Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Église paroissiale Saint-Hubert
    Église paroissiale Saint-Hubert Vigneulles-lès-Hattonchâtel - Billy-sous-les-côtes
    Historique :
    guerre mondiale, elle fut restaurée par l'entrepreneur Victor Mescle de Saint-Mihiel sur les plans de
    Référence documentaire :
    p. 83 Les églises de la Première Reconstruction dans le département de la Meuse LURCON Pauline, Les
    Canton :
    Vigneulles-lès-Hattonchâtel
    Localisation :
    Vigneulles-lès-Hattonchâtel - Billy-sous-les-côtes
  • Église paroissiale Saint-Martin
    Église paroissiale Saint-Martin Hannonville-sous-les-Côtes - 41 rue chaude - en village - Cadastre : 1978 E 165
    Historique :
    , entrepreneur à Hannonville-sous-les-Côtes (Meuse), à la suite de la guerre 1914-1918, réconciliée le 29
    Description :
    voûte en berceau continue et deux bas-côtés et un chœur composé de deux travées et d'une abside voûtée
    Localisation :
    Hannonville-sous-les-Côtes - 41 rue chaude - en village - Cadastre : 1978 E 165
  • Église paroissiale de l'Assomption-de-la-Vierge
    Église paroissiale de l'Assomption-de-la-Vierge Saulx-lès-Champlon - - 15 rue principale - en village - Cadastre : 1978 A 426
    Historique :
    François Buschiazzo, d'Hannonville-sous-les-Côtes (Meuse), bénédiction le 10 octobre 1929. Sculptures du Église détruite par les Suédois en 1636 au cours de la guerre de 30 ans, reconstruite en 1660. En , reconstruite de 1927 à 1929, sur les plans d'André César-Millery, architecte à Nancy, par l'entrepreneur portail de Duilio Donzelli. Bénédiction de trois cloches, fondues dans les ateliers de G. Farnier à
    Référence documentaire :
    Les églises de la Première Reconstruction dans le département de la Meuse LURCON Pauline, Les
    Description :
    centre l’entrée de l’édifice, au nord, l’accès au clocher et au sud, les fonts baptismaux. La sacristie , la hampe se dressant entre les deux abat-sons. Deux colonnes aux chapiteaux de type corinthien
    Localisation :
    Saulx-lès-Champlon - - 15 rue principale - en village - Cadastre : 1978 A 426
    Illustration :
    Vue sur la façade de l'église de Saulx-lès-Champlon IVR41_20205510086NUC4A
  • Ferme modèle de Saurupt
    Ferme modèle de Saurupt Harol - Saurupt - isolé - Cadastre : 2020 A 1554 2020 A 1555 2020 A 1017
    Référence documentaire :
    Mathieu, Hubert. Voyage agricole dans les Vosges. 1821. Mathieu, Hubert. Voyage agricole dans les . Mémoire adressé à M. le sous-prefet de Lunéville par Jean-Joseph Grangé, sur la charrue dont il est aujourd’hui, ici et là-bas. Sous la direction de René Bourrigaud et François Sigaut – Centre d’histoire du
    Texte libre :
    répétée après de profond labourages. « Afin de borner l’entrainement des terres, les côtes les plus trainée par six chevaux » et ayant sous les yeux des instruments aratoires perfectionnés, il a cherché à Une ferme modèle est établie dans les années 1820, au lieu-dit « Saurupt » en bordure de l’ancienne . Derazey acquière progressivement les 239 hectares de terrains très morcelés pendant 22 ans. Peu , jachère) sans engrais, peu productif, manquant d’eau. Après les récoltes, elles servent de pâture aux charmait les longues soirées de l’hiver ». Malgré le scepticisme de ses voisins cultivateurs, J.N. Derazey les pierres, des débris de tuiles plates et à rebords et de grossières statues » atteste en effet d’une présence ancienne à cet endroit. Les bâtiments J.N. Derazey commence l’élévation du « premier les plans et veille à leur application. Les constructions sont toutes solides, grandes et bien modèle à suivre » (Mathieu - Voyage agricole dans les Vosges – 1821). Il poursuit en 1819 par « deux
  • lavoir
    lavoir Houécourt - rue de la Mairie rue de la Fontaine - en village - Cadastre : 2012 ZI 136
    Historique :
    Le lavoir saint-Quentin à Houécourt est reconstruit en 1818 sous la mairie de Claude-Antoine -Gabriel de Choiseul, Duc de Choiseul, selon les plans dressés en 1817 par Huot, conducteur des ponts et bâti en moellons, fermé sur 3 cotés, et couvert d'une charpente avec des tuiles creuses. A l'intérieur fondation de cette époque portant la mention "ERIGEE / LE 25 AOUST 1818 / SOUS LA MAIRIE de Mr / le DUC de de Saint Quentin. En 1858, le lavoir et des fontaines du village sont rénovées, selon les plans de
    Représentations :
    denticule et de la mention " ERIGEE / LE 25 AOUST 1818 / SOUS LA MAIRIE de Mr / le DUC de CHOISEUIL / PAIR
    Description :
    abrité par une structure de plan rectangulaire, construite en moellons et en pierre de taille pour les à genoux sur le sol dallé. Un baquet en bois pour protéger les jambes est encore présent en 2013 robinet avec une manivelle en fer est placé près du débord du bassin. Les abreuvoirs en bois ont disparus et les ouvertures ont été murées de parpaings.
