Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 17 sur 17 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Fontaine des Travailleurs
    Fontaine des Travailleurs Remiremont - rue de la Xavée boulevard Thiers place des Travailleurs - en ville
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    La fontaine des Travailleurs fait partie d'un ensemble de mobilier urbain mis en place à Remiremont probablement été fourni par Henry Stehelin, maitre de forges à Bitschwiller en 1829. Refaite en granite en 1893 , elle est partiellement détruite le 22 septembre 1944 lors des combats de la Libération : le vase est , dans les années 1828-1830, par Stanislas Bresson, le maire. Construite en 1828, selon les plans de Jean -Baptiste Perrin, architecte, elle était initialement en grès. Le vase de fonte de 60 cm de hauteur a
    Précisions sur la protection :
    Ensemble de 8 fontaines
    Représentations :
    Le mascaron figure une tête d'homme barbue avec une couronne de roseaux. La coupe en fonte est ornée de godrons et de motifs géométriques sur la pense, et de feuillages sur les anses.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    granite pierre de taille
    Description :
    La fontaine des Travailleurs est située à la périphérie nord du centre-ville de Remiremont, le long d'une des rues principales, au centre d'une placette. Elle est composée d'un bassin circulaire en granite gris cerclé de fer. Au centre, la colonne d'alimentation en granite est de section carrée et possède un jet d'eau, ornée d'un mascaron en fonte. Les deux barres de fer sont placées sous le jet pour y poser un seau à remplir. L'ensemble est surmonté d'une colonne de pierre et d'une coupe en fonte.
    Localisation :
    Remiremont - rue de la Xavée boulevard Thiers place des Travailleurs - en ville
    Titre courant :
    Fontaine des Travailleurs
    Appellations :
    Fontaine des Travailleurs
    Illustration :
    Fontaine des Travailleurs à Remiremont, vue de détail du mascaron IVR41_20168834977NUC2A Fontaine des Travailleurs à Remiremont, vue de détail de la coupe IVR41_20168834978NUC2A Fontaine des Travailleurs à Remiremont, carte postale du début du 20e siècle Fontaine des Travailleurs à Remiremont, carte postale du début du 20e siècle Fontaine des Travailleurs à Remiremont, carte postale du début du 20e siècle Fontaine des Travailleurs à Remiremont, vue d'ensemble depuis le sud IVR41_20168834973NUC2A Fontaine des Travailleurs à Remiremont, vue d'ensemble depuis l'est IVR41_20168834976NUC2A
  • ensemble des 8 fontaines à Remiremont
    ensemble des 8 fontaines à Remiremont Remiremont - rue Charles de Gaulle place de la Libération rue des Pretres - en ville
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    années 1828-1830, tant pour l'alimentation en eau que pour des raisons de sécurité face aux incendies à Remiremont, et Henry Stehelin, propriétaire de forges à Bitchwiller (Alsace) La fontaine du jardin des Olives complète l'ensemble vers 1849, selon les plans de Charles Perron, architecte à Les 8 fontaines font partie d'un ensemble de mobilier urbain mis en place à Remiremont, dans les . L'objectif de Stanislas Bresson, le maire, est aussi d'améliorer l'hygiène et d'embellir cette petite ville pour la moderniser. A la suite de la fontaine de la place de la Courtine, 6 autres fontaines sont installées entre 1828 et 1829, selon les plans de Jean-Baptiste Perrin, architecte à Remiremont. Elles sont Remiremont. Au fils du temps, certaines ont été détériorés et ont dû être reconstruites avec des modifications (surtout la fontaine des Travailleurs, la fontaine du Cygne). Ces 8 fontaines ont fait l'objet
    Précisions sur la protection :
    Ensemble de 8 fontaines
    Précision dénomination :
    ensemble des huit
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    grès pierre de taille granite pierre de taille
    Description :
    ...). Certaines ont été modifiées au fil de temps, et le granite gris a été préféré lors des reconstructions (fontaine du Cygne, fontaine de Travailleurs, fontaine du jardin des Olives). L'ensemble des 8 fontaines établies vers 1828-1830 à Remiremont est réparti le long des principales rues du centre-ville, le plus souvent aux intersections de rues formant une place. Il est composé d’édicules différents de par leur forme, leur taille, leur ampleur et leurs matériaux. La plupart est bâtie avec une structure de grès rose, et l'ajout d'ornements en fonte (dauphins, cygne, mascarons, vase
    Localisation :
    Remiremont - rue Charles de Gaulle place de la Libération rue des Pretres - en ville Remiremont - place des Travailleurs rue de la Xavée boulevard Thiers - en ville Remiremont - rue Lattre-de-Tassigny place de la Courtine rue de la Xavée - en ville Remiremont - rue Charles de Gaulle - en ville Remiremont - faubourg de Neuvillers - rue Charles de Gaulle place Maxonrupt - en ville Remiremont - rue des Prêtres - en ville
    Titre courant :
    ensemble des 8 fontaines à Remiremont
    Illustration :
    Fontaine des Capucins à Remiremont, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20168834945NUC2A Fontaine du jardin des Olives à Remiremont, vue d'ensemble de face. IVR41_20168834982NUC2A Fontaine du Cygne à Remiremont, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20168834950NUC2A Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue d'ensemble depuis le nord-ouest IVR41_20168834963NUC2A Fontaine de la rue Maucervelle, vue d'ensemble depuis le sud IVR41_20178835030NUC2A Fontaine de l'Empereur, vue d'ensemble depuis le nord IVR41_20168834958NUC2A Fontaine des Travailleurs à Remiremont, vue d'ensemble depuis le sud IVR41_20168834973NUC2A
