Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 24 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ancien magasin puis ancienne maison du greffier, rue de la cave, Fénétrange.
    Ancien magasin puis ancienne maison du greffier, rue de la cave, Fénétrange. Fénétrange - 4 rue de la Cave - en ville - Cadastre : 1813 G 365-366 2020 8 48-49
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    pour y faire entrer un silo, une grande partie des baies étaient murées. La maison a fait l'objet d'une de la porte piétonne de droite. La structure initiale a été en partie modifiée notamment aux niveaux des ouvertures du rez-de-chaussée, mais les deux autres niveaux semblent être d'origine. La première les deux baies cintrées qui servaient de présentoir et de point de vente et le reste de la maison l'entrée de la ville, la tourelle d"escalier était mitoyenne de la tour de la porte d'Allemagne. Cette Fénétrange, une maison sise en la rue du kellergass et joignant la porte d’en bas bâtie sur le mur de la sur celle qui monte de la porte d’en bas vers celle d’en haut laquelle rue elle touche y ayante son entrée par une tourelle adjointe à la dite porte et au murs de la ville, d’autre part entre le nord et l’occident jointe à la maison de Joh Lerch de la longueur sur la Keller Gass elle a 64 pieds de largeur jusqu’au mur de la ville 28." La longueur de 64 pieds correspond bien à la réunion des deux maisons
    Référence documentaire :
    « Notes et documents pour servir à l'histoire de Fénétrange, » par Hippolyte Gide Manuscrits de la : Collection numérique : Originaux de la BNU Strasbourg Droits : domaine public Identifiant : ark Les corporations de Fénétrange. BENOIT, Louis. Les corporations de Fénétrange. Mémoires de la
    Représentations :
    L'agrafe de la porte piétonne est ornée de feuilles d'acanthes sculptées. Les encadrement des
    Description :
    pénétrait dans la boutique par une porte piétonne située à gauche de la grande baie cintrée. Cette porte a Cette maison se situe à l'angle de la rue de la cave et de la rue de la porte d'Allemagne. Elle est elle était divisée en trois logements avec trois portes piétonnes sur la façade antérieure (voir la photographie du Denkmalarchiv vers 1890-1930). La toiture à deux pans était couverte de tuile mécanique, sur la façade antérieure avant la restauration, la partie de droite est actuellement couverte de tuile plate tenant avant la restauration. Cette maison était construite sur le mur de la ville, les petites baies visibles sur la partie haute de la façade postérieure correspondent à l'ancien chemin de ronde. A l'origine, l'entrée dans le logis se faisait depuis la porte piétonne de la tourelle d'escalier située sur le pignon droit. Cette tourelle était accolée à la porte d'Allemagne ou d'en-bas avant que cette dernière ne soit détruite en 1838. La maison se développe sur deux étages carrés, au rez-de-chaussée les
    Localisation :
    Fénétrange - 4 rue de la Cave - en ville - Cadastre : 1813 G 365-366 2020 8 48-49
    Titre courant :
    Ancien magasin puis ancienne maison du greffier, rue de la cave, Fénétrange.
    Dates :
    1599 porte la date
    Annexe :
    , cent jantes de voitures non façonnées. A la cave, une tonne à choux-groutte, une grande cuve, deux Documents d'archives AD57, 336U41806, vente d’une maison près de la porte basse à David Karcher chamoiseur et sa femme, d’une part la porte de l’autre Fréderic Muller tonnelier du devant sur la rue et du derrière appuyé sur le mur de la ville sur la cour et dépendances du sieur Regnard. AD57, 338U20, 1846 -chaussée prenant jour par deux croisées sur la rue dite Kellergasse. Dans la cuisine. Dans une chambre croisées sur la rue. Dans une autre chambre au même étage prenant jour par une croisée sur la rue. Au grenier à foin. Dans un autre grenier au-dessus du précédent. Dans la boutique de charron, les outils de fumier. Devant la porte, une brouette et une voiture de fumier. AD57, 2O204/4 Démolition de la porte d’Allemagne qui entrave la libre circulation des voitures et notamment à la rentrée des récoltes. Vente en 21 lots. L’arcade de cette porte est trop basse et étroite, elle gêne la communication du passant avec
    Illustration :
    Plan de la ville de Fenestrange et l'ordre et quantité de maisons et masures avec le noms des de la cave. IVR41_20215731013NUC2A Reproduction de la façade de l'ancienne boutique en par L. Benoît, extrait de : Louis Benoît, Notes sur la Lorraine allemande. Les corporations de Fénétrange, Nancy, 1864. IVR41_20215731014NUC2 Agrafe du linteau de la porte piétonne du 4 rue de la cave, emblème des tonneliers Reproduction de la maison vers 1890-1930, fonds des Photographies du Denkmalarchiv, AD57, Document Maison, 4 rue de la cave, vue d'ensemble. IVR41_20215731709NUC2A Vue de la maison, partie de droite, avant restauration en 2017. IVR41_20215731009NUC2 Maison, 4 rue de la cave, partie gauche. IVR41_20215731011NUC2A Maison 4 rue de la cave, élévation postérieure. IVR41_20215731027NUC2A
  • fontaine - lavoir - abreuvoir
    fontaine - lavoir - abreuvoir Lironcourt - rue de la Fontaine rue de Chaumont - en village - Cadastre : 2016 ZB 78
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La fontaine-lavoir appelée la Grande Fontaine est établie en 1895. Des travaux d’étanchéité, de
    Description :
    La fontaine-lavoir est située au centre de Lironcourt. Elle est composée de deux grands bassins
    Localisation :
    Lironcourt - rue de la Fontaine rue de Chaumont - en village - Cadastre : 2016 ZB 78
    Appellations :
    Grande Fontaine
    Illustration :
    Grande Fontaine-lavoir de Lironcourt, vue de détail de la colonne d'alimentation nord Grande Fontaine-lavoir de Lironcourt, vue de détail de la colonne d'alimentation sud Grande Fontaine-lavoir de Lironcourt, vue de détail de la cloture ouest du lavoir Grande Fontaine-lavoir de Lironcourt, vue d'ensemble depuis le nord. IVR41_20168833958NUC2A Grande Fontaine-lavoir de Lironcourt, vue de détail du pilier central IVR41_20168833961NUC2A
  • lavoir
    lavoir Châtillon-sur-Saône - Corelle (La) - route de Jonvelle - en écart - Cadastre : 2016 ZC 59
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Le lavoir de la Corelle à Chatillon-sur-Saône est construit vers 1800. D'abord à ciel ouvert, il provenant des carrières de la commune. (sources : AD88 - série 2O100/9). D'autres réparations ont lieu en " (reconstruction de la toiture notamment). La tradition orale rapporte également que la fontaine-lavoir tire son nom d'une légende : A l'écart du village, vers la route de Jonvelle, elle coule dans une ancienne -homme dont elle eut une fille qu'elle appela Corelle. A la suite d'un vœu irréfléchi, Corelle cessa de grandir à l'âge de 8 ans et demeura une enfant toute sa vie. On raconte qu'on pouvait la voir jouer au bord de la fontaine, à qui elle a donné son nom.
