Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Hospice dit Maison de Charité
    Hospice dit Maison de Charité Neufchâteau - 30 rue Sainte-Marie - en ville - Cadastre : 1810 B 792 1974 AB 110
    Historique :
    développement ; nouveaux travaux en 1746, daté par source, avec contribution des forges de Bazoilles , fondé en 1680, daté par travaux historique, par la confrérie des dames de la Charité ; travaux après le départ des soeurs de Saint-Charles ; transformation en 1804, daté par source, en école Demoisson, entrepreneur à Grand, sur des plans de l'architecte Jacquemard, attribution par source Hospice appelle localement maison de Charité qui dépendit un temps de l'hôpital du Saint-Esprit suite d'un nouvel incendie, aux frais des époux Duteil, l'hospice ayant alors son plus grand ; reconstruction de la chapelle ouverte sur la rue en 1758, daté par source. Bénédiction le 16 novembre 1759, daté par source ; en 1800, daté par source, transformation des bâtiments en gendarmerie et dépôt militaire secondaire ; reconversion en 1846, daté par source, de la chapelle en dortoir et réfectoire, travaux réalisés source, par Charles Petot, entrepreneur, sur des plans d'Abel Mathey, architecte à Neufchâteau
    Représentations :
    sujet : feuillage, support : vantaux de la porte gauche sur rue
    Titre courant :
    Hospice dit Maison de Charité
    Appellations :
    dit Maison de Charité
    Destinations :
    centre des impôts
    Illustration :
    Corps XVIIIe siècle. Elévation antérieure : porte de gauche, ensemble. IVR41_19848801561X Corps XVIIIe siècle. Elévation antérieure : porte de droite, ensemble. IVR41_19848801562X
  • hôtel Collenel, puis de Raigecourt, actuellement maison d'associations
    hôtel Collenel, puis de Raigecourt, actuellement maison d'associations Nancy - 78 place du Colonel Driant 1 rue du Manège Drouin - en ville - Cadastre : 1830 A5 770 1865 A5 1055, 1056, 1057, 1058, 1059 1972 BD 194, 296, 297 2008 BD 297, 327
    Copyrights :
    (c) Ville de Nancy
    Historique :
    -François de Collenel, conseiller d’État et procureur général de la chambre des comptes de Lorraine, en 1740 petit-fils Pierre Marie Henri de Mark, comte de Panisse-Passis, le revend rapidement à Jean-Baptiste 19e siècle : réorganisation des circulations entre pièces au premier étage (création de portes dans l'axe des pièces) et reprise des décors intérieurs. De 1883 à 1922, il est la propriété de la banque finalement le 18 mars 1922 pour y installer un hôtel des Sociétés regroupant bureaux des Sociétés de secours Hôtel construit à l'emplacement d'un ancien manège à chevaux, vendu par la Ville de Nancy à Charles Drouot appartenant aux chartreux de Bosserville. Un plan de projet, remis par Charles-François de Collenel à l'administration municipale lors de l'adjudication du terrain, est conservé aux archives départementales 54 (H 785). L'hôtel passe ensuite dans les mains de sa fille, mariée avec Nicolas-Joseph, baron de -Charles de Raigecourt en fait l'acquisition le 2 mars 1813 ; il lui donne son nom. A sa mort en 1860, son
    Référence documentaire :
    Dictionnaire historique des rues de Nancy BADEL, Emile. Dictionnaire historique des rues de Nancy Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : H 785 Archives départementales de Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : 1 Q 670 Archives départementales de Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : 1 Q 490 2 Archives départementales de Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : 1926 W 125 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : 1926 W 125 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : 1926 W 126 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : 1926 W 126 Bulletin de la société lorraine de photographie, 1905 Bulletin de la société lorraine de de 1903 à 1905 : tome 1 - de A à O. Nancy : Impr. L. Kreis, 1904. 442 p., ill. ; tome 2 - de P à X
    Précisions sur la protection :
    Le mur de clôture et le puits intérieur
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    premier étage ont conservé des éléments de décor ancien, l'une étudiée (pièce 1 ; IM54014689), et l'autre Hôtel entre cour et jardin situé à l'angle de la rue du Manège et de la place du Colonel Driant et composé de quatre corps de bâtiment. Corps de dépendances (cA) traversé par un porche accessible sur la rue du Manège par une porte cochère à bossages, linteau en arrière-voussure et corniche, flanquée de les écuries et la remise à carrosses, et des greniers à l'étage. La cour est accessible à la fois par de fer forgée (actuellement déposée), et par deux petites portes piétonnes également fermées de grille de fer forgé ; la grille principale est portée par deux piliers décorés du côté de la place de pilastres toscans à cannelures rudentées, initialement surmontés de pots à feu (disparus). Une fontaine est aménagée dans le mur à l'opposé de ce portail (IA54003354). Le corps de logis (cB), situé entre la cour et l'ancien jardin, est surélevé de quelques marches formant perron. Doté d'un étage unique et surmonté d'un