  • Hospice dit Maison de Charité
    Hospice dit Maison de Charité Neufchâteau - 30 rue Sainte-Marie - en ville - Cadastre : 1810 B 792 1974 AB 110
    Historique :
    développement ; nouveaux travaux en 1746, daté par source, avec contribution des forges de Bazoilles , fondé en 1680, daté par travaux historique, par la confrérie des dames de la Charité ; travaux après le départ des soeurs de Saint-Charles ; transformation en 1804, daté par source, en école Demoisson, entrepreneur à Grand, sur des plans de l'architecte Jacquemard, attribution par source Hospice appelle localement maison de Charité qui dépendit un temps de l'hôpital du Saint-Esprit suite d'un nouvel incendie, aux frais des époux Duteil, l'hospice ayant alors son plus grand ; reconstruction de la chapelle ouverte sur la rue en 1758, daté par source. Bénédiction le 16 novembre 1759, daté par source ; en 1800, daté par source, transformation des bâtiments en gendarmerie et dépôt militaire secondaire ; reconversion en 1846, daté par source, de la chapelle en dortoir et réfectoire, travaux réalisés source, par Charles Petot, entrepreneur, sur des plans d'Abel Mathey, architecte à Neufchâteau
    Représentations :
    sujet : feuillage, support : vantaux de la porte gauche sur rue
    Titre courant :
    Hospice dit Maison de Charité
    Appellations :
    dit Maison de Charité
    Destinations :
    centre des impôts
    Illustration :
    Corps XVIIIe siècle. Elévation antérieure : porte de gauche, ensemble. IVR41_19848801561X Corps XVIIIe siècle. Elévation antérieure : porte de droite, ensemble. IVR41_19848801562X
  • Fontaine de la Dauphine
    Fontaine de la Dauphine Remiremont - rue de Lattre-de-Tassigny rue de la Xavée place de la Courtine - en ville
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    La fontaine des Dauphins fait partie d'un ensemble de mobilier urbain mis en place à Remiremont l’instant la plus grande partie des eaux des fontaines publiques, et de les diriger sur le points de danger ". Le 30 mars 1828, le conseil municipal valide l'offre de Henry Stehelin, propriétaire de forges à foyer à Sionne, car elle est moins chère et Stehelin a des liens familiaux locaux. Elle prend le nom de imposante. La fontaine sur la place de la Courtine est établie en 1827, selon les plans de Jean-Baptiste est alors décrite comme "une fontaine solide et élégante, commode à l’usage journalier, et servant de château d’eau pour les autres fontaines de la ville, avec la possibilité en cas d’incendie, d’arrêter à Bitchwiller (Alsace) pour 4016 francs. Celle-ci est préférée à celle de Muel frères, propriétaire et maître de Fontaine Marie-Thérèse ou Fontaine de la Dauphine, lors de son inauguration le 10 septembre 1828, en hommage à la présence de Marie-Thérèse, Duchesse d'Angoulême, fille aînée de Louis XVI, devenue Dauphine
    Référence documentaire :
    Remiremont. Histoire de la ville et de son abbaye Société d'Histoire de Remiremont. Remiremont . Histoire de la ville et de son abbaye. Vagney, G.Louis 1985.264P, Ill. Plan.
    Précisions sur la protection :
    Ensemble de 8 fontaines
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    La fontaine des Dauphins est située au centre de Remiremont, le long de la rue principale, sur une circulation par des bornes, cerclées de fer et reliées par une chaîne. 7 bornes sont en pierre et 3 en fonte. grande Place. Elle est composée d'un bassin circulaire en pierres de taille qui ont été cerclées de fer . Au centre, la colonne d'alimentation en grès est de section triangulaire, et porte trois plaques de fondation en fonte ornées de festons. Au-dessus, trois dauphins en fonte approvisionnent en eau le bassin supérieur qui se déverse progressivement jusqu'au bassin de pierre. Les abords sont protégés de la
    Localisation :
    Remiremont - rue de Lattre-de-Tassigny rue de la Xavée place de la Courtine - en ville
    Titre courant :
    Fontaine de la Dauphine
    Appellations :
    Fontaine des Dauphins Fontaine de la Courtine Fontaine de la Dauphine
    Illustration :
    Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue de détail d'un dauphin IVR41_20168834965NUC2A Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue de détail de la plaque signée sur la face nord-oust de la Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue de détail de la plaque sur la face Est de la colonne Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue de détail de la plaque signée sur la face sud-oust de la Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue de détail d'une borne de protection en pierre Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue de détail d'une borne de protection en fonte Fontaine des Dauphins à Remiremont, carte postale du début du 20e siècle (voyagée en 1911 Fontaine des Dauphins à Remiremont, carte postale du début du 20e siècle. IVR41_20168834962NUC2Y Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue d'ensemble depuis le nord-ouest IVR41_20168834963NUC2A Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue d'ensemble depuis le sud-est IVR41_20168834964NUC2A
  • Usine métallurgique, actuellement ferme
