Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • calice disparu
    calice disparu Barisey-au-Plain - rue Saint Hubert - en village
    Inscriptions & marques :
    et lettre-date après 1718 sur le dessus du pied ; poinçon de maître : initiales P. et P. au dessus
    Historique :
    Calice réalisé au cours du 1e quart du 18e siècle à Metz. Le calice a disparu de l'église entre
    Protections :
    classé au titre objet 1979/06/20
    Localisation :
    Barisey-au-Plain - rue Saint Hubert - en village
    États conservations :
    Trace de soudure grossière au dessus du noeud.
  • Les fermes de la commune de Biffontaine
    Les fermes de la commune de Biffontaine Biffontaine
    Description :
    et est établi jusqu'en bordure de forêt. Les fermes reprennent la typologie propre au canton de Brouvelieures situé à la limite entre montagne et plaine. 15 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune dont trois sont étudiées. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole principale au profit d'une
  • Maisons ; fermes de la commune de Fremifontaine
    Maisons ; fermes de la commune de Fremifontaine Fremifontaine
    Annexe :
    Plaine : le point le moins élevé se trouve au confluent des Près Colnots avec le ruisseau des Roseaux, à bigarré. Il appartient au canton de Brouvelieures, dans l’arrondissement de Saint-Dié mais dessine une toit en pavillon (1988 B 309) construit au milieu du 19e siècle et quelques toits en appentis pour les
    Illustration :
    réemployé et daté de 1825 au-dessus de la porte du garage. IVR41_20078803020NUC2A
  • hôpital puis hôpital général puis hospice Sainte-Catherine, aujourd'hui maison de retraite Sainte-Catherine
    hôpital puis hôpital général puis hospice Sainte-Catherine, aujourd'hui maison de retraite Sainte-Catherine Verdun - 52, 54 rue Saint-Sauveur - en ville - Cadastre : 1973 AE 115
    Historique :
    aurait été fondé au VIe siècle sous l’épiscopat d’Airy. Beaucoup plus tard, en 1094, il apparaît sous apporter de preuves historiques, que sa construction ne fut pas achevée au XIVe siècle. (Clouët, 1867-1870 connut des phases de travaux en 1672, 1739 et 1753. Fermée au culte au 1790, elle est réaffectée en 1802 d’entre eux (corps C et D) conservaient des éléments des XVe et XVIe siècles. Le corps E, au sud, est
    Description :
    deux entités : 1) Au nord, jouxtant la chapelle Sainte-Catherine orientée ouest-est (donc , appelé « Communauté », le corps B en retour d’équerre au nord (pavillon des femmes), le corps C qui lui fait face côté chapelle au sud, le corps D (pavillon des hommes) qui fait face au corps A, côté ouest ouverte. 2) Au sud de la chapelle, un ensemble de trois corps de bâtiments délimitant deux cours , corps F (pavillon Peroux) au nord, corps H (pavillon Cumières) au sud, corps de liaison G entre les deux mécanique sur l’ensemble des bâtiments. Les bâtiments les plus anciens ,au nord, étaient couverts à niveaux de baies, couvertes en plein cintre au 1er niveau, à linteau droit au second niveau. Les deux plain cintre encadré de pilastres à bossages en table, amorti par un fronton triangulaire à décor de soubassement élevé (correspondant au sous-sol), deux niveaux de baies à linteau droit et chambranle mouluré (4 . Façade sur cour (nord) : Deux niveaux de baies couvertes en arc segmentaire.(linteaux de bois au second
    Annexe :
    (fortement remanié au XVIIIe siècle) appartiennent à la chapelle. Deux arguments plaident en faveur de cette dendrochronologie de la sablière située au-dessus des arcades. La datation obtenue, le XIIIe siècle, indique XIVe et le XVIe siècle. Quoi qu’il en soit, on peut difficilement admettre, au vu des deux travées vraisemblable que la construction du corps C soit à placer au XVe ou au XVIe s. Elle aurait été rendue possible apparaît que le corps D a vraisemblablement été construit au XVIe siècle, comme en témoigne la mise en XIVe et le XVIe siècle. Quoi qu’il en soit, on peut difficilement admettre, au vu des deux travées vraisemblable que la construction du corps C soit à placer au XVe ou au XVIe s. Elle aurait été rendue possible apparaît que le corps D a vraisemblablement été construit au XVIe siècle, comme en témoigne la mise en important remaniement d’ensemble, au XVIIIe siècle, des corps existants (C,D) et la construction ou bâtiment confirme l’exécution, au moins partielle, du projet. (façade est, gouttereau nord). En revanche
1