Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • architecture rurale du canton de Bulgnéville
    architecture rurale du canton de Bulgnéville
    Historique :
    partir du marc. Les vignes locales sont délaissées lors de l'arrivée des vins du Midi ou des côtes de Si les premiers hommes parcourent l'ouest vosgien dès le Paléolithique inférieur, toutefois les sites d'occupation les plus anciens de l'ex-canton de Bulgnéville remontent plutôt à la période du -Neuveville/Nijon, et voie allant de Damblain vers la Haute-Marne avec embranchement Houécourt/Lamarche). Les toponymes (notamment en -villa, -court) indiquent une structuration des villages entre les 7e et 9e siècles ap. J.-C. L'organisation médiévale met en avant les places fortes de Belmont-sur-Vair, Bulgnéville , Dombrot-sur-Vair, Mandres-sur-Vair, Roncourt, Saint-Ouen, Parey-sous-Montfort et Vrécourt, sièges de la noblesse locale. Le territoire dépendait au spirituel du diocèse de Toul. Les abbayes vosgiennes et les siècle. Dans le cadre des sièges de la Mothe, les châteaux et nombre de villages avoisinants sont détruits vers 1634. Agéville, Malaincourt, Mandres-sur-Vair, Médonville, Saint-Ouen-lès-Parey, Roncourt
    Référence documentaire :
    Saint-Ouen-les-Parey (Vosges), une commune en pleine forme CHARLES, Lucien. Saint-Ouen-les-Parey La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789 JACQUET, Alain. La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des Un exemple de la métallurgie pré-industrielle : les usines aux champs de Bulgnéville-Contrexéville pré-industrielle : les usines aux champs de Bulgnéville-Contrexéville (1693-1740) MASSON, Pierre. Un exemple de la métallurgie pré-industrielle : les usines aux champs de Bulgnéville-Contrexéville pré -industrielle : les usines aux champs de Bulgnéville-Contrexéville (1693-1740). In : Journées d'études Quand fumaient les forges et hauts-fourneaux de Bulgnéville et Contrexéville MASSON, Pierre. Quand fumaient les forges et hauts-fourneaux de Bulgnéville et Contrexéville. Les Vosges, 1988, n°4. Description du Château de Saulxures-lès-Bulgnéville Général R. TRUTTMANN, Description du Château de
    Annexe :
    communaux. Parey-sous-Montfort 2 O 453/9 Bâtiments communaux. Saint-Ouen-lès-Parey 2 O 457/10-11 Bâtiments rurale, précis historique et géographique, histoire communale" (sources : AD88 : 11T14/14) les changements qu'il observe dans la seconde moitié du 19e siècle. Il constate notamment que les terres issus de à partir de 1825 par les cultivateurs et les manœuvres des villages. Dans la première moitié du 19e , semelle qui sont en fer forgé avec pointe en acier, le tout faconné au marteau par le ou les forgerons du village. Les herses sont de massifs chassis en bois avec pointes ou dents ou en bois ou en fer forgé. Il en est de même pour les outils à mains des ses charrettes et voitures, lourdes, peu roulantes .[...] Il bat ses grains en grange, au fléau, tout l'hiver et les nettoie au van ou au tamis d'osier. Pour ce, il est debout dès deux heures du matin et ne se repose qu'un peu le soir, à la veillée. Les outils de culture et les autres à mains, sont aussi imparfaits que ceux d’aujourd’hui sont légers
    Texte libre :
    , Morville, Norroy, Parey-sous-Montfort, Saint-Ouen-lès-Parey, Saint-Remimont, Saulxures-lès-Bulgnéville -sous-Montfort, Saint-Ouen-lès-Parey, La Vacheresse-et-la-Rouillie. Ils peuvent être de toutes formes et parfois de petits quartiers comme à l'entrée nord de Parey-sous-Montfort par exemple. Les rares fermes du ou corniches en pierre sous la toiture, des épis de faîtage, des ferronneries pour les balcons, des sous les maisons et empêche les excavations, un cellier borgne est aménagé à l'arrière du logis ou dans . Une pierre à eau a alors été ajoutée sous une fenêtre agrandie. Dans les maisons de manouvriers, il savoir les communes de : Aingeville, Aulnois, Auzainvilliers, Belmont-Sur-Vair, Bulgnévillen . L'organisation des fermes 1.1 L'organisation des fermes au sein du village Les villages les plus anciens aux 18e et 19e siècle. Les fermes isolées sont très rares puisque les terres gérées traditionnellement de manière collective interdisent de bâtir en dehors du village. Les écarts sont des anciens moulins
    Illustration :
