A Girmont par exemple, le procès verbal d’adjudication des ) et recentre l'activité sur la fonderie de seconde fusion. Le haut fourneau est progressivement surmontée d'un toit conique formant des vagues, couronné d'une pomme de pin. Le jet d'eau est agrémenté d'un fonction des besoins : de 1.70 mètre de haut pour le modèle n°1, à 2.30 mètres pour le n°3. Le même principe est mis en œuvre pour les bassins. Quelques formes différentes sont disponibles sur le catalogue mais leur taille est réalisée sur mesure : - L'abreuvoir rectangulaire le plus communément employé plus ancien. - Le bassin d'abreuvoir circulaire est employé lorsque la fontaine est mise en valeur au
    Illustration :
    Fontaine-abreuvoir de la rue Lauroux à Domptail, vue d'ensemble depuis le sud Puits abreuvoir à Ménil-en-Xaintois, vue d'ensemble depuis le nord-est IVR41_20178835251NUC2A Fontaine du chateau de Frizon, vue de détail de la colonne d'alimentation. IVR41_20168834361NUC2A Graphique représentant le nombre de fontaines et bassins datés produits par la fonderie de Varigney
1