Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Demeure dite le Château
    Demeure dite le Château Jainvillotte - rue de l' Eglise - en village - Cadastre : 1810 A 376 1966 A2 502
    Historique :
    Demeure dite le château construite en 1701, date portée par la clef de la porte piétonne ; façade
    Titre courant :
    Demeure dite le Château
    Appellations :
    dite le Château
  • église paroissiale Sainte-Catherine
    église paroissiale Sainte-Catherine Provenchères-sur-Fave - Le Village - rue du Château - en village - Cadastre : 1989 B 345
    Historique :
    cette période, le troisième niveau est ajouré sur trois faces de doubles baies géminées à billettes et murées lors des transformations qui ont commencé en 1712 (date portée par le linteau de la porte latérale reconstruite à l'est de celle-ci, la tour située sur le choeur devenant tour-porche. C'est de cette campagne de travaux que date la surélévation du clocher, son double bulbe à lanternon (classé MH) et le porche néo verrières (étude, IM88003872), les cloches (baptême le 13/6/1925), les statues qui surmontent le fronton du ). Le double dôme de la tour a été recouvert de bardeaux de chêne jusqu'en 1961, puis d'ardoises et
    Localisation :
    Provenchères-sur-Fave - Le Village - rue du Château - en village - Cadastre : 1989 B 345
  • Maisons ; fermes de la commune de Fremifontaine
    Maisons ; fermes de la commune de Fremifontaine Fremifontaine
    Description :
    Habitat le plus souvent non mitoyen ou partiellement mitoyen situé le lont d'une voie élargie par
    Annexe :
    parties annexes ; la présence d’un toit à croupe (maison dite le château, 1934 B 427) et deux toits à Le village de Fremifontaine se situe, dans la Montagne vosgienne dans une zone géologique de grès (en continuité avec la Vôge), le territoire communal s’étend, à 350m d‘altitude, sur une superficie de 955 hectares dont 845 de forêt, soit 88%, à dominante feuillue (hêtre et chêne). Le point culminant Plaine : le point le moins élevé se trouve au confluent des Près Colnots avec le ruisseau des Roseaux, à naissent des sources présentes dans la forêt. 2. Morphologie du village Le village est étiré car il réunit considérée comme le centre du village. L’espace publique se compose d’une voirie surdimensionnée ; cependant , on constate l’absence de place et d’espace collectif. Le bâti rural traditionnel est encore visible de portes, pierres de fondation). 4. Implantation Dans le village, la plupart des édifices ont la façade principale parallèle à la voirie (mur gouttereau sur rue) et l’usoir est encore visible ; le plus
    Illustration :
    pour matérialiser le passage vers le jardin. IVR41_20078803021NUC2A pour matérialiser le passage vers le jardin, détail de la clé datée de 182?. IVR41_20078803022NUC2A Ferme, 10 rue du calvaire (1934 B126), détruite après 1979, détail de pierre sur le linteau de la
  • Château Fort
    Château Fort Neufchâteau - rue Raymond Poincaré - en ville - Cadastre : 1810 B 719, 722 A 726, 731 A 735 1974 AH 18 A 23
    Historique :
    (datation par travaux historiques), par le duc Raoul. Château conforté par le duc Jean en 1390, puis en 1395 source), alors que le château se compose de 5 tours, donjon porte, corps de garde intérieur, 2 écuries 1715 (datation par source). Site du château acensé à des particuliers par le duc de Lorrainé en 1725 Château fort, position stratégique des ducs de Lorraine aux limites du duché, face aux prétentions source), fourniture de fers pour le pont levis par les forges de Dainville (Meuse). En 1633 (datation par , ordre de démolition est donné par le prince de Condé. Travaux entrepris en 1634 par réquisition (datation par source). Du château fort, il ne subsiste que des murs de soutènement et les vestiges d'une
    Dénominations :
    château fort
    Titre courant :
    Château Fort
    Illustration :
    Plan du XVIIIe siècle, montrant l'immeuble acensé en 1725 et les vestiges du château fort. Plan
  • Usine métallurgique, actuellement ferme
    Usine métallurgique, actuellement ferme Vrécourt - le Fourneau - isolé - Cadastre : 1840 B4 397 à 399, 403 à 406, 408 1968 B4 154, 532, 556, 558
    Historique :
    rachetée par Charles Joseph Hocard, négociant de La Rochelle demeurant à Gondrecourt-le- Château (Meuse de Luigné puis en 1773 de la famille de Brunet-Neuilly. Le baron Dietrich en donne en 1788 la annuelle est d’environ 30 tonnes de fonte dont la moitié est transformée en fer commercialisé par le port de Gray (Haute-Saône) vers le sud et le reste en sablerie. Le minerai est extrait sur place ou à proximité (Chaumont-la-Ville, Graffigny-Chemin, Malaincourt). Le bois provient pour un quart de la -Neuilly à la Révolution, l’usine est vendue comme Biens Nationaux de 2e origine. Le 23 messidor an IV (11 de Bains-les-Bains. Elle est fermée en 1806 et détruite l’année suivante. Le déversoir en pierre de taille du bassin de retenue est le seul vestige du l'usine du 18e siècle. Le 3 novembre 1810 l’usine est ). Il reconstruit sur les fondations de l’ancienne usine, entre 1824 et 1828 (daté par sources) le haut fourneau, l’atelier de fabrication, l’entrepôt industriel et le logement d’ouvriers. Vers 1840, l’usine
    Hydrographies :
    le Mouzon
    Référence documentaire :
    p. 1002-1003 Lepage, Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique , Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy p. 9-11 MALINVERNO Bruno et DOYEN Jean-Pierre, L'ancienne métallurgie dans le département des métallurgie dans le département des Vosges,Images du Patrimoine, n° 52, 1988, 64 p.
    Localisation :
    Vrécourt - le Fourneau - isolé - Cadastre : 1840 B4 397 à 399, 403 à 406, 408 1968 B4 154, 532, 556
    Annexe :
    Description par le Baron Dietrich Les forges et fourneaux de Vrécourt, village situé sur le Mouzon , à 6400 toises N de Lamarche. Lle territoire de ce village renferme aussides mines de fer. M. Le Espringo de la Franche-Comté. Leur bail exen 1797. Ces MM. Sont en même temps fermiers de la terre. Le 11 juin 1708, le duc Léopold de Lorraine vendit et acensa des forêts au Président abbé de Beaufremont (sic ), en lui imposant la condition de construire la forge et le fourneau de Vrécourt, avec faculté comme à chaufferie et une fonderie. Depuis le bail actuel, cette dernière chomme [chôme] ainsi que la chaufferie. Le , relativement à son cours d’eau, ce qui consomme 375 milliers de fonte. Le surplus montant à 325 mille livres ] […] Celle qui est dans le territoire de Vrécourt est en grains ronds et aplatis, on en exploite les couches ans. Cette affectation fournit à peu près le quart de la consommation, le surplus s’achète en
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'écart "le Fourneau" depuis Vrécourt IVR41_20148830421NUC2A Vue aérienne depuis le sud, au premier plan le près remplaçant la retenue. IVR41_20158810835NUC4A Vue aérienne depuis le sud IVR41_20158810836NUC4A Vue aérienne depuis le sud-ouest IVR41_20158810837NUC4A Vue aérienne depuis l'ouest, à gauche (maison blanche), le logement de contremaître puis à sa droite (barre grise) le logement d'ouvriers. IVR41_20158810838NUC4A Vue aérienne depuis le nord, au premier plan, le logement de contremaitre IVR41_20158810839NUC4A
1