    Description :
    antérieure sur 3 grandes pierres de taille servant de pilier. La charpente en dosses de sapin est fragilisée Le lavoir de la Corelle est situé à l'écart à l'est de Châtillon-sur-Saône, sous la route allant à par endroit par le passage de la pluie entre des tuiles defectueuses. A l'intérieur, trois bassins genoux. Des bancs sont présents le long du mur adossé à la colline. Un escalier a été aménagé le long de la façade Est pour faciliter l'accès depuis le chemin.
    Localisation :
    Châtillon-sur-Saône - Corelle (La) - route de Jonvelle - en écart - Cadastre : 2016 ZC 59
    Appellations :
    La Corelle
    Annexe :
    geste du battoir, on utilisait seulement la brosse de chiendent et le savon de Marseille. Avant cette l’époque on ne faisait la lessive de blanc que deux à trois fois par an, lorsque les travaux des champs sous peine d’attirer les foudres du ciel. Cette opération de préparation de la lessive était tout un chemises d’homme et de femme, un grand drap coiffe l’ensemble et sert de tamis. Des cendres de bois, agent nettoyant grâce à leur richesse en carbonate de potasse, le recouvre. Le lendemain, on coule la lessive . Assise, une chaufferette aux pieds, entre le baquet et la buanderie je revois ma grand’mère s’adonnant à récipient prolongé d’un long manche en bois, de l’eau tiède, chaude puis bouillante. Un grand chaudron : « passer la lessive ou couler ». L’eau de lessive passée était récupérée dans un baquet par la bonde et on la remettait à chauffer, l’opération se renouvelait plusieurs fois dans la journée. Le coulage se rendait au lavoir soit : la Corelle, la Fontaine aux Prêtres, le canal du moulin sur la Saône
    Illustration :
    Lavoir de la Corelle à Châtillon-sur-Saône, vue d'ensemble de trois quarts droit Lavoir de la Corelle à Châtillon-sur-Saône, vue d'ensemble de face IVR41_20178835386NUC2A Lavoir de la Corelle à Châtillon-sur-Saône, vue d'ensemble de trois quarts droit Lavoir de la Corelle à Châtillon-sur-Saône, vue d'ensemble de la facade latérale droite, de trois Lavoir de la Corelle à Châtillon-sur-Saône, vue de détail des trois piliers en facade antérieure Lavoir de la Corelle à Châtillon-sur-Saône, vue intérieure IVR41_20178835390NUC2A Lavoir de la Corelle à Châtillon-sur-Saône, vue intérieure des bassins IVR41_20178835391NUC2A Lavoir de la Corelle à Châtillon-sur-Saône, vue intérieure des bassins IVR41_20178835392NUC2A Lavoir de la Corelle à Châtillon-sur-Saône, vue intérieure de la charpente IVR41_20178835393NUC2A
  • Ferme n°40
    Ferme n°40 Harol - Frison - 160 chemin des Sources - en écart - Cadastre : 2020 ZO 141
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme n°40 de Harol (Frison) est établie au début du 19e siècle, en 1815 selon la pierre de fondation située à droite de la porte piétonne : "J'AI ÉTÉE POSEE / PAR MERONIQUE ANTOINE LE 22 / AVRIL 1815 ". La construction est confiée par François Antoine (propriétaire, et cultivateur de la cense de Frison archive privée : annexe 1). L'agrandissement au nord a été effectué suite à la vente de terrains situés à Bouzey lors de la construction du barrage dans les années 1870-1880 (source orale). D'autres
    Représentations :
    Les façades sont structurées par les chaines d'angle harpées. L'encadrement de la porte piétonne est mouluré, surmonté d'une corniche et d'une niche abritant une statuette de la Vierge. La pierre de
    Datation principale :
    1er quart 19e siècle porte la date
    Description :
    La ferme n°40 de Hadol est située dans l’écart de Frison, au sud-ouest du territoire communal, en retrait de la rue principale. Non mitoyenne, cette ferme est composée de trois travées avec une double abreuvoirs, servant aussi de lavoir est mitoyenne avec la ferme voisine. Les conditions de partage ont été blanc. Les fenêtres présentent un linteau droit, tandis que la porte charretière est en plein cintre.
