Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 1 sur 1 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Architecture rurale de la commune de Bainville-aux-Saules
    Architecture rurale de la commune de Bainville-aux-Saules Bainville-aux-Saules
    Historique :
    Bainville et son château sont pillés et incendiés en 1634 et 1635 par les troupes françaises et remployés (linteau trilobé) et une maison non identifiée portait le millésime de 1569 (Idoux. 1912). La 1836, son maximum. Puis cette population chute progressivement pendant le siècle et demi suivant en du chanvre et du lin. En 1887, le village comptait 79 chevaux, 194 bovins, 190 porcs, 208 ovins, 12 territoire à Bonfays : « Le grès bigarré qu’on en retire en quantité est estimé pour la maçonnerie, les superbes pierres de taille ». Le moulin à farine avait la particularité de posséder deux systèmes pour ). Elle est réputée au milieu du 19e siècle et accueillait aussi une fabrique de plâtre. Le commerce de dans la commune au début du 20e siècle. Le terme de remembrement serait utilisé pour la première fois dans le bassin versant du Madon à Bainville-aux-Saules, en 1841. Un second remembrement est réalisé en 1985 (R. Jacopin. Paysages et pratiques des agriculteurs dans le sud du plateau Lorraine. 2011 p. 349
    Référence documentaire :
    Lepage, Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et , Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy : Berger-Levrault Jacopin, Rachel. Paysages et pratiques des agriculteurs dans le Sud du Plateau Lorrain : logiques Géographie. Université Nancy II. 2011. Jacopin, Rachel. Paysages et pratiques des agriculteurs dans le Sud du Husson. Thèse de doctorat Géographie. Université Nancy II. 2011. Consulté en ligne le 30 04 2020 : https
    Description :
    étudiés. Le patrimoine bâti y est majoritairement composé d’anciennes fermes à deux ou trois travées de plan (56% du corpus). La grange et le logis sont accolés tandis que l’étable se place soit à l’arrière proximité de l’ancien Château. Neuf fermes à pavillon et six fermes à un plan en L ont été repérées dans la partie nord du village. La part des fermes à double logis de la commune est assez faible pour le canton ont été installés en façade postérieure, vers le jardin, au sud. Le village est assez dense, car 73 nord de l’Eau-de-la-Ville et un village-rue s’étirant le long de la voie rejoignant la R.D. n°28. Les anciens moulin et huilerie sont isolés à l’ouest du village. On pénètre dans le logis par une porte charretière. Les logis sont plutôt en profondeur (58%), avec une chambre (le poêle) s’ouvrant sur la rue et une cuisine derrière éclairée par le mur pignon. Les logements en largeur (42%) présentent les deux au-dessus des pièces de vie, et des greniers couvrent le tout. Un pigeonnier a été identifié dans des
    Illustration :
    Carte figurant les édifices repérés et étudiés dans le cadre de l'étude de l'architecture rurale de Carte figurant les édifices repérés et étudiés dans le cadre de l'étude de l'architecture rurale de Tableau de relevé des édifices repérés et étudiés dans le cadre de l'étude de l'architecture rurale Bainville-aux-Saules, vue d'ensemble de la passerelle sur le ruisseau de l’Eau de la Ville Bainville-aux-Saules, vue d'ensemble du pont sur le ruisseau de l’Eau de la Ville, route de Bainville-aux-Saules, Eglise et Le Petit Ménil. Carte postale (début 20e siècle de la date inscrite sur le piédroit de la porte charretière. IVR41_20208831147NUC2A Ferme n°36 de Bainville-aux-Saules, 43 rue du Chateau, façade antérieure, vue d'ensemble de trois Ferme n°36 de Bainville-aux-Saules, 43 rue du Chateau, façade antérieure, vue de détail de la
1