Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Fontaines des Vosges
    Fontaines des Vosges
    Référence documentaire :
    Les fontaines-lavoirs de Franche-Comté GRISEL, Denis. Les fontaines-lavoirs de Franche-Comté
    Texte libre :
    de ceux de Remiremont (cf. IA88031164) et Raon-l'Etape (cf. IA88031165). Tous les deux protégés en Chanoinesses de Remiremont, et les deux fontaines du jardin du Chanoine de Serres à Saint-Dié. Ces 24 denses et dans les villes du piémont (Raon l'Etape, Saint-Dié, Remiremont, Bains-les-Bains, Plombières Sur les 1145 fontaines et abreuvoirs recensés dans les Vosges, plus des trois quarts sont des -fontaine). Les 20% restant correspondent à des fontaines dont la vocation ornementale est très marquée communes qui ont eu les moyens de les édifier. Aussi sont-elles de grandes dimensions, généralement avec des décors sculptés, parfois porteuses d'un message symbolique. Si une partie a été installée dans les entre la fontaine d'une part, et les lavoirs et les abreuvoirs d'autre part, est affirmée. De même que les lavoirs sont progressivement couverts et isolés des animaux, les fontaines destinées à la fontaines similaires (Ortoncourt, Serécourt, fontaines du pont de la République à Saint-Dié…). Les plus
    Illustration :
    Fontaine Neptune à Remiremont, vue d'ensemble de trois quarts droit (classé MH : 1966/12/20 Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue d'ensemble depuis le nord-ouest IVR41_20168834963NUC2A Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue de détail d'une borne de protection en fonte Répartition des dates de constructions des fontaines et fontaines-abreuvoirs relevées dans les Graphique de répartition des matériaux relevés pour les fontaines ornementales dans les Vosges les Vosges IVR41_20178835686NUC2A Liste des fontaines ornementales relevées dans les Vosges IVR41_20178835690NUC4Y Carte de répartition de fontaines circulaires et hémicirculaires relevées dans les Vosges et de Carte présentant la densité par commune des fontaines d'ornement avec statue relevées dans les Carte présentant la densité des fontaines issues de la BD TOPO® dans les Vosges
  • Bains-douches des Vosges
    Bains-douches des Vosges
    Référence documentaire :
    Les bains-douches en Limousin, une hygiène populaire au début du XXe siècle Aymard, Colette. « Les Comment les bains-douches sont devenus municipaux dans "Histoire & Patrimoine du Pays de Mirecourt " Chiaravalli, Danièle. Comment les bains-douches sont devenus municipaux dans "Histoire & Patrimoine du Pays de Mirecourt", Les Amis du vieux Mirecourt-Regain. septembre 2011, n°4, p. 10 Strasbourg, Colmar, Mulhouse : les programmes de bains municipaux en Alsace au début du XXe siècle , une politique volontaire d'hygiène publique. Triboux, Patrice. Strasbourg, Colmar, Mulhouse : les
    Texte libre :
    médecin sur le site (Gérardmer, Remiremont, Épinal, Thaon-les-Vosges). Attachés aux bains, ils de bains luxueuses différenciées. Par exemple, les bains de Remiremont et d'Epinal au début du 20e siècle jusque dans les années 1970, où la majorité a fermé, suite à la généralisation des salles de bain les curistes dans une optique médicale, mais aussi par les autochtones qui viennent s'y baigner régulièrement. Ainsi plusieurs stations thermales proposent des bains payants pour les curistes et gratuits pour les habitants (financés par la commune). Toutefois, des organisations et des espaces différents sont développement de la morale et de l’ordre public. Sur le modèle de l'Angleterre qui redécouvre les bains l'intérieur, de l'agriculture et du commerce, chargée de recueillir en France et à l’étranger tous les documents relatifs aux moyens de créer dans les grands centres de population des bains et lavoirs publics commission de disposer d'un crédit de 600 000 francs, pour encourager dans les grandes villes la création