    Dates :
    1815 porte la date
    Annexe :
    premier grenier deux escaliers pour la cave deux grandes portes en pierre de taille pour les engrangement Annexe 1 : notes relatives au contrat de construction de la Ferme n°40 de Frison (Harol) en 1814 . Contrat du 28 […] 1814, entre François Antoine, Cultivateur à la cense de Frison, et Dominique Humblot vestibule pavé en pierre de taille, ainsi que la cuisine un escalier en pierre de taille pour monter au pour rétribution 1000 francs payer pour moitié au 1er mai et l’autre moitié à la saint-martin 1815. Annexe 2 : Notes relatives au contrat de partage de la fontaine mitoyenne entre les fermes n°40 et quoique la fontaine soit située sur la propriété de M. Antoine. Il est mentionné que : le droit d’accès la fontaine est le même pour Antoine et Marulier du coté de la cour, comme mentionné dans le partage du 28 12 1855. Du coté de la curtille du Sieur Antoine, le droit d’eau est limité à une largeur de 1.50 m à partir de l’angle de la fontaine et sur toute la longueur des trois bassins, c’est-à-dire
    Illustration :
    Harol, Frison, Ferme n°40, contrat de partage de l’usage de la fontaine mitoyenne (1881) - page 1/2 Harol, Frison, Ferme n°40, contrat de partage de l’usage de la fontaine mitoyenne (1881) - page 2/2 Harol, Frison, Ferme n°40, façade antérieure, vue de détail de la porte piétonne Harol, Frison, Ferme n°40, façade antérieure, vue de détail de la pierre de fondation à gauche de la porte piétonne. IVR41_20208830884NUC2A
  • fontaine - lavoir - abreuvoir
    fontaine - lavoir - abreuvoir Lamarche - place saint-Charles rue du Château Lambert place Jules Ferry - en village - Cadastre :
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La fontaine-lavoir des Sources a probablement été établie en 1835 par François Grillot (architecte ), en remplacement de la Fontaine des Halles préexistante sur la place Saint-Charles, visible sur le , probablement dans les années 1880, par la Fonderie de Montiers-sur-Saulx en Meuse selon la signature sur le ) proviennent de la fonderie Brousseval, selon le modèle du catalogue Desforges, Brochon et Festugière. Un panneau signalétique au-devant de la fontaine porte la mention "Fontaine / Des Sources / 1835". L'ensemble
    Représentations :
    . La sous-face de la grande vasque est moulée de 8 panneaux d'arabesques, d'une frise d'oves, de Les piliers et l'arc en façade antérieure sont soulignés de moulures. La colonne d'alimentation de la fontaine de fonte est ornée sur sa base de guirlandes de coquillages, de roseaux et de nénuphars nénuphars (fleur et feuilles) et de mascarons à tête de femme encadrée de roseaux. Le pilier supportant la seconde vasque et la statue sommitale est flanquée de roseaux et de deux hérons tenant en leur bec un poisson. La ronde bosse représente une femme drapée, marchant et portant au-dessus de sa tête un cygne aux
    Datation principale :
    2e quart 19e siècle daté par travaux historiques porte la date
    Description :
    déverse à l'intérieur de la construction dans un bac carré de rinçoir, puis dans le grand bassin La fontaine-lavoir des Sources est située au centre de la ville. Le bâtiment est de plan rectangulaire construit en moellons enduits. La façade antérieure est en pierre de taille, largement ouverte et rehaussée d'un arc central sous un pignon, rompant la toiture à longs pans avec croupes. Cette arche met en valeur la fontaine en fonte, qui est composée d'une colonne d'alimentation surmontée de deux vasques et . Elle est également à rapprocher de celle de Bazoilles-sur-Meuse (IA00126972) dont la base et la statue
    Dates :
    1835 daté par travaux historiques porte la date
    Illustration :
    Fontaine-lavoir des Sources à Lamarche, vue de détail de la colonne d'alimentation et de la grande Fontaine-lavoir des Sources à Lamarche, vue d'ensemble de face de la facade antérieure Fontaine-lavoir des Sources à Lamarche, vue d'ensemble de trois quarts droit de la facade Fontaine-lavoir des Sources à Lamarche, vue d'ensemble de profil de la fontaine et des abreuvoirs Fontaine-lavoir des Sources à Lamarche, vue d'ensemble de face de la fontaine Fontaine-lavoir des Sources à Lamarche, vue de détail de la signature sur le bassin circulaire Fontaine-lavoir des Sources à Lamarche, vue de détail du pilier et de la petite vasque Fontaine-lavoir des Sources à Lamarche, vue de détail de la statue au sommet de la fontaine
  • Ferme n°48
    Ferme n°48 Dompaire - Laviéville - 251 rue de Laviéville - en village - Cadastre : 2019 AC 28
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    fondation située à droite de la porte piétonne : "CETTE PIER / A ÉTÉ POSE PAR / ELIZaBETH GRAND/VALLET LE d'assemblage). Ceux de porte centrale portent des graffitis à la craie rouge du nom de la famille : "Grand / Grand BAS". La toiture a été remplacée récemment. La ferme n°48 de Dompaire a été établie au début du 19e siècle, selon la mention de la pierre de 16 JUIN 1802 AN / 10 DE LA RPQUE". Des modifications postérieures ont été apportées. Les piédroits
    Représentations :
    La façade antérieure est structurée par des chaines d'angle. La porte piétonne à imposte vitrée est corniche et d'une niche abritant une statuette de la Vierge de Lourdes.