    Usine métallurgique, actuellement ferme Vrécourt - le Fourneau - isolé - Cadastre : 1840 B4 397 à 399, 403 à 406, 408 1968 B4 154, 532, 556, 558
    Historique :
    seigneurie (coupe annuelle de 100 hectares d’arbres âgés de 25 ans)et des forêts voisines de Darney de Luigné puis en 1773 de la famille de Brunet-Neuilly. Le baron Dietrich en donne en 1788 la bail à deux entrepreneurs franc-comtois qui font travailler une vingtaine de personnes. La production annuelle est d’environ 30 tonnes de fonte dont la moitié est transformée en fer commercialisé par le port de Gray (Haute-Saône) vers le sud et le reste en sablerie. Le minerai est extrait sur place ou à proximité (Chaumont-la-Ville, Graffigny-Chemin, Malaincourt). Le bois provient pour un quart de la , Neufchâteau et Bourmont et même de la maitrise de Saint-Mihiel. Suite à l’émigration de la famille Brunet -Neuilly à la Révolution, l’usine est vendue comme Biens Nationaux de 2e origine. Le 23 messidor an IV (11 juillet 1796) la forge est achetée par Claude-Thomas Falatieu propriétaire de la Manufacture de fer blanc de Bains-les-Bains. Elle est fermée en 1806 et détruite l’année suivante. Le déversoir en pierre de
    Parties constituantes non étudiées :
    bassin de retenue atelier de fabrication
    Référence documentaire :
    t. III, p. 523-526 Description des gîtes de mi et des bouches à feu de la France, Dietrich (Philippe Frédéric de), Description des gîtes de minerai et des bouches à feu de la France, Paris, Didot Inspection des manufactures, 1785 Inspection des manufactures par Lazowski, 1785 Tableau statistique du département des Vosges Desgouttes (préfet), Tableau statistique du département des Vosges, Paris, an X p. 1002-1003 Lepage, Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy : Berger-Levrault 1978, réimpression de l'ouvrage paru en 1845. Lepage , Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy : Berger-Levrault 1978, réimpression de l'ouvrage paru en 1845. p. 153 Les forges vosgiennes en l'an IV Boizot (G), Les forges vosgiennes en l'an IV, dans la
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Bassin de retenue : déversoir en pierre de taille ; entrepôt industriel : demi-croupe, tuile
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Annexe :
    Comte de Brennet-Neuilly est propriétaire de ces forges et les fermiers actuels sont MM. Dosnier et Espringo de la Franche-Comté. Leur bail exen 1797. Ces MM. Sont en même temps fermiers de la terre. Le 11 concurrence avec les autres forges dans les bois des seigneurs et des communautés dépendantes des maîtrises de Description par le Baron Dietrich Les forges et fourneaux de Vrécourt, village situé sur le Mouzon juin 1708, le duc Léopold de Lorraine vendit et acensa des forêts au Président abbé de Beaufremont (sic , se convertit en sablerie. La mine qu’on emploie au fourneau se tire des finages de Vrécourt, de en barres de fenderie que les fermiers actuels font embarquer à Gray en Comté […] Ces mines (Philippe Frédéric de), Description des gîtes de mi et des bouches à feu de la France, 1788, t. 3, p. 523 , à 6400 toises N de Lamarche. Lle territoire de ce village renferme aussides mines de fer. M. Le ), en lui imposant la condition de construire la forge et le fourneau de Vrécourt, avec faculté comme à
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'écart "le Fourneau" depuis Vrécourt IVR41_20148830421NUC2A Vue aérienne depuis l'ouest, à gauche (maison blanche), le logement de contremaître puis à sa Vue aérienne depuis le nord, au premier plan, le logement de contremaitre IVR41_20158810839NUC4A Bassin de retenue : déversoir, face antérieure, vue de situation IVR41_20218830068NUC2A Bassin de retenue : déversoir, façade antérieure, vue rapprochée IVR41_20218830069NUC2A Canal de fuite IVR41_20218830067NUC2A Halle du haut-fourneau : façade latérale gauche, détail de la partie droite IVR41_20218830064NUC2A Atelier accolé à la halle du haut-fourneau : partie gauche de la façade antérieure Intérieur de l'atelier : détail de l'élévation intérieure IVR41_20218830065NUC2A
  • Fontaine - abreuvoir de la rue Maucervelle
    Fontaine - abreuvoir de la rue Maucervelle Remiremont - rue Maucervelle place Jules Méline - en ville
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    de forges à Bitschwiller (tuyaux, robinets et 3 cygnes) (sources : AD88 - 2O401/14) Elle a été La fontaine de la rue Maucervelle fait partie d'un ensemble de mobilier urbain mis en place à marché aux bêtes et construite en 1828, selon les plans de Jean-Baptiste Perrin, architecte, par Jacques Defranoux, maitre maçon à Remiremont. Les éléments de fonte sont fournis en 1829 par Henry Stehelin, maitre
    Référence documentaire :
    Recueil des dessins d'Ornements d'architecture de la manufacture de Joseph Beunat à Sarrebourg et à Paris Giroux, A. P.. Graveur. Beunat, Joseph. Recueil des dessins d'Ornements d'architecture de la des appartements : [estampe]. Éditeur : Lith. de G. Englemann 1812-1813. Bibliothèque nationale de manufacture de Joseph Beunat à Sarrebourg et à Paris [...] : contenant tout ce qui a rapport à la décoration
    Précisions sur la protection :
    Ensemble de 8 fontaines
    Représentations :
    . Ils correspondent au modèle n°466 de la planche 34 du Recueil des dessins d'Ornements d'architecture Les trois cygnes en fonte qui ornent les jets d'eau sont représentés de face, les ailes ouvertes et de la manufacture de Joseph Beunat (1812-1813).