    Illustration :
    lavoir - établissement de bains du Bastard à Remiremont, carte postale vers 1905 Carte de répartition des piscines existantes dans les Vosges IVR41_20178835524NUC2A Carte de répartition des établissements de bains-douches relevés dans les Vosges
  • scierie hydraulique à cadre vertical du Syndicat (détruite)
    scierie hydraulique à cadre vertical du Syndicat (détruite) Le Syndicat - Hazintrait - en écart
    Canton :
    Remiremont
    Description :
    Les deux niveaux de sous-sol de moellon hourdi à la chaux, partiellement enterrés, sont conservés . Le rez-de-chaussée, niveau des machines, vraisemblablement en bois à disparu. Seuls les éléments de transmission et les trois turbines sont encore visibles. La plus ancienne, une turbine de type Girard Remiremont) date de la fin 19e et la troisième de type Francis (fabriquée par Goulut et Borne à Luxeuil) du
  • ensemble de turbines hydrauliques des Hautes-Vosges
    ensemble de turbines hydrauliques des Hautes-Vosges
    Historique :
    . Au début du 20e siècle les Ets Althoffer de Remiremont perfectionne cette turbine : injection Les premières turbines hydrauliques destinées à équiper la petite industrie de la montagne vosgienne sont installées vers 1860. Elles sont destinées à remplacer les roues hydrauliques. Leur établissements Royer à Epinal. Durant cette même période les Ets Wiedemann à Rothau (alors dans le département des Vosges) diffusent un modèle similaire sur tout le massif. Parallèlement, les turbines de type Canson (IM88004725) se développent, mais là, les fabricants et les dates d’installation restent inconnus variable et mise sous carter, ils fabriquent aussi les nouveaux modèles de turbines arrivés des Etats-Unis : Francis et Pelton. Dans cette même période les Ets Négri s’installent à Saint-Dié et produisent une turbine de technologie très simple de type Kaplan. Les Ets Beyer, installés à Saint-Dié depuis 1857 et spécialisés dans les organes de scieries et de vannage ont produit aussi quelques turbines immergées et
    Description :
    industrie dans les Vosges et fabriquées localement. Les premières turbines sont à axe horizontal, injection des tuyaux en fonte de fer. La hauteur de chute excède rarement 10 mètres. Dans les scieries, elles
    Illustration :
    Ancien moulin, turbine de type Canson fabriquée par les Etablissements Althoffer
  • couvent de soeurs de la Sainte-Enfance de Marie puis de de soeurs de l'Alliance ; école ménagère et établissement de bienfaisance puis école professionnelle et hôpital dit clinique du Montet actuellement foyer, immeuble à logements et école catholique de l'Alliance puis école Claude Daunot
    couvent de soeurs de la Sainte-Enfance de Marie puis de de soeurs de l'Alliance ; école ménagère et établissement de bienfaisance puis école professionnelle et hôpital dit clinique du Montet actuellement foyer, immeuble à logements et école catholique de l'Alliance puis école Claude Daunot Nancy - 10 boulevard Georges Clémenceau 4 chemin Prébois 83, 85, 87, 89 avenue Général Leclerc Jeanne d'Arc - en ville - Cadastre : 1972 BN 254, 141, 143, 161 2007 BN 141, 143, 311 à 314, 316, 317, 324, 327
    Historique :
    -1866) en 1823 dans le village de Dommartin-la-Chaussée (54 canton de Thiaucourt-Regniéville). En 1870 clinique du Montet, tenue par les soeurs de la congrégation. De la même période datent deux bâtiments l'architecte Criqui de 2 corps de bâtiments sur l'avenue du général Leclerc pour les besoins de la clinique les soeurs (accès par le chemin de Prébois) en remplacement du bâtiment de l'avenue du général Leclerc
    Illustration :
    Vue aérienne prise dans les années 1990 (avant la destruction du corps de bâtiment réservé au
1