    Datation principale :
    1er quart 19e siècle porte la date
    Description :
    La ferme n°48 de Dompaire est située dans à Laviéville, hameau regroupé autour de l’église. Non -mitoyenne, sa façade antérieure s’ouvre à l’Est sur la rue en retrait pour dégager un large usoir. Cette grande ferme est constituée de six travées de plan, à savoir : un logis principal, une étable de part et d'autre de la grange, un 2e logis, une 2e grange et une 3e étable (du sud au nord). Le logement Sud, en profondeur, est composé d’un poêle prenant le jour sur la rue, d’une cuisine et d’une chambre par le pignon autres dans le prolongement. Au-dessus, un pigeonnier a été installé sous la toiture avec pierre d'envol en façade sud. L’habitation est séparée de la partie agricole par un couloir dans l’axe de la porte , éclairés par deux gerbières au-dessus des portes piétonnes et des oculi sous la toiture. Certaines baies contre la façade du logis.
    Dates :
    1802 porte la date
    Illustration :
    Dompaire, Ferme n°48, mur pignon sud, vue de détail des bardeaux et de la pierre d'envol Dompaire, Ferme n°48, facade antérieure, vue de détail de la porte piétonne. IVR41_20198840428NUC2A Dompaire, Ferme n°48, facade antérieure, vue de détail de la pierre de fondation située à droite de la porte piétonne. IVR41_20198840429NUC2A Dompaire, Ferme n°48, facade antérieure, vue de détail de la niche au-dessus de la porte piétonne Dompaire, Ferme n°48, facade antérieure, vue de détail du heurtoir de la porte piétonne Dompaire, Ferme n°48, facade antérieure, vue de détail du loquet-poucier de la porte piétonne Dompaire, Ferme n°48, facade antérieure, vue de détail de la partie nord. IVR41_20198840419NUC2A Dompaire, Ferme n°48, facade antérieure, vue de détail du piédroit gauche de la porte charrtière Dompaire, Ferme n°48, facade antérieure, vue de détail du piédroit droit de la porte charrtière
  • Ensemble plateau à burettes et 2 burettes
    Ensemble plateau à burettes et 2 burettes Nancy - rue Vayringe
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Description :
    , possèdent un corps tronconique, au bord mouvementé. Seule la burette pour le vin, est munie d'une anse.
    Dimension :
    la 12.0 cm plateau
  • Ciboire
    Ciboire Gogney - rue de l'Église
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    Ciboire réalisé au début du 21e siècle par la marque Uruszczak à Cracovie et vendu par l'entreprise Saget installée à Lille. Un ensemble (calice, patène, ciboire) de la même marque a été vu dans l'église d'Eulmont (IM54014050). Ce ciboire a été acquis ainsi que le calice n°2 (IM54302833) à la suite du vol début de l'année 2013, avec d'autres objets religieux volés, ils avaient été aplatis. La mairie, ayant
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Ciboire - détail de la marque IVR41_20155435065NUC2A
  • Calice n°2
    Calice n°2 Gogney - rue de l'Église
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    Calice, réalisé au début du 21e siècle, sous la marque Artesania sacra du groupe madrilène Luis Molina Acedo S.A. Cette marque a été identifiée sur la copie du calice de Tassilo conservée dans l'église d'Hudiviller (IM54302137). Ce calice a été acquis ainsi que le ciboire (IM54302842), à la suite du vol commis dans l'église en septembre 2012. La mairie, ayant porté plainte, a pu acheter cet ensemble. Le calice
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Calice en laiton doré, monté sur tige d'enfilage. Le calice ne présente aucun décor si ce n'est la
  • Ciboire n°1
    Ciboire n°1 Hudiviller - rue de Rosières
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    : SPAIN ; marque d'auteur et inscription frappées sur la doublure du pied
    Historique :
    (IM54302137), font partie de la gamme dite "Classique", produite par la marque madrilène Artesanía Sacra marque a été repérée sur la copie du calice de Tassilo conservé dans l'église de Baccarat (IM54009570).
    Illustration :
    Ciboire n°1 - détail de la marque IVR41_20155430929NUC2A
  • Ensemble n°3 (calice, patène et boite de calice)
    Ensemble n°3 (calice, patène et boite de calice) Hudiviller - rue de Rosières
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    : SPAIN ; marque d'auteur et inscription frappées sur la doublure du pied
    Historique :
    réalisé au début du 21e siècle. Cet ensemble, ainsi que le ciboire n°1, font partie de la gamme dite "Classique", produite par la marque madrilène Artesanía Sacra. Cette maison fut fondée par l'orfèvre Luis père et fonde à partir de 1955 l'entreprise Molina. Cette marque a été repérée sur la copie du calice
    Description :
    pied circulaire du calice, monté sur tige d'enfilage, est gravée une croix pattée. La patène, en un . La boite en bois est recouverte à l'intérieur de feutre rouge.