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    Remiremont, en bordure de l'ancienne place de marché aux bêtes, le long d'une des rues principales. Elle est La fontaine - abreuvoir de la rue Maucervelle est située à la périphérie sud-est du centre de composée d'un bassin circulaire en pierres de taille qui ont été cerclées de fer. Au centre, la colonne d'alimentation en grès est de section carrée avec trois jets d'eau, ornée de cygnes en fonte. L'ensemble est surmonté par un fronton arrondi sculpté d'une coquille. Les deux barres de fer placées sous les jets pour y
    Titre courant :
    Fontaine - abreuvoir de la rue Maucervelle
    Appellations :
    Fontaine de la rue Maucervelle
    Illustration :
    Fontaine de la rue Maucervelle, vue de détail de l'un des cygnes (face sud) IVR41_20178835033NUC2A Fontaine de la rue Maucervelle, carte postale du début du 20e siècle. IVR41_20178835029NUC1Y Fontaine de la rue Maucervelle, vue d'ensemble depuis le sud IVR41_20178835030NUC2A Fontaine de la rue Maucervelle, vue d'ensemble depuis le nord. IVR41_20178835031NUC2A Fontaine de la rue Maucervelle, vue de détail de la colonne d'alimentation IVR41_20178835032NUC2A Fontaine de la rue Maucervelle, vue de détail du couronnement de la colonne d'alimentation
  • lavoir - bassin
    lavoir - bassin Haillainville - rue derrière l'Eglise - en village - Cadastre : 2016 AB 134 près du ruisseau
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    de fonte avec des regards tous les 100 mètres, selon les plans établis par Louis Gahon, architecte de vannage est défectueux. Les eaux du lavoir alimentent ensuite un baignoir pour le bétail et des remplacer et doivent être alimentées par des tuyaux de plomb avec un robinet régulateur. L’aire du lavoir et déposer les baquets et autres objets à l’usage des lavandières. L'abri à deux versants est à couvrir de des fours de Charmes, le sable de la Moselle, la pierre de taille de Bazien, Bru ou Damas-aus-Bois, le entrepreneur de bâtiment à Damas-aux-Bois. Il s'agit alors d'un bassin de 8 pieds de large, 7 toises de long , avec des arbalétriers pour supporter la toiture. Un plan du lavoir actuel est établi au milieu du 19e siècle (non daté, signature illisible). En 1849, la conduite d’eau en bois est remplacé par des tuyaux fonte est fournie par Dormoy d’Attignéville et Patrey de Varigney, maîtres de forge pour 4850 francs . En 1867, le bassin est repris et couvert selon les plans de Victor Adam, architecte. Les travaux sont
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    construit en moellons et en pierres de taille pour les encadrements des baies. Il est ouvert sur un coté dans un canal. Son niveau est réglé par une vanne à coulisse de bois. Au centre du canal, des supports de fer avec boulons soutenaient des planches de bois (disparues) qui reposaient aussi sur la margelle crantée de pierre. Le lavage se faisait à genoux. Le sol est dallé et des bancs de pierre sont placés sur Le lavoir est situé en contrebas de l’église non loin du ruisseau, en retrait de la rue. Ce lavoir la particularité de ne pas être composé de bassins, le lavage se faisant au fil de l'eau. En effet . Le sol était probablement pavé et remonte en pente douce vers la route. L'évacuation de l'eau se fait par une rigole qui passe sous la route à l'ouest de l'entrée de l'égayoir.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [fabricant] Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers [fondeur] Fonderie de Varigney [fondeur] Forges d'Attignéville
    Typologies :
    lavoir au fil de l'eau
    Illustration :
    Lavoir de Hallainville, vue intérieure, vue de détail des supports des planches à laver au centre Lavoir de Hallainville, vue intérieure, vue de détail des bancs IVR41_20168833677NUC2A Lavoir de Hallainville, vue intérieure, vue de détail des supports des planches à laver et du Lavoir de Hallainville, vue de détail d'un des piliers soutenant la toiture. IVR41_20168833681NUC2A Lavoir-égayoir de Hallainville, plan et coupe du lavoir (non daté, signature illisible).(AD88 Lavoir-égayoir de Hallainville, coupe du lavoir (non daté, signature illisible)(AD88 - Edpt 232/1M1 Lavoir-égayoir de Hallainville, plans et coupes du lavoir dessiné par J. Macron en 1881. (AD88 Lavoir-égayoir de Hallainville, coupe du lavoir dessiné par J. Macron en 1881. (AD88 - Edpt 232/1M1 Lavoir-égayoir de Hallainville, élévation sud du lavoir dessiné par J. Macron en 1881. (AD88 - Edpt Lavoir-égayoir de Hallainville, coupe longitudinale du lavoir dessiné par J. Macron en 1881. (AD88
  • fontaine - abreuvoir
    fontaine - abreuvoir Sercœur - Grande Rue place de l'Eglise - en ville
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    issue des Forges de Varigney, selon la signature "VARIGNEY / 1863" portée sur le bassin. Le bassin a été commune ne lui permettent pas de placer des tuyaux de fonte. Cette fontaine de 1827 est composée de trois de protection protègent de la circulation. La pierre de taille provient des carrières de Razimont à La fontaine-abreuvoir située devant l'église de Sercoeur est rétablie en 1827 selon les plans de fontaine préexistante était alimentée par une source placée sur le ruisseau de la Molle (ruisseau de l'Annol) par une chambre en bois, qui est réunie avec une autre source et reconstruite en pierre de taille . L'eau est ensuite apportée à la fontaine par une file de tuyaux de bois, car les ressources de la auges d'abreuvoir en pierre et d'une borne-fontaine ornée de moulures. Le sol est pavé, et deux bornes Épinal. La fontaine-abreuvoir est ensuite reconstruite en 1862 selon les plans de Victor Adam (architecte l'enchambrement de la source en pierre de taille est reconstruit. Il est situé à environ 1200 mètres au sud du