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Auteur :
    [commanditaire] Collenel, Charles-François de [habitant célèbre] Raigecourt, Joseph-Charles de
    Titre courant :
    hôtel Collenel, puis de Raigecourt, actuellement maison d'associations
    Appellations :
    hôtel Collenel, puis de Raigecourt
    Illustration :
    Projet de transformation en hôtel des Sociétés par la Ville de Nancy ; plan de l'état initial du Projet de transformation en hôtel des Sociétés par la Ville de Nancy ; plans. Encre et aquarelle Projet de transformation en hôtel des Sociétés par la Ville de Nancy ; coupe et élévations. Encre Plan de masse (extrait cadastral annoté). IVR41_20155412228NUDA Carte topographique de l'emplacement de l'hôtel. Encre et aquarelle, 1728, 45,5 cm x 63,5 cm Extrait (annoté) du plan cadastral de 1830. IVR41_20155412229NUDA Extrait (annoté) du plan cadastral de 1865. IVR41_20155412227NUDA Vue partielle du corps de bâtiment principal et du jardin en 1905 (à droite de l'image). Extrait de rez-de-chaussée. Encre et aquarelle, s. d. [ca. 1922]. IVR41_20165411521NUC4A Corps de logis (B) : façade antérieure sur cour, trois quarts droit. IVR41_20185410138NUC4A
  • halles
    halles Bar-le-Duc - place de la halle place Saint-Pierre rue Albert Cim rue des ducs de Bar - en ville - Cadastre : 2012 AT 153 à 158 A COMPLETER 2012 AT 160 à 183 2012 AT 190, 192 à 199 2012 AT 279, 290-291, 298-300, 309, 320-323
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique étude urbaine de Bar-le-Duc
    Historique :
    halles moyennant un cens. Un texte de 1551 précise qu'il s'agit de " bouticles ci l'entour des halles -chaussée puisqu'en 1731 puis 1738 sont réalisés des réparations avec le changement de pierre de taille . L'édifice devait alors comporter un ou plusieurs niveaux de caves (avec des dépassements au-dessus du niveau détruisit 9 maisons et les halles, il est prévu alors par l'inspecteur des Ponts et Chaussée de reconstruire reconstruction des maisons détruites en pierre de taille. L’architecte de la ville fit le choix d’un parti en raison de sa vétusté. En 1975, le secteur des Halles est retenu pour le plan de sauvegarde et de Au 13e siècle, le Comte Henri (1214-1239) fait transférer les marchés et foire dans la ville haute de Bar-le-Duc. En 1392, sont attestés la boucherie, la poissonnerie, la boulangerie et un lieu pour matériaux de construction. Il s'agit alors d'un bâtiment en bois couvert de tuiles creuses et éclairé par des fenêtre "flamaines". En 1542, le duc Antoine autorise les occupants à construire autour des
    Observation :
    Moyen Age et au début des temps modernes, est un bâtiment de plan carré ou rectangulaire, en charpente Les halles de Bar-le-Duc appartiennent à une typologie plutôt rare de halles constituées par une et couvert par une toiture volumineuse à longs pans et croupes. S’il n’existe pas de répertoire formel des halles en France, on citera néanmoins comme appartenant à ce même type peu abondant la grande halle de Saumur construite sous le règne d’Henri II d’Angleterrre (détruite), la halle aux laines de Calais (détruite), la vieille halle de Rouen (détruite) et le marché de La Flotte-en-Ré. La présence couplée de halles et de logis est rare ; l’exemple le plus ancien est peut-être celui cité par Viollet-le -Duc à Paris « en [1183], Philippe-Auguste fit faire deux halles entourées d’une muraille garnie de logis et fermée de bonnes portes, afin que, quand il pleut, les marchands y pussent vendre les une halle comportant un enclos, un cour, des maisons et des boutiques
    Référence documentaire :
    registres des comptes de la cour ducale registres des comptes de la cour ducale, 15e siècle p. 112 La France des halles et des marchés BAILLY (Gilles-Henri) et LAURENT (Philippe), La France des halles et des marchés, Toulouse, éd. Privat, 1998, 153 p. la halle de Bar-le-Duc, l’histoire en suspens …. FABREGUE (Claire) et GENOT (Fabrice), la halle de Bar-le-Duc, l’histoire en suspens …. Travail de fin d’études, Ecole d’architecture de Nancy, 1999 Histoire d’une partie méconnue de la ville de Bar-le-Duc, l’îlot de la halle BALAY (Jérôme ), Histoire d’une partie méconnue de la ville de Bar-le-Duc, l’îlot de la halle, rapport tapuscrit, Nancy Description de la ville de Bar faite en l’an 1617 Plan : Description de la ville de Bar faite en l’an 1617Description de la ville de Bar faite en l’an 1617