  • Ferme du château de Roncourt
    Ferme du château de Roncourt Hagnéville-et-Roncourt - Roncourt - 1 rue Château (du) - en village - Cadastre : 2017 AB 31 colombier AB 32 ferme/commun 2017 AB 33 chateau
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_16 :
    jours rectangulaires sous la toiture
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    : Lepage et Charton). A la fin du 16e siècle (1583), la seigneurie de Roncourt est donnée par René d'Anglure, seigneur de Lignéville, de Bourlémont et gouverneur de La Mothe à la famille à la famille Menu ou armorial général de la Lorraine et du Barrois. Chez Thomas père et fils Imprimeurs-libraires, 1758 ). La seigneurie est ensuite transférée à Nicolas Hennequin, comte de Fresnel (vers 1760), puis au sieur salon et des autres pièces. Le domaine comprend alors aussi une grande ferme, un colombier, des engrangements et des écuries. La chapelle initialement en bois sur un caveau humide, dépendait à l'origine du château et a été cédée à la commune de Roncourt vers 1800. Sa cloche est bénie en 1774. Elle est bordée au -11T28/292). Reconstruite à la fin du 19e siècle, la chapelle utilise des éléments remployés provenant peut-être de l'ancienne chapelle : colonnes, pierres sculptées et des panneaux de bois de la porte d’engrangement sont dépouillés des aménagements intérieures et le corps de bâtiment sud est détruit. Dans la
    Référence documentaire :
    Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois Pelletier, Ambroise. Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois. Chez Thomas père et fils Imprimeurs-libraires, 1758 . Conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon. Numérisé le 3 févr. 2012 et consulté le 29 nov. 2017 : https
    Représentations :
    (pilastres...), médaillons, trophée d'instruments de musique (violon, flutes...). La rampe de l'escalier
    Description :
    nombreuses et de grandes dimensions. La porte piétonne centrale, surélevée, possède un encadrement en pierre placard, et la cuisine avec sa grande cheminée de pierre. L'ensemble est construite en moellons de grès La propriété du château de Roncourt est située le long de la route entre Beaufremont et Saint-Ouen jours au-dessus sont en plein cintre. Le colombier est doté d'une cheminée qui a été ajoutée lors de la création d'un logis au rez-de-chaussée (probablement au 19e siècle). La façade antérieure du logis (Est) a été placée dans l'alignement de la rue principale du village. Ordonnancées les ouvertures sont desservant les chambres à l'étages. Au rez-de-chaussée, trois grandes chambres s'ouvrent vers l'est, avec et trois petites lucarnes. La façade sud du château présente trois petites baies avec un fort
    Dates :
    1859 porte la date
    Illustration :
    Communs et colombier, vue de la façade latérale gauche, vue d'ensemble de trois quart gauche (1982 Communs et colombier, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de trois quart droit Communs en ruines, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de trois quart gauche Communs en ruines, vue de la façade postérieure, vue d'ensemble de trois quart gauche Chateau, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de face IVR41_20178837648NUC2A Chateau, vue de la façade latérale nord, vue d'ensemble de trois quart gauche (1982 Chateau, vue de la façade latérale sud, vue d'ensemble de face (1982) IVR41_19828803919Z Chateau, vue de la façade latérale sud, vue d'ensemble de trois quart gauche (1982 Chateau, vue de la façade latérale sud, vue de détail d'une baie des combles (1982 Maison près de l'église, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de trois quart gauche
  • Statue du Cygne
    Statue du Cygne Remiremont - rue Charles de Gaulle place de la Libération rue des Pretres - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La statue du Cygne surmonte une fontaine qui fait partie d'un ensemble de mobilier urbain mis en d'embellir cette petite ville pour la moderniser. La statue du Cygne a probablement été réalisée par les fonderies de Tusey en 1845, au moment de la reconstruction de la fontaine devant la poste aux chevaux, entre les deux grandes arcades qui avait été construite en 1829.(sources : AD88 - 2O401/14) Endommagée à plusieurs reprises, puis de nouveau cassée le 5 novembre 2000, la statue du cygne est reproduit à
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La statue de fonte sur la fontaine représente un cygne émergeant des roseaux, debout, les ailes
    Localisation :
    Remiremont - rue Charles de Gaulle place de la Libération rue des Pretres - en ville
    Illustration :
    Statue de la fontaine du Cygne à Remiremont, vue d'ensemble de trois quarts droit Statue de la fontaine du Cygne à Remiremont, vue d'ensemble de trois quarts gauche Statue de la fontaine du Cygne à Remiremont, vue d'ensemble de dos IVR41_20168834955NUC2A Statue de la fontaine du Cygne à Remiremont, vue de détail de la tete IVR41_20168834956NUC2A
  • Fontaine du Cygne
    Fontaine du Cygne Remiremont - rue Charles de Gaulle place de la Libération rue des Prêtres - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    grandes arcades (devant le 43 rue Charles de Gaulle), qui est en mauvais état. La commission souhaite La fontaine du Cygne fait partie d'un ensemble de mobilier urbain mis en place à Remiremont, dans les années 1828-1830, par Stanislas Bresson, le maire. Elle a été réalisée devant la poste aux chevaux 1845, le conseil municipal prend la décision de reconstruire cette fontaine, située entre les deux construit en granit. La dépense est évaluée par l’architecte à 800 francs. Elle était alimentée par la fontaine des Dauphins, qui lui servait de réservoir. (sources : AD88 - 2O401/14). La statue du Cygne a peut -être été réalisée par les fonderies de Tusey à ce moment. Suite à la démolition d’une dizaine de maisons rue des Prêtres, la place libérée et l’économie ne permet pas la création d’une fontaine monumentale, la fontaine au Cygne y est alors déplacée en 1862 (emplacement actuel). Endommagée à plusieurs reprises, puis de nouveau cassée le 5 novembre 2000, la statue du cygne est reproduite à l'identique par
    Représentations :
    La statue de fonte représente un cygne émergeant des roseaux, debout, les ailes ouvertes, et le cou
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La fontaine du Cygne est située au centre de Remiremont, le long de la rue principale, sur une placette au carrefour de la rue des Prêtres. Elle est composée d'un bassin ovale en granite, monolithique
    Localisation :
    Remiremont - rue Charles de Gaulle place de la Libération rue des Prêtres - en ville
    Appellations :
    Fontaine devant la poste aux chevaux
    Illustration :
    Fontaine du Cygne à Remiremont, carte postale de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle Fontaine du Cygne à Remiremont, vue de détail de la statue IVR41_20168834953NUC2A
  • Ensemble de cabanes de vigneron
    Ensemble de cabanes de vigneron Ville-sur-Illon - Le Haut de Hayonveau Mechey - chemin d' Exploitation n°26 chemin d' Exploitation n°28 - isolé - Cadastre : 2020 ZM 14 en ruine 2020 ZM 15 2020 ZM 18
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Un grand nombre de cabanes de vigneron se trouvaient à proximité de Ville-sur-Illon, dont 18 figurent sur le plan cadastral de 1841 (AD88-3P5448), d’autres ont été établies dans la seconde moitié du 19e siècle. En effet, l’exploitation de la vigne est progressivement abandonnée suite à de faibles remembrés, elles ont toutes disparu, sauf trois situées au lieu-dit Mechey : - La cabane de vigneron A (parcelle 2020 ZM 18) : restaurée récemment en remployant notamment des tuiles de 1898 portant provenant la tuilerie de Foinant à Lerrain sur la mention portée : « FOINANT FRERES / LERRAIN / VOSGES / 1891 » - La cabane de vigneron B (parcelle 2020 ZM 15) : datant de la seconde moitié du 19e siècle, ruinée et rénovée rapidement récemment. - La cabane de vigneron C (parcelle 2020 ZM 14) : datant de la seconde moitié du 19e siècle, en ruines et remplacée par un abri en bois dans la 2e moitié 20e siècle.