    Hydrographies :
    ruisseau de l'Annol
    Représentations :
    grecque pomme de pin trident
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    surmontée d'une pomme de pin. Deux barres de fer sous l'un des deux jets d'eau permettent de poser un seau à La fontaine-abreuvoir est située sur la place devant l'Eglise de Sercoeur. Elle est composée d'un bassin circulaire en fonte, dont une partie a été réparée en ciment (?), posé sur un socle de pierre. Au centre, une colonne d'alimentation octogonale en fonte est ornée de tridents, d'une frise de grecque et
    Auteur :
    [fondeur] Fonderie de Varigney
    Localisation :
    Sercœur - Grande Rue place de l'Eglise - en ville
    Illustration :
    Fontaine de Sercoeur, plan de la source et de la conduite jusqu'à la fontaine dressé par Victor Fontaine de Sercoeur, plan de la source dressé par Victor Adam, architecte en 1862 (AD88 - 2O479/11 Fontaine de Sercoeur, plan de la conduite jusqu'à la fontaine dressé par Victor Adam, architecte en Fontaine de Sercoeur, plans, coupes et élévation de la chambre de source et de la fontaine dressé Fontaine de Sercoeur, vue d'ensemble. IVR41_20168834410NUC2A Fontaine de Sercoeur, vue de détail de la colonne d'alimentation. IVR41_20168834411NUC2A Fontaine de Sercoeur, vue de détail de la signature sur le bassin. IVR41_20168834412NUC2A Fontaine de Sercoeur, vue de détail de la réparation sur le bassin. IVR41_20168834413NUC2A
  • fontaine - abreuvoir
    fontaine - abreuvoir Sionne - Grande Rue rue La Belle - en village
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    La fontaine en face de l’église de Sionne est établie en 1848 selon les plans de Abel Mathey fils - 2O482/10) Selon la signature "ATTIGNEVILLE", le bassin provient de la fonderie d'Attignéville. La colonne d'alimentation correspond au modèle n°3 de la planche 346 du catalogue de 1892 de la fonderie de
    Représentations :
    La colonne d'alimentation octogonale en fonte est ornée de motifs végétaux sur chaque panneau , soulignés de frises de rais de cœur de perle et piécettes. L'ensemble est surmonté d'une pomme de pin.
    Murs :
    calcaire pierre de taille (?)
    Description :
    La fontaine - abreuvoir est située dans la Grande Rue, en face de l’église. L'eau est distribuée par une colonne d'alimentation de section octogonale en fonte, dans deux bassins rectangulaires d'abreuvoir en fonte. Ceux-si sont placés en angle de rue et forment un plan en L. Ils reposent sur un socle en pierre de taille.
    Auteur :
    [fondeur] Fonderies de Tusey [fondeur] Forges d'Attignéville
    Illustration :
    Fontaine de Sionne, vue d'ensemble IVR41_20168834521NUC2A Fontaine de Sionne, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20168834522NUC2A Fontaine de Sionne, vue de la colonne d'alimentation. IVR41_20168834523NUC2A Fontaine de Sionne, vue de détail de la signature sur le bassin. IVR41_20168834524NUC2A
  • fontaine - lavoir - abreuvoir
    fontaine - lavoir - abreuvoir Soncourt - Grande Rue - en village - Cadastre : 2012 ZA 18
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    La fontaine-lavoir est établie en 1827 selon les plans de François Flamérion, entrepreneur à Neufchâteau, avec les rectifications de Langloix, architecte à Neufchâteau. Les travaux sont réalisés par plans de Grillot père, architecte à Neufchâteau, par Nicolas Voignier, entrepreneur à Neufchâteau, pour 6398,68 frcs. Le bassin hémi-circulaire provient des fonderies d'Attigneville, selon la mention portée " FONDERIE / D ATTIGNEVILLE / 1843". En 1877, le lavoir est restauré selon les plans de Grandidier l'ajout de la borne-fontaine. (sources : AD88 - série 2O484/8)
    Représentations :
    Des frises d'oves ornent la borne-fontaine en fonte.
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    bassin ovale de lavage, tous deux en pierre. Quatre barres de bois sont suspendues au-dessus par des La fontaine-lavoir est située au centre de Soncourt, en bordure de la Grande Rue, à côté d'un antérieure en pierre de taille, largement ouverte. La toiture est à longs pans. L'eau est distribuée par une façade antérieure. Elle alimente aussi à l'intérieur de la structure, un bac de rinçage carré puis un tiges de fer à la charpente pour égoutter le linge.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [fondeur] Forges d'Attignéville
    Illustration :
    Fontaine-lavoir à bassin ovale à Soncourt, vue d'ensemble de trois quarts droit de la facade Fontaine-lavoir à bassin ovale à Soncourt, vue de détail de la mention sur le bassin hemicirculaire Fontaine-lavoir à bassin ovale à Soncourt, vue de détail de la borne-fontaine Fontaine-lavoir à bassin ovale à Soncourt, vue intérieure du bassin de lavage Fontaine-lavoir à bassin ovale à Soncourt, vue intérieure du rincoir et du bassin de lavage
  • fontaine - lavoir - abreuvoir
    fontaine - lavoir - abreuvoir Lamarche - Aureil-Maison - route de Lamarche - en écart - Cadastre : 2016 D 28
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    été établie en 1848 (date portée) avec des fils de tuyaux en fonte, selon les plans de François . (sources : AD88 - série 2O269/10) Les bassins en fonte ont été conçus par les forges de Tusey selon la mention "L. GASNE Maître de Forges à TUSEY". Selon la plaquette fixée en façade, ce lavoir a été dédié à La fontaine-lavoir du Rupt Gouttant à "Oreille maison, quartier de la cour de la gendarmerie " a la mémoire d'un habitant : "Jules DEVINCEY / Héros de la guerre 1914 - 1918 / Chevalier de la légion
    Représentations :
    Les colonnes portant l'entablement mouluré sont de style toscan.
