Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 1 sur 1 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Architecture rurale du canton de Dompaire
    Architecture rurale du canton de Dompaire Vosges
    Historique :
    les armées bourguignonnes de Charles le Téméraire en 1475, le Château d’en Bas de Ville-sur-Illon La présence humaine est avérée sur le territoire d’étude dès l’âge du bronze. Les vestiges qui s’organisent au Haut-Moyen-âge. La structuration spirituelle se fait au Moyen-âge dans le cadre (diocèse de Toul). Le chapitre de Remiremont partage l’administration de haute, moyenne et basse justice avec le Duc de Lorraine et les seigneurs locaux. Ces communautés appartiennent au Duché de Lorraine Marquisat de Ville. JEV 2011). Le développement médiéval Dompaire se développe à partir de l’installation politique, juridique et économique important au début du 13e siècle. Le territoire qui en dépend à la fin du probablement important puisque le vin est la première boisson consommée, et que les bœufs et chevaux sont les complémentaire en poissons. La chasse, le pâturage et la glandée des porcs dans les sous-bois sont surveillés par chauffage domestique et pour l’industrie (charbon de bois pour les forges, tuileries…). Le commerce de grain
    Référence documentaire :
    Lepage, Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et , Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy : Berger-Levrault Le Pays de Dompaire - JEV 2011 Fédération des Sociétés Savantes de Vosges. Association Culturelle Histoire et Patrimoine de Ville-sur-Illon. Le Pays de Dompaire. Actes des 13eme Journées d'Etudes Jacopin, Rachel. Paysages et pratiques des agriculteurs dans le Sud du Plateau Lorrain : logiques Géographie. Université Nancy II. 2011. Jacopin, Rachel. Paysages et pratiques des agriculteurs dans le Sud du Husson. Thèse de doctorat Géographie. Université Nancy II. 2011. Consulté en ligne le 30 04 2020 : https
    Description :
    anciens possèdent des maisons regroupées autour de l'église et/ou du château. Ce type de village-tas agrandis par l’implantation de bâtiments mitoyens s’étirant le long de la rue principale, sur le modèle des fermes construites au 18e siècle. Puis, au 19e siècle, les fermes de plus grande taille s'installent le entreposer le fumier, le bois et le matériel agricole. C’est aussi un espace pour le transit des bêtes et méridionales, les usoirs sont en majorité cadastrés au 19e siècle et appropriés par les voisins. Dans le canton . Certains sont pavés devant le logis pour mieux évacuer l’eau de pluie qui y stagne parfois. Leur profondeur édifices repérés sur le canton) qui sont construites perpendiculairement ou en biais par rapport à la rue à 60% sur un côté le plus souvent, et s'assemblent rarement pour former un front de rue. De plus édifices repérés sur le canton). Le jardin qui s'étend le plus souvent sur le côté et l'arrière de la , vignes, vergers, bois…) étaient répartis sur le ban communal, voire au-delà, en raison de la pratique de
    Annexe :
    Pratiques agricoles dans l’ex-canton de Dompaire : Assolement triennale Comme dans tout le Xaintois lorrain avec des habitations regroupées en village, jusqu’au milieu du 20e siècle. Le plus couramment, le du colza…. La luzerne et le sainfoin sont cultivées en dehors de l’assolement. Chaque cultivateur possède des parcelles dans les trois saisons, qui sont de forme allongée pour faciliter le labour en « longues rayes ». Le droit successorale et le code napoléonien accentue l’émiettement et les divisions de parcelles dans le sens de la longueur pendant une bonne partie du 19e siècle, aboutissant à un parcellaire plus, toute modification individuelle de l’assolement est ainsi impossible, malgré le problème posé par la succession de deux céréales : l’avoine étant semée sur un terrain épuisé par le blé. Les jachères de vaine pâture. Les limites de propriétés sont rarement bornées. Le plus souvent, elles sont purin, les tas sont situés contre les façades des fermes, lessivés par les eaux de pluie. Le purin s’en
    Texte libre :
    Cette étude porte sur le territoire de l'ex-canton de Dompaire (en vigueur jusqu'en 2014), à savoir manouvriers et annexes y ont été repérées et 142 étudiées (soit une part de 15.4%) dans le cadre de l'étude
    Illustration :
    Gugney-Aux-Aulx, vue des vergers pâturés et des vignes entourant le village IVR41_20188839603NUC2A Carte de répartition des fermes selon le nombre de travées dans l’ex-canton de Dompaire Graphique représentant la part des fermes portant une date dans le canton de Dompaire Liste des carrières relevées sur le territoire de l'ex-canton de Dompaire IVR41_20218830037NUDA Liste des tuileries relevées sur le territoire de l'ex-canton de Dompaire, et à proximité
1