    Référence documentaire :
    Doyen, Jean-Pierre. Grandeur et décadence de la vigne dans le pays de Dompaire de 1845 à 1939. JEV 2011. Doyen, Jean-Pierre. Grandeur et décadence de la vigne dans le pays de Dompaire de 1845 à 1939. In
    Description :
    dominant la route allant à Pierrefitte, initialement couvert de vigne, actuellement de quelques vergers (nord de la route de Pierrefitte) - Section D6 : 6 cabanons (le long de la route de Pierrefitte ) - Section B3 : 1 cabanon lieu-dit Maison du Loup (rue de la Croix de Mission) - Section A1 : 4 cabanons Les
    Dimension :
    la 3.0 m cabane A la 2.0 m cabane B
    Illustration :
    de la sous-face des tuiles signées et datées. IVR41_20208831568NUC2A de la baie ouest. IVR41_20208831570NUC2A Cabane de vigneron B, Ville-sur-Illon, Mechey (parcelle 2020 ZM 15), vue intérieure, vue de la
  • Ferme de l'ancienne maison seigneuriale du Houx
    Ferme de l'ancienne maison seigneuriale du Houx Parey-sous-Montfort - 55 rue Gras (du) 43 rue Gras (du) - en village - Cadastre : 2017 B 751 ancienne ferme 2017 B 258 Château 2017 B 752 colombier
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_16 :
    jours rectangulaires sous la toiture
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme est une dépendance de l'ancienne maison seigneuriale Du Houx qui a été construite à la fin du 18e siècle, selon la mention "CETTE PIERRE. A ETE / POSE PAR DEMOISELLE / ALEXANDRINE CATHERINE [...] / ATRE LIEU ET DE DAME / RENE FRANCOISE DE burtel / DAME [...] /1786" gravée sur la pierre de fondation reste inachevé au moment de la Révolution Française, seul le rez-de-chaussée est achevé. L'étage est aménagé par la suite. Des travaux sont entrepris en 2016 sur le logis : remplacement des tuiles par des
    Représentations :
    La porte piétonne de la maison seigneuriale est surmontée d'une corniche. La pierre de fondation est ornée de fleurs dans les angles. La baie de l'étage du colombier est munie d'un linteau en remploi sculpté. Il représente une fleur de lys soutenue à gauche par un griffon et à droite par un lion. La toiture de la maison seigneuriale est coiffée de deux drapeaux en fer blanc et celle du colombier par un
    Description :
    sur la cour, au nord .L'autre façade apporte de la lumière dans les pièces par de grande baies au sud L'ancienne maison seigneuriale du Houx est située au centre de Parey-sous-Montfort le long de la principal d'habitation est de plan rectangulaire avec une façade antérieure orienté au nord la cours. Celle marquent les angles du bâtiment et distingue la travée centrale qui accueille a porte piétonne s'ouvrant corridor dallé). Le sous-sol présente deux caves voutées, dont celle sous la cuisine est percée d'un puits . La cour est bordée à l'ouest par le bâtiment de dépendance agricole. Ses extrémités sud et nord ont centrale, surmontées de greniers. Il existait probablement un logement de manouvrier. Au nord de la cour la baie. Elle sert de logement à la fin du 19e siècle (AD88-11T26/254).
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_12 :
    Ferme de la maison seigneuriale
    Illustration :
    Ferme de la maison seigneurlale Du Houx, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de trois Maison seigneurlale Du Houx, vue de la façade nord, vue d'ensemble de trois quart droit (1982 Maison seigneurlale Du Houx, vue de la façade nord, vue de la pierre de fondation (1982 Colombier de la maison seigneurlale Du Houx, vue de la façade sud, vue d'ensemble de face (1996 Ferme de la maison seigneurlale Du Houx, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de face Ferme de la maison seigneurlale Du Houx, vue de la façade antérieure, vue de détail de la porte Maison seigneurlale Du Houx, vue de la façade sud, vue d'ensemble de trois quarts droit Maison seigneurlale Du Houx, vue de la façade nord, vue d'ensemble de trois quart gauche Maison seigneurlale Du Houx, vue de la façade nord, vue d'ensemble de trois quart gauche Colombier de la maison seigneurlale Du Houx, vue de la façade sud, vue de détail de la partie
  • Ferme n°9
    Ferme n°9 Derbamont - 18 rue de l'Eglise - en village - Cadastre : 2018 AA 5
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme n°9 de Derbamont semble remonter au moins à la première moitié du 19e siècle, selon la date "1841" gravée sur la clef de l'encadrement de la porte charretière. Des modifications postérieures
    Représentations :
    L'encadrement de la porte charretière est muni de moulures à la hauteur des chapiteaux et d'une agrafe datée. La porte piétonne est ornée de panneaux sculptés de plis de serviette et de feuillages . La toiture du pavillon est soulignée par une corniche moulurée et un lambrequin de bois et deux épis de faîtage en métal représentant un ange et la lune.