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    permet de gérer l'entrée latérale, le dénivelé et les eaux de ruissellement (arrivée du caniveau) par des La fontaine-lavoir du Rupt Goutant est située dans le hameau de Aureil-Maison au sud de Lamarche , en bordure de la rue principale. Le bâtiment est de plan rectangulaire, ouvert sur deux côtés. La pierre de taille), et deux piliers en pierre de taille en façade antérieure. La sablière est soutenue par deux colonnes monolithiques supplémentaires. Le pilier de gauche porte une plaque commémorative en l'honneur de Jules Devincey (1894-1969) et un support à drapeaux. Le pilier de droite est gravé de la date bassin rectangulaire en pierre permet de laver debout, face à la rue. Au sud du bâtiment, un aménagement escaliers, rigoles et une borne de protection en pierre percée.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [fondeur] Fonderies de Tusey
    Localisation :
    Lamarche - Aureil-Maison - route de Lamarche - en écart - Cadastre : 2016 D 28
    Illustration :
    Fontaine-Lavoir du Rupt-Gouttant à Aureil-Maison, Lamarche, vue d'ensemble de trois quarts droit de Fontaine-Lavoir du Rupt-Gouttant à Aureil-Maison, Lamarche, vue d'ensemble de trois quarts gauche de la facade antérieure. IVR41_20168833952NUC2A Fontaine-Lavoir du Rupt-Gouttant à Aureil-Maison, Lamarche, vue de détail de la date portée en Fontaine-Lavoir du Rupt-Gouttant à Aureil-Maison, Lamarche, vue de détail de la colonne Fontaine-Lavoir du Rupt-Gouttant à Aureil-Maison, Lamarche, vue de détail de la signature sur Fontaine-Lavoir du Rupt-Gouttant à Aureil-Maison, Lamarche, vue de détail de la plaque Fontaine-Lavoir du Rupt-Gouttant à Aureil-Maison, Lamarche, vue de détail de l'entrée latérale du
  • fontaine - lavoir - abreuvoir
    fontaine - lavoir - abreuvoir Frizon - rue du lavoir - en village - Cadastre : 2016 D 399
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    bassins en pierre sont remplacés par trois bassins en fonte en 1876 provenant des Forges de Varigney Le lavoir a été bâti en 1846 selon les plans de François Grillot (architecte du département) par
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Frizon. Ce bâtiment est conçu en moellons enduits avec des encadrements en pierre de taille. Il est cavité pour le savon de 14 laveuses. Des bancs en pierre le long des murs. Deux bornes de protection protègent les angles de la construction du passage des véhicules dans la rue. La fontaine-lavoir-abreuvoir est située dans le village, dans l'axe de la rue de la Mairie de l'intérieur, l'eau émerge de deux jettoirs placés dans les murs latéraux. Elle s'écoule dans trois bassins rectangulaires d'abreuvoir en fonte qui délimite l'emprise de la construction et de la rue. L'eau passe ensuite dans un bac de rinçage carré en pierre, puis dans un grand bassin de lavage rectangulaire. Le pan incliné constituant la pierre à laver d'origine a été rénové par un recouvrement de ciment ménageant une
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [fondeur] Fonderie de Varigney
    Illustration :
    Lavoir de Frizon, plans, coupe et élévations des bassins établis par Lucien Mangin, architecte, en Fontaine-lavoir-abreuvoir de Frizon, vue intérieure des bassins IVR41_20168833660NUC2A Lavoir de Frizon, plans, coupe et élévations de modifications établis par Lucien Mangin, architecte Fontaine-lavoir-abreuvoir de Frizon, vue d'ensemble de trois quarts droit de la facade antérieure Fontaine-lavoir-abreuvoir de Frizon, vue de détail du centre de la facade antérieure Fontaine-lavoir-abreuvoir de Frizon, vue de détail du chapiteau de la colonne centrale Fontaine-lavoir-abreuvoir de Frizon, vue de détail de la signature et date sur l'abreuvoir central
  • Fontaine - abreuvoir
    Fontaine - abreuvoir Pargny-sous-Mureau - rue du Jus route de Coussey - en village
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    Demoisson (entrepreneur à Grand). Le bassin a été fondu par Louis Gasne (maître de forges à Tusey - Meuse ), selon les mentions portées sur le socle "L.GASNE /Maître de forges /à TUSEY (Meuse)" ; "1891" ; "FLEURET La fontaine circulaire de Pargny-sous-Mureau a été établie en 1891 sur la demande de Fleuret Auguste (Maire) et Lesmaraux Victor (adjoint), selon les plans de Joseph Morlot (architecte), par proximité, dont les derniers vestiges ont été détruits par le percement du canal de la Marne au Rhin en 1840.