  • Tunnel de Mauvages
    Tunnel de Mauvages Demange-aux-Eaux - Sur le Mont - isolé - Cadastre : 2003 ZK
    Historique :
    (tête Ouest), Delouze-Rosières (passage sous le bois du Charmois, entre les cotes topographiques 389 et Le souterrain ou tunnel de Mauvages assure, au canal de la Marne-au-Rhin, le passage sous une partie du plateau vallonné, culminant à 394-400 m, qui règne entre les vallées de l'Ornain, à l'Ouest et de la Méholle, à l'Est. Son tracé se développe sous le territoire des communes de Demange-aux-Eaux Saudino (marinage des déblais) sous la direction du conducteur des travaux Groult ; il s'effectue voûte est achevée en 1845. Les difficultés de l'opération, dues en grande partie à la méconnaissance . Les première malfaçons interviennent peut après 1857, elles nécessitent le reconstruction (partielle ?) des piédroits affaiblis par les infiltrations d'eau à partir de l'année 1860 (progressivement portés ) en 1880. Le premier toueur est mis en service en 1881, le second (construit par les Ets. Cail) en 1884 ; ils se présentent sous la forme de bateaux, guidés par chaîne noyée, alimentés par des machines
    Référence documentaire :
    28-02-1914, p. 364 [halage électrique établi pour les travaux Fougerolle]. Le génie civil : revue
  • Synagogue de Forbach
    Synagogue de Forbach Forbach - 98 avenue Saint-Rémy - en ville
    Historique :
    est prolongée sur les côtés, venant couper les baies. Suite à des malfaçons nécessitant l'expertise personnes et 1,9 % de la population en 1904). Un premier lieu de culte est aménagé dès les années 1730 au porte inférieure. Menaçant ruine en 1833, il est fermé par les autorités. Entre temps, la communauté a au devis de l'architecte Charles Desgranges, grâce à une subvention de 3 000 francs de l’État. Les travaux sous la conduite de l'architecte Alexis Robin. L'aménagement de l'actuel "chœur" avec sa clôture par les nazis durant l'été 1940, la synagogue a été en très grande partie reconstruite à l'identique
    Référence documentaire :
    p. 124 et notice 389 (red. C. Decomps) Les Juifs et la Lorraine. Un millénaire d'histoire partagée [Exposition. Nancy, Musée lorrain. 2009]. Les Juifs et la Lorraine, un millénaire d'histoire partagée
    Description :
    plus simple si l'on en croit les élévations dessinées en 1864. Elle est très sobre, avec un simple . Les galeries des femmes, prolongées dans la seconde moitié du 19e siècle, et reconstruites à l’identique après la guerre, viennent interrompre les hautes baies en plein cintre. La synagogue est bordée
  • fontaine - lavoir - abreuvoir
    fontaine - lavoir - abreuvoir Lamarche - avenue de la Gare rue Saint-Louis - en village - Cadastre : 1936 G 181 2016 G 868
    Historique :
    ), réalisée par Lucien Granddidier, entrepreneur à Dompaire pour 18000 frcs. Les bassins extérieurs ont sans doute été fabriqués par les Fonderies de Montiers-sur-Saulx en Meuse (fondeur) dans les années 1880
    Représentations :
    Les colonnes portant l'entablement mouluré sont de style toscan.
    Description :
    du Petit Mouzon. Le bâtiment est de plan rectangulaire, ouvert sur trois côtés et fermé à l'arrière par un mur construit en moellons enduits. Sous la toiture à longs pans avec croupes et épis de faîtage garde-corps en fonte ont été placés entre les colonnes avant. En façade antérieure, 5 bassins rectangulaires en fonte, servaient d'abreuvoir grâce à des alimentations dissimulées dans les piliers, ils ne
    Typologies :
    lavoir ouvert sur trois cotés
  • Synagogue d'Ennery
    Synagogue d'Ennery Ennery - 7 rue des Jardins - en village
    Historique :
    -devant, chargé d’un livre, des cierges des deux côtés, et une table au milieu, sur laquelle les juifs de Metz. En 1789, selon les cahiers de doléances, la commune compte 24 feux juifs pour 66 catholiques l’issue d’une visite judiciaire d'un certain Antoine Audry, les 23 et 24 septembre 1653, le jour « de la s’agit sous le titre d’« Usage des juifs répandus dans le pays messin » de la plus ancienne description planches de sapin, en laquelle on a pratiqué de petites ouvertures ou fenêtres, pour voir les cérémonies qui se font dans l’appartement des hommes, sans qu’il y ait aucune communication avec les femmes qui lieu où les hommes s’assemblent, une armoire dans laquelle sont les tables de Moyse et un pupitre au (comme nous sommes entrés) posaient les habits dont ils se servent en leurs cérémonies ayant déjà achevé
    Description :
    débouche sur un vestibule et une salle bordée sur trois côtés par une galerie en bois destinée aux femmes directement depuis l’extérieur. Le fait que les fenêtres de la façade latérale, côté vestibule, aient été
1