    Datation principale :
    2e quart 19e siècle porte la date
    Description :
    façade antérieure est à l'ouest afin de s’ouvrir sur la rue. Cette grande ferme est composée de trois La ferme n°9 de Derbamont est située en bordure de la rue principale, au centre du village. La travées de plan avec un logis de part et d'autre de la grange. L’avant-grange pavée définit le charri, un est constitué d’une pièce au-dessus d’une cave mettant à profit la dénivellation du terrain. Une autre cave se trouve à l'arrière du logis principal, au nord. Celui-ci a été agrandi par la construction d’un vitrée, valorisée par un escalier avec un garde-corps (dénaturé), donnant dans la cuisine. Celle-ci était équipée d’une pierre à eau sous la baie et d’une cheminée avec un placard-chauffant à l’arrière dans le poêle. Il existait dans la ferme, un four à pain qui a été détruit.
    Dates :
    1841 porte la date
    Illustration :
    Derbamont, vue de la rue de l'âtre. carte postale du milieu du 20e siècle IVR41_20188839118NUC1Y Ferme n°9 de Derbamont, vue d'ensemble de la facade antérieure, de trois quarts gauche (1977 Ferme n°9 de Derbamont, vue d'ensemble de la facade antérieure, de trois quarts droit (1996 Ferme n°9 de Derbamont, vue d'ensemble de la facade antérieure, de trois quarts droit (1996 Ferme n°9 de Derbamont, vue en facade antérieure, détail de la porte piétonne (1996 Ferme n°9 de Derbamont, vue en facade antérieure, détail de l'agrafe datée au-dessus de la porte Ferme n°9 de Derbamont, vue d'ensemble de la rue de l'église. IVR41_20188839125NUC2A Ferme n°9 de Derbamont, vue d'ensemble de la facade antérieure, de trois quarts gauche Ferme n°9 de Derbamont, vue d'ensemble de la facade antérieure, de trois quarts droit Ferme n°9 de Derbamont, vue en facade antérieure, détail de l'agrafe datée au-dessus de la porte
  • Ferme n°63
    Ferme n°63 Dompaire - Laviéville - 32 ruelle de Laviéville - en village - Cadastre : 2019 AC 35
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme n°63 de Dompaire possède une structure qui remonte au premier quart au 17e siècle selon la date "1618" sculptée sur le linteau de la porte piétonne du logis nord, dans le charri. C'est la plus ancienne date portée en place relevée dans la commune et sur l'ex-canton de Dompaire. Des modifications ont été apportées postérieurement, notamment dans le logis sud (installation d'un four à pain dans la
    Représentations :
    Les encadrements des deux portes charretières, de la baie droite à l'étage, et de deux baies du pignon nord-ouest sont chanfreinés. En façade sud-ouest, la baie de l'étage gauche est à linteau trilobé . Un écusson sculpté d'une croix est placé au-dessus de la porte charretière. Les volets présentent des petits jours en forme de balustre. Dans le charri, la porte piétonne du logis sud est surmontée d'un linteau trilobé, sculpté d'un écusson. L'encadrement de la porte piétonne du logis nord est mouluré et son
    Datation principale :
    1er quart 17e siècle porte la date
    Description :
    . Cette grande ferme est constituée de trois travées avec un logis de part et d'autre de la grange La ferme n°63 de Dompaire est située dans à Laviéville, hameau regroupé autour de l’église. Non sous la baie, et un four à pain dans la cheminée (logis dénaturé). Cette travée se divise en deux espaces en façade sud : une étable et un 3e logis, dont la cuisine a été ajoutée sur l’usoir en rabaisse . Actuellement en ruine, une petite cheminée dans l’angle (traces de badigeon bleu) et une pierre à eau sous la une cheminée contre le pignon et une pierre à eau sous la baie. A l’arrière, l’écurie et l’étable s’ouvrent au sud. La grange est traversante, mais est subdivisée au nord par un charri : un espace clôt par (reconstruit en 2018), une pierre en remploi porte la date "1565".