    Représentations :
    ornement architectural postes mufle de lion fronton ornement végétal
    Description :
    La fontaine - abreuvoir située à l'entrée sud de Pargny-sous-Mureau est composée d'un bassin d'abreuvoir circulaire en fonte reposant sur un socle de fonte portant les signatures et la date. Au centre , la colonne d'alimentation en fonte, de plan carré porte 4 jets d'eau ornés de mascaron à mufle de lion. L'ensemble est surmonté de 4 frontons triangulaires soulignés d'une frise de postes. Hors d'eau , elle sert de bac à fleurs.
    Auteur :
    [fondeur] Fonderies de Tusey
    Localisation :
    Pargny-sous-Mureau - rue du Jus route de Coussey - en village
    Illustration :
    Fontaine-abreuvoir circulaire à Pargny-sous-Mureau, vue de détail du sommet de la colonne Fontaine-abreuvoir circulaire à Pargny-sous-Mureau, vue de détail d'un mascaron sur la colonne Fontaine-abreuvoir circulaire à Pargny-sous-Mureau, vue de détail de l'inscription sur la colonne Fontaine-abreuvoir circulaire à Pargny-sous-Mureau, vue de détail de la date portée sur le socle du Fontaine-abreuvoir circulaire à Pargny-sous-Mureau, vue de détail de la signature sur le socle du Fontaine-abreuvoir circulaire à Pargny-sous-Mureau, vue de détail de la signature sur le socle du
  • fontaine - abreuvoir
    fontaine - abreuvoir Bruyères - place Stanislas - en ville
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    , entrepreneurs pour 3436frcs. La fonte provient des forges de Muel frères à Sionne (dia 54mm). La fontaine Stanislas de Bruyères, aussi appelée la Grande Fontaine ou Fontaine de Neptune, a été érigée en 1788 par Jean-Baptiste Mougeot selon la mention inscrite. Les 4 gravures des médaillons sont fontaine / amenée des montagnes voisines / a été / élevée décorée conservée à l'utilité des citoyens / et / l'embellissement de la ville / par les officiers municipaux / l'an de N.S. MDCCLXXXVIII" ; - plaque à l'ouest : "Ce terrain / autrefois montueux marécageux / a été / aplani desséché bâti / sous le règne / de Louis le Bien aimé / par les propriétaires / des édifices / élevés sur cette place / en / MDCCLXX " ; - plaque au nord : "Cette place / destinée aux foires du bétail / principal objet / du commerce des Vosges / a été / circonscrite plantée ombragée / afin / de réunir en un même lieu / l'agréable à l'utile quelques différences. - plaque à l'est : "La 4e année du règne de / Louis XVI, François / Georgel Clerc
    Représentations :
    subsistent. Ils étaient également flanqués de guirlandes (disparues) visibles sur les cartes postales anciennes. L'obélisque est sculpté en bas-relief sur ses 4 faces de chutes d'objets : - face à l'est : chute d'objets de l'abondance : nœud, caducée, couteau, hache, faisceaux, bloc de pierre sculpté de : chutes d'objets de l'agriculture : nœud, gerbes de blé, râteau, faucille, fléau, panier, roues, poids , poire, feuillage. - face au sud : chute d'objets des arts et des sciences : nœud, lyre, bombarde Neptune ; on a donc placé dans sa main droite un trident de fer.
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    La fontaine Stanislas de Bruyères est composée d'un grand bassin carré en grès rose, cerclé de bande de fer, et dont les angles sont à pans coupés. Deux barres de fer sont également placées sous les médaillons de fondation, et est surmontée d'un obélisque sculpté en bas-relief. Au dessus, une statue d'un
    Appellations :
    Fontaine de Neptune
    Illustration :
    Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail du bassin IVR41_20168834233NUC2A Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail de l'inscription placée à l'Est Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail de l'inscription placée au nord Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail de l'inscription placée à l'ouest Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail de l'inscription placée au sud. IVR41_20168834237NUC2A Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail du relief sur l'obélisque placé à l'Est Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail du relief sur l'obélisque placé au nord Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail du relief sur l'obélisque placé à l'Ouest Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail du relief sur l'obélisque placé au sud Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail de la statue au sommet de l'obélisque
  • lavoir
    lavoir Lacroix-sur-Meuse - rue du Général de Gaulle - en village - Cadastre : 2012 AB 203
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meuse
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Patrimoine religieux catholique de la Meuse
    Historique :
    l'approbation du comte d'Arros, préfet de la Meuse, pour la construction de plusieurs fontaines. Abîmée lors des En 1837, les élus de commune décident d'utiliser l'eau présente en abondance alentour et obtiennent combats de la Première Guerre mondiale, elle fut restaurée en 1926 par Duilio Donzelli. Elle est classé au titre des M.H. le 31 décembre 1980.