    Graphique de répartition de la mitoyenneté des fermes dans les cantons de Bulgnéville Graphique de répartition du nombre de travées de plan constituant les ferme du canton de Répartition des matériaux utilisés pour les linteaux des portes charretières dans le canton de Graphique représentant la répartition des dates portées sur les fermes du canton de Bulgnéville Carte de répartition des fermes à linteaux droits avec une sous-face aux angles arrondis Ferme N°8 de Parey-sous-Montfort, schéma d'organisation au sol. IVR41_20178837983NUC1YY Saint-Ouen-lès-Parey, vue d'ensemble de la rue de la Corvée IVR41_20178838308NUC2A Ferme n° 15 à Saulxures-lès-Bulgnéville, vue intérieure dans la cuisine de la cheminée avec son système et les placards IVR41_20158833238NUC2A Ferme n°12 à Parey-sous-Montfort, vue de détail de la porte piétonne en façade antérieure
  • Puits des Vosges
    Puits des Vosges
    Texte libre :
    , de la Moselle, de la Mortagne et de la Meuse, et surtout sous les cotes de Meuse dans les vallons ." (AD88 - 2O87/9). Puits couverts Seuls trois puits ont été couverts dans les Vosges, sous forme de halle . Toutefois cet échantillon permet de déterminer les caractéristiques principales. Géographiquement, des puits montagne vosgienne ne nécessite pas de creuser pour disposer d'eau courante. Les puits sont principalement situés dans les zones de faible altitude, proches des nappes phréatiques, dans les vallées de la Saône entre les alentours de Bulgnéville et de Mirecourt, en passant par Châtenois. Les plus anciens sont complètent un système d'adduction d'eau souterrain complexe. Ensuite les témoins médiévaux se concentrent la forteresse de Châtel-sur-Moselle). A partir des 16e et 17e siècles, les puits conservés deviennent puits dans la cuisine ou sur l'usoir. Lorsque la nappe d'eau est peu profonde, que les sources sont éloignées ou qu'il est compliqué de les acheminer au sommet du village, les communes peuvent faire
    Illustration :
    Carte présentant la densité par communes des puits relevés dans les Vosges. IVR41_20178810417NUDA Carte présentant la répartition par commune des différentes typologies de puits relevés dans les
  • Église paroissiale Saint-Martin
    Église paroissiale Saint-Martin Étain - 1 place de la Martinique - en ville - Cadastre : 1978 AB 349
    Historique :
    Église construite au 12e siècle dont il subsiste la tourelle d'escalier sud et les murs contigus ainsi que des vestiges dans la travée droite de chœur. Les 5 premières travées de la nef et des bas -côtés sont construites au 13e siècle, après que l'archevêque de Trêves eut échangé en 1221, avec la en Moselle). Les 6e et 7e travées ont été ajoutées au 14e siècle. Le chœur a été reconstruit à partir ajoutées aux bas-côtés nord et sud aux 14e, 15e et 16e siècles : à la 5e travée nord, chapelle fondée en et 1953 par le service des Monuments Historiques par l'architecte Marcel Delangle, sous la direction
    Nature du dossier :
    dossier avec sous-dossier
  • Ferme n°13
    Ferme n°13 Bainville-aux-Saules - 40 rue du Grand Ménil - en village - Cadastre : 2020 ZA 81
    Historique :
    ont été effectuées au début du 18e siècle selon les mentions figurant dans le charri, sur le linteau l’ajout d'une porte entre le charri et la cuisine, et peut-être à la construction du poêle. Les tuiles du
    Représentations :
    cœur et surmonté d'une croix. Les piédroits de cette porte sont chanfreinés. L'encadrement de la porte
    Description :
    équipée d’une pierre à eau sous la baie au-dessus d’un puits et une cheminée dans l’angle. Un escalier en accéder directement à la cuisine depuis l’usoir. Construit avec des moellons de grès local enduit. Les , pour les plus anciennes (porte charretière, baie à meneau, petit jour). Les baies ont des linteaux , couvert de tuiles mécaniques en remploi provenant de plusieurs tuileries locales. Fermé sur trois côtés , les ruches s’ouvrant à l’est, une fente latérale a été aménagée dans la paroi sud de l'abri. La ferme abreuvoir est visible ainsi que les deux pierres de meule évoquant probablement un moulin à huile à chevaux
    Étages :
    sous-sol
  • Architecture rurale du canton de Dompaire
    Architecture rurale du canton de Dompaire Vosges
    Historique :