    Dates :
    1618 porte la date
    Illustration :
    Dompaire, Laviéville, Ferme n°63, facade antérieure nord-est, vue de détail de la porte charretière Dompaire, Laviéville, Ferme n°63, facade antérieure nord-est, vue de détail de l'arc de la porte Dompaire, Laviéville, Ferme n°63, facade antérieure nord-est, vue de détail de la baie de la Dompaire, Laviéville, Ferme n°63, facade antérieure nord-est, vue de détail de la baie à linteau de la porte charretière. IVR41_20198840441NUC2A Dompaire, Laviéville, Ferme n°63, facade antérieure nord-est, vue de détail de la baie à Dompaire, Laviéville, Ferme n°63, pignon est, vue de détail de la baie à encadrement chnafreiné Dompaire, Laviéville, Ferme n°63, facade antérieure sud-ouest, vue de détail de la porte -dessus de la porte du logis Est. IVR41_20198840447NUC2A Dompaire, Laviéville, Ferme n°63, muret nord de clôture du jardin, vue de détail de la pierre datée
  • église Saint-Joseph de l'abbaye des Prémontrés Saint-Joseph puis temple Saint-Jean
    église Saint-Joseph de l'abbaye des Prémontrés Saint-Joseph puis temple Saint-Jean Nancy - place Maginot - en ville - Cadastre : 1865 F 1176 2006 BY 282
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    de 30 pieds sur la place. Les travaux commencés en 1713 sur les plans de Jean Betto furent interrompus en 1722 par la mort de l'architecte et des difficultés financières. 1 élévation et 2 coupes non comme réalisés) et d'un clocher hors-oeuvre couvert à l'impériale près du choeur. La façade comprenait 2 niveaux d'élévation avec superposition d'ordres comme à la primatiale de Nancy et à Bosserville, mais pas de fronton en plein cintre ni niche encadrant la baie centrale. La 2e phase de la construction fut entreprise sous la direction du père Norbert Abraham (mort en 1751) peut-être l'auteur de la modification de par des dons et un emprunt de 37 000 francs. Seuls les murs et la charpente purent être réalisés. Une datation par dendrochronologie sur 3 fermes permet de confirmer la date de 1736. L'attribution au Père Louis Hugo parfois citée et la date de 1743 ne sont pas confirmées. Le chantier ne fut achevé qu'en 1758 par Claude Mique dit La Douceur (1754-1796) qui réalisa le vitrage, les portes, les voûtes et les
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Situé à l'angle de la place Maginot et de la rue Chanzy, le temple est séparé des immeubles à grossier pour le soubassement, pierre de taille de type calcaire de Norroy pour la façade, chaîne d'angle harpée soulignant la structuration de l'édifice sur la rue), il est couvert d'un toit à longs pans en belvédère. Le dernier niveau des tours est scandé par des pilastres ioniques. La façade sur la place est au transept inscrit et 2 travées de choeur s'achevant par 1 abside de plan hémicirculaire. La place les grandes baies en plein cintre. Le voûtement, en brique pleine et enduite, est d'arrête, à l'exception de la croisée du transept souligné comme à l'église abbatiale de Pont-à-Mousson, à l'église Saint -Sébastien ou à la cathédrale de Nancy par une coupole ici de plan ovale et surbaissée. Les élévations intérieures en moellon enduit sont scandées par la présence de pilastres en pierre de taille d'ordre composite subsiste les traces de badigeon jaune très pâle sur la sculpture en bas-relief. Un escalier en vis en
    Illustration :
    Détail de plan pittoresque de Nancy, 1841 par Châtelain (le temple se situe dans la partie Vue d'ensemble de la façade IVR41_20175454729NUC2A Vue vers le choeur depuis la tribune d'orgue IVR41_20175454731NUC2A Vue d'ensemble vers le choeur depuis la nacelle IVR41_20175454732NUC2A La charpente de la nef IVR41_20175454733NUC2A Enrayure de la charpente d'une tour IVR41_20175454734NUC2A Détail du voûtement de la nef : vue depuis la charpente IVR41_20175454735NUC2A Briques en terre cuite non utilisées pour le voûtement de la nef et conservées sur les reins de
  • synagogue puis temple de calvinistes de Senones
    synagogue puis temple de calvinistes de Senones Senones - - quai Jules Ferry
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La présence de juifs à Senones est attestée au moins depuis 1779 (abjuration de Jacob Samuel) et se d’Alsace. A partir de 1862, la communauté comprit un ministre du culte et enterrait ses morts au cimetière particulier à Raon-l’Etape. Après la première guerre mondiale, elle décrût fortement. Au lendemain de la de Senones se réunissaient dans un immeuble qui fut vendu peu avant 1894 contraignant la communauté à son absence de caractère architectural et la pauvreté du décor puis le manque de lumière et la fragilité de la charpente. Après plusieurs interventions auprès du Préfet, la communauté obtint gain de , un inventaire détaillé est réalisé dans le cadre de la loi du 9 décembre 1905. Durant la Seconde guerre mondiale, la synagogue fut mise sous séquestre et vandalisée. Elle souffrit également des bombardements d’octobre 1944. En février 1949, le consistoire central israélite prenant acte de la quasi -disparition de ces coreligionnaires à Senones et tenant à remercier la communauté protestante de la ville pour
    Référence documentaire :
    archives de la communauté protestante de Senones archives de la communauté protestante de Senones Plan d'une synagogue pour la communauté israélite de Senones modifié conformément aux observations avril 1894 Plan d'une synagogue pour la communauté israélite de Senones modifié conformément aux
    Datation principale :
    4e quart 19e siècle porte la date daté par source
    Description :
    Située au centre de la commune, sur le quai Jules Ferry, l’ancienne synagogue actuellement temple plus étroit comprend le vaisseau unique de la nef. Un seul toit à longs ans en tuiles mécaniques couvre l’ensemble. Construit en moellon de grès enduit avec une grande simplicité, l’édifice ne comporte en façade , l’oculus central et les acrotères. Un strict parti de symétrie a été observé. La date de 1896 est gravée au sommet du pignon. L’arc en plein cintre qui souligne la porte est marqué d’une citation en hébreu (Isaïe dessin soigneusement tracé par un réseau de fer plat enchâssant un verre transparent. La charpente très croix en bois. La tribune des femmes marquée par un corps de balustres en bois tourné court sur un seul côté, au revers de la façade et s’ouvre sur la nef par une porte à quatre vantaux. Elle est accessible
    Dates :
    1896 porte la date
    Annexe :
    Texte de la plaque commémorative Car ma maison sera appelée /maison de prière pour/tous les peuples
    Illustration :
    Plan d'une synagogue pour la communauté israélite de Senones modifié conformément aux observations Détail du décor de la façade antérieure IVR41_20108838375NUC4A Détail de la façade antérieure : la rosace et l'inscription en hébreu IVR41_20108838376NUC4A Rosace de chevet au dessus de l'arche sainte (la courbure extérieure de celle-ci se devine en dessous de la rosace) IVR41_20108838377NUC4A Vue depuis la tribune vers le choeur IVR41_20108838378NUC4A Vue intérieure vers la tribune. IVR41_20108838380NUC4A Escalier d'accès à la tribune IVR41_20108838381NUC4A Vue d'ensemble de la charpente IVR41_20108838382NUC4A