    Référence documentaire :
    tome 2, p. 811 Le patrimoine des communes de la Meuse Paris, 1999, 2 tomes. : Ed. de l'Est, 1991. - 77 p. : ill., plan ; 24 cm
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    abreuvoirs. Sur la façade à la gloire des Neptune et Amphitrite, de part et d'autre de ces colossales Fontaine à la sculpture d'inspiration antique. Celle-ci se compose d'un lavoir et de deux divinités, toutes deux échappées du panthéon gréco-romain, une nouvelle fois dans la langue de Virgile un D'ARROS REMQ PAGI CRUCIS AD MOSAM CUSTODIENTE COMMUNI COETUS FAVENTE SUFFRAGIO ; à droite de Neptune fronton est très décoré, de même que le dessous du linteau (aigle impérial) ainsi que deux inscriptions commémoratives gravées sur le mur. Ce lavoir a été construit dans le centre du village, le long de la rue
    Localisation :
    Lacroix-sur-Meuse - rue du Général de Gaulle - en village - Cadastre : 2012 AB 203
    Illustration :
    Statue de Neptune IVR41_19745505225V
  • Ancienne synagogue d'Imling
    Ancienne synagogue d'Imling Imling - 4 rue de l'Eglise - en village
    Historique :
    , puis quatre nouvelles familles en 1701. En 1762, 8 familles sont autorisées par le comte de Lutzelbourg La présence juive à Imling semble remonter aux alentours de 1700. Deux juifs sont attestés en 1699 , seigneur d'Imling. La communauté bénéficie alors de la proximité de la ville de Sarrebourg, interdite aux juifs jusqu'à la Révolution. Au 19e siècle, elle accueille de nouvelles familles de Bourscheid, Lixheim ou même d'Alsace et continue à gagner des membres après 1850 (30 personnes en 1808, 89 en 1840, 159 en 1871, soit 24 % de la population à cette date). Elle décline toutefois à la fin du siècle au profit de Sarrebourg (120 personnes en 1891, 54 en 1910). Un premier oratoire est décrit dans l'enquête de 1838 comme existant "depuis de nombreuses années". Installé dans une maison particulière il auteur de celles de Phalsbourg, Sarrebourg et Maizières-lès-Vic. Le chantier bénéficie d'une subvention de l’État de 2 500 f. La synagogue est désaffectée en 1919 et vendue en 1922 par le consistoire
    Référence documentaire :
    AN, F19/11101 : Situation des synagogues dépendant du consistoire de Nancy en 1838 AN, F19/11107 : Culte israélite, achats, ventes, constructions (département de la Meurthe) AD54, 7V22 : Culte israélite, achats, ventes, construction (département de la Meurthe) BAROTH, Nicolas. Histoire d'Imling et de l'ancien village de Sarrixing BAROTH, Nicolas. Histoire d'Imling et de l'ancien village de Sarrixing, 1971, p. 49-53.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit (?)
    Description :
    . La porte d'origine est donc percée vers l’extrémité de la façade latérale gauche. Des traces dans inscription hébraïque : "Ceci est la porte vers Dieu, les justes la franchiront". Si le volume extérieur de l'emplacement de l'ancienne arche sainte, d'un petit édicule permettant un accès direct à la salle depuis la rue , et par le percement de deux fenêtres au fond. Cette nouvelle entrée, déjà visible sur une photographie de M Grandhomme publiée en 1971 par l'abbé Baroth, a été remplacée par une construction plus l'escalier d'accès à la tribune des femmes a été coupé et un faux plafond placé en-dessous du niveau d'origine, coupant les anciennes baies latérales. Devant la synagogue, un muret remploie des chapiteaux corinthiens réputés provenir de la synagogue, sans doute de l'ancienne façade sur rue ou de l'arche sainte.
    Localisation :
    Imling - 4 rue de l'Eglise - en village
    Illustration :
    Vue de l'arrière de la synagogue depuis des jardins alentours. Au centre la façade postérieure, à Plan au moment de la désaffectation et d ela vente de la synagogue en 1922. IVR41_20075710417NUC2A Plan au moment de la désaffectation et de la vente de la synagogue en 1922, détail Photographie ancienne de la synagogue IVR41_20185730018NUC2A Photographie prise vers 1995, montrant le toit disparu de l'ancien protégeant la porte Photographie prise vers 1995 montrant l'auvent protégeant l'ancienne porte de la synagogue Vue de la façade latérale gauche, avec l'ancienne porte de la synagogue. IVR41_20175730152NUC2A Ancienne porte de la synagogue, détail. IVR41_20175730158NUC2A Vue de l'arrière de la synagogue. IVR41_20175730157NUC2A Vue actuelle de la salle. IVR41_20175730153NUC2A
  • Usine métallurgique
    Usine métallurgique Bazoilles-sur-Meuse - la Forge - isolé - Cadastre : 1810 C 229 1877 C3 497, E4 596 1967 ZH 52
    Historique :
    siècle, entre 1693 et 1698, pour Jean de Barbeau, comte de Thiaucourt, propriétaire de la seigneurie de Forge mentionnée pour la 1ère fois en 1542 dans des baux d'affermage. Reconstruite fin 4e quart 17e Bazoilles. Haut fourneau et fonderie construits, forge agrandie 1er quart 18e siècle par Louis de Barbarat , seigneur de Mazirot, propriétaire de la seigneurie depuis 1710. En 1785 la forge comprend 1 haut fourneau et 2 feux d'affinerie. La forge est achetée en 1802 par Muel, puis en 1815 par le comte d'Alsace qui construit en 1821 (datation par source), un atelier pour 1 feu de chaufferie et 2 martinets. En 1812, la forge est composée de : 1 haut fourneau, 2 feux d' affinerie, 1 gros marteau, 1 bocard à crasse. En 1822
    Référence documentaire :
    Plan d'ensemble des bâtiments industriels de l'usine, 1er février 1820 Plan d'ensemble des bâtiments industriels de l'usine, 1er février 1820 : plan aquarellé
1