    Précisions sur la protection :
    L’îlot des halles comme la ville haute est géré depuis 1975 (arrêté ministériel du 7 mai 1975) par un secteur sauvegardé. Les maisons n° 5, 6, 7 et 11 place des halles, n°1, 3, 5, 7, 9, 11, 13, 15, 19 , 21 place Saint-Pierre, n° 2, 4, 6, 8 rue Albert Cim et n° 34 et 36 rue des Ducs sont signalées sur le plan de sauvegarde et de mise en valeur comme à conserver. Le n° 17 place Saint-Pierre peut être amélioré ou conservé. Les autres parcelles sont dépourvues de prescription. Le n° 3-3bis place de la Halle a été inscrit au titre des Monuments historiques le 3 février 1988 puis classé par arrêté du 11 passage (propriété de la commune). Depuis 2003, la ville bénéficie du label ville d’art et d’histoire.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille bois pan de bois
    Description :
    Situées au centre de la ville haute, ces halles sont constituées par une galerie à deux niveaux importantes est le bouchage des arcades. Construites en calcaire local (Combles), les maisons qui entourent la cour se composent de plusieurs niveaux de sous-sol, généralement deux, parfois un 3e (citerne ?), d'un rez-de-chaussée à vocation de boutique à l'origine et de deux étages carrés complétés par un étage de comble. Les plus anciennes cloisons intérieurs sont en pan de bois et datent du milieu du XVIe siècle. La
    Étages :
    2 étages de sous-sol rez-de-chaussée étage de comble
    Auteur :
    [charpentier] Brullon Adam (de) [charpentier] Marwaiges Jehan (de) [entrepreneur de maçonnerie] Arnould Christophe
    Localisation :
    Bar-le-Duc - place de la halle place Saint-Pierre rue Albert Cim rue des ducs de Bar - en ville
    Texte libre :
    Depuis les années 1980, la commune de Bar-le-Duc a acquis les parcelles des anciennes halles au fur et à mesure des possibilités. En 1992, une première étude de programmation fut lancée, relayée par comtesse de Vézins inspirée par l’aspect pittoresque du quartier. En 2003, la réactualisation des études a donné lieu à un relevé de géomètres, une étude historique fondée sur le dépouillement des archives une seconde en 1999, menée par un cabinet d’études et deux étudiants de l’école d’architecture de Nancy. Essentiellement tournées vers un projet de réhabilitation à vocation touristique, ces études n’était connu que par les travaux de l’architecte municipal Charles Demoget et par les dessins de la (Jérôme Balay) et une étude de l’Inventaire général conduite en 2003-2004. Celle-ci est mise en ligne en
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis la tour de l'église Saint-Etienne IVR41_20055500004NUCA
  • Ferme, 13 rue Principale, Guermange.
    Ferme, 13 rue Principale, Guermange. Guermange - 13 rue principale - en village - Cadastre : 2019 2 220 1813 F 355
    Historique :
    Ferme construite dans la première moitié du 18e siècle. Sur le plan de 1756, elle apparaît comme étant la maison du jardinier. Le pignon droit à l'origine en pan de bois a été refait récemment en parpaing de béton.
    Description :
    Petite ferme, à deux travées de plan. Peut-être ancienne maison du jardinier du comte de Custine , elle figure à cet emplacement sur le plan de 1756. La structure initiale est en pan de bois, mais le pignon droit a été refait en parpaing de béton. Les encadrements sont en bois, la fenêtre du logis est moulurée, les deux petites baies des greniers sont en arc segmentaire délardés.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Carte topographique du château et du village de Guermange, 1756, AD54, H2494 Ferme, 13 rue Principale, élévation antérieure, détail de la fenêtre du logis, on devine le pan de bois sous l’enduit à gauche de la fenêtre. et latérale gauche. IVR41_20195730714NUC2A
  • Hospice, école
    Hospice, école Liffol-le-Grand - 12 rue du Bourg Saint-Arnould - en village - Cadastre : 1810 A 2507 1937 B3 648
    Historique :
    ). Bâtiments reconstruits en 1783 (datation par travaux historiques), sur des plans de Charles Caron nouveau bâtiment de 1897 à 1899 (datation par travaux historiques), à l'initiative du comte d'Alsace , architecte de la subdélégation de Neufchâteau (attribution par travaux historiques). Edifice agrandi d'un . Corps principal partiellement repercé au 20e siècle. Marques de tâcheron.
1