    complémentaire en poissons. La chasse, le pâturage et la glandée des porcs dans les sous-bois sont surveillés par La présence humaine est avérée sur le territoire d’étude dès l’âge du bronze. Les vestiges du doyenné de Porsas (Poussay) dans la vallée du Madon, et du doyenné de Jorxey pour les autres avec le Duc de Lorraine et les seigneurs locaux. Ces communautés appartiennent au Duché de Lorraine marquisat qui comprend Ville-sur-Illon, Girancourt, Escles, Les Ableuvenettes, Gelvécourt, Adompt , Begnécourt, Hennecourt, Gorhey, Pierrefitte et Laviéville (Morizot, Jean-Aimé. Les Livron et les débuts du année, d’orge ou d’avoine la seconde, puis la terre est laissée en jachère la troisième. Les jardins potagers et les petits vergers complètent l’alimentation ; la cueillette des fruits (pommes et poires l’apiculture. Les sources mentionnent peu l’élevage bovin, ovin et la viticulture, toutefois il est probablement important puisque le vin est la première boisson consommée, et que les bœufs et chevaux sont les
    Référence documentaire :
    Lafite, Charles. L’agriculture dans les Vosges. 1904 Lafite, Charles. L’agriculture dans les Vosges Idoux, M.-C. Les ravages de la guerre de Trente Ans dans les Vosges : 2e fascicule. Annales de la société d'émulation du département des Vosges, 1912, p. 1-234 Idoux, M.-C. Les ravages de la guerre de Trente Ans dans les Vosges : 2e fascicule. Annales de la société d'émulation du département des Vosges d'organisation et effets sur l'environnement, sous la direction de Jean-Pierre Husson. Thèse de doctorat Plateau Lorrain : logiques d'organisation et effets sur l'environnement, sous la direction de Jean-Pierre
    Description :
    superposés, les cuisines se situant l'une au-dessus de l'autre. L'espace agricole se place sur l'un des côtés les fermes regroupent l’ensemble des fonctions agricole et d’habitation sous un même toit, il est à 1. L'organisation des fermes au sein du village Les villages l’ex-canton de Dompaire, les plus moins rigides que dans la Lorraine centrale, avec de fréquentes rues transversales. Sur les trente partie sud du territoire. Les terres étant traditionnellement gérées de manière collective, les constructions hors des villages sont rares. Les 11 écarts, moulins et fermes isolées repérées sont plutôt manière générale, on trouve au centre du village, les maisons les plus anciennes et s’y intercalant les fermes construites au 18e siècle. Puis, au 19e siècle, les fermes de plus grande taille s'installent le long de la rue principale du village, tandis que les maisons de manouvriers sont plutôt regroupées aux extrémités, formant parfois de petits quartiers. Les rares fermes établies au 20e siècle, demandant de très
    Annexe :
    puis vendus comme cochons de lait. Pendant la belle saison, ils pâturent avec les ovins sous la , les communes de l’ex-canton de Dompaire se développent autour d’une économie agricole basée sur L’assolement triennal s’est imposé après les bouleversements de la Guerre de Trente Ans, dessinant l’openfield . Des variations existent d’une commune à l’autre : les cultivateurs peuvent ajouter à l’avoine des possède des parcelles dans les trois saisons, qui sont de forme allongée pour faciliter le labour en « longues rayes ». Le droit successorale et le code napoléonien accentue l’émiettement et les divisions de laniéré en « lames de parquets ». Les propriétés ne sont pas clôturées, et souvent sans accès, ce qui implique une gestion commune des circulations par la mise en place de bans pour les moissons notamment. De la succession de deux céréales : l’avoine étant semée sur un terrain épuisé par le blé. Les jachères de vaine pâture. Les limites de propriétés sont rarement bornées. Le plus souvent, elles sont
    Texte libre :
    les 30 communes de : Ahéville, Bainville-aux-Saules, Bazegney, Begnécourt, Bettegney-Saint-Brice -Adompt, Gorhey, Gugney-aux-Aulx, Hagécourt, Harol, Hennecourt, Jorxey, Légéville-et-Bonfays, Les
    Illustration :
    Schéma figurant les fermes habitées et inhabitées de Légéville, dressé en 1942 par l’instituteur . L’agriculture dans les Vosges. 1904). IVR41_20218830015NUDA (d'après les statistiques agricoles : AD88 - série Epdt /3F1) IVR41_20218830018NUDA Répartition du nombre de travées de plan constituant les fermes de l’ex-canton de Dompaire Dénombrement des principaux types de plan observés pour les fermes de l'ex-canton de Dompaire Tableau de synthèse figurant les machines agricoles relevées dans certaines communes de l'ex-canton de Dompaire dans les questionnaires annuels de statistiques agricoles entre 1852 et 1924 (souces Répartition des types de chaines d'angle sur les fermes dans l’ex-canton de Dompaire Graphique représentant la répartition des dates portées sur les fermes de l’ex-canton de Dompaire Carte de l'exploitation des sols dans l'ex-canton de Dompaire, figurant les carrières